OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

L'angoisse d'une récession ébranle la Bourse de Paris

Cours temps réel: 5 957,52  0,53%

PX1


Luncyan
02/10/2019 23:46:23
1

Je vais te donner un exemple pedagogique.

Imaginons que tu n’as qu’un seul bien qui est la vache. Et que l’ensemble des biens disponible à l’echelle de ce qui est achetable est 10 vaches.

La monnaie n’est elle même, elle aussi, que le miroir de ce qui est achetable.

Si l’ensemble de l’economie comporte que 10 billets de 10€ tel que le total est de 100€ alors une vache coute 10€.

Si tu t’amuse a bruler 5 billets. Alors le total de l’economie en billet est de 50€, mais dans ce cas chaque vache ne coute que 5€.

Si au contraire tu avais introduit 10 billets de 10€ tel que le total fasse 200€ alors tes vaches valent unitairement dorenavant 20€.

Et c’est ça l’inflation. Si tu double la masse monetaire. Les prix double.

Message complété le 02/10/2019 23:49:17 par son auteur.

Tu peux t’amuser à introduit 2 personnages tel que l’un possède 9 billets et l’autre 1 seul billet. Ça change pas le prix de la vache.
Et si l’une des personnes doit 999.999.999€ à l’autre. Ça ne change en rien le fait que nous sommes toujours en presence de 10 billets de 10€. Et donc le prix de la vache ne change toujours pas

  
Répondre
Luncyan
02/10/2019 23:34:01
1

Tu viens de me donner raison. Si les banques doivent honorer la creance c’est bien qu’elles sont endettés auprès de leurs depositaires ?

Message complété le 02/10/2019 23:34:21 par son auteur.

Alors qu’un billet posé sur ta table n’est la dette de personne

Message complété le 02/10/2019 23:36:11 par son auteur.

 »mais la masse monétaire croît elle , indifféremment de l'endettement  »

- c’est exactement ce que je dis, tu peux crée autant de dette que tu veux, c’est pas ça qui crée de la masse monetaire. Le moyen le plus simple est de .. crée de la masse monetaire

Message complété le 02/10/2019 23:37:22 par son auteur.

« Ensuite , les circuits sont tels qu'il sera physiquement impossible de livrer mais théoriquement ce doit l'être .« 

- Exact. La part papier pesant ~ 4/5% de ce qui est affiché en numéraire sur les comptes courant.

  
Répondre
CRI74
02/10/2019 23:27:12
0

Explication par l'absurde .

Que tout le monde retire son compte en billets , il s'agira uniquement de monnaie et non de créance , que chaque banque devrait pouvoir honorer .

Ensuite , les circuits sont tels qu'il sera physiquement impossible de livrer mais théoriquement ce doit l'être .

Au final , ce sont les banques qui transforment une partie de la liquidité , mais la masse monétaire croît elle , indifféremment de l'endettement .

  
Répondre
Luncyan
02/10/2019 23:17:21
1

Non s’en est pas.

La partie binaire ne croit pas en consequence de la partie papier.

La banque te garantie que ton billet de 10€ donnera bien dans le systeme 10€. Mais si la banque decide de virer ces 10€ dans le systeme et de foutre ton compte a 0€ le billet a pas disparu, il est toujours dans ses coffres.

C’est le jeu, on fait miroir virtuellement de ce que le client veut qu’il se passe mais dans les faits tu viens d’echanger liquidité, une vraie, contre une creance

Message complété le 02/10/2019 23:18:08 par son auteur.

Gars d’ain, tu sais tres bien que c’est le cac 40 growth return qu’il faut regarder ..

  
Répondre
CRI74
02/10/2019 23:16:48
0

Dans un pays qui élève le pessimisme en St Graal , comment pourrait-il en être autrement ?

Il n'est qu'à regarder les commentaires financiers du jour .... et ceux des forums !

On cherche et trouve des dindons sans le moindre effort .... ça paye de noircir le tableau , du moins en France

  
Répondre
gars d'ain
02/10/2019 23:07:50
0

Y'a pas à dire à chaque fois, on est roulé dans la farine financière pour finir cuit comme un beignet...


CAC 40 sur 10 ans

• 5 704,93 (+ haut)

• 2 693,21 (+ bas)

• Performance : + 48,57%


Dow Jones sur 10 ans

• 27 398,68 (+ haut)

• 9 430,08 (+ bas)

• Performance : + 174,92%


  
Répondre
CRI74
02/10/2019 23:05:31
0

C'est bien du papier à l'arrivée , au distributeur , en chèques ou en virements , de particuliers ou d'entreprises .

L'inflation n'étant pas négative , loin de là , cette masse monétaire ne cesse de s'accroître . Création il y a .

  
Répondre
Luncyan
02/10/2019 22:59:55
0

Si c’est pas du billet en papier, c’est de la dette.

  
Répondre
CRI74
02/10/2019 22:54:10
0

Encore désolé Luncyan , mais les placements quotidiens faits à la BCE constituent les liquidités des banques et non leur dette , ce qu'elles fourniront partiellement en cash ou fiducie aux particuliers et entreprises .
Je maintiens donc mon propos quant à la création monétaire et non de dettes supplémentaires .

  
Répondre
gars d'ain
02/10/2019 21:59:36
0

On n'en revient toujours à la même chose, hélas...


Le commerce mondial représente 2% de la masse monétaire en circulation et doit servir à rémunérer les 98% restant.


J'aime bien ta vidéo... Y'a pleins qui devaient la regarder, ça les instruirait un peu au lieu de lire des magazines people...

  
Répondre
Luncyan
02/10/2019 21:52:13
3

Mais qu’est-ce que L’argent ?

Je t’invite a regarder cette magnifique video de ray dalio, un personnage tres intelligent que j’affectionne pour son realisme

https://youtu.be/qDhXzZoAsE8

  
Répondre
gars d'ain
02/10/2019 21:48:40
0

Je pense que c'est encore plus pourri que cela car avec le ratio de liquidités des banques, l'argent doit être mobilisable à tout moment et doit dormir sur des comptes monstreux de la BCE qui doit verser des intérêts au banques...

  
Répondre
Luncyan
02/10/2019 21:32:22
1

Donc de la dette, toujours pas plus de de monnaie.

Je vais etre plus simple, en quelque mots.

Je te fais une economie avec 10 billets. Et des etablissements vont jouer le jeu de te donner 10 virtuellement si tu leur donne 10 billets.

Ben c’est ce qui se passe actuellement, ce qu’on voit sur le virtuel n’est que de la dette. Une promesse que le miroir du réel jouera le jeu en tout temps. Mais ce n’est pas le cas, le réel a tres peu changé. Et quand je parle de réel je parle de monnaie papier.

  
Répondre
gars d'ain
02/10/2019 21:28:43
0

La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu'elle est accompagnée d'un lien vers la source originale.


BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE : 2600 MILLIARDS D’EUROS POUR RIEN

PUBLIÉ PAR PHILIPPE HERLIN | 27 DÉC. 2018 | ARTICLES 6536

https://or.fr/actualites/banque-centrale-europeenne-qe-2600-milliards-euros-pour-rien-1456

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Pour 2600 milliards d’euros, t’as plus rien !", voilà ce que doit se dire Mario Draghi en ce moment, le président de la Banque centrale européenne (BCE). Cette somme délirante correspond au "QE" de la BCE, c’est-à-dire tout ce qu’elle acheté comme obligations depuis mars 2015. C’est ce qu’on appelle communément la "planche à billets" : la BCE n’a pas vendu d’actifs d’une valeur équivalente, ni emprunté ; elle a créé de l’argent à partir de rien, par un simple jeu d’écriture, pour acquérir ces obligations d’État et de grandes entreprises de la zone euro. C’est le pouvoir démiurgique des banques centrales, qui souvent se termine par une vague destructrice d’inflation (Zimbabwe, Venezuela, Allemagne en 1923, etc.).


Le QE, pour Quantitative easing, ou "assouplissement quantitatif", le terme technique pour "planche à billets", un peu trop vulgaire, parce que tout le monde comprend de quoi il retourne, a donc commencé en mars 2015 à raison de 80 milliards d’euros de rachat par mois, 60 milliards après avril 2017, 30 milliards après janvier 2018, puis 15 milliards depuis octobre et jusqu’en décembre. Soit, au total, 2600 milliards d’euros. Tout sera donc terminé le 1erjanvier ? En fait, pas vraiment, car lorsqu’une obligation arrivera à échéance, la BCE réinvestira la totalité de l’argent dans d’autres obligations, et cela représentera 200 milliards d’euros sur 2019, en moyenne 16 milliards par mois, soit le niveau du dernier QE. Il ne faut pas sevrer les marchés et les banques trop rapidement !


Quel était l’objectif de ce gigantesque QE ? Lutter contre une déflation que voyait poindre Mario Draghi, et qu’il fallait considérer comme une catastrophe absolue (en fait, surtout pour les États surendettés, pas pour les consommateurs) et, dans le même temps, soutenir l’économie par la baisse des taux d’intérêt. Ces rachats massifs ont provoqué une baisse des taux d’intérêt, et même des taux négatifs sur certaines périodes, ce qui était censé faciliter le crédit et donc, relancer l’économie… On n’a pas vu grand-chose, en fait. On ne s’enrichit pas en imprimant des billets de banque ! Pire, les taux d’intérêt artificiellement faibles diffusent de faux prix dans toute l’économie. En fait, la véritable raison était et reste le soutien du secteur bancaire européen, mal en point, fragile, avec un effet de levier de l’ordre de 1/30 (1 euro de cash pour 30 d’engagements), et donc totalement dépendant des liquidités offertes par la BCE. Les banques européennes bénéficient en outre d’autres programmes de l’institut monétaire, les TLTRO notamment.


Certains médias continuent d’écrire que "la BCE réduit son soutien à l’économie", ce qui révèle une méconnaissance totale de la réalité, mais passons. Mario Draghi a juste obtenu un sursis pour le système bancaire européen, le temps… d’aller au bout de son mandat qui s’achèvera en octobre 2019. Son successeur devra se débrouiller avec une BCE devenue un énorme hedge fund et un système bancaire qui n’aura pas réglé ses problèmes de fond ; on lui souhaite bien du courage.


Alors qu’est-ce qui n’a pas marché lors de la création de la BCE en 1998 ? Notre avis : ce ne sont pas les banques centrales qui doivent être indépendantes (parce que si elles font n’importe quoi, comme la BCE, nous sommes tous perdants), c’est la monnaie qui doit être indépendante, neutre, sans jamais de planche à billet, et la banque centrale est là pour le garantir. Trop tard pour rembobiner le film.

  
Répondre
gars d'ain
02/10/2019 21:21:32
0

Et je vais encore te prouver ce que j'avance...


Les banques ont placés plus de 1700 Milliards à la BCE afin de respecter les ratio de liquidités... Le système est donc pourri des racines de l'arbre jusqu'au fruit...


Voici un article de 2017 :

Où sont passés les 4.000 milliards d'euros injectés dans l'économie par la BCE ?

https://www.challenges.fr/finance-et-marche/ou-sont-passes-les-4-000-milliards-d-euros-injectes-dans-l-economie-par-la-bce_520551


Notons que : "En outre, la BCE n'a pas été aidée par les banques qui n'ont pas suivi le mouvement : une grande partie de leurs liquidités glanées auprès de la BCE ont été épargnées auprès… de cette même BCE ! C'est donc retour à l'envoyeur ! Les dépôts des banques de la zone euro à la BCE sont ainsi passés d'un peu plus de 300 milliards d'euros début 2011 à près de 2.000 milliards d'euros aujourd'hui ! Mais alors pourquoi ont-elles préféré stériliser leur cash plutôt que de le prêter à l'économie productive, comme c'est théoriquement leur rôle ? Pour respecter leur ratio de liquidité : le fameux LCR. Ce ratio demande aux banques de mettre en réserve suffisamment de dépôts pour résister à une crise de liquidité importante durant 30 jours.

Enfin, il faut noter qu'en parallèle, une partie des liquidités injectées par la BCE se retrouvent en Allemagne et au Luxembourg… et non dans les pays du sud de la zone euro qui en ont plus besoin. Le solde créditeur de l‘Allemagne dans le système Target 2 - la balance des paiements entre les banques centrales de l'Eurosystème – ne cesse de croître. Il a atteint un niveau record de 878 milliards d‘euros en septembre 2017, tout comme celui du Luxembourg qui atteint 190 milliards d'euros. Or, à l'inverse, l‘Italie affiche un solde débiteur de plus de 430 milliards d'euros et l'Espagne de plus de 370 milliards. Pourquoi cela ? Et bien d'abord parce que les non-résidents de la zone euro, qui ont vendu leurs titres espagnols ou italiens à la BCE, ont souvent leurs comptes bancaires en Allemagne ou au Luxembourg. Mais surtout, comme l'a remarqué l'économiste Eric Dor : les vendeurs italiens et espagnols de titres de leurs pays préfèrent ensuite investir leurs argent dans les produits financiers des banques allemandes ou Luxembourgeoises. Et ce, plutôt que dans leur propre économie productive qui leur inspire moins confiance !

  
Répondre
Luncyan
02/10/2019 21:19:03
0

Pour les réserves obligatoires. Le facteur de risque les oblige a reprendre de la dette d’etat.

Sinon ben elle le prete pas, a qui preter, tout est mort, elles le placent a la banque centrale,

C’est que de la dette encore une fois

Message complété le 02/10/2019 21:19:38 par son auteur.

Et si elles pretent, il faut le rendre. Donc le vrai argent est syphonné pour rembourser une dette :) c’est deflationniste

  
Répondre
gars d'ain
02/10/2019 21:15:02
1

Ah, bon... Et pourquoi elle serait obligé de racheter de dette ? tu as vu ça où...


Les banques font ce qu'elles veulent et d'ailleurs, le soucis de la BCE c'est d'essayer de faire circuler l'argent injecté fdans l'économie.


De mémoire, seul 12% de l'argent injecté par la BCE sur les 2600 milliards de monnaie créé à servi à l'économie réelle et au fincement du developmment des entreprises...


Une honte...

: (

  
Répondre
Luncyan
02/10/2019 21:09:21
0

Non car l’argent que la banque touche elle achete pas des télé avec.

Elle rachete de la dette ou le place a la banque centrale.

Donc c’est toujours un cycle de dette

  
Répondre
gars d'ain
02/10/2019 21:07:23
0

Faux, la BCE crée de la monnaie qu'elle émet pour acheter de la dette, l'argent va dans les banques et les organismes qui vendent les dettes...

  
Répondre
Luncyan
02/10/2019 21:04:26
0

"financés par de la création de monnaie", ce n'est pas financé par la création de monnaie

Message complété le 02/10/2019 21:05:28 par son auteur.

Si A vend sa dette a B qui vend sa dette a C qui vend sa dette a A ya pas eu de création monétaire, la dette a juste changé de main

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201910022346 715937
Ma liste