OK
Accueil  > Communauté   > Forum General

Et à la fin il ne restera plus que l'OR.



MITTE
12/07/2020 19:37:18
0

Un petit point sur l'Or !

La résistance des 1610 / 1612 / 1614 points nous bloque depuis le 24 avril 2020. Serait-ce pour cette fois-ci que nous la franchirions durablement ?

Pour cela il faudrait une belle poussée des cours pour que les BB s'ouvrent pour laisser monter les cours.

Le SAR vert est juste en-dessous des cours.

Incertain.

Mais rien de bien méchant, c'est toujours haussier même si nous latéralisons depuis quelque temps.

  
Répondre
syjo
01/07/2020 12:10:09
0

Si on a de la poudre de perlinpimpin et que tout le monde en veut on est riche,si vous avez de l'or et que personne n'en veut on est pauvre. La richesse c'est comment mettre les autres à son service,c'est tout ! Faut pas se tromper d'actifs.

  
Répondre
MITTE
01/07/2020 11:38:25
0

3 ème article sur le thème Or et ( notamment ) déflation.

Lisez bien cet article, il date de 2012 !!! Et vous verrez combien son auteur avait, déjà à l'époque, raison !

Grrrrrrrrrrr !!!!

C'est comme ça, mais mieux vaut tard que jamais !

Bonne lecture !

******************************************************************************************************

"
Que fait subir la déflation aux cours de l’or ?

Mercredi, 8/01/2012 16:16

La perspective des cours de l’or dans un environnement économique peu réjouissant…

« A mesure que le monde est de plus en plus familier avec un climat économique et financier sombre les investisseurs réalisent que la vie économique est loin d’être simple et que la croissance n’est pas quelque chose que les gouvernements et les banques centrales peuvent allumer ou éteindre », écrit Julian Phillips pour GoldForecaster.

De même pour toute les fabrications intelligentes d’outils pour mesurer l’inflation et la déflation, le public en général commence à réaliser que l’inflation et la déflation globales sont trop simplistes pour qu’on leur attribue plus qu’une « influence saisonnière ». La réalité est que vous pouvez avoir les deux à la fois.

La réalité est aussi qu’il y a des moments quand les voies déflationnistes, dans certains secteurs, rejoignent les voies inflationnistes dans d’autres, pour causer des damages économiques causés par le fait que tous deux sont destructrices [et non pas annulant l’un l’autre comme une addition d’un moins à un plus. Par exemple l’inflation à 2% avec la déflation à 2% n’est pas égale à 0%, mais les deux combinés ont un effet négatif de 4%].

C’est ce qui va bientôt se passer.

L’inflation aux Etats-Unis est à 2,4% par an (devant l’inflation alimentaire qui arrive après la sécheresse). La déflation des valeurs des actifs dans l’immobilier se ralentit mais le freinage de la vélocité de l’argent avec la baisse de la valeur des titres à intérêt fixe et une économie en perte de vitesse, se joignent ensemble pour saper la croissance, le future et la confiance. Avec un besoin désespéré pour une croissance économique de parer à l’impact négatif de l’inflation plus la déflation, l’échec de produire une résurrection économique semble plus probable, au jour le jour, pour indiquer une nouvelle récession. Puis un autre type d’inflation que l’inflation alimentaire arrivera.

C’est de l’inflation monétaire excessive, qui comme nous l’avons vu fait très peu pour aider à redémarrer la croissance. Elle retarde simplement la récession. En conséquence, la déflation qui agit sur les valeurs des actifs atteint aussi la valeur du billet dans votre poche. C’est alors que l’inflation s’envole vraiment pour tenter de compenser la déflation croissante.

Où en sommes-nous dans le processus maintenant ? Nous sommes encore au début d’une sérieuse récession avec la position monétaire de la Fed, qui, quoique très positive, n’a pas su produire de réelle croissance aux Etats-Unis. Le président Bernanke a dit la semaine dernière que le progrès pour la réduction du chômage serait probablement « lent et frustrant » et il a répété que la Fed était prête à prendre plus de mesures pour stimuler le redressement [économique], tout en s’abstenant de discuter les étapes spécifiques.

« L’économie américaine continue de se rétablir, mais l’activité économique apparaît avoir décéléré quelque peu pendant la première moitié de l’année », déclarait Bernanke au Congrès. La Fed est « prête pour prendre plus de mesures s’il le faut pour promouvoir un rebond économique plus fort », dit-il.

Bernanke a dit que la croissance est lente car l’investissement d’affaires se refroidit en réponse à la crise européenne (qui s’empire maintenant) et aux perspectives de resserrement fiscal aux Etats-Unis. Au même moment, les ménages se gardent de dépenser car le chômage reste élevé et les crédits deviennent difficiles à obtenir.

Le danger qui s'oppose à lui [Bernanke] maintenant en ajoutant plus d’assouplissement quantitatif est qu’il ajoutera plus de monnaie nouvellement créée, sans produire l’effet désiré d’augmenter l’emploi. L’effet net sera alors de déprécier la valeur de la monnaie elle-même.

La soi-disant « falaise fiscale » pousserait l’économie vers une « récession superficielle » en début d’année prochaine, affirme Bernanke. (A moins que le Congrès n’agisse, 600 milliards de dollars en augmentation de taxes et en coupes budgétaires devrait prendre effet automatiquement en début d’année prochaine).

Des effets négatifs additionnels résulteront de l’incertitude du public concernant les plans de dépense, ce qui inclut le plafonnement des dettes. La façon la plus efficace pour le Congrès d’aider à soutenir l’économie maintenant serait de travailler pour relever le défi fiscal de la nation d’une façon qui prendrait en compte le besoin pour une viabilité sur le long terme et la fragilité du redressement. Le président de la Fed a dit que les marchés financiers et l’économie de l’Europe « demeurent sous une énorme pression », et ceci crée « des effets de débordement » dans le reste du monde, les Etats-Unis inclus.

Ceci dit, les développements européens qui ont résulté d’une perturbation importante dans les marchés financiers internationaux constitueraient indéniablement des défis pour le système financier US et l’économie US », affirme t-il. C’est dans ce cadre que nous regardons maintenant pour la marche à suivre pour l’or et l’argent dans les jours qui viennent.

La définition de « déflation » est :


Alors que l’inflation a érodé la valeur de la monnaie, qui achète progressivement de moins en moins par unité, la déflation donne plus de valeur à la monnaie. Cela fait dépensé les particuliers et les entreprises probablement moins (les consommateurs parce qu’ils s’attendent à des prix encore meilleurs s’ils patientent et les entreprises car il est moins profitable de produire des marchandises ou des services qui amèneront un rendement réel plus bas). Ces facteurs peuvent s'entretenir mutuellement pour produire une spirale économique descendante, comme cela s’est produit lors de la Grande dépression.

Pour nous c’est sur-simplifier car cela ne dépeint qu’une facette de la déflation. Dans une économie mondiale, la définition a besoin de prendre en compte la valeur de chaque zone de devise souffrant de la déflation. Après tout la balance des paiements entre en jeu et à son tour la valeur internationale des devises souffrant des aberrations de la déflation et de l’inflation.

Rhona O' Connell du service de conseil sur les métaux précieux Thomson Reuters GFMS a mentionné dans son article récent que le livre "The Golden Constant" (écrit par Roy Jastram il y a plus de trente ans et récemment réédité en incluant du nouveau contenu par l’économiste Jill Leyland), dit qu’aux Etats-Unis on a recensé trois périodes de déflation et l’or a augmenté son pouvoir d’achat au cours de chacune d’entre elles, entre 44% (1929-1933) et 100% (1814-1830).

Veuillez noter que c’était à une époque où le cours de l’or était fixe et incapable d’augmenter. Ceci étant, le pouvoir d’achat des devises a baissé contre l’or. La leçon que nous en tirons est que bien que les contrôles du gouvernement fonctionnent, ils fonctionnent seulement jusqu’à un certain point et puis sont enfoncés par les forces du marché.

Les forces en place dans le monde de la finance pointent maintenant vers un tableau de plus en plus déflationniste. Si cela prend le dessus alors la déflation des liquidités accablera tout assouplissement quantitatif que produira la Fed. Si la Fed était alors bête assez pour imprimer à une vitesse qui suit la déflation accélérant, alors, cela créera simplement un environnement d’hyperinflation. Mais auront-ils le choix. Le même environnement aura lieu dans beaucoup de pays dans le monde développé mais à des moments différents et à une vitesse différente.

Le Conseil mondial de l’or (World Gold Council) a fait des études utiles sur cela via Oxford Economics qui a trouvé que l’or est utile pour les investisseurs dans divers scénarii économiques, pas seulement lors des périodes d’inflations élevés. Leur recherche a trouvé que bien que la déflation ait amené à une augmentation dans le dollar US elle a maintenu que l’impact négatif de la déflation sur les actifs traditionnels devrait probablement dépasser l’effet du dollar US et offrir une stimulation pour l’or.

En fait, l’analyse montre que l’or surpasserait les équités et l’immobilier dans un scénario de déflation.

De plus, un environnement dés-inflationniste (et au bout du compte déflationniste) donnerait plus de marge de manœuvre aux banques centrales pour le stimulus. Par exemple, le 5 juillet, la Banque d’Angleterre, la Banque populaire de Chine et la Banque centrale européenne ont agit de concert pour annoncer des mesures accommodantes en réponse aux chiffres d’une économie faible. Ces mesures accommodantes devraient alimenter davantage le risque d’inflation des prix à la consommation tout en fournissant un boost temporaire pour les prix des actifs et les flux de capitaux aux marchés émergents. Nous pensons que si ces mesures échouent encore [comme elles l’ont fait jusqu’ici] les banques centrales forceront les maîtres politiques [malgré leur indépendance présumée] à imprimer plus de stimuli. C’est de cette façon que la déflation forcera l’inflation à une vitesse accélérée dans le paysage économique.

En outre, la dépendance apparente au soutien de la banque centrale pour une économie mondiale malade souligne la faiblesse chronique. Le poids combiné de l’incertitude et de l’espoir d’une action de la banque centrale maintiendra la volatilité des prix des actifs plus haute mais fera face aux dangers de déclencher l’inflation galopante sur le dos des pressions déflationnistes croissantes.

En ce moment, les pressions inflationnistes pourraient s’atténuer dans diverses régions, mais il y a des tendances sous-jacentes pour suggérer que le risque de la déflation a augmenté. Cet environnement difficile tend à être propice aux investissements en or.

La tentation attire les banquiers centraux parce que le niveau bas actuel de l’inflation a dégagé la voie pour davantage d’assouplissements monétaires et fiscaux. Tandis que la marge pour plus d’assouplissements quantitatifs et de soutiens fiscaux a augmenté les risques futurs d’inflation dans l’espoir qu’il agira comme catalyseur pour la croissance mondiale, ce qui pourrait se passer est que la voie pour le tourbillon de déflation croissante tempérée par l’inflation galopante baissera la valeur d’une devise sur une autre. Dans un tel contexte l’or et l’argent-métal refléteront les valeurs déclinantes des devises. Cela pourrait bien amener vers une augmentation positive de la demande pour l’or.

Si l’or est re-classé comme un actif de niveau I, la mise en équilibre des portefeuilles qu’il produirait [les devises baissent en valeur, l’or agit comme un contrepoids et augmente] devraient s’avérer être une force motrice pour la demande en or des banques commerciales, une force relativement nouvelle sur le marché de l’or.



  
Répondre
MITTE
01/07/2020 11:21:34
0

Deuxième article - beaucoup plus ancien celui-là - mais, amha, très très d'actualité et qui n'a pas pris " une ride " - sur le comportement de l'or en période, notamment de déflation.

Cet article a été écrit en septembre 2014. Et son auteur a eu raison !

Lisez !

**************************************************************************

"
Comportement de l’or en déflation et inflation
Par Jean-François Faure - 30 septembre 2014

Si vous vous intéressez un peu de près au sujet, vous savez comment l’or se comporte en période d’inflation et de déflation. Selon Léonard Sartoni, « L’or est le seul actif à offrir un refuge à la fois contre l’inflation et la déflation ».

Mais quelles possibilités réserve l’or en période de « indéflation » ? La situation est inédite.

L’éternelle lutte contre les forces déflationnistes

Salaires en baisse, taux directeurs au plancher, croissance quasi nulle, affaiblissement monétaire, politique d’austérité… L’addition de tous ces facteurs poussent à penser que nous nous trouvons actuellement dans une ère déflationniste.

La déflation c’est quoi ? La déflation est le contraire de l’inflation (prix qui montent), donc les prix baissent. Ceux-ci baissent car les salaires baissent et les prix s’indexent sur cette baisse de salaires. C’est ainsi que l’on rentre dans un cercle déflationniste qui conduit à l’insolvabilité de l’ensemble des acteurs économiques (Etats, ménages, entreprises).

1. Une crise déflationniste peut démarrer par une crise économique, comme celle de 2007 qui a abouti à une baisse de la croissance qui entraîne moins de travail, donc une augmentation du chômage, qui s’accompagne d’une baisse des salaires et donc du pouvoir d’achat.
>> La baisse de la consommation liée à la perte de pouvoir d’achat engendre une baisse des bénéfices des entreprises
>> Il y a donc moins de recettes fiscales.

2. Avec la hausse du chômage, on en arrive à une augmentation des dépenses sociales
>> Qui a un impact direct sur les finances de l’Etat.
>> On en arrive fatalement à une augmentation des déficits publics qui s’additionne aux dettes
>> D’où augmentation des dettes.

3. Il y a donc une nécessité soit de diminuer les dépenses, soit d’augmenter les impôts pour financer tout cela.

4. L’augmentation des impôts génère une baisse du pouvoir d’achat qui implique une baisse du taux de croissance.

Voilà comment on se retrouve embarqué dans un cercle déflationniste pour des années, c’est exactement ce qui se passe en Grèce aujourd’hui.

L’or, refuge des crises déflationnistes

Comment se comporte l’or en période déflationniste ? C’est une des meilleures valeurs refuges et la plus liquide qui soit.

Le cours de l’or est soumis à la baisse lorsqu’il y a une crainte de déflation, en cas de politique d’austérité et de récession (ce qui est actuellement le cas en ce qui concerne l’économie occidentale).

Sur l’or en période de déflation, Léonard Sartoni disait en 2008 : « Certains pensent que l’or performerait extrêmement bien si une déflation majeure se produisait aujourd’hui, alors que d’autres pensent que l’or retiendrait au mieux son pouvoir d’achat. Durant une déflation, il y a une fuite vers le cash, qui prend de la valeur, alors que le prix de tous les autres actifs baisse. Mais l’or est encore meilleur que le cash étant donné que c’est la seule monnaie sur laquelle ne repose aucune dette, et qui ne court aucun risque de faillite. »

En outre, la pyramide de liquidité des actifs en période déflationniste établie par John Exter montre que l’or est l’actif le plus liquide, et l’immobilier le moins liquide.

L’or en période inflationniste

Dans son ouvrage de référence « 2008 – 2015 : pourquoi l’or va battre la performance des actions et des obligations et comment vous pouvez en profiter », Léonard Sartoni explique qu’en cas de forte inflation, le prix de l’or « augmente beaucoup plus vite que l’inflation lorsque les investisseurs commencent à l’anticiper » et qu’il offre donc de bonnes possibilités de gains (en cas de forte inflation).

Et en « indéflation » ?

Sauf que la période dans laquelle nous nous trouvons n’est pas aussi tranchée.
A côté des baisses de prix évoquées, le prix de l’énergie, des matières premières, les denrées agricoles, les actifs qui génèrent des rémunérations, augmentent. Alors, inflation ou déflation ? Le débat dure de longue date.

Et pour cause, nous nous retrouvons pour la première fois au confluent de deux phénomènes contradictoires : la coexistence de l’inflation et de la déflation.

Que faire avec l’or actuellement ?

• Par rapport à la baisse actuelle du cours de l’or

Il faut voir dans la tendance baissière actuelle du cours de l’or (fortement impacté par un dollar vigoureux) comme une « dernière fenêtre d’opportunité pour l’or », pour reprendre une expression de Fabrizio Quirighetti dans un article du journal suisse Le Temps. Selon le Chef économiste de Syz & Co, à court terme, le scénario déflationniste (à la japonaise, avec de faibles performances) est plus envisageable que celui d’une inflation débridée. Dans ce cas, l’or ne devrait pas briller en effet, mais il reste « la meilleure assurance possible (c’est-à-dire la moins «chère» et la plus efficace) », l’or « offre actuellement des qualités de diversification au sein des portefeuilles, qui compensent, en partie, celles dorénavant altérées du couple actions-obligations » et parce qu’à force de jouer avec le feu d’une politique monétaire inflationniste, les pompiers pyromanes de la FED vont finir par redonner du lustre à l’or.

• L’or sauve-t-il de toutes les crises ?

Il faut toujours envisager l’or à long terme, dans une optique patrimoniale et sécuritaire. Le cours de l’or peut encore baisser durablement, cela ne change rien aux fondamentaux de l’or qui est un placement de long terme.

L’or est un actif rare, parcimonieux, une monnaie parfaitement adaptée à la décroissance. Si le prix de l’or baisse en période déflationniste, tous les prix baissent en proportion. Si le prix de l’or augmente, il permet de générer des gains. Dans les deux cas, l’or a tout bon.

Cette situation d’indéflation avec un risque majeur d’insolvabilité des États est inédite. Le comportement de l’or dans une telle période est donc inconnu.

Nous connaissons en revanche le comportement de l’or en périodes troubles. Quand le monde est en ruine, l’or se présente TOUJOURS comme une bouée de sauvetage.

Même s’il est difficile de prévoir le cours de l’or à l’issue de cette période étrange, d’attente pré-apocalyptique, on peut néanmoins parier que l’or et l’argent pourront toujours s’échanger contre du cash – s’il vaut encore quelque chose – ou contre des biens de consommation courante.


  
Répondre
MITTE
01/07/2020 11:01:32
0

Un peu complexe !

( pour moi en tous cas )

L’or et la déflation

Publié par Dan Popescu | 25 oct. 2016 | Articles

L'or et la déflation



Depuis le début de la correction de l’or en 2013, l’argument le plus baissier que j’entends est qu’il n’y a pas de risque d’hyperinflation ou, même, d'inflation élevée, mais plutôt un risque de déflation (ou un taux d’inflation négatif, à ne pas confondre avec un taux de hausse de l'inflation plus faible, ou la désinflation).

Qu’en penser ? Premièrement, définissons ce que nous voulons dire par inflation. En général, on définit l’inflation comme étant une hausse des prix de la plupart des biens et services. Mais qu’est-ce qui cause cette hausse ? Est-ce un changement dans l’offre et la demande de ces biens et services, ou seulement une augmentation ou diminution de la quantité de monnaie en circulation ? Si la hausse des prix se produit à cause d’une augmentation de la monnaie en circulation, nous avons de l’inflation. Cela arrive lorsque une banque centrale émet plus de monnaie que nécessaire pour les transactions de biens et services, afin de créer une illusion d’augmentation de la richesse. Au contraire, ce qui arrive dans ce cas est une perte de valeur de la devise (dollar, euro, etc.) à cause d’une augmentation de l'offre, plutôt qu’un changement dans l’offre et la demande desdits biens et services.

Il y a même eu un peu d’inflation avec l’or. Cependant, dans le graphique ci-dessous, nous pouvons voir que le taux d’inflation de l’or est en corrélation avec la croissance démographique. Comme vous pouvez le voir dans le graphique, la croissance démographique, récemment, a été de 1,2%, tandis que la production aurifère a crû de 1,7%. Depuis 1500, il se produit environ, de façon relativement constante, une once d’or pour chaque nouvelle personne sur la planète.



Croissance de la production d'or annuelle et croissance annuelle de la population mondiale



En période de déflation, la valeur de la monnaie augmente et les taux d’intérêt deviennent négatifs; les gens veulent alors conserver des liquidités, voir tout leur argent liquide, hors du système bancaire. Cela est catastrophique pour le système bancaire, et peut même mener à sa destruction. C’est pourquoi la déflation est le plus grand ennemi des banques et des banques centrales. Cependant, après une période prolongée d’endettement vient une période de désendettement qui peut conduire à une période de déflation. L’ancien gouverneur de la Banque du Canada et désormais gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, a appelé cela, dans un discours en 2011, le "moment Minsky" du système monétaire international.

Comment l’or a-t-il réagi lors des précédentes périodes de déflation ?

Roy Jastram, auteur de l’excellent livre sur l’or, The Golden Constant, a identifié trois périodes majeures de déflation : 1814-1830 (16 ans), 1864-1897 (33 ans), et 1929-1933 (4 ans). Le seul paramètre monétaire qui soit demeuré constant à travers ces périodes est l’or. Une quantité donnée d’or se serait échangée pour 80% plus de matières premières en 1896, au Royaume-Uni, que vingt ans plus tôt. Entre 1920 et 1933, les prix chutèrent au niveau le plus bas de l’histoire britannique. L’or a réagit en augmentant son prix en même temps que les matières premières jusqu’à ce qu’il atteigne un pic en 1920. L’indice du prix de l’or est resté constant, à une décimale près, pendant 90 ans. Il a ensuite grimpé de 33% entre 1918 et 1920.



L'or, l'argent et 'commodities' pendant la déflation



Roy Jastram conclut que, durant les périodes de forte déflation, la valeur opérationnelle de l’or augmente. Il indique aussi que l’or maintient son pouvoir d’achat pendant de longues périodes (demi-siècles), non pas parce que le prix de l’or suit celui des matières premières, mais parce que le prix des matières premières rejoint celui de l’or.

En déstabilisant le système bancaire et le système monétaire, la déflation crée une période de chaos et d’incertitude, ce qui est positif pour le prix de l’or. L’or est la seule monnaie qui soit réelle et qui ne comporte pas de risque de contrepartie, contrairement aux devises papier, basées sur de la dette. En période de déflation, plusieurs banques font défaut et les faillites sont généralisées, alors les gens ont tendance à conserver leur argent liquide hors du système bancaire et à le transformer en ce qui s'échange le mieux, l’or et l’argent, qui n'ont pas de risque de contrepartie. S’il y a une implosion déflationniste, aucun système financier ne fonctionnera correctement pendant une période, et l’or et l’argent feront partie des seules méthodes de paiement. Si vous ajoutez à cela l’élimination de la monnaie papier, comme le propose l’ancien économiste du FMI, Kenneth Rogoff, alors l’or et l’argent sont les plus acceptables formes d’argent liquide physique qu'il restera.

En conclusion, il n’est pas nécessaire d’avoir un taux d’inflation élevé ou de l’hyperinflation, comme on le lit souvent dans les médias, pour que le prix de l’or s’envole. La déflation pourrait aussi générer une augmentation significative de la demande d’or et, donc, de son prix. Les seules choses qui pourraient nuire à l’or seraient la désinflation et une faible inflation.

Nous sommes aujourd'hui dans une période de transition vers un nouveau système monétaire international. Durant cette période de transition, les gens auront besoin d'une monnaie pour payer ou échanger. En période de crise, d’hyperinflation ou de déflation, l’or a toujours joué le rôle de monnaie. L’or est la monnaie in extremis (de dernier recours).



Les taux d'intérêt à leur niveau le plus faible depuis 5000 ans



Les taux d’intérêt négatifs sont un aspect de la déflation que l’on peut observer dans plusieurs pays. Les taux d’intérêt négatifs sont haussiers pour l’or
. La backwardation (le déport) de l’or et l’argent est la conséquence de la manipulation des taux d’intérêt par l’État. La backwardation se produit quand le prix d’un contrat à terme d’une marchandise (l’or et l'argent, par exemple) est plus bas que le prix au comptant (spot). Cela indique que les gens préfèrent détenir de l’or et de l’argent, plutôt que la monnaie fiduciaire, qu’elle soit papier ou électronique, d’un pays (dollar, euro, yen, etc.).

Si la monnaie papier régnait en maître, la backwardation de l’or et de l’argent disparaîtrait; mais ce ne semble pas être le cas en ce moment. Le contrat à terme sur l’or, moins cher que le prix spot, démontre que les taux d’intérêt sur l’or sont plus importants que les taux sur la monnaie fiduciaire. Plus l’or et l’argent vont vers la backwardation, plus cela indique qu’il y a moins d’or et d’argent disponible à échanger contre des dollars ou autres devises. Viendra un temps où il n’y aura plus d’or ou d’argent disponible pour échanger contre les devises papier, aux prix actuels. Cela sera précédé d’une forte augmentation de la backwardation, jusqu'à la backwardation permanente. Une base négative indique une grosse pénurie d’or et d’argent disponible pour livraison. Nous observons déjà des signes de backwardation sur le marché de l’or.

En conclusion, en période d’hyperinflation, l’or reflétera la dévaluation de la monnaie papier ou électronique, tandis qu’en période de déflation, il reflétera l’effondrement du système bancaire. Ce sera alors le retour à l’or en tant que monnaie in extremis, encore une fois.

  
Répondre
MITTE
30/06/2020 22:17:24
0

Certificat NL0006454928 100 % Or.


En MENSUEL.


J'écrivais sur le commentaire en trimestriel que : " La tenkan est à 122, soit 10 petit pourcent de baisse, en cas de touchette sur la tenkan ".


Il se trouve que la kijun mensuelle est exactement sur le même niveau, très précisément à 121, 90 €.


Comme ça on ferait d'une pierre deux coups : touchette sur la tenkan trimestrielle et la kijun mensuelle sur les 121,90 €, ce qui ferait 20% de baisse et non pas 10 % comme je l'écrivais.


Le CCI est en surachat depuis 01/2019 ... Va bien falloir qu'il souffle ...


Bon, d'ici là, le certificat peut bien monter encore un peu. Le temps que l'or en $ tape son objectif des 1921 $ l'once touchés en sept 2011.


  
Répondre
MITTE
30/06/2020 18:08:33
0

L'OR ( ici le Certificat NL0006454928 100 % Or ) en TRIMESTRIEL POURSUIT SA MONTÉE.

4 TRIMESTRES DE SUITE EN CLÔTURES HORS BB.

Le CCI EN SURACHAT.

TROP VITE, TROP HAUT ?

Faudra bien qu'on les réintègre les BB, non ?

Pour le moment la tenkan et la kijun appuient, calées au cul des cours. La tenkan est à 122, soit 10 petit pourcent de baisse, en cas de touchette sur la tenkan.

Pas mortel.

  
Répondre
MITTE
14/06/2020 11:37:17
0

Bonjour l'inflation ?

C'est une sacrée bonne nouvelle pour l'Or ça, non ?

Le parcours ne sera pas toutefois exempt de secousses.

Lire :


Les taux : plafond de verre des marchés…
14 juin 2020
Thomas Andrieu.


Jusqu’ici, le rebond massif (de plus de 40% sur le CAC40) s’est expliqué principalement par

le retour de la confiance des investisseurs avec la multiplication des déconfinements dans le monde et
les politiques centrales visant à des injections record de liquidités. Bref, la réalité économique a été mise de côté…

UN REBOND CONFRONTÉ À LA RÉALITÉ ÉCONOMIQUE

Après une intensification du rebond, les marchés ont revus leur position avec les annonces de la FED. Celle-ci anticipe un PIB en recul de 6,5% en 2020 aux USA, et un taux de chômage à 9,30%. La FED reste ainsi particulièrement vigilante à l’inflation et précise dans un communiqué : “La crise sanitaire actuelle pèsera lourdement sur l’activité économique, l’emploi et l’inflation à court terme, et fait peser des risques considérables sur les perspectives économiques à moyen terme“

En conséquence, la FED garde ses taux entre 0% et 0,25%, par l’instabilité économique majeure à moyen terme mais aussi la peur du contre-effet inflationniste extrêmement persistent à moyen et long terme. L’inflation est donc à surveiller de près car elle incite et incitera probablement d’autres banques centrales à modifier leur politiques monétaires dans les prochains mois. Incitation à modifier leur politiques monétaires qui pourrait aussi se faire avec la hausse du dollar qui découle des décisions des derniers jours. On notera que l’euro aura cédé 1,8% face au dollar en même temps que la chute des indices. Le Yen, comme le dollar, reprend lui aussi du terrain et réaffirme lui aussi sa qualité refuge.

2021 prémices de l'effondrement Livre de Thomas Andrieu

Dettes, finance, nations, société : les prévisions d’un génie de 16 ans.

Découvrir ce livre

Malgré cette correction, le marché action reste encore économiquement dans une “survalorisation” à moyen terme au regard de la chute de 50% (attendue) des bénéfices (Stoxx 600) au T2, de la chute du PIB, et de la reprise incomplète de l’activité. Le marché pourrait donc être susceptible de mesurer à nouveau le risque dans les mois et/ou semaines à venir.

L’INFLATION COMME PRINCIPALE MENACE ?

Le problème actuel de l’inflation peut se résumer à la baisse de la productivité (10% à 15% en 2020 pour certaines estimations), à la hausse des coûts au sens large (à cause du poids des dettes, etc…), et aux injections massives de liquidités couplé à un contexte de fond encore déflationniste sur les marchés, ce qui alimente la hausse des prix courants. On notera également l’importance de l’inflation pour le marché obligataire. Marché obligataire qui est probablement le plus sous tension. Le taux américain 10 ans est en hausse à 0,71%.


L’instabilité des prix est donc un fort élément de variation des marchés à moyen terme. Instabilité des prix qui serait d’autant plus visible dans une situation de fort rebond économique.



***************************************************************************************************

Humbles commentaires.

L'inflation est bon pour l'Or, car l'Or conserve son pouvoir d'achat, alors même que ce dit pouvoir d'achat est rogné jusqu'à l'os par l'inflation.

Mais si inflation il y a, aux usa notamment, le dollar montera car la Fed sera obligé de remonter ses taux pour freiner l'inflation et si les taux remontent ce n'est pas bon car cela va freiner la hausse de l'or car l'aspect non rémunérateur de l'or cèdera alors devant la rémunération offerte par le dollar. C'est bien connu quand le $ monte l'or ne monte pas.

Sauf que l'aspect pouvoir d'achat louer en faveur de l'or.

Si le dollar monte, l'€ va baisser et l'or exprimée en € aussi. Va falloir bien regarder " le truc ".

Quoiqu'il en soit je continue d'investir en OR.

NB : l'inflation et la hausse des taux ( je sais c'est fou d'écrire cela ) qui pourrait en résulter pourrait permettre à certains assureurs bien gérés de proposer de nouveaux contrats avec des taux de rémunération plus alléchants que ceux de ce jour. Il faudra juste qu'ils gèrent bien les particuliers qui voudront sortir de leurs contrats pour en souscrire de nouveaux aux taux " plus mieux ".

  
Répondre
MITTE
09/06/2020 10:41:07
0

AUPLATA


C'est l'histoire d'un adieu ( Michel, bien sûr ! )

  
Répondre
MITTE
08/06/2020 21:01:43
0

L'OR en € - UT Jour

La kijun ne veut plus baisser, elles est loin de la tenkan et des cours, la tenkan commence à freiner, fin de la baisse .

Voir commentaires sur graph.

Effet miroir pour le cac ?

  
Répondre
MITTE
07/06/2020 13:51:08
0

L'OR en EUROS.

Pas facile l'Or hein ?

En consultant le graphique vous constaterez que dans l’ellipse de gauche l'or a chuté avec les marchés actions du fait du covid- 19, les opérateurs allant chercher sur l'or de quoi financer leurs appels de marges, dixit les pros.

Mais vous constaterez aussi, dans l'ellipse de droite que l'or chute aussi depuis ses plus haut du 18 mai 2020 alors même que les marchés actions ont pris leur envolée, sont sortis de leur range sous l'effet de différentes causes et raisons ( BC, sortie du confinement, bonnes stats chinoises etc ... )

Dans ce 2 ème cas de figure, les fonds spéculatifs placés sur l'or sont sortis pour aller sur les marchés actions plus rémunérateurs vu les évènements positifs en cours.

Alors ?

Si on regarde le graphique que voit-on ?

- que nous étions vendredi soir 5 juin 2020 dans la même situation graphique que celle du 16 mars 2020,

- à savoir que nous sommes tout en bas des BB, après avoir été tout en haut.

Et que s'est-il passé ensuite ?

Regardez ce que le CCI a fait après le 16 mars etc .....

Alors si l'or remonte les marchés actions vont-ils redescendre ?

L'or est une valeur refuge : il est donc normal que quand les choses se gâtent on aille en prendre un peu pour régler ses dettes, et il est aussi normal, que dans l'hypothèse où cette valeur refuge a bien remonté, qu'on l'a délaisse ou/et qu'on en prenne un peu pour faire, à +/- lt de bonnes opérations, non ? L'or n'offrant aucun rendement.

N'oubliez pas aussi, qu'à ttttlllltttt le pouvoir d'achat de l'or se maintient, on en a déjà parlé et on a cité des exemples.

N'oubliez pas aussi que l'OR, pas recherchée quand les monnaies ont fortes, EST L'ULTIME MONNAIE QUAND LES AUTRES SONT DÉFAILLANTES.

Et dans les temps qui viennent, avec les tombereaux de billets jetés du ciel - et ça va continuer - que valent les monnaies et que vaudront-elles dans les années qui viennent ?

Regardez sur internet le chute du dollar et de l'euro par rapport à l'or depuis ces dernières années.

C'est compliqué ? C'est quand même pas la faute de MITTE, non ? 😉

Début de semaine prochaine on devrait avoir un début de réponse.


  
Répondre
MITTE
07/06/2020 12:18:03
1

AUPLATA - UT JOUR

Dans la mesure où :

- la lagging span est, grosso modo, au-dessus des cours et au-dessus du nuage,

- les cours sont au-dessus de la tenkan et du nuage,

- le nuage est, un tout petit peu orienté à la hausse,

on reste globalement encore haussier en UT Jour.

Ce n'est pas folichon, folichon, mais, en tout cas, ce n'est pas baissier en journalier, ce qui, vu l'historique des cours n'étaient pas arrivé depuis un certain temps.

Il semblerait aussi que d'autres concessions soient en cours d'attributions en Guyane.

Le pétrole remonte alors comme il faut beaucoup d'énergie pour extraire ...

Attendre et patience.

Il n'en reste pas moins que depuis le 16 mars et depuis la sortie haussière des cours en journalier et en Ichimoku c'est positif ...

Message complété le 07/06/2020 12:19:22 par son auteur.

Sortie haussière des cours en journalier et en Ichimoku faite le 24 avril 2020.

  
Répondre
MITTE
03/06/2020 07:18:12
1

Vision P R T

Objectif : 0,30 €

  
Répondre
MITTE
03/06/2020 07:14:53
1

AUPLATA - UT JOUR

M A J et maintien de l'objectif : + 0,31 €

La théorie du ruissellement devrait aussi s'appliquer en bourse, non ?

Quand il vous reste quelques pincettes au fond de votre poche ( pour Blackrock c'est quelques centaines de millions ) vous les mettez sur AUPLATA, non ?

A suivre la nouvelle saga débutée par le post d’hier.

  
Répondre
MITTE
02/06/2020 10:08:06
0

AUPLATA - UT JOUR

On repart pour un tour ?

- on a cassé hier la tenkan et la kijun en clôture,

- on reste au-dessus ce matin,

- on passe les 23,6 % du fibo,

- le SAR est sur le point de passer rouge

3 signaux nets alors qu'on est haussier en UT JOUR. Certes il faudrait que la tenkan repasse au-dessus de la kijun, ce qui devrait/pourrait être le cas dans 3/4 jours.

Après chacun fait ce qu'il veut, mais vous ne direz pas que vous ne saviez pas.

On devrait aller revoir les 0,30 €.

Message complété le 02/06/2020 10:10:16 par son auteur.

- le SAR est sur le point de passer rouge !!!!!!

LIRE : " passer VERT " bien sûr !!!

  
Répondre
MITTE
01/06/2020 10:27:29
0

UT 4 heures.

Quand on sera haussier en ut 4 heures, quelques sous de misés pourquoi pas.

Attendre les 0,28475 € le petit plat de tenkan.

Mais ça les démange quelque part ...

  
Répondre
MITTE
01/06/2020 10:19:55
0

Vas-y développe, je prends tout.

Message complété le 01/06/2020 10:24:17 par son auteur.

L'analyse faite depuis ( au-moins ) le 16 mars a permis de grapiller quelques sous.

C'est surtout le passage haussier en hebdo que j'attends.

  
Répondre
Luncyan
01/06/2020 09:24:54
0

Je suis pas sur que l'AT en daily soit pertinent sur une penny

  
Répondre
MITTE
01/06/2020 09:13:41
0

M A J

AUPLATA

  
Répondre
MITTE
01/06/2020 08:59:53
0

Vendredi il y a eu une bougie en forme de très joli marteau.

On est au croisement ce matin.

Faut franchir la ROB, franchir la kijun, la tenkan, le fibo 23,6 % et clôturer au-dessus de ce joli monde, ce soir ou cette semaine.

  
Répondre

Forum de discussion General

202007121937 756850
Ma liste