OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

Le marché automobile français terrassé par le coronavirus

Cours temps réel: 6 568,82  1,35%



eichenlaub eichenlaub
01/04/2020 23:09:36
0

Bonsoir,

Je ne pouvais pas si bien dire tout à l'heure.
Cela y est, le gouvernement commence à parler de déconfinement … PAR REGIONS … et PAR TRANCHES D'ÂGES ...

Ce que l'on va donc probablement faire pour le déconfinement, n'aurait-on pas pu le faire pour le confinement puisque l'on a rapidement su grâce à l'exemple chinois que l'épidémie ne se développait pas de la même manière d'une région à l'autre et que des tranches d'âge ou des populations à risque étaient plus touchées que les autres ?

Bonne nuit à tous !

  
Répondre
eichenlaub eichenlaub
01/04/2020 15:29:51
0

Bonjour,

@Daniel Belin

Désolé, je n'ai pas vu votre message avant de poster celui que je destinais à j.tavern … preuve que j'ai tourné plus que sept fois ma langue dans ma bouche avant "d'écrire" mon message.

Tout ce que je dis est mesuré et je ne dis surtout pas qu'il ne fallait rien faire, notamment pour ne pas atteindre les nombres que vous avancez.
Mais parfois le remède tue le cheval.

Cordialement

  
Répondre
eichenlaub eichenlaub
01/04/2020 15:20:55
0

Bonjour,

@j.tavern

Les chinois ont mis en place un confinement strict et nous nous sommes dit : on ne peut pas faire moins qu'eux … sauf que les chinois avaient les moyens d'imposer manu militari (c'était une nouvelle façon pour le régime d'affirmer son emprise sur la population) un confinement hermétique qui ne concerne que … 3% de la population (50 millions de personnes à Wuhan et dans ses alentours).

Puisque des populations de malades potentiels ont pu être identifiées, nous aurions pu nous limiter :

- au confinement imposé des personnes âgées dans les EPHAD
- à un auto-confinement accepté des personnes âgées qui résident dans leur propre maison
- à un auto-confinement accepté chez elles des personnes à risques (diabète, obésité, surpoids, problèmes cardiaques,...)

Le reste de la population aurait pu continuer à vaquer - raisonnablement - à ses occupations professionnelles et privées en portant un masque et en évitant poignées de mains et embrassades ! (Incitations à rester chez soi comme aux Pays-Bas (17 millions d'habitants) et en Suède).
L' économie de toute la France n'aurait pas été arrêtée et ravagée de la sorte.
Nous aurions eu les quelques milliers de morts que nous aurons de toute façon mais plus de 98% des malades guérissent, ne l'oublions pas.

Au lieu de cela, nous avons un "comité scientifique" qui a remplacé le Conseil des Ministres et des gouvernants - de tous temps de piètres militaires en temps de guerre - qui restent suspendus aux lèvres d'un complexe médico-sanitaire (cf complexe militaro-industriel dans le déclenchement des guerres) qui comme la grenouille ...

  
Répondre
Daniel Belin Daniel Belin
01/04/2020 14:17:52
0

@eichenlaub : C'était çà ou entre 400.000 et 800.000 morts juste pour la France. Il y en aura 20.000, c'est déjà pas mal.

  
Répondre
j.tavern j.tavern
01/04/2020 12:33:42
0


Je doute de la thérapie de choc (remède de cheval) du confinement (enfermements isolés ou à plusieurs) qui aurait du être restreints (non généralisés ou presque) selon moi et à mon humble avis.


Restera les soins sanitaires et sociaux eux aussi obligatoires après le dé confinement (des millions de patients en France à partir de 0 an?



  
Répondre
eichenlaub eichenlaub
01/04/2020 12:04:27
0

@As du Pif,

L'annulation des salons de l'automobile, c'est bien sûr un détail !
La mascarade dit bien ce qu'elle veut dire, et l'ennui c'est qu'elle a conduit à l'effondrement de l'économie, pas seulement dans l'automobile, en Europe et en France notamment … beaucoup moins en Chine.

Très cordialement

  
Répondre
eichenlaub eichenlaub
01/04/2020 11:48:17
0

Bonjour,

On va bientôt pouvoir se demander, sérieusement et objectivement, si toute cette mascarade était bien nécessaire.

  
Répondre
eichenlaub eichenlaub
01/04/2020 11:48:17
0


L'usine PSA de Mulhouse, le 9 avril 2019 (AFP/Archives/SEBASTIEN BOZON)

Le marché automobile français a chuté de 72,2% en mars et devrait baisser de 20% sur l'année, victime de l'épidémie de coronavirus et des mesures de confinement de la population qui ont stoppé les ventes.

Depuis le 17 mars, la France est sous confinement, et tous les commerces non essentiels, dont les concessions automobiles, sont fermés, dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de Covid-19. L'ensemble des usines automobiles ont été mises à l'arrêt.

En toute logique, les livraisons de véhicules se sont effondrées: moins de 63.000 voitures particulières neuves immatriculées en mars, contre près de 226.000 sur le même mois de l'an dernier qui comptait pourtant un jour ouvré de plus, selon des chiffres publiés mercredi par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

"C'est historique. On n'a jamais eu une baisse comme celle-là", a commenté François Roudier, porte-parole du CCFA, joint au téléphone par l'AFP. L'organisation prévoit sur l'ensemble de l'année une chute de 20%.

"Même en cas de reprise forte" après le confinement, "on ne pourra pas rattraper complètement (la) baisse considérable" du mois de mars et celle d'avril qui se profile déjà pour les mêmes raisons.

- "Marasme, sidération, malheur" -

"Le marasme, la sidération et le malheur. Pour la suite... il faut imaginer des stratégies de sortie de crise hors des schémas traditionnels de pensée, car tous nos repères habituels sont balayés", a commenté sur le réseau social Twitter Xavier Horent, délégué général du Conseil national des professions de l'automobile (CNPA), qui représente 142.000 entreprises de proximité au sein de la filière.

"La vraie question, c'est désormais +quelle sortie de crise pour l'industrie automobile?+", estime Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'Automobile. "Comment les constructeurs et les pouvoirs publics pourront relancer les ventes?", a-t-il interrogé.

Car, une fois le confinement terminé, le redémarrage sera très dur. "D'une part, les particuliers ne vont pas se précipiter en concession pour acheter une nouvelle voiture. D'autre part, les entreprises seront fragilisées et leur priorité ne sera surtout pas de changer de voitures. Donc tous les canaux seront à l'arrêt", estime cet expert.

"Il faut absolument, sans aucun compromis sur la santé de nos collaborateurs, qu'on se prépare au redémarrage de nos usines (...) probablement dans la deuxième moitié du mois d'avril", a par ailleurs estimé le patron de l'équipementier Valeo, Jacques Aschenbroich, sur BFM Business.

- Redémarrage des usines ? -

L'idée d'un redémarrage industriel, déjà formulée par PSA et Renault, se heurte pour l'instant à l'opposition des syndicats, mais des discussions sont en cours.

L'effondrement du marché automobile est mondial. L'agence de notation Moody's prévoit une chute de 14% cette année, alors que l'épidémie de Covid-19 touche toutes les grandes économies, dans le sillage de la Chine, paralysant à la fois les ventes et la production.

L'Europe occidentale devrait être la région la plus affectée avec une baisse du marché de 21%, devant les Etats-Unis (-15%), la Chine (-10%) et le Japon (-8%).

Dans ce contexte, les groupes français ont été touchés en mars comme tous leurs concurrents dans l'Hexagone. PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel) a vu ses immatriculations de voitures particulières neuves dégringoler (-73,4%), comme le groupe Renault (-71,6%), avec Dacia et Alpine, d'après les chiffres du CCFA.

Avec un marché à tel point amputé, les différences entre constructeurs ne sont cependant pas représentatives, "on ne peut pas les commenter", a expliqué M. Roudier.

En France, le groupe Volkswagen (avec Audi, Skoda, Seat, Porsche), premier importateur, a chuté de 78,9% en mars. Les spécialistes allemands du haut de gamme BMW (avec Mini) et Daimler (Mercedes) ont reculé respectivement de 61,8% et 73,8%.

Le groupe Hyundai (Kia) a connu un sort à peine moins catastrophique (-55,1%), tout comme Toyota (-57,9%). Les autres grands acteurs du marché, Ford (-80,1%), Fiat Chrysler (-82,5%), Nissan (-75,2%) ont complété le sombre tableau.

Les organisateurs du Mondial de l'auto, grand salon de l'automobile qui devait se tenir début octobre à Paris, avaient annoncé lundi son annulation "au regard de la gravité de la crise sanitaire sans précédent face à laquelle le secteur automobile (...) joue aujourd'hui sa survie".

© 2020 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

202004012309 762640
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2021

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.