OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

Livret A: la collecte de mars au plus haut depuis plus de 10 ans

Cours temps réel: 5 598,18  0,56%

PX1


Luncyan
19/04/2020 12:07:13
1

Analyse pertinente

  
Répondre
JD1976
19/04/2020 11:41:00
1

Livret A et LDDS : la collecte actuelle n’a rien d’inédit

Publié le 17.04.2020 à 17h50 • Mis à jour le 17.04.2020 à 17h56


Les 9,9 milliards d’euros captés au premier trimestre inquiètent le gouvernement. Pourtant, de tels niveaux ont déjà été atteints voire dépassés ces dernières années.

Confinement oblige, les Français ont alimenté généreusement leur Livret A en mars

3,82 milliards d’euros, contre 2,52 milliards d’euros sur la même période en 2019. La collecte du Livret A et du LDDS en mars a fait réagir Bercy. Bruno Le Maire n’a pas manqué de souligner mercredi qu’il redoutait de voir le taux d’épargne enfler dans une période où les entreprises vont avoir besoin de soutien, que ce soit par l’investissement ou la consommation.

Les chiffres détaillés, publiés ce vendredi par la Caisse des dépôts, confirment en effet l’ampleur de la collecte en ce début d’année. En trois mois seulement, les deux supports réglementés ont quasiment atteint le cap symbolique des 10 milliards d’euros de collecte.

Plus de 16 milliards d’euros en 2013 sur trois mois

Pour autant, il convient de revenir un instant sur les propos du ministre de l’Economie. Notons d’abord que la collecte, bien que spectaculaire, n’est en rien inédite. L’an passé à la même date, Livret A et LDDS avaient déjà capté 9,65 milliards d’euros d’argent frais, soit presque autant que les 9,9 milliards d’euros de cette année.

De surcroît, ils ont déjà fait nettement mieux. En 2013, à la faveur d’un mois de janvier record, la collecte cumulée avait franchi les 16 milliards d’euros sur le seul premier trimestre.

Bien sûr les circonstances ne sont pas les mêmes. On comprend parfaitement que les propos de Bruno Le Maire masquent une inquiétude, celle de voir les Français se replier peu à peu sur leur épargne face à la pandémie.

Une situation guère surprenante… qui appelle une réponse politique

Il n’empêche que le niveau de collecte actuel n’est nullement surprenant. Peut-on reprocher à des ménages qui craignent pour leurs revenus ou leur emploi de mettre de l’argent de côté ? Quant à ceux qui ne sont pas dans une situation financière à risque, peut-on leur faire le grief de ne pas consommer davantage alors que le pays est quasiment à l’arrêt ?

L’arbitrage entre consommation et épargne, tout comme l’arbitrage entre épargne et investissement, est une question d’opportunité mais aussi de confiance. Si à court terme, le repli vers des supports sécurisés est parfaitement compréhensible (il était même prévisible), la suite des événements dépendra de la réponse politique apportée à la crise…

  
Répondre
Bradleo
17/04/2020 11:34:57
1

il est gonflé lemaire.

il supprime les dividendes et voudrait qu'on investisse dans les entreprises. on se fait tondre

  
Répondre
Bradleo
17/04/2020 11:34:57
0


Le livret A a enregistré largement plus de dépôts des épargnants que de retraits au mois de mars, portant la collecte mensuelle à 2,71 milliards d'euros, son niveau le plus élevé depuis 2009 (AFP/Archives/DENIS CHARLET)

Le livret A a enregistré largement plus de dépôts des épargnants que de retraits au mois de mars, portant la collecte mensuelle à 2,71 milliards d'euros, son niveau le plus élevé depuis 2009, selon des chiffres publiés vendredi par la Caisse des dépôts.

Fait rare, en l'espace d'un mois, la collecte du livret A a plus que doublé par rapport au mois précédent durant lequel elle s'établissait à 1,17 milliard d'euros en février dernier, à un niveau alors bien inférieur à celui atteint en 2019.

La collecte sur le Livret de développement durable et solidaire (LDDS), qui contribue au financement de l'économie sociale et solidaire, a également atteint en mars son niveau mensuel le plus élevé depuis 2009 à 1,12 milliard d'euros.

Au total, la collecte nette sur les livrets A et LDDS, placements tous les deux défiscalisés, s'est élevée à 3,82 milliards d'euros sur l'ensemble des réseaux bancaires.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a déploré mercredi cette envolée mensuelle des dépôts sur les deux produits d'épargne.

"Ce n'est pas d'épargne dont nous avons besoin aujourd'hui pour notre économie, mais d'investissement", a-t-il mis en garde alors que les économies française, européenne et mondiale sont confrontées à la perspective de leur pire récession depuis les années 1930, à cause de la pandémie de Covid-19.

Selon le ministre, il y a un "risque de voir le taux d'épargne augmenter face aux incertitudes, au détriment du financement de notre économie".

En revanche, par rapport à l'an dernier, la progression des dépôts ressort beaucoup plus modérée sur le trimestre -de l'ordre de 2,6%- la collecte cumulée des deux produits d'épargne atteignant 9,90 milliards d'euros entre janvier et mars contre 9,65 milliards l'an dernier sur la même période.

L'encours total sur ces deux produits atteint 420,8 milliards d'euros à fin mars 2020.

© 2020 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

202004191207 769722
Ma liste