OK
Accueil > Communauté > Forum Général

La Chine en chiffres



JD1976 JD1976
11/05/2021 11:43:16
1

MaFrance, une plateforme qui permet aux PME françaises d’exporter vers la Chine.

https://www.bfmtv.com/economie/sophie-marceau-il-faut-aider-nos-createurs-nos-artisans-a-faire-connaitre-leur-travail-en-chine_AN-202105100464.html

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
26/04/2021 12:57:40
2

Investissements chinois à l'étranger :

la France classée 17e dans le classement des pays les plus sûrs pour les investissements chinois.

L’institut d'économie et de politiques mondiales de l'Académie chinoise des sciences sociales (CASS) a communiqué le 22 avril les résultats de son rapport annuel sur l’évaluation des risques pour les investissements chinois à l’étranger.

La CASS a abaissé le classement de l’Australie (15e, -12 places, AA), des Etats-Unis (35e, -8 places, A) et du
Royaume-Uni (23ème, -7 places, A) du fait, selon le think-tank, de la détérioration rapide des relations politiques
et de la baisse significative de la solvabilité de la dette.

L’Allemagne occupe la première place du classement ; la France la 17e, (+1 place, AA). Singapour (10e) est le seul pays signataire de l’initiative des Routes de la soie à être considéré comme "à faible risque" (AA) pour les investisseurs2.

Le classement a été établi sur la base d'une pondération égale de cinq critères :

-risques politiques,

-fondamentaux économiques,

-capacité de remboursement de la dette,

-stabilité sociale et

-relations avec la Chine.

Sur le dernier critère, les Etats-Unis occupent la dernière position (114e, -11 places), l’Australie la 89e (-49 places).

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
04/04/2021 13:37:23
2

Transports aeriens:

Les trois plus grandes compagnies d’Etat chinoises, Air China, China Southern et China Eastern, affichent en 2020 une perte cumulée de 37,1 Mds CNY (4,8 Mds EUR). En moyenne, les trois grandes compagnies chinoises auront transporté 40% de passagers en moins par rapport à 2019.

Au T4 2020, la baisse du trafic aérien et des recettes associées, entraînées alors par l’apparition de nouveaux foyers de COVID-19 en Chine, de nouvelles restrictions sanitaires et une limitation des voyages, se sont conjuguées à des dépréciations d’actifs pour une flotte long-courrier sous exploitée voire clouée au sol, aggravé par les coûts de maintenance (moteurs et autres équipements).

De manière générale, les performances des compagnies chinoises en 2020, adossées à une reprise certaine du marché domestique, s’avèrent globalement moins dramatiques que celles de leur concurrentes américaines (-32 Mds USD cumulés, dont -8,8 Mds USD pour American Airlines, et -12,4 Mds USD pour Delta Airlines,) ou européennes (AFKLM a annoncé des pertes de 7,1 Mds EUR ; Lufthansa -6,7 Mds USD ; ou encore le groupe IAG avec -7,4 Mds EUR). Avec des pertes importantes, mais moins colossales que prévues, les compagnies chinoises seront prêtes à de nouvelles expansions quand les contraintes sur les vols internationaux seront allégées.

A l’occasion de la saison aéronautique d’été 2021, qui a officiellement débuté le 28 mars (elle s’achèvera le 24 octobre prochain), les compagnies chinoises proposent une augmentation significative des services aériens sur le réseau intérieur. Avec 92 756 vols programmés pour cette saison, l’Administration de l’Aviation Civile de Chine (CAAC) enregistre une augmentation de +10,7% de l’offre par rapport à la période similaire de congés en 2020.

La demande étant redevenue forte, le prix des billets en classe économie avoisineraient ceux de 2019 pour la fête de Qingming (96% du coût) et les dépasseraient même de 11%, pour le pont du 1er mai....

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
04/04/2021 13:21:23
3

Semi-conducteurs.

Le 29 mars, le ministère des Finances (MoF) a publié un plan actant, à compter du 27 juillet prochain, et jusqu’à 2030, de la fin des droits de douane à l’importation de produits d’entreprises de logiciels et de circuits intégrés.
Ces suppressions de droits de douane s’appliquent notamment pour les fabricants de circuits intégrés dont la finesse de gravure est inférieure à 65 nm, pour les principales matières premières et pièces de rechanges, et pour les galettes de silicium (wafers) lorsque les matériaux issus de la production indigène ne peuvent pas répondre à la demande. Ces mesures s’appliquent également aux entreprises qui importent des matières premières et composants qui ne peuvent être produits en Chine, soulignant une volonté de stabiliser les chaînes d’approvisionnement. Le MoF a en outre indiqué que ces critères pourraient évoluer en fonction du « développement industriel intérieur et du progrès technologique ».

Ces mesures s’inscrivent dans une volonté de la Chine – à nouveau affirmée lors des lianghui –devenir une « puissance technologique » autonome dans ce secteur. Ces ambitions chinoises se traduisent par une intensification des dispositifs de soutien à une production nationale de puces électroniques et une réduction de la dépendance de la Chine aux fournisseurs étrangers, s’agissant notamment des composants les plus avancés de semi-conducteurs, dont les importations dépasse les 300 Mds USD chaque année.

En particulier, l’exemption de droits de douane pour les fabricants de puces en 65 nm (contre 500 nm auparavant) illustre cette volonté chinoise de progresser dans la fabrication de puces avancées. En 2015, le plan « Made in China 2025 » fixait déjà l’ambitieux objectif d’atteindre une production indigène de puces de 70% à horizon 2025 ; or cette part ne s’élève actuellement qu’à 15,7% selon IC Insights. Malgré des investissements massifs dans ce secteur, la Chine reste donc très dépendante des Etats-Unis, de l’Europe et de Taiwan pour les composants les plus avancés.

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
04/04/2021 13:16:50
1

Parts de marché des Vins en Chine

Selon les douanes chinoises, les importations de vins australiens ont chuté de 70 % (en g.a., à 43 M USD) sur la période janvier – février 2021. L’Australie était depuis 2019 le premier fournisseur de vins de la Chine, devant la France, aidée par un accord de libre-échange supprimant les droits de douanes sur le vin.

La relation entre Pékin et Canberra a connu une dégradation certaine à la suite d’une demande en avril 2020 de la part du gouvernement australien pour une enquête indépendante sur l’origine du coronavirus en Chine.

Il n'empeche, sur ce tableau, on voit la chute graduelle de nos exportations de vins depuis 2011. Il serait grand temps de reagir....

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
20/02/2021 07:09:28
1

Parts de marche de la France en Chine en 2020:

A 1,5 %, la part de marché de la France en Chine est en légère baisse (1,6 % en 2019) ; elle reste loin derrière celle de l’Allemagne (5,1 %). Nos entreprises sont bien positionnées dans les secteurs :
- des spiritueux (1er fournisseur loin devant le Royaume-Uni),
- de l’aéronautique (2e derrière les États-Unis),
- du vin (2e derrière l’Australie depuis 2019),
- des cosmétiques (2e derrière le Japon)
et
- des produits pharmaceutiques (3e derrière l’Allemagne et les États-Unis).

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
20/02/2021 07:08:24
1

Le déficit commercial de la France vis-à-vis de la Chine a atteint un nouveau record en 2020 : 38,9 Md€ (à comparer à 32,3 Md€ en 2019):

Exportations:

Après avoir été stables en 2019, les exportations françaises vers la Chine ont chuté fortement en 2020 (-16,3 % à 17,5 Md€). Cette baisse s’explique exclusivement par le secteur aéronautique dont les exportations ont baissé de 64 % par rapport à 2019, malgré des ventes importantes en fin d’année. Hors aéronautique, les exportations françaises ont été dynamiques (+10,1 % à 14,9 Md€). Cette évolution est à mettre en contraste avec la forte baisse des exportations françaises dans le reste du monde (-12,6 % pour les exportations hors aéronautique hors Chine). Les produits agricoles en particulier ont soutenu le commerce avec la Chine : + 115 % à 1,0 Md€, portés par les céréales (+150 % à 850 M€). Les exportations de textiles (+37 % à 1,6 Md€), de produits chimiques (+11 % à 2,9 Md€) et de produits pharmaceutiques (+15 % à 1,6 Md€) ont augmenté. Les exportations de biens d’équipements (-2 % à 3,4 Md€) et de produits métallurgiques (-7 % à 600 M€) ont quant à elles baissé.

Importations:

Les importations quant à elles ont significativement augmenté (+6,0 % à 56,4 Md€) dans le contexte des approvisionnements de matériel médical, portées par les achats massifs de produits médicaux à partir d’avril (masques importés de Chine pour près de 5 Md€ en 2020). Les importations d’ordinateurs (+8 % à 5,7 Md€) ont également enregistré une hausse, en lien probable avec le confinement et le développement du télétravail. Nos importations de bateaux ont également augmenté (+220 % à 560 M€). Quasiment tous les autres postes d’importations sont en baisse dans le contexte du ralentissement de l’économie française : -12 % à 5,1 Md€ pour les articles d’habillement ; -6 % à 3,9 Md€ pour le matériel électrique ; -6 % à 2,5 Md€ pour les articles de sports et jouets. Hors masques, les importations en provenance de Chine ont baissé de 2,9 %.


  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
20/02/2021 06:27:53
1

Hubei*: chute du PIB de 5% sur l’année 2020:

* La province de Hubei est celle d'ou est partie l'épidémie de Covid-19 et qui a été très durement touchée par elle. Elle accueille a Wuhan, Stellantis, Valeo, Faurecia, Plastic Omnium et de nombreuses autres entreprises francaises de la filière automobile.

La population du Hubei avoisine les 56 millions d'habitants dont près de 11.5 pour Wuhan et son agglomération.

Selon les données publiées par le bureau des statistiques du Hubei, la province accuse une croissance négative du PIB en 2020, de l’ordre de -5%, liée à la chute de l’activité économique durant le confinement et malgré un redressement de l’activité au second semestre. La province affichait pour mémoire en 2019 une croissance de +7,5%.

Les investissements en actifs fixes ont chuté de -18,8% sur l’année 2020, avec une chute des investissements en infrastructures (-22,8%), des investissements dans l’industrie (-23,9%) et un repli moins marqué de l’investissement dans l’immobilier (-4,4%). La reprise de l’activité dans le Hubei reproduit les tendances observées au niveau national, avec une reprise de la production industrielle plus rapide que celle de la consommation des ménages : la production dans les entreprises industrielles dites « de taille significative », définie comme les entreprises au chiffre d’affaires annuel supérieur à 20 M CNY) s’est redressée dès le mois de mai sous l’effet des mesures de soutien public. En revanche, les ventes de détail ne se sont redressées qu’en décembre, timidement, avec une hausse de +0,2%. Sur l’ensemble de l’année 2020, les ventes de détail ont connu une contraction de -20,8%.

Si les autorités affirment que l’emploi est demeuré « globalement stable », les chiffres du taux de chômage urbain (qui n’inclut pas la catégorie des travailleurs migrants, variable d’ajustement traditionnelle en cas de chute de l’activité) n’ont pas fait l’objet d’une annonce. En revanche, le bureau des statistiques fait état d’une chute du revenu moyen annuel disponible des ménages urbains de -2,4% en 2020 en glissement annuel, à 36 700 CNY, et d’un repli de -0,8% pour les ménages ruraux, à 16 300 CNY.

Les autorités ont consenti un effort budgétaire massif, équivalent à 10 points de PIB de la province, durant la crise. Les coûts engagés par le gouvernement de la province dans la lutte contre l’épidémie ont totalisé 100 Mds CNY (12.8 Mds d'euros), dépenses qui incluent la prise en charge médicale gratuite des malades, l’isolation des cas contacts, la construction des deux hôpitaux de fortune Huoshenshan et Leishenshan, les primes accordées aux soignants, le dispositif de test de la totalité de la population de Wuhan effectué en mai, les mesures de contrôle des prix des produits agricoles et alimentaires et les aides aux catégories les plus vulnérables.

Le gouvernement provincial a également apporté un soutien financier de grande ampleur à la reprise économique à travers des mesures de baisse des coûts des entreprises, d’un montant de 100 Mds CNY, et un plan de relance budgétaire de 243 Mds CNY( 31.1 Mds d'euros) qui a financé un total de 2 534 projets d’infrastructure.

Ces mesures, financées en partie grâce à l’émission de Special Government Bonds, aggravent l’état des finances publiques, déjà dégradé après le financement des travaux d’infrastructure pour l’accueil des Jeux militaires de Wuhan à l’automne 2019.

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
21/12/2020 08:32:15
1

Présence française en Chine :

l’INSEE publie une étude sur les firmes multinationales françaises en 2018

 En 2018, les entreprises françaises employaient 6,2 millions de salariés, dont 481 000 en Chine, soit 7,8 % de l’effectif total (7,9 % pour l’industrie ; 2,8 % pour les services ; 18,7 % pour le commerce)

 Les frais de personnel s’élevaient à 20 900 EUR par salarié (à comparer à 45 900 EUR dans les pays de l’Union européenne et 30 800 EUR dans les pays hors UE)

 Les entreprises françaises ont réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 79 Mds EUR en Chine, soit 6,1 % du CA réalisé hors de France

 Les investissements corporels en Chine s’élevaient à 2,6 Mds EUR (63 Mds EUR pour l’ensemble des investissements corporels hors de France)

 2 800 filiales étaient présentes en Chine (45 500 pour l’ensemble des filiales établies hors de France)

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
21/12/2020 08:27:40
1

Production industrielle : légère accélération de la croissance de la production industrielle à +7,0% en g.a. en novembre

Ventes au détail : poursuite du redressement des ventes au détail en novembre à +5,0%

Investissements en capital fixe : forte croissance à +2,6% sur les onze premiers mois de l’année

Chômage : recul continu du taux de chômage urbain à 5,2%

Immobilier : poursuite de l’investissement en construction, dans un contexte de poursuite de la hausse des prix sur le marché de l’immobilier ancien, notamment dans les principales villes

Finances publiques : la hausse des recettes publiques se confirme en novembre.

Politique monétaire : la PBoC a injecté 950 Mds RMB de liquidités via la facilité de prêt à moyen terme (MLF) en fin d’année.

Semi-conducteurs :

- le ministère des Finances annonce des politiques fiscales préférentielles pour les industries des semi-conducteurs et des softwares

- nomination au sein de SMIC d’un nouveau vice-président, Chiang Shang-yi, ancien directeur des opérations de TSMC . M. Chiang a exercé neuf ans en tant que directeur des opérations du fondeur taïwanais TSMC, notamment sur des puces dont les noeuds étaient de l’ordre de 0,25 micromètres à 16 nanomètres (selon SMIC), avant de démissionner en 2006. Il était notamment depuis 2019 CEO de Wuhan Hongxin Semiconductor Manufacturing Company (HSMC), ambitieux fabricant de puces chinois qui a dû passer sous le contrôle des autorités locales (district de Dongxihu à Wuhan) à la suite des retards accumulés ces derniers mois dans la construction d’une usine coûtant 20 Mds USD. M. Chiang a démissionné de HSMC en juin 2020. Il avait par ailleurs déjà rejoint SMIC en tant que directeur indépendant de 2016 à 2019.

Santé : Fosun commande 100 M de doses de vaccins Pfizer-BioNTech pour le marché chinois .

Industrie du luxe : des soupçons sur la possibilité de défaut de Shandong Ruyi, groupe chinois qui détient plusieurs marques françaises. Le groupe Shandong Ruyi Technology est soupçonné d’être en difficulté financière, voire de pouvoir faire prochainement défaut sr ses remboursements d'obligations. En 2016, Shandong Ruyi avait notamment racheté le groupe SMCP qui détient les marques françaises Sandro, Maje, Claudie Pierlot dans le prêt-à-porter et les accessoires.




  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
13/12/2020 18:02:38
1

Quel rapport entre un Oradour géant perpétré par les japonais sur la population de Nanjing et les exactions de la Révolution Culturelle ?

Il n’y a pas d’omerta ici: Il y a de nombreux livres et certains feuilletons de télévision qui n’hésitent pas à mettre en scène des histoires qui se sont passées pendant la RC. Ici tout le monde sait, parce que chaque famille ou presque avait son garde-rouge... ce sont des gens comme Liu Shao Qi, Chu En Lai, Deng Xiao Ping, le père de XI Jing Ping et bien d’autres, tous membres éminents du PCC, qui ont mis fin à ces folies perpétrées par les gardes-rouges sous la férule de l’épouse de Mao.

Pour rappel, en France, le régime de Vichy n’a pas hésité à envoyer 141000 français en déportation. Le Vel d’hiv... ça ne rappelle rien...?

  
Répondre
sombreclarte sombreclarte
13/12/2020 16:12:55
0

@ Dubaisan

Le PCC n'a pas eu besoin des Japonais pour perpétrer des massacres contre son propre peuple

Briser l'omerta

La rumeur des carnages au Guangxi – qui ont fait 150 000 morts, selon certains recoupements – a poussé les autorités à diligenter une enquête officielle, une quinzaine d'années plus tard. Ses conclusions n'ont jamais été rendues publiques. Mais le journaliste Zheng Yi en a tiré un livre-choc, Stèles rouges, publié à l'étranger au début des années 1990 et interdit en Chine. Plus récemment, l'un des responsables de la commission d'enquête a fait paraître un article dans un magazine chinois libéral à faible tirage. Il y détaillait ses découvertes et rappelait qu'au moins une centaine d'individus avaient pris part à des actes de cannibalisme. Mais ses efforts pour toucher l'opinion ont rencontré une vive résistance.

Des officiels régionaux retraités ont aussitôt rédigé une virulente réplique, envoyée aux plus hautes instances communistes. « Ils m'accusaient d'être anti-Parti et antisocialiste », et réclamaient une autocritique, se souvient le cadre. Zheng Yi, qui avait le premier exposé au grand jour les cas de cannibalisme de Wuxuan et qui vit désormais exilé aux États-Unis, s'alarme du silence persistant sur les violences barbares de la Révolution culturelle. « Comme le gouvernement n'a jamais permis un examen historique en profondeur de la période, il est impossible de dire si des leçons en ont été tirées », a-t-il déclaré.

HistoireActualités internationales

Partager sur

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
13/12/2020 15:56:00
1

13 Décembre 1937:

Date inscrite dans la mémoire des chinois : celle qui marque le début du massacre de Nanjing ( Nankin) et dura pendant 6 longues semaines et reste un prélude à la guerre de 1939 -1945.

En ce jour funeste commença l'éxécution de 300 000 individus, hommes, femmes, enfants par les japonais, la plupart par décapitation, baionnettes ou fusillades a la mitrailleuse sur les bords du Yangtzé....

Xi Jing Ping a fait de ce jour, un jour de Mémoire Nationale.

  
Répondre
manuborelli manuborelli
13/11/2020 18:16:17
0

objectivité: ils sont forts ces chinois 👍

ça gagne partout.

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
13/11/2020 18:08:45
2

Marché automobile:

Les ventes d'automobiles en Chine ont augmenté de 12,5 % en octobre, à 2,57 millions, grâce au réchauffement du marché et aux politiques gouvernementales visant à stimuler la consommation, a indiqué mercredi une association industrielle.

Cette hausse a marqué le sixième mois consécutif de croissance à deux chiffres en glissement annuel. Les ventes d'automobiles ont augmenté de 0,1 % sur une base mensuelle, selon l'Association chinoise des constructeurs automobiles.

Les ventes d'automobiles se sont élevées à 19,7 millions au cours des dix premiers mois, soit une baisse de 4,7 % en glissement annuel.



  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
08/09/2020 08:46:54
0

2èm mise à jour,


  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
08/09/2020 08:46:21
0

Mise à jour,

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
28/07/2020 07:50:29
0

CROISSANCE : net rebond à +3,2% en g.a. au T2 contre -6.8% au T1 2020 => Au S1 croissance négative de : -1.6%

DEMANDE INTERIEURE : reprise lente de la demande interne au T2 2020

COMMERCE EXTERIEUR : les échanges extérieurs continuent de chuter au T2

MONNAIE ET BANQUE : la poursuite des mesures de soutien aux PME et au secteur rural

MARCHES DES ACTIFS : le marché boursier connaît une tendance haussière alors que le marché obligataire enregistre un net recul au T2 2020

MARCHE DES CHANGES : le RMB tombe à son plus bas niveau depuis 2019 par rapport au dollar après les Lianghui, avant de se raffermir en juin ; fort rebond des réserves de change au T2 2020

FLUX DE CAPITAUX : Sorties nettes de capitaux au T1 2020

FINANCES PUBLIQUES : les recettes publiques enregistrent une croissance positive de +3,2% en juin pour la première fois depuis le début de l’année

Marchés Actions

Le marché boursier connaît une tendance haussière au T2 2020, du fait de l’amélioration des anticipations des investisseurs, d’une liquidité abondante et d’un retour massif des investisseurs individuels. Fin juin, consécutivement à la publication d’indicateurs PMI s’inscrivant au-delà des anticipations, le SSE Index remonte à 3000 points pour la première fois depuis début mars.

Le volume d’échange journalier sur la Bourse de Shanghai et la Bourse de Shenzhen dépasse 1000 Mds RMB, pour la première fois depuis début mars. A noter que le secteur des institutions financières non-bancaires (alimenté notamment par les perspectives de fusion des sociétés de valeurs mobilières avec les grandes banques commerciales) a particulièrement tiré à la hausse les indices.

Le SSE Index est considérablement modifié pour la première fois depuis sa création en 1991 avec son nouvel indice : le SSE STAR Market 50 publié le 23 juillet dernier, A fin juin, 124 sociétés étaient cotées sur le SSE STAR Market pour une capitalisation boursière totale de 2607 Mds RMB.

 Le 20 mai, le Sénat américain a adopté la « Holding Foreign Companies Accountable Act », qui interdirait ou radierait les sociétés étrangères cotées aux Etats-Unis si elles ne respectaient pas les normes d'audit pendant trois années consécutives. Ce projet de loi obligerait également les entreprises à certifier qu' «elles ne sont pas détenues ou contrôlées par un gouvernement étranger». Cette décision de renforcer les exigences de divulgation vise principalement la Chine, dans le contexte des tensions commerciales sino-américaines et du scandale de fraude de Luckin Coffee.

Marchés obligataires

 Moyenne des différences des taux des obligations AAA et des bons du Trésor T2 2020 52 pdb

Les taux de rendement des obligations ont commencé à se tendre en mai, s’élevant de 90 pdb et 95 pdb pour les obligations AAA à un an et les obligations du Trésor à un an respectivement, principalement en liaison avec l’amélioration des anticipations de reprise de l’économie, avec des mesures d’assouplissement monétaires moindres de la PBoC et avec l’accélération du calendrier des émissions de Special Central Government Bonds (Special CGB) et de Special Purpose Bonds au T2 2020.

 Les premières émissions de Special CGB ont été effectuées le 18 juin: 50 Mds RMB pour une maturité de 5 ans à un taux d’intérêt de 2,41% avec des demandes représentant 2,5 fois le volume souscrit et 50 Mds RMB pour 7 ans à un taux d’intérêt de 2,71% et des demandes représentant 2,76 fois le volume souscrit. Le reliquat de l’enveloppe sera émis intégralement avant fin juillet. Pour mémoire, les émissions de Special CGB pour un montant de 1000 Mds RMB avaient été annoncées lors des Lianghui le 22 mai, l’objectif étant de renforcer l’arsenal de mesures de soutien financier destinées à faciliter la reprise économique, et d’affecter cette enveloppe en totalité aux gouvernements locaux.

Les Special CGB seront inclus dans le budget des fonds gouvernementaux (hors budget de l’Etat) et ne viendront pas abonder le déficit budgétaire. 30% du principal de ces Special CGB sera remboursé par l’administration centrale et les 70% restants par les collectivités locales, la totalité des intérêts étant à la charge de l’administration centrale.

Marché des Changes

Depuis le début des deux Assemblées (Lianghui) le 21 mai, le cours au comptant de la monnaie chinoise a reculé de 7,10 à 7,16 (onshore spot rate) le 28 mai par rapport au dollar américain, en touchant son plus bas niveau depuis septembre 2019 à 7,1762 (onshore spot rate) et 7,1953 (offshore spot rate) le 27 mai au matin. La forte dépréciation du yuan s'explique par la défiance des investisseurs à l’égard de la dynamique de l’économie chinoise après la crise du Covid-19, dans un contexte de recrudescence des tensions entre les Etats-Unis et la Chine, consécutivement à l’introduction de la nouvelle loi de sécurité nationale à Hong Kong annoncée au cours des Lianghui. La détérioration des relations sino-américaines a alimenté la spéculation du marché en donnant à penser que Pékin était prêt à laisser le yuan glisser pour soutenir les exportations. Néanmoins, les réactions de la PBoC indiquent qu'elle joue plutôt un rôle de stabilisation des anticipations, en relevant légèrement le fixing rate au-dessus du cours de marché constaté la veille.

Le 5 juin, le yuan enregistre une nette appréciation par rapport au dollar à 7,09 (offshore spot rate) après être tombé à son plus bas niveau le 27 mai (7,19RMB/USD), permettant ainsi à la PBoC de relever fortement le fixing rate de 400pdb le 28 mai à 7,09RMB/USD. Le dollar s’est déprécié de 2,2% à 96,76 (l’indice USD).

Réserves de changes

En juin, les réserves de change ont augmenté modérément de 10,6 Mds USD, passant de 3102 à 3112 Mds USD, en forte hausse de +1,7% par rapport à fin mars. Cette variation est imputable aux effets de valorisation résultant de la dépréciation du dollar de 1% sur la période face aux principales devises. Le niveau atteint constitue un plus haut niveau depuis cinq mois.

L’évolution des réserves de change de la Chine (ou du CNY) est subordonnée à deux évolutions contradictoires : l’excédent courant devrait s’accroître en 2020, contrairement à ce qui s’était passé en 2009, année durant laquelle il était passé de 9,2% du PIB en 2008 à 4,8% du PIB. Plusieurs facteurs favorables, la demande extérieure de matériel et de fourniture médicaux, le net recul des prix des hydrocarbures et la perspective d’une baisse du déficit des services, résultant de la diminution des flux touristiques hors de Chine devraient contribuer à l’augmentation de l’excédent courant chinois. A cet égard, le solde courant enregistré au T1 2020, déficitaire de 33 Mds USD, ne devrait pas être représentatif de l’ensemble de l’année. Néanmoins, les évolutions du compte financier, déterminantes pour l’évolution du taux de change, sont soumises à nombre d’aléas. En dépit des tensions géopolitiques actuelles, la demande de titres financiers (actions et obligations) chinois a été nourrie, consécutivement à l’amélioration de la conjoncture en Chine et aux dégagements sur actions effectués au T1 2020 par les non-résidents (10 Mds USD), qui se sont inversés depuis, en liaison avec le net recul de l’aversion au risque et la volonté d’ouverture financière de la Chine. Pour autant, si les investisseurs étrangers ont semblé écarter la variable géopolitique, il n’est pas certain que celle-ci continue de demeurer au second plan au cours des prochains mois.

ENERGIE: fort rebond de la production énergétique :

Electricite : +5.4% au T2

Avec 1 778 Mds kWh produits. Cette croissance est due à des augmentations de production d’électricité :

- d’origine thermique (essentiellement charbon) : (77 Mds kWh supplémentaires produits soit +6,5 % en g.a.),

- d’origine renouvelable (+20 Mds kWh soit +16 %).

- du nucléaire (+11 Mds kWh soit +13 %).

Gaz : +9.1%

Au 2ème trimestre 2020, le gaz naturel disponible à la consommation a augmenté d’env. 9,1 %. La production nationale a augmenté d’env. 11 % (env. 47 Mds m³ au 2ème trimestre) et les importations de gaz naturel ont augmenté globalement de 5 % au total (env. 32 Mds m3). Dans le détail, les importations sous forme liquéfiée ont augmenté de 19 %, soit env. 22 Mds m³, plus rapidement que les importations sous forme gazeuse, qui ont décru de 16 % sur la même période (env. 10 Mds m³). Cette différence entre les deux sources d’approvisionnement est due aux prix historiquement bas du GNL sur les premiers mois de 2020, les acteurs chinois ayant profité de cette opportunité pour sécuriser des larges quantités à coûts très compétitifs. De premières livraisons de GNL américain depuis mars 2019 sont arrivées en Chine au cours du 2ème trimestre.

 Par ailleurs, le secteur du gaz naturel fait l’objet de réformes de fonctionnement. En avril, une circulaire interministérielle a été publiée pour construire de nouvelles infrastructures de stockage de gaz naturel et établir un système de marché d’échange des produits, notamment en capitalisant sur les plateformes d’échange d’hydrocarbures de Shanghai (Shanghai INE) et de Chongqing.


  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
19/07/2020 12:41:16
0

L'excédent commercial chinois a légèrement fléchi en Juin, mais la balance commerciale sur les 6 premiers mois de l'année reste largement excédentaire.

Pendant cette même période, les exportations de Chine vers la France ont augmenté de 3.2% alors que les importations de la Chine en produits français ont chuté de 21.8%


Message complété le 19/07/2020 13:09:16 par son auteur.

HSBC a déclaré dans un communiqué publié le mois dernier qu’elle continuerait à investir en Chine et de financer le développement de l’économie chinoise. Le service des activités de banque privée du groupe a également déclaré en mars dernier que le nombre de ses clients milliardaires chinois dans la Grande Chine devrait tripler au cours des trois prochaines années.

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
05/07/2020 13:18:43
0

PMI de JUIN:

Fort rebond en Juin des indices PMI en Chine:

-L'indice officiel des directeurs d'achat (PMI) de l'industrie manufacturière chinoise a atteint son plus haut niveau sur trois mois à 50,9 en juin, alors que les analystes s'attendaient à ce qu'il tombe à 50,4, contre 50,6 en mai. Bloomberg, quant à lui, a rapporté que l'indice PMI (ISP) des services de la Chine a augmenté à 54,4.

- Les données montrent que l'industrie manufacturière est toujours en tête de la reprise en Chine, a déclaré à Bloomberg Zhou Hao, économiste principal des marchés émergents à la Commerzbank AG à Singapour.

"La croissance du PIB de la Chine va très probablement devenir positive au deuxième trimestre".

  
Répondre

Forum de discussion Général

202105111143 775274
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2021

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.