OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

Covid-19: peur de la deuxième vague en France, 3.310 nouveaux cas en 2

Cours temps réel: 5 592,78  0,47%

PX1


fipuaa
18/08/2020 14:23:18
3

le total des cas comme visible sur ce tableau ne signifie rien mais permet d'affoler les gens!

ce total est juste à corréler directement à l'augmentation des tests et pas plus!

La chute des cas va être très sensible dans peu de temps

Message complété le 18/08/2020 14:36:01 par son auteur.

le vrai problème celui dont personne ne parle (ou plutôt n'a encore le droit de parler mais les langues sont en train de se délier comme on l'a vu) c'est celui de l'origine de ce virus !
eh oui, quand un virus apparaît de façon naturelle par hasard des rencontres animaux/homme on a du recul sur ses mutations sur ses évolutions sur ses éventuelles disparitions mais là comme ce virus est issu d'une manipulation humaine que va t-il devenir, je pense que les vrais spécialistes se grattent la tête à ce jour ! Et il y a de quoi être inquiet peut être

  
Répondre
ALEZE
18/08/2020 13:10:07
0

sans vouloir affoler qui que se soit moi je pense qu on peut atteindre 50000 décès d ici la fin de l année

si aucun vaccins n ai trouvé.

  
Répondre
Dubaisan
18/08/2020 12:44:09
2

Gars d'Ain,

Je ne vois toujours pas une progression lineaire (ou mathematique) mais bien geometrique dans le tableau ci-dessous...Et il ne faudra pas au rythme auquel ca progresse 88 ans pour atteindre une imunite collective, mais seulement quelques annees et au prix de combien de morts et quelles consequences sur le plan economique?

et puis tu l'avais dit toi-meme: "un petit calcul à la con s'impose"...

"Mais, y va se passer quoi en 2021 si on continue à avoir des malades comme supputé?"

Deja, j'anticipe a la fin de l'annee au moins 35000 morts, donc 5000 de plus que maintenant, sur une base lineaire. Maintenant sur une base exponentielle on peut atteindre les 50000 sans problemes, sans compter que quand le virus va retrouver ses conditions d'epanouissement maximal (temperature entre 5 et 15 degres et forte humidite) la transmission sera au moins doublee....

Il va donc se passer que ca fera beaucoup de morts et que l'economie ressemblera au fer a repasser volant dont je parlais plus bas....

Comme le dit si bien Fraxinus: "Dieu pardonne souvent, les hommes quelquefois, la nature jamais."

Donc non, les craintes de nos politiques sont plus que justifiees. Maintenant si l'Etat n'arrive pas a faire appliquer quelques mesures simples de bon sens, c'est qu'il y a un gros probleme d'autorite que l'on retrouve a tous les niveaux dans la societe francaise, et ca c'est tres grave.

  
Répondre
gars d1
17/08/2020 18:36:02
0

Dubaisan...


On observe pas la même chose... Ce que j'ai écrit est juste le produit du raisonnement absurde tenu actuellement que j'ai mis en chiffres. ça démontre bien que le problème est très loin d'être traité correctement contrairement à ce que l'on nous laisse à croire...

Concernant l'économie, on a actuellement fait feu de tout bois avec des milliards à la pelle. Mais, y va se passer quoi en 2021 si on continue à avoir des malades comme supputé ?

Et il n'y aucun garantie concernant l'aboutissement d'un vaccin....

Il a été mis en évidence des manipulations à partir du VIH pour lequel il a actuellement toujours aucun vaccin...


  
Répondre
Dubaisan
17/08/2020 18:23:05
0

Non Gars d'Ain,

raisonnement….parfait pour la galerie.., mais la réalité est autre.

La courbe est (une courbe et non une droite affine) bien celle d'une progression exponentielle dont on cherche à inverser la progression en justement limitant en dessous de 1 le fameux R ou facteur de reproductibilité du virus. Et on peut contenir l'expansion de l'épidémie au mieux, voire obtenir une très légère inversion, par l'application stricte des mesurettes préconisées par le Gvt français qui forment un socle vraiment minimum. En aucuns cas, on arrivera à une quasi-éradication comme ici en Chine, ou dans le reste de l'Asie.

Les refuser, les contester et ne pas les appliquer, c'est s'exposer à terme à des mesures plus contraignantes comme le confinement.

Si tout le monde y met du sien, on peut faire beaucoup et éviter ainsi un nouveau désastre économique puisque ca semble être le seul leitmotiv de certains.

Si on laisse faire, on aura des résultats à la sauce américaine ou brésilienne etc...avec en prime une économie semblable à un fer à repasser lâché de 1000 m d'altitude. Le choc à l'arrivée sera plus que violent.

Enfin, ne pas oublier que ce n'est que … le début de l'épidémie...et que tant qu'il n'y aura pas de vaccins, tout le monde est concerné.

Bierchef,

Certes, mais pas que:

Mon jeune frère, à la retraite maintenant, ex-médecin urgentiste d'un CHU - CHR, s'est ramassé il y a 3 ans une belle estafilade de 20 cm sur le ventre, sans qu'un organe vital ne soit heureusement touché, par un patient irrité qui voulait sauter une infirmière et la menaçait d'un couteau. Et l'individu était de couleur vinasse…. bien locale.

  
Répondre
gars d1
17/08/2020 16:04:52
1

Salut, Dubaisan,


Bémol...

Vu ce qu'il est appliqué actuellement, on recherche bien une progression linéaire dite contrôlable et donc mes calculs sont loin d'être dénués de sens...


Surtout, que quand on parle de 70% de la population touchée, personne n'a osé sortir des calculs tellement on frise la débilité de la situation...

Message complété le 17/08/2020 16:05:24 par son auteur.

C'est donc pas un raisonnement simpliste...

  
Répondre
bierchef
17/08/2020 15:46:40
1

Où bien elle a été envahie de sauvages...

  
Répondre
Dubaisan
17/08/2020 15:43:16
0

Soit 4620 semaines pour atteindre les 70 % en progression linéaire.


Sauf que ce n'est pas une progression linéaire mais bien exponentielle et qu'un infecté asymptomatique peut contaminer 2 à 3 personnes chaque jour pendant sa période d'incubation....


Dès lors, les résultats des calculs n'ont rien à voir avec la démonstration, et changent un tantinet les perspectives des raisonnements simplistes....

<font face="roboto-medium,Arial">
</font>

<font face="roboto-medium,Arial">La Corée du Sud qui depuis 6 mois a une parfaite maîtrise de l'épidémie (15000 cas et 350 morts…), fait face depuis quelques jours, à un cluster de 600 personnes, c'est le branle-bas de combat....et la mobilisation de tous. </font>

<font face="roboto-medium,Arial">Eux, comme tous les asiatiques, comprennent très vite ce que ça peut coûter "économiquement" et accessoirement "humainement".</font>

<font face="roboto-medium,Arial">
</font>

<font face="roboto-medium,Arial">En France, on dénie, on conteste, on critique et chacun fait ce qu'il veut au nom de sa "liberté", au point extrême de massacrer un chauffeur de bus, de tabasser une infirmière, de frapper ou blesser des médecins des urgences etc*........</font>

<font face="roboto-medium,Arial">
</font>

<font face="roboto-medium,Arial">Le lamentable et le pitoyable rejoignent la médiocrité de ceux qui entretiennent ce climat.</font>

<font face="roboto-medium,Arial">
</font>

<font face="roboto-medium,Arial">* La France est devenue un pays de sauvages...</font>

  
Répondre
RaZ..
17/08/2020 15:01:34
1

RaZ.. de ce (coronavirus) condevirus

et de l' ambiance délétère dont nous sommes les victimes, chaque jour un peu plus.

Je ne regarde plus les infos à la TV depuis des semaines.

Au Secours j' étouffe...


Message complété le 17/08/2020 15:03:20 par son auteur.

RaS...le bol !

  
Répondre
fipuaa
17/08/2020 14:41:58
4

le PR Montagnier avait raison et ça commence à se savoir

cette saloperie est issue d'une manipulation humaine et le pauvre pangolin a bon dos !!


http://www.francesoir.fr/societe-sante/covid-19-lorigine-du-virus-lanalyse-du-pr-tritto-confirme-celle-du-pr-montagnier

  
Répondre
gathe
17/08/2020 14:35:26
0

Vous avez raisons

  
Répondre
fipuaa
17/08/2020 14:29:46
3

contrôle et dictature qui se mettent gentiment en place

le virus a autant à voir avec ce qu'ils mettent en oeuvre que les morts avec les radars racketteurs

  
Répondre
gars d1
17/08/2020 14:01:47
1

Vu qu'on nous bassine qu'il faudrait que 70% de la population l'attrape pour avoir une immunité générale .


Au rythme actuel, en continuant à freiner du fer à friser les salades , un petit calcul à la con s'impose :

• 70% de 66 Millions de Fr = 46,2 millions de français

• Rythme de contamination : 10 000 cas par semaine

• Soit 4620 semaines pour atteindre les 70 % en progression linéaire

• Soit 88,84 années, et donc potentiellement on sera prêt en Octobre 2108 !


On redoute la vague, je serais eux, je ferais surtout du souci pour les autres qui vont venir, Non ???.... Parce que économiquement, ils comptent déverser du pognon tous les ans ??? ....


L'absurde de l'économie arrive à grands pas, et chaque jour, l'Etat et le gouvernement font toujours mieux dans l'excellence du pire...

  
Répondre
gars d1
17/08/2020 11:12:51
4

Et des masques avec des puces RFID...


Comme les clébards, faudra bientôt un collier anti-puce pour porter son masque.


Pitoyable et lamentable...

  
Répondre
sergiobress
17/08/2020 10:57:12
4

On fait des panneaux maintenant, de mieux en mieux, on ne sait plus que faire pour dépenser du fric.

  
Répondre
cosmo2
17/08/2020 09:37:10
3

Peur sur la ville

https://www.youtube.com/watch?v=8svSFZc3Qto

  
Répondre
gars d1
17/08/2020 09:11:07
5

Blablabla ...

  
Répondre
gars d1
17/08/2020 09:11:07
1


Des piétons dans une rue commerçante de Bordeaux où le port du masque est obligatoire, le 15 août 2020 (AFP/MEHDI FEDOUACH)

Port du masque étendu aux Champs-Elysées, appel de médecins à l'imposer en entreprise, pèlerinage à Lourdes sous surveillance: les initiatives se multiplient pour éviter une deuxième vague du Covid-19 en France.

"En tant que médecin, je pense que la situation est très préoccupante, en tant que citoyen, j'ai peur, je ne suis pas certain qu'on retrouve le monde d'avant", a lâché samedi sur BFMTV le professeur Xavier Lescure, spécialiste en maladies infectieuses à l'hôpital Bichat (Paris).

Le médecin craint une "deuxième vague beaucoup plus longue, avec plus d'impact sur le plan économique, culturel, global", alors que le Royaume-Uni vient d'ordonner 14 jours d'isolement aux voyageurs arrivant de France.

Un indicateur inquiète particulièrement. Le nombre de cas de coronavirus est reparti à la hausse: 3.310 en 24 heures, selon les chiffres mis en ligne samedi soir par Santé Publique France. Ce record depuis mai, mois du déconfinement, est en partie un effet du dépistage massif en cours, mais pas seulement puisque le taux de positivité dans la population augmente régulièrement.

Cette tendance conduit à une multiplication des mesures préventives prises par les autorités. Même si pour le moment le nombre des décès quotidiens est bien loin des heures sombres (moins de 30 par jour depuis mi-juillet, plus de 30.400 au total depuis le début de l'épidémie) et que la situation en réanimation reste stable (376 malades selon Santé Publique France).

L'obligation du port du masque en extérieur s'étend quotidiennement. Depuis samedi matin, une partie des Champs-Elysées, le quartier du Louvre et celui des Batignolles, à Paris, sont désormais concernés. Ces zones n'étaient pas comprises jusqu'ici, alors que certaines rues de la capitale sont soumises à cette pratique depuis lundi matin.


Covid-19 : Incidence et cas hebdomadaires en France (AFP/Romain ALLIMANT)

Sur les Champs-Elysées, privés de touristes, la mesure pas encore connue divise les badauds. "Dans les lieux fermés, je ne dis pas mais dans la rue c'est ridicule", estime Olivier Robbé, en promenade avec sa petite amie, tous les deux démasqués, refusant de "vivre dans la peur".

"C'est quand même une avenue fréquentée par pas mal de monde", remarque en revanche Emelyne Rodrigues de Jesus, une étudiante rennaise venue pour le weekend. "Il faudrait le rendre obligatoire dans tout Paris", plaide-t-elle.

- "On a fait un premier pari" -

Une mesure que les autorités envisagent, d'ailleurs.

"On a fait un premier pari, celui de s'en tenir aux zones denses; si ça ne marche pas, nous (étendrons cette obligation) sur tout Paris", a confié Anne Souyris, adjointe à la mairie de Paris en charge de la Santé publique, interrogée sur BFMTV.


Un panneau d'information sur le port du masque obligatoire dans une rue de Montpellier, le 14 août 2020 (AFP/Pascal GUYOT)

Paris est classée en rouge depuis vendredi, comme les Bouches-du-Rhône, département dans lequel la circulation du virus est active, où l'obligation du port du masque a également été étendue à Marseille à de nouveaux quartiers du centre et dans plusieurs villes touristiques.

A Lourdes (Hautes-Pyrénées), les célébrations de l'Assomption ont été bouleversées. L'accès aux lieux de ce pèlerinage de renom mondial a été limité à 10.000 personnes - au lieu de 25.000 habituellement - le masque est obligatoire et de nombreux malades ont renoncé à faire le déplacement. Ceux arrivant par trains médicalisés, souvent âgés et à la santé fragile et en quête de guérison miraculeuse, seront absents cette année. "C'est un crève-cœur de ne pas les accueillir", se désole auprès de l'AFP Vincent Cabanac, directeur du Pèlerinage national.


Des fidèles masqués à Lourdes, le 14 août 2020 (AFP/GEORGES GOBET)

Mais les espaces publics en extérieur ne sont pas les seuls au centre de toutes les attentions. Les appels du monde médical se succèdent en faveur du masque dans certains lieux fermés fréquentés dans un cadre professionnel ou non.

C'est le cas du Haut Conseil français de la santé publique (HCSP) qui en prône le port "systématique" dans "tous les lieux clos publics et privés collectifs".

Les conclusions du HCSP diffusées ce week-end découlent de l'étude des publications "décrivant les contaminations survenues dans des espaces publics clos (restaurant, bus, bateaux de croisières, répétitions de chorales, etc.) et certains milieux professionnels (abattoirs, etc.)".

- "Encourager le télétravail" -


Des policiers municipaux vérifient que le port du masque obligaoire est respecté, rue Montorgueil, le 15 août 2020 à Paris (AFP/BERTRAND GUAY)

"Il est urgent de rendre obligatoire le port du masque dans tous les espaces clos, dans tous les bureaux, dans toutes les salles de classe et amphithéâtres et aussi d'encourager sans ambiguïté le télétravail, les cours à distance et la réorganisation de classes avec des effectifs moins nombreux", écrivent également dans une tribune publiée vendredi par Libération une vingtaine de professeurs et docteurs en médecine.


Des élèves et leur professeur portent des masques de protectin dans la salle de classe, le 22 juin 2020 à Boulogne-Billancourt, près de Paris (AFP/Archives/Thomas SAMSON )

"Le virus ne pense pas, ne se déplace pas, ne saute pas", a souligné pour sa part la Direction générale de la santé dans son bilan quotidien vendredi. "C'est nous qui nous déplaçons, qui entrons en contact avec d'autres, qui parfois nous relâchons en termes de prévention. Il n'y a pas de fatalité".

© 2020 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

202008181423 798168
Ma liste