OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

Forum Cac 40

Cours temps réel: 5 783,89  -0,24%



floalain floalain
24/08/2020 15:56:27
0

Merci les américains qui font le canard car ils ont une base militaire en Turquie qu'ils veulent à tout prix préserver.

  
Répondre
cosmo2 cosmo2
24/08/2020 15:39:39
0

Attention à n'estimer la valeur d'une armée qu'à son budget. Les dollars ne compenseront jamais la rusticité des combattants et leur motivation ,qui font la différence au combat.

Nombreux sont les exemples qui l'ont démontré ou le '' puissant '' a reçu la fessée de la part du petit ( Indochine, Corée, Vietnam.... )


Ne pas oublier non plus que le tournant de la 2 GM fut Stalingrad, même si ce n'est pas ce qui a été vendu par la suite.

Message complété le 24/08/2020 15:56:09 par son auteur.


En même temps si on parle de frappes aériennes de bourrins destiner à pulvériser un quartier entier pour buter un homme, y'a pas photo

Message complété le 24/08/2020 15:56:36 par son auteur.


destinées

  
Répondre
MMManson MMManson
24/08/2020 14:10:58
0

<<Si les machins qui s'appellent l'ONU et l'OTAN n'arrivent pas à imposer les dispositions passées, il faudra bien régler le problème par les armes. >>

Tu as raison et malheureusement, je crois que bientôt arrivera le temps où on va recommencer à régler les problèmes par les armes parce que ni ONU et ni OTAN ne servent plus à rien.

L'OTAN avait de l'utilité pendant la guerre froide mais maintenant l'URSS n'existe plus et quant à la Russie, elle est incapable de faire la guerre avec l'Amérique ou même avec les européens. Le budget militaire russe s’élève à 60 milliards de dollars. Les pays européens de l’OTAN, à eux seuls, dépensent 250 milliards de dollars pour leur défense, auxquels s’ajoutent les 720 milliards de dépenses américaines. Donc, OTAN n'a plus d'utilité dans le monde actuel et, comme j'ai dit avant, OTAN ne sert que les intérêts des américains.


  
Répondre
bourbern bourbern
24/08/2020 13:27:06
0

Le problème est à résoudre dans le cadre des institutions internationales.
Ils sont légion les cas de territoires isolés proches d'un autre pays, ne serait-ce que les îles anglo-normandes ou Gibraltar.
Comment sont réparties alors des eaux territoriales?
Quelles ont été les conventions imposées à la Turquie après leurs défaites successives?
Si les machins qui s'appellent l'ONU et l'OTAN n'arrivent pas à imposer les dispositions passées, il faudra bien régler le problème par les armes.

  
Répondre
Luncyan Luncyan
24/08/2020 11:24:54
1

Les pays de l'OTAN ne peuvent pas s'affronter directement, c'est la règle.

Attendez je réfléchis ..


Et si on se tapait dessus au Liban ?

  
Répondre
MMManson MMManson
24/08/2020 10:51:19
2

ce qui me fait rire c'est que la Turquie et la France sont des membres de l'OTAN et donc elles sont des "alliés". C'est normal qu'il y ait des tentions entre les membres de l'OTAN ? D'ailleurs où est l'Amérique ?

l'Europe doit comprendre que l'OTAN ne sert que des intérêts de l'Amérique et quant à l'Amérique, elle a besoin de la Turquie. l'Europe doit comprendre que personne ne nous aidera si nous, et celui qui nous aide, n'avons pas les mêmes intérêts.


  
Répondre
sofi sofi
24/08/2020 09:19:24
1

L’Allemagne est pour la Turquie elle a des milliers de Turcs. sur son territoire aussi elle a peur d’un soulèvement.

  
Répondre
JCLAUDIO JCLAUDIO
24/08/2020 08:56:25
0

on va tout droit vers un conflit armé.....ce sera une bonne raison de remettre les choses à plat en Europe...ce sera plus clair pour chacun des pays européens......

  
Répondre
Luncyan Luncyan
24/08/2020 02:04:10
1

Et toi Philippe tu baisses pas ton froc ? l'Europe est à l'image des européens ne pas oublier :)

  
Répondre
syjo syjo
23/08/2020 20:30:02
1

l'histoire est remplie de ces nains qui croyaient dominer le monde,ils s'agitent quelques années puis disparaissent!

  
Répondre
SPhilippe SPhilippe
23/08/2020 20:10:49
2

bah, il sait que l'Europe baissera le froc.

  
Répondre
SPhilippe SPhilippe
23/08/2020 20:10:49
0


Un navire du service de prospection turc le 23 août 2019 à Istanbul (AFP/Archives/Ozan KOSE)

Forages gaziers unilatéraux, discours martial, déploiement de navires militaires: les démonstrations de force de la Turquie en Méditerranée orientale s'ancrent dans une stratégie baptisée "patrie bleue" visant à établir sa souveraineté sur des zones disputées.

Craignant d'être exclu du partage des immenses réserves de gaz naturel de la région, Ankara a déployé le 10 août des bâtiments de guerre dans une zone revendiquée par la Grèce, provoquant une escalade des tensions avec Athènes et l'inquiétude de l'Europe.

Signe que la crise n'est pas finie, le président Recep Tayyip Erdogan, galvanisé par la découverte d'un important gisement gazier en mer Noire, a annoncé vendredi que son pays allait accélérer les recherches en Méditerranée orientale.

Ce "n'est pas seulement un combat pour nos droits, mais un combat pour notre avenir" qui se joue, a résumé M. Erdogan. "La défense de notre +patrie bleue+ est aussi importante que celle de notre territoire", a-t-il ajouté.

Théorisée par le contre-amiral Cem Gürdeniz, la "patrie bleue" est une doctrine qui encourage Ankara à imposer sa souveraineté sur une zone de 462.000 km2 en mer Noire, Egée et Méditerranée.

Elle est jugée nécessaire à "sa prospérité, sa sécurité et, même, son bonheur", explique à l'AFP le militaire aujourd'hui retraité.

Si M. Gürdeniz a créé l'expression "patrie bleue" en 2006, M. Erdogan ne l'utilise que depuis quelques mois, dans un contexte d'exacerbation du sentiment nationaliste après une tentative de putsch en 2016.

- L'île de la discorde -


Grèce-Turquie : tensions en Méditerranée (AFP/Romain ALLIMANT)

Réfutant toute accusation d'expansionnisme, la Turquie soutient qu'elle ne réclame que ce qui lui revient de droit face aux revendications maritimes de la Grèce et de Chypre qu'elle juge démesurées.

Ankara rejette notamment toute prétention des îles grecques situées au large des côtes turques à une zone économique exclusive, estimant que cela reviendrait à "emprisonner la Turquie à l'intérieur de ses rivages".

La petite île grecque de Kastellorizo, située à deux kilomètres au large d'Antalya (sud), cristallise la colère turque.

Selon Athènes, les eaux entourant cette île sont sous souveraineté grecque, ce qui priverait Ankara de dizaines de milliers de km2 de mer riche en gaz.

"C'est risible", s'esclaffe le contre-amiral Gürdeniz, ajoutant, visage sérieux: "C'est une ligne rouge".

C'est précisément au sud de ce territoire que la Turquie a déployé ses navires le 10 août.

La découverte d'importants gisements gaziers ces dernières années n'a fait qu'aggraver un différend ancien qui empoisonne les relations entre Ankara et ses voisins grec et chypriote.

- "Enchères" -


Un navire de guerre turc patrouille près du forage offshore "Fatih" le 9 juillet 2019 (TURKISH DEFENCE MINISTRY/AFP/Archives/DEFENCE MINISTERY PRESS SERVICE)

"C'est un problème que la plupart des gouvernements de la région ont délibérément ignoré, car trop difficile à régler", souligne Muzaffer Senel, enseignant en relations internationales à l'Université Sehir à Istanbul.

L'emboîtement d'îles grecques dans le littoral turc et la rivalité entre Ankara et Athènes "rendent la situation extrêmement complexe", abonde Felicity G. Attard, spécialiste de droit maritime international à l'Université de Malte.

La partition de Chypre complique aussi l'équation, selon elle : au nord, se trouve une République turcophone non-reconnue par la communauté internationale, qui revendique une zone économique exclusive admise uniquement par Ankara.

Mais pour M. Senel, la Turquie est consciente que ses revendications maritimes sont inacceptables pour la Grèce. Et si M. Erdogan défend publiquement sa "patrie bleue", c'est pour "annoncer sa position de départ avant des négociations".

"La +patrie bleue+ n'est pas un objectif réaliste", note un diplomate occidental, jugeant qu'Ankara "fait monter les enchères avant des tractations".

- "Situation volatile" -

Pour les experts, les coups de force de la Turquie traduisent aussi son isolement en Méditerranée orientale, où elle est en froid avec presque tous ses voisins.

Pour donner du poids à ses revendications, Ankara a signé, en novembre 2019, un accord de délimitation maritime avec le gouvernement officiel libyen en échange d'une aide militaire, suscitant la colère d'Athènes.

Ankara investit aussi de façon importante dans la marine et doit mettre en service son premier porte-hélicoptères d'ici la fin de l'année.

"La situation est volatile et toute erreur de calcul pourrait avoir de graves conséquences", note le diplomate occidental.

M. Erdogan "est pragmatique et sait que prolonger les tensions serait mauvais" ajoute-t-il, en citant la menace de sanctions économiques.

Mais selon M. Gürdeniz, Ankara défendra ses revendications maritimes coûte que coûte. "Même si des sanctions ou un embargo sont imposés à la Turquie, elle n'abandonnera pas".

© 2020 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

202008241556 799330
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2021

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.