OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

Climat: Oxfam éreinte de grands groupes français pour leur empreinte c

Cours temps réel: 7 065,39  2,91%



plantieres plantieres
02/03/2021 21:39:30
0
C'est à ce machin qu'il devrait postuler le Faber de Danone. Il y retrouverait l'ancienne sinistre du logement, celle qui a mis 500 000 salariés de la profession au chomage et détruit des centaines de PME du batiment avec ses lois délirantes contre les propriétaires ; je parle bien sûr de la Duflot, celle qui avait exigé qu'un chauffeur fasse l'aller retour Paris Orléans pour lui ramener son téléphone qu'elle avait oublié à la préfecture, alors que le préfet du coin s'était proposé de lui amener le lendemain car il avait une réunion à Paris. Ce machin, sa spécialité c'est critiquer les entreprises sur des informations tronquées ou manipulées. C'est le type même de ramassis de petits bourges qui n'ont rien réussi dans leur minable vie, et qui détestent donc ceux quin ont réussi.
  
Répondre
ZeuspanCrace13 ZeuspanCrace13
02/03/2021 15:50:33
0

A ce niveau là je crois qu'il ne faut pas finasser, comme le font les gardians camarguais ou les gauchos, et même les cow-boys américains il faut le marquer au fer rouge.

  
Répondre
ZeuspanCrace13 ZeuspanCrace13
02/03/2021 15:45:31
0
Eh bien tout cela c'est trés bon pour cultiver de l'hévéa et produire du caoutchouc naturel. C'est curieux que Oxfam ne soit pas au courant de qui utilise du caoutchouc naturel et qui utilise du caoutchouc synthétique, par exemple le pneumaticien de leur pays et aussi certains américains (pas GoodYear)et un certain nombre d'orientaux. Chez nous Michelin est le roi du caoutchouc naturel pour les pneus les plus performants. De toute façon nos bons gouvernements sont passés d'une électricité la moins chère et plus abondante que les voisins européens, la plus décarbonnée, ce qui a excité la jalousie de tous les autres européens pendant des décennies à une recette d'écolo pour faire notre électricité à partir du vent. Et là je reconnais que ce n'est pas fameux, surtout pour la quantité et la fiabilité. Les vieux proverbes le disaient bien, ne pas se fier au vent, le vent emporte les promesses...et de plus nos éoliennes sont fabriquées dans un pays voisin qui n'a pas du tout les mêmes vents turbulents ou absents, en tout cas trés irréguliers que nous avons. La production d'électricité est donc bien insuffisante. Ce serait peut-être mieux avec les turbines sous-marines écossaises pour capter les courants de marée, mais ce n'est pas encore le cas, et puis Oxfam n'est pas écossais, alors nous revoilà à l'époque d'Elizabeth I° d'Angleterre et de Mary Stuart d'Ecosse...merci Oxfam. Mais que nos alliés Britanniques se rassurent, le génie de nos administrateurs, qui ne sont pas des scientifiques, nous a quand même apporté un record: l'électricité produite en France est taxée à 122% et ce ne sont que des taxes à motif écolo, un régal, il suffit de lire le verso de la facture. Peut-être Oxfam France est-il arrosé par l'une au moins de ces taxes.
  
Répondre
chrimo chrimo
02/03/2021 15:22:04
0
s'il existait une "empreinte" de la bêtise ,Oxfam serait au top des tops
  
Répondre
chrimo chrimo
02/03/2021 15:21:50
0

L'ONG Oxfam épingle plusieurs grandes entreprises françaises, et particulièrement les banques, en raison de leur empreinte carbone qui "aggrave" le réchauffement climatique (AFP/Archives/Andy Buchanan)

L'ONG Oxfam épingle mardi plusieurs grandes entreprises françaises, et particulièrement les banques, en raison de leur empreinte carbone qui "aggrave" le réchauffement climatique.

"Aucun secteur d'activité n'est aligné avec l'Accord de Paris", se désole Oxfam dans un rapport établi sur la base de chiffres fournis par la société Carbon4 Finance et publié au moment où débutent devant le Parlement français les travaux sur la loi Climat.

L'Accord de Paris a pour but de limiter la montée des températures à deux degrés Celsius par rapport aux niveaux antérieurs à la révolution industrielle et de continuer les efforts pour limiter cette montée à 1,5 degré.

Dans le rapport, 35 entreprises françaises sont analysées, dont la plupart font actuellement partie du CAC 40, indice des valeurs vedettes de la Bourse de Paris. Les autres, dont EDF, en ont fait partie par le passé.

Sont prises en compte les "émissions directes" des entreprises, celles liées à leur "consommation d'électricité ou de chaleur" et les "émissions indirectes".

Seules EDF, Schneider Electric et Legrand "ont une empreinte carbone et des engagements susceptibles de les faire rester dans une trajectoire compatible avec un réchauffement inférieur à 2 degrés".

Dix entreprises, dont trois banques (BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole) "ont une trajectoire associée à un réchauffement supérieur à +4 degrés et 17 entreprises sont entre +3 et +4 degrés". Enfin, cinq entreprises sont sur une trajectoire "qui se situe entre +2 et +3 degrés".

"Une bonne partie (40%) des émissions des acteurs financiers est issue de leurs activités dans le secteur des énergies fossiles", affirme Oxfam.

Contactées par l'AFP, les banques ont renvoyé aux réponses données en octobre à l’occasion de la publication d’une autre étude d'Oxfam consacrée au secteur.

BNP Paribas critique une "comparaison qui ne fait aucun sens", car le rapport lui attribue "l’empreinte climatique correspondant à l’ensemble des entreprises auxquelles elle fait crédit, et la compare à l’empreinte carbone de ces différentes entreprises".

La Société Générale s'en prend à des données qui "ne reflètent pas les efforts significatifs engagés (...) ces dernières années" et le Crédit Agricole aux conclusions fondées "sur des bases scientifiquement erronées".

L'aéronautique n'est pas épargné. Airbus, s'émeut Oxfam, "émet 66 fois plus de gaz à effet de serre que la SNCF pour générer un euro de chiffre d'affaires".

Joint par l'AFP, Airbus a renvoyé vers la publication, vendredi, des émissions produites par ses avions et à l'engagement du secteur aérien de diviser par deux ses émissions de dioxyde de carbone d'ici à 2050 par rapport à 2005.

Plus généralement, dans leurs droits de réponse adressés à Oxfam, une dizaine d'entreprises contestent la méthodologie retenue par Carbon4 Finance. Elles jugent notamment erronée la façon de calculer les "émissions indirectes", c'est-à-dire celles générées par les activités en amont (des fournisseurs, par exemple) et celles en aval, qu'induit l'utilisation des marchandises par les clients.

En conclusion de son rapport, Oxfam demande d'intégrer dans le projet de loi français "Climat et Résilience" l'obligation pour les entreprises de publier leur empreinte carbone, une "feuille de route" qui mène à un respect de l'Accord de Paris et un plan d'investissement.

© 2021 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

202103022139 844352
ebook immo