OK
Accueil > Communauté > Forum Général

Variole du singe: manquait plus que ça...



fipuaa fipuaa
26/06/2022 17:26:54
2

Écrit par Jack Phillips via The Epoch Times,

Les Centers for Disease Control and Prevention ( CDC ) des États-Unis enquêtent sur une «grande épidémie en cours» d'une maladie rare en Floride .

Dans un communiqué de presse , le CDC a déclaré mercredi que le méningocoque s'est propagé chez les hommes homosexuels, y compris ceux séropositifs, lors de l'épidémie de Floride.

"Se faire vacciner contre la méningococcie est le meilleur moyen de prévenir cette maladie grave, qui peut rapidement devenir mortelle", a déclaré Jose R. Romero, chef de la division de la vaccination et des maladies respiratoires du CDC, dans le communiqué.

"En raison de l'épidémie en Floride", a-t-il ajouté, "et du nombre d'événements Pride organisés dans tout l'État dans les semaines à venir, il est important" que les hommes homosexuels se fassent vacciner.

Au moins 24 cas et 6 décès parmi les hommes homosexuels ont été signalés jusqu'à présent, selon l'agence.

"Les gens peuvent trouver un vaccin contre le méningocoque en contactant le cabinet de leur médecin, leur pharmacie, leur centre de santé communautaire ou leur service de santé local", indique le communiqué de presse.

« Les assureurs devraient payer la vaccination contre le méningocoque pour ceux pour qui elle est recommandée pendant une épidémie. En Floride, n'importe qui peut obtenir un vaccin MenACWY gratuitement dans n'importe quel service de santé du comté pendant l'épidémie.

Le ministère de la Santé de Floride a émis pour la première fois une alerte concernant une épidémie dans le comté de Leon il y a plusieurs mois.

...

Malgré le traitement, 10 à 15 personnes sur 100 meurent de la maladie, selon l'agence . Jusqu'à 20 pour cent des survivants peuvent avoir des incapacités à long terme telles que la perte de membres, la surdité, des lésions cérébrales et des problèmes avec le système nerveux central.

On se posera là encore la bonne question hein!!

...

  
Répondre
fipuaa fipuaa
02/06/2022 21:07:10
0
fipuaa fipuaa
28/05/2022 08:58:01
3

en cas de singerie tout est prévu et anticipé en fait, donc on ne s'inquiète pas

Variole du singe: la fiction apocalyptique imaginée par Nuclear Threat Initiative en mars 2021

Publié par wikistrike.com sur 28 Mai 2022, 06:15am

Catégories : #Santé - psychologie

Variole du singe: la fiction apocalyptique imaginée par Nuclear Threat Initiative en mars 2021

En mars 2021, l'ONG américaine spécialisée dans les risques nucléaire et biologique du nom de Nuclear Threat Initiative (NTI), en partenariat avec la Fondation de la conférence de Munich sur la sécurité, menait un exercice de simulation sur les menaces biologiques aux conséquences graves. Cette rencontre a été suivie de la publication, en novembre 2021, d'un document étonnant dans lequel les auteurs ont écrit les différentes étapes d'un scénario apocalyptique qui raconte la propagation de la variole du singe dans le monde. Une épidémie qui pourrait, selon eux, commencer le 5 juin 2022… après l'attaque terroriste d'un laboratoire de virologie le 15 mai 2022.

Le déroulement du scénario

Dans le scénario imaginé par l'organisation Nuclear Threat Initiative, une première vague de variole du singe commence à se répandre dans un pays fictif de 250 millions d’habitants appelé Brinia, à partir du 5 juin 2022.

scenario_dune_attaque_de_variole_de_singe.jpg

Un premier rapport fait état d’une contagion favorisée par une fête nationale ayant entraîné des déplacements nationaux et internationaux des Briniens. Tandis que l'on déplore 1 421 cas et quatre décès, le séquençage du génome d'échantillons de patients atteints de variole du singe, révèle que la souche présente à Brinia, contient des mutations qui la rendent résistante aux vaccins existants.

Face à l’épidémie, le gouvernement accueille favorablement les enquêtes internationales et demande l’aide médicale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La seconde vague d’épidémie de variole de singe se produit six mois plus tard (10 janvier 2023). Le virus s’est propagé dans 83 pays. On dénombre alors 70 millions de cas et 1,3 million de morts. Démunis thérapeutiquement, certains pays, comme la République de Dranma, ont rapidement adopté des mesures très dures afin de ralentir la transmission et limiter la pandémie. Pour faire face à l’augmentation du nombre de cas, les autorités ont mis en place des opérations de dépistage et de recherche des cas contacts à grande échelle. Parallèlement, elles ont renforcé leurs systèmes de soins de santé. Des mesures coercitives ont également été instaurées pour ralentir la transmission du virus, en fermant les lieux qui accueillaient des rassemblements de masse, en imposant des mesures de distanciation sociale, et en obligeant les populations à porter le masque.

Le scénario dépeint également un autre groupe de pays, comme le pays fictif de Cardus, qui a fait le choix d’une autre stratégie. Sans céder à la peur du virus, ces pays n’ont imposé aucune restriction et choisi de maintenir toutes les activités ouvertes. Une décision lourde de conséquences, puisqu'ils enregistrent un nombre bien plus élevé de cas et de décès que les pays qui ont réagi rapidement, comme le montre les figures 2 et 3 du document.

morts_fictifs_dus_a_une_epidemie_de_variole_de_singe_aux_pays_fictifs_de_dramna_et_de_cardus.jpg

cas_fictifs_depidemie_de_variole_du_singe_aux_pays_de_cardu_et_de_dramna.jpg

La troisième vague commence un an après l’épidémie initiale (10 mai 2023). On dénombre plus de 480 millions de cas et 27 millions de décès dans le monde, alors que l'on apprend que la pandémie a été provoquée par une attaque bioterroriste régionale qui aurait dépassé les objectifs de leurs auteurs. Les services de renseignement de Brinia révèlent que le virus de la variole de singe a été développé de manière illicite dans le principal institut de virologie du pays fictif d'Arnica, qui a un passé conflictuel avec son voisin Brinia.

Dans le détail, l’enquête révèle qu’un groupe terroriste indépendant d'Arnica a travaillé avec des scientifiques du laboratoire pour créer un agent pathogène mortel hautement contagieux, et le disperser dans les gares bondées de Brinia pendant la fête nationale, alors qu'une grande partie de la population voyageait à l'intérieur du pays et à l'étranger. La collaboration entre le groupe terroriste et les scientifiques du principal institut de virologie d’Arnica, a permis de modifier le virus de la variole du singe, afin de le rendre plus transmissible et résistant aux vaccins actuellement disponibles.

De la fiction à la réalité : premiers cas de variole du singe en Europe et en Amérique du Nord

La variole du singe ou virus Monkeypox est à distinguer de la variole, responsable de millions de morts jusqu’au 20ᵉ siècle. Ce virus qui avait dévasté l’humanité pendant plus de 3 000 ans, faisant encore 300 millions de morts au siècle dernier, a été déclaré éradiqué le 8 mai 1980 lors de la 33ᵉ Assemblée mondiale de la santé, après qu'une stratégie de surveillance combinée à une campagne de vaccination massive décidée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a permis d’en venir à bout.

Il n’en va pas de même pour la variole du singe dont on retrouve des cas principalement sur le continent africain et qui se distingue de la variole par sa transmission de l’animal à l’homme et par sa capacité à avoir un réservoir animal (zoonose). Si le virus a été isolé la première fois sur un singe, en 1958, au Danemark, son réservoir principal se trouve cependant chez les rongeurs et chez les écureuils.

Avant mai 2022, des rares cas de varioles du singe détectés aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Israël ou à Singapour, étaient survenus chez des personnes revenues du Nigéria. Dans l’hémisphère nord, ces cas étaient jusqu’à présent, toujours restés isolés et circonscrits.

Depuis le début du mois de mai, la situation a quelque peu évolué puisque plusieurs cas ont été détectés dans de très nombreux pays européens, en Amérique du Nord, en Israël, mais également en Australie.

Le premier cas de l’épidémie actuelle serait apparu le 7 mai au Royaume-Uni, chez un voyageur revenu du Nigeria. Depuis, d’autres cas ont été confirmés au Royaume-Uni. Cependant, pour le moment, il n’a pas été établi de lien entre ce nouveau cas et les autres, apparus quelques jours plus tard.

Après le Royaume-Uni, de nombreux pays comme l’Espagne, le Portugal, la Suède, la République tchèque, l’Italie, l’Autriche, les États-Unis et le Canada ont signalé plusieurs cas de variole du singe.

De son côté, la France, compte actuellement sept cas avérés de variole du singe, a indiqué la nouvelle ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon.

Cette augmentation soudaine dans des pays, où le virus ne circulait pas habituellement, n’a pas trouvé pour le moment d’explication. Mais, dès à présent, de nombreux pays recommandent la vaccination des personnes ayant été en contact avec une personne infectée par ce virus.

Voir aussi : Variole du singe: vers un retour des restrictions sanitaires et de la vaccination généralisée ?

Des vaccins contre le virus de la variole, également efficaces contre la variole du singe, sont disponibles. Ils seraient, d’après les données de l’Inserm, « efficaces pour prévenir contre l’infection, dans 85 % des cas, même plusieurs jours après une exposition au virus ».

Le 25 mai 2022, le gouvernement autorise "l'utilisation de vaccins dans le cadre de la prise en charge des personnes contacts à risque d'une personne contaminée par le virus Monkeypox". Deux vaccins antivarioliques sont actuellement sur le marché : les vaccins Imvanex et Jynneos, qui sont des vaccins vivants atténués. L'Imvanex développé dans les années 2000 pour répondre à une éventuelle attaque bioterroriste est un vaccin de troisième génération. Il serait beaucoup mieux toléré que ceux de la première et de la deuxième génération, selon la Haute Autorité de santé (HAS), qui le recommande dans son avis paru le 20 mai 2022.

(pour voir les graphique aller sur le site...)

  
Répondre
fipuaa fipuaa
25/05/2022 13:58:14
1

pas de chance pour toi dubaisan mais wuhan semble très impliqué dans la singerie d'après ce que j'ai lu!!

Message complété le 25/05/2022 14:34:19 par son auteur.

Un nouveau rapport COVID de l'OMS prouve une fois de plus que la Suède a eu raison dans sa gestion

donc pour la "singerie" on fait quoi??

  
Répondre
hellforthem hellforthem
24/05/2022 11:08:30
2

Perso je m'en fais pas. Ils ont tellement de coups d'avance, que bientôt ils vont sortir le '' vax '' avant de sortir le '' virus ''... les gars, ça va finir par se voir !

  
Répondre
mika57 mika57
24/05/2022 10:44:59
3

"Ils vont pouvoir sortir un « vaccin » en qqs mois"

https://twitter.com/Medic4allHuman/status/1528803550616338433?cxt=HHwWgoC-3daus7cqAAAA

Avec le petit PCR qui va bien, histoire que les gens (les peureux) gardent leur taux de flipperie au plafond :

https://twitter.com/strategieduchoc/status/1528775509953245184

  
Répondre
moicmoi moicmoi
23/05/2022 00:35:06
3

Donc, ce serait une bonne nouvelle pour Pfeizzer ?

Ils vont pouvoir sortir un « vaccin » en qqs mois, et vendre à l’E.U. quelques centaines de millions de doses.
Avec les bénéfes qu’ils ont accumulé ces 2 dernières années ils ont de quoi payer encore de substantiels pourboire.

  
Répondre
Luncyan Luncyan
22/05/2022 22:31:17
5

Apparement pour sauver le monde il faut faire comme ces 2 dernières années : deconfiner les vieux et confiner les jeunes. C'est la meilleure des stratégies

Message complété le 22/05/2022 22:45:38 par son auteur.

Ou alors on fait comme les Ukrainiens.
On envois les jeunes à la mort et on exfiltre les vieux

  
Répondre
syjo syjo
20/05/2022 18:20:37
2

on l'entend plus lulu,il a du aller vite se faire tester.

  
Répondre
ettircs ettircs
20/05/2022 16:17:10
2

Ou sinon on peut juste rechercher des études d ong des années 90 qui prédisent que la déforestation et autres impact de l'homme risque d'avoir un impact sur l'habitat naturel des animaux en tout genre qui les amènerait à se rapprocher de l'homme... Et donc à créer plus de maladie

  
Répondre
fipuaa fipuaa
20/05/2022 16:05:53
0

la cour des miracles ces pandémies !!

vont ils réussir à entretenir la terreur qui s'était emparée de la majorité il y a 2 ans?

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
20/05/2022 15:37:09
3

Oui, toutes les singeries politiques sont pleines à craquer en moment.

Le zoo national déborde... Va falloir évacuer, on risque l'épizootie en cas de surpopulation.

  
Répondre
hellforthem hellforthem
20/05/2022 14:55:08
2

Mon cher CRI ravi de vous lire. Faites nous l'honneur de votre présence plus souvent, nous ne demandons qu'à nous améliorer à votre contact ❤️❤️❤️

  
Répondre
CRI74 CRI74
20/05/2022 14:51:37
4

En matière de singes , les spécialistes ne manquent pas sur le territoire voire au delà ....

Rassurant ???

  
Répondre
hellforthem hellforthem
20/05/2022 14:35:25
7

Bon en même temps faut bien reconnaître que le covide 19 c'est devenu has been. A notre époque d'obsolescence programmée, après deux ans t'es obligé de changer ton packaging si tu veux rester compétitif et continuer à vendre

  
Répondre
fipuaa fipuaa
20/05/2022 14:29:58
1

c'est fou ces coïncidences depuis 2 ans !! Surtout que "le grand philanthrope" avait prévenu du risque en novembre 2021, un visionnaire tiens !!

https://www.aerzteblatt.de/nachrichten/134391/G7-und-WHO-wollen-Pockenpandemie-in-Uebung-simulieren

((traduction google))

Le G7 et l'OMS veulent simuler une pandémie de variole dans la pratique

jeudi 19 mai 2022


Svenja Schulze (SPD), ministre fédérale de la coopération économique et du développement, et Karl Lauterbach (SPD), ministre fédéral de la santé, s'expriment après la séance de travail conjointe des ministres de la santé et du développement des pays du G7 au Rotes Rathaus, à Berlin. /photo alliance, Bernd von Jutrczenka

Berlin – Pour mieux lutter contre les futures pandémies, les pays du G7 et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) veulent simuler une pandémie de variole dans un exercice. Il s'agit de "découvrir si des leçons efficaces ont été tirées des erreurs passées", a déclaré aujourd'hui le ministre fédéral de la Santé Karl Lauterbach (SPD) au début des consultations entre les ministres de la Santé des sept principaux pays industrialisés.

Ce sera un exercice très réaliste, en supposant qu'une pandémie de variole pourrait se développer à partir d'une morsure de léopard, a déclaré Lauterbach. Dans la simulation, la pandémie de variole frappe particulièrement les jeunes.

La transmission de la variole animale à l'homme n'est "pas une pure théorie", a déclaré Lauterbach, citant plusieurs cas de monkeypox qui ont été enregistrés au Royaume-Uni, en Espagne et au Portugal ces derniers jours. Celles-ci se répandent désormais. En quelques jours, des cas en Italie, en Suède, au Canada et aux États-Unis sont devenus connus.

Le ministre britannique de la Santé, Sajid Javid, en fera rapport lors de la réunion ministérielle du G7, a annoncé Lauterbach. Les zoonoses sont une "menace en constante augmentation", a-t-il averti. L'Institut Robert Koch (RKI) avait appelé à la vigilance en raison des cas de monkeypox. Les rapatriés d'Afrique de l'Ouest et les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes devraient "immédiatement consulter un médecin" en cas de changements cutanés inhabituels, a déclaré le RKI.

A Berlin, les ministres de la Santé discutent d'un pacte pandémique mondial qui permettra à l'avenir d'identifier plus rapidement les foyers et d'y répondre plus efficacement.

Les ministres de la santé et du développement des pays du G7 souhaitent également aider davantage les pays les plus pauvres à lutter contre la pandémie et, entre autres, promouvoir la production de vaccins contre le coronavirus en Afrique. "La pandémie de COVID n'est pas encore terminée", ont déclaré les ministres fédéraux du Développement Svenja Schulze et Lauterbach après une consultation conjointe avec leurs collègues départementaux du G7.

aerzteblatt.de

Réunion du G7 : la lutte contre la pandémie devrait être le sujet principal

Production de vaccins : l'Allemagne soutient le Rwanda dans la mise en place

Moderna : Médecins Sans Frontières appelle au transfert de technologie

Les ministres de la santé et les ministres du développement des sept plus importantes nations industrielles sont convaincus que la pandémie ne sera terminée que "lorsqu'elle sera vaincue partout", a souligné Schulze. Il existe désormais suffisamment de vaccins dans le monde pour pouvoir atteindre l'objectif de vacciner au moins 70 % de la population mondiale contre le corona.

Dans le même temps, dans certains des pays les plus pauvres, seuls 15 % de la population ont été vaccinés. Le grand défi est "d'apporter le vaccin au peuple", a déclaré Schulze. De nombreux pays ne disposaient pas des infrastructures et du matériel nécessaires tels que des seringues ou des camions frigorifiques. Les États du G7 veulent ici davantage soutenir les pays du Sud.

Schulze a également annoncé qu'il souhaitait faire progresser la production de vaccins corona en Afrique. A l'avenir, quatre nouveaux sites de production de vaccins seraient implantés en Afrique avec l'aide d'une entreprise allemande. Une libération des brevets, cependant, n'était pas un problème.

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
20/05/2022 12:30:15
0

Source ?

  
Répondre
nanard87 nanard87
20/05/2022 12:14:50
0

excusez " pour"

  
Répondre
nanard87 nanard87
20/05/2022 12:14:19
0

de femme ( ou d'homme on ne sait jamais ) à singe ,il y a un mot pou cela , je l'ai oublié

  
Répondre
hellforthem hellforthem
20/05/2022 12:00:08
1

Sinon tu as aussi le rapport anonyme... mais ça c'est quand elle te voit pas venir dans le rétro


Ou le rapport consenti aussi. Là c'est quand elle s'est pas lavée

  
Répondre

Forum de discussion Général

202206261726 932111

Investir en Bourse avec Internet