OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

Roux de Bézieux: le programme de la Nupes mène à "une énorme récession

Cours temps réel: 6 592,58  0,34%



jipes jipes
15/06/2022 20:29:09
2


**Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a jugé mercredi sur Europe 1 que le programme de l'alliance de gauche Nupes mène à une "énorme récession", voire une "faillite" de la France.**


Quel plaisantin, la France de Macron est déjà aux portes de la faillite. Et pourquoi l'Union Européenne n'a pas exigé de la France qu'elle respecte ses engagements communautaires ?


Quant à Roux de Bézeiux, bien qu'il s'en défende, appuie politiquement le Président, ce qui n'est pas sérieux et surtout s'il essaie d'inciter tous les entrepreneurs de France dans sa stupide démarche.


S'il n'accepte pas le programme de Mélenchon, il ferait mieux de plébisciter le Rassemblement National afin que l'on aie une réelle opposition dans la future Assemblée Nationale.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
15/06/2022 18:05:18
1

Encore une bien bonne !

C'est passé inaperçu... Je vais arrêter les pavés dans la mare, ça assomme les canards...


Bpifrance se retire d'un partenariat avec Orpea en Russie

La Banque publique d'investissement avait signé un partenariat fin 2019 avec le fonds souverain russe pour financer le développement d'établissements Orpea dans le pays. Les récentes révélations sur les dérives du modèle du champion des Ehpad l'ont incité à sortir du projet, alors que la situation géopolitique s'aggrave en Russie.

Publié le 22 févr. 2022

https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/bpifrance-se-retire-dun-partenariat-avec-orpea-en-russie-1388874


Le "Fonds souverain français" et Orpea investiront en Russie dans la prise en charge du troisième âge

RUSSIA BEYOND | Économie | 18 avril 2019

https://fr.rbth.com/economie/82752-fonds-orpea-investissements-russie-centres-soins-personnes-agees


Vous noterez encore que l'information de 2019 a quasi disparu de l'internet... Faut aller sur un site russe pour la retrouver.


On a eu chaud... Mais c'est la canicule quand même.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
15/06/2022 16:38:55
0

Pour les canards mulards, j'ai le pain spécial...

Il est truffé à l'oseille fraiche. On parle ici de ce qu'on dit pas en haut lieu...


Ukraine : pendant la guerre, les affaires de la France avec la Russie continuent

Par Anne-Laure Barral | Cellule investigation de Radio France

https://www.radiofrance.fr/franceinter/ukraine-pendant-la-guerre-les-affaires-de-la-france-avec-la-russie-continuent-7158219


On notera :

"De plus, l’État français, par l’intermédiaire de la banque publique d’investissement (BPI France), avait donné un coup de pouce crucial au projet en entrant au capital de sociétés sous-traitantes impliquées, comme l’entreprise parapétrolière Technip par exemple.” La BPI avait apporté une garantie de 350 millions d’euros à Technip pour couvrir les risques de son contrat sur le projet Yamal."


"Des astuces pour éviter les sanctions

Coca-Cola, Carlsberg, les cabinets de conseils... à chaque jour sa nouvelle annonce de départ de Russie. Mais la réalité est un peu plus complexe. “Les sociétés françaises ne ferment pas vraiment", explique à la cellule investigation de Radio France un banquier d’affaires français à Moscou.

Elles créent d’autres sociétés, sous d’autres noms. Les Américains le font aussi avec les cabinets de conseil. Ils disent qu’ils sont partis, mais ce sont les mêmes conseillers qui continuent à opérer sous d’autres noms de marques.

Et si officiellement, de nombreux secteurs sont sous sanctions comme le spatial, l’aéronautique, la défense, la finance, mais aussi le luxe, il existe une disposition qui évite de tout bloquer dans ce secteur. “À moins de 300 euros par pièce, on n’est pas sanctionné", précise un entrepreneur qui distribue des cosmétiques en Russie. "La plupart de nos parfums sont en dessous de cette valeur. Il n’y a donc pas de base légale pour interdire nos produits.”


On attends avec impatience les publications comptables de la BPI, ça devrait faire un carton...

Attention, après on tire les canards...

  
Répondre
mlynx mlynx
15/06/2022 16:24:34
0

Coin coin merci et une de plus pour Macron

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
15/06/2022 16:16:03
0

J'ai encore du pain pour les canards...

comme y'a toujours qui passent… Petit, petit...


Le maintien des entreprises françaises en Russie constitue-t-il un soutien à l'effort de guerre de Poutine ?

OPINION. En restant en Russie, les entreprises étrangères n'appuient pas financièrement Poutine et la guerre en Ukraine. Mais si les entreprises françaises et étrangères quittaient précipitamment la Russie, au contraire , elles enrichiraient l'état russe. Par Michel Noiry, PDG d'Origa Consulting, cabinet de conseil en stratégie, finance et développement international

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/le-maintien-des-entreprises-francaises-en-russie-constitue-t-il-un-soutien-a-l-effort-de-guerre-de-poutine-912615.html


On notera dans l'article :

"Un tsunami comptable et financier

En effet, la sortie des sociétés françaises qui sont présentes en Russie depuis des décennies n'apparaît pas comme une chose aisée. Elle risque de prendre du temps et aurait un coût extrêmement élevé. Si pour une société qui commercialise ses produits au travers d'un réseau de distributeurs, les choses semblent relativement simples - le coût se « limitant » à la perte de chiffre d'affaires et de marge, éventuellement à la liquidation d'un stock -, le même mouvement de retrait est complexe, voire impossible et très coûteux, pour ceux qui ont investi en Russie afin de constituer des filiales de droit local dont il est, en outre, juridiquement impossible d'arrêter l'exploitation du jour au lendemain.

Le total des investissements occidentaux qui est de l'ordre de 440 milliards de dollars est inscrit aux bilans des maisons mères. En cas de retraite précipitée, cette somme devrait être mise à zéro, sans compter les engagements hors bilan (prêts, garantis, etc.). La sortie se ferait donc au prix d'une casse monumentale provoquant un tsunami comptable et financier sur les comptes des entreprises françaises. Le gouvernement peut se préparer à un nouveau plan de soutien, sous peine, sinon, de voir disparaître des acteurs de premier plan, devenus des proies sans défense face aux prédateurs sur les marchés financiers.

Quitter précipitamment la Russie plongerait 140.000 personnes au chômage et enrichirait l'état russe

On peut, par ailleurs, ergoter sur le soutien financier indirect qu'apporterait les entreprises françaises présentes en Russie via les impôts qu'elles paient mais il faut être raisonnable. Cette contribution, même significative, parait dérisoire face aux 20 milliards de dollars par jour que coûte le conflit à la Russie. En revanche, la fermeture de ces entreprises aurait un triple impact à court terme. Elle affecterait directement les quelques 140.000 salariés de ces sociétés qui ne sont en rien responsables de l'agression militaire et se retrouveraient durablement au chômage.

Par ailleurs, elle pourrait même, de manière involontaire, contribuer à un enrichissement de l'état russe, celui-ci devenant propriétaire d'actifs industriels qu'il pourrait revendre à bon compte pour financer sa guerre. Ainsi, Adeo, la holding de Leroy Merlin, indique que « fermer l'entreprise du jour au lendemain, fermer nos magasins, serait tout simplement un abandon considéré comme une faillite préméditée, donc illégale ouvrant la voie à une expropriation, qui renforcerait les moyens financiers de la Russie ». Enfin, les salariés ainsi licenciés se sentant lésés injustement pourraient devenir des adversaires de l'occident. "


Visiblement certains aiment bien le pain dur des canards... y parait que ça fait les dents.

On comprend bien pourquoi on est assez nulle da,s l'enseignement de l'économie et pourquoi la plupart des français sont incapable de calculer de tête un rendement de 1% sur un placement de 100 €.

Avec l'inflation, la tâche va se compliquer...


---------------------------------


A noter que BOJOLAIS vote Macron, c'est plus un scoop, c'est un bulletin de caviardage à gros tirage.

  
Répondre
BOJOLAIS BOJOLAIS
15/06/2022 16:13:09
0

Oups, moi aussi à la vue de toutes ces fakes news je vote macron dimanche...

ça ne récompense pas le travail du comploteur chef mais tant pis...


PS : en guise de punition tu me conjugueras le verbe "noter" à tous les temps !!!

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
15/06/2022 15:17:13
0

ça va pas vous changer, hein...

Voilà, c'est sourcé ....


Du pain pour les canards ...


« La sortie des sociétés françaises présentes en Russie depuis des décennies aurait un coût extrêmement élevé »

La France est le troisième investisseur étranger en Russie, derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni, rappelle le consultant en stratégie-finance Michel Noiry dans une tribune au « Monde ». Il estime qu’un départ ne pourrait se faire qu’au prix d’une « casse monumentale ».

Le Monde | Publié le 08 mars 2022

" 500 entreprises françaises en Russie

Le stock d’investissements étrangers en Russie était de 441 milliards d’euros en 2017. A cette époque, la France était le troisième investisseur étranger, derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni. A noter que les positions s’équilibrent presque si l’on considère que, pour sa part, la Russie investit également à l’étranger (36,8 milliards d’euros en 2017) et détient un stock d’investissements de l’ordre de 380 milliards d’euros (valeur 2017).

Selon le ministère de l’économie, plus de 500 entreprises françaises (dont 35 groupes du CAC 40) opèrent en Russie. En 2020, malgré le COVID, les exportations françaises vers la Russie ont atteint 5,2 milliards d’euros, faisant de la Russie le septième marché extérieur de la France, hors Union européenne."


On a perdu tellement de millards actuellement en Russie qu'en haut lieu, élections oblige, personne veux présenter la soustraction.

On préfère se gargariser de l'argent qu'on aurait fait perdre aux oligarques, c'est plus présentable comme bilan économique.


Et c'est plus du double de la dette du Covid...

  
Répondre
jmlutt jmlutt
15/06/2022 15:09:29
0

C'est pas une grosse blague merci de me faire comprendre que finalement je vais également voter pour Macron..

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
15/06/2022 15:04:23
0

Elle a déjà été faite au dessous, la grosse blague...

Et vous pensez qu'on va vous croire ?

Sur quelle base ?

Voyons soyez sérieux. Exposez vos arguments.

: )

Visiblement, certains sont à court d'argumentaire...

On dirait encore que certains n'apprécient pas l'envers du décor.

  
Répondre
VinceLu VinceLu
15/06/2022 14:59:19
0

Merci finalement Grace à toi je vote Macron

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
15/06/2022 14:13:45
1

Je m'étonne encore que le président du MEDEF roule encore pour Jupi-raz de terre après les déboires des investissements en Russie... dont on trouve moultes traces de papiers dans les merdias...


Des milliards d'investissements ont été engloutis et sont définitivement perdus et ça va couter bien plus cher que le soi disant trou des retraites et autres boniments de bonneto fiscal...

Ajoutons que sans l'argent perdu en Russie , certaines entreprises auraient largement les moyen d'accompagner les hausses de salaires...

Ceux qui invoquent la crise, en sont pour nombre d'entre eux en grande partie responsable... en suivant aveuglement et sans discernement le discours de l'Etat, de l'Otan et l'UE...


On mesure encore bien ici et à ce propos le degré de non liberté de discours de l'essentiel des monarques de la vie économique : "tout flatteur vit au dépens de celui qui l'écoute " ( La Fontaine).

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
15/06/2022 12:11:31
1

De l'esbroufe ... Rien que l'esbroufe. Du pipeau en tube livré par palette...

: )

Tel est pris qui croyait prendre...

Suffit juste retourner ici et de lire ton commentaire... ici

https://www.abcbourse.com/forums/msg934133_cgt-philippe-martinez-passera-la-main-en-2023

et là :

https://www.abcbourse.com/forums/msg922457_mckinsey-enquete-ouverte-depuis-le-31-mars-pour-blanchiment-aggrave-d


Pour voir que tu changes rien du tout, visiblement... C'est à l'image du présidentiable : juste du bonneto... et de l'enfumage électoral.




  
Répondre
virgules44 virgules44
15/06/2022 12:05:53
0
gars d'ain...en te lisant je change mon vote.Je voterai Macron
  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
15/06/2022 10:43:43
0

je note : " Votre propos se trouve donc vide de sens et devient non audible. De grâce argumentez sérieusement ou ne dites rien."

Retour à l'envoyeur : on attend donc vos explications, hein...


J'ai parfaitement détaillé sur le forum, que Macron ne finançait pas les dépenses...

Vous n'avez qu'à chercher, ça y est toujours...

On dirait que j'ai touché un sympathisant...

Visiblement comme j'explique jamais rien, je vous la refait en mode "matrix reloud" pour les retraites :

" Les Zélites partent actuellement des postulats de base pour en retirer des avantages contre le système actuel qui est essentiellement fait pour faire partir à la retraite des classes sociales basses et moyennes à des âges raisonnables...

La plupart des personnes qui sont aux manettes dans les lieux de pouvoir ont fait des études longues et l'âge de départ à la retraite actuelle les pénalise car elles sont obligés de travailler plus longtemps pour toucher une retraite pleine. Ce qui dans la réalité est faux puisqu'elles ont commencé à travailler plus tard et que par ailleurs elle feront les tâches beaucoup usantes pour la santé, et ont donc toutes les chances de vire plus longtemps en bonne santé...

Le fait de faire des études longues augmente l'âge de départ normal à la retraite, par rapport de l'écart avec les individus faiblement diplômés de la société.

En remontant l'âge du régime général, on réduit la décote des retraites des zélites qui souhaiteraient partir avant 67 ans et qui doivent pour la plupart travailler jusqu'à 67 ans pour avoir une retraite pleine.

Plus l'âge de départ se rapprochera de 67 ans, moins la décote sera élevé.

Comme vous le voyez : les zélites roulent avant tout pour leurs intérêts et nous enfument avec du flan "Premier prix".

Pitoyable et affligeant. "

https://www.abcbourse.com/forums/msg935014_retraites-le-nouveau-leader-de-fo-promet-la-mere-des-batailles


Et la réponse à la question : êtes-vous retraité ?

Dans l'affirmative, c'est KADO...

Parce que c'est facile de décider pire pour les autres, sous prétexte qu'on est passé avant et que ça ferait des trous dans les comptes ... A ce moment, rendez l'argent du départ avant 65 ans...

  
Répondre
jeando26 jeando26
15/06/2022 10:22:24
1
Bonjour, Ce qui est "pitoyable et affligeant" ceux sont la forme et le fonds de votre commentaire. La forme peut être excusable, encore que.... Sur le fonds vous n'apportez aucun contre-argument. Votre propos se trouve donc vide de sens et devient non audible. De grâce argumentez sérieusement ou ne dites rien. Bien à vous depuis la Drôme.
  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
15/06/2022 10:15:17
0

Je note : "Je ne suis pas partisan, je me place uniquement sur le plan économique", a-t-il précisé."

Mais bien-sûr … Et la marmotte violette plis les billets pour les mettre dans le DAB de Rothchild...


Pour mémoire :


Geoffroy Roux de Bézieux, un franc-tireur à la tête du Medef

Actualité publié le Publié le 03/07/2018

PORTRAIT. L'ancien patron de The Phone House et de Virgin Mobile succède à Pierre Gattaz et devient le « patron des patrons ». Un aboutissement.

Geoffroy Roux de Bézieux en avait vraiment très envie, et depuis longtemps. Il le voulait ce poste de président de Medef. Il a fini par l'avoir. Il avait déjà envisagé de se présenter en 2009, mais Laurence Parisot lui avait grillé la priorité. En 2013, il avait été candidat à la présidence du Medef, mais s'était incliné dans la dernière ligne droite, retirant sa candidature au dernier moment pour soutenir Pierre Gattaz. Ce coup-ci, il a tenu jusqu'au bout et a battu son rival Alexandre Saubot. Et hop, voilà une ligne de plus sur le CV déjà cousu de fil d'or de Geoffroy Roux de Bézieux, 56 ans. Avant d'être intronisé « patron des patrons », il avait pourtant déjà tout fait, et à peu près tout réussi aussi.

Études brillantes, embauche dans un prestigieux groupe du CAC 40, et la petite touche en plus, une aventure entrepreneuriale dans la téléphonie mobile, avec la fortune au bout du chemin. Il est aussi un administrateur recherché, notamment chez PSA Peugeot Citroën ou chez le fabricant de drones Parrot et a gagné l'étiquette du « patron sympa, cash, et photogénique à inviter à la télé ». Il a aussi été président de l'association Croissance Plus. Mais Geoffroy Roux de Bézieux serait-il donc un brin masochiste ? C'est que devenir président du Medef vous promet un accessit qui n'est peut-être pas le plus envié : « l'homme le plus détesté de France… » Pour ne rien gâcher à ce curieux plaisir, la fonction est 100 % bénévole. Il n'empêche, il a l'air d'y tenir et a bien l'intention d'échapper à la malédiction de l'avenue Bosquet. Au moment d'annonce la victoire, ses copains ont laissé échapper un grand soupir de soulagement. Heureux pour lui, bien sûr, mais aussi égoïstement pour leur propre tranquillité dans les semaines qui viennent. Car un Geoffroy Roux de Bézieux qui perd le fait payer longtemps à son entourage. Colère, mauvaise foi, énervement. Il ne supporte pas l'échec.

40 millions d'euros empoché

Les plus critiques se plaisent à noter que, oui, Geoffroy Roux de Bézieux a effectivement bien réussi dans la vie, mais qu'il a un mérite tout relatif, car il est né dans les beaux quartiers (Neuilly), dans une famille bourgeoise, éduquée, aimante et attentive. Bref, encore un qui est né avec une petite cuillère dans la bouche… Il est indéniable que cela aide, mais ce n'est toujours une condition suffisante à la réussite. La clé, c'est la personnalité de son père. Bruno Roux de Bézieux, décédé en décembre 2008, figure de la Légion étrangère, qui avait servi pendant la guerre d'Algérie et y avait été blessé, ex-officier au 1er régiment étranger de cavalerie, diplômé de HEC et de Harvard, réputé pour son intelligence et sa droiture. Ce père, toujours présent pour ses trois enfants, a mené une carrière de banquier chez Worms et cie, mais n'a jamais accédé au Graal, le statut d'associé-gérant. Le fils a longtemps pensé que son géniteur avait été victime d'une injustice, qu'il n'avait pas eu la carrière qu'il méritait.

Geoffroy Roux de Bézieux décroche son diplôme de l'Essec et un master à Dauphine, et file à Lorient, en 1984, faire son service militaire dans les commandos de la marine. Il intègre ensuite L'Oréal où il restera sept ans. Le courant passe alternativement entre la grande gueule Roux de Bézieux et le PDG tout puissant Lindsay Owen-Jones. Le premier est envoyé en poste en Pologne, ce qui est plus un départ en exil loin du pouvoir central qu'une promotion… Cela le détermine à quitter le géant des cosmétiques et à monter son entreprise. Il se lance en 1996 dans la téléphonie, en créant The Phone House, chaîne de boutiques spécialisée dans la vente de téléphones mobiles. Il revend la société en 2000 au groupe anglais Carphone et empoche près de 40 millions d'euros. Il prend ensuite la tête de l'opérateur mobile Virgin Mobile.

Il refuse de déjeuner avec... Emmanuel Macron

La révolution technologique est au cœur de sa vie professionnelle et elle a été au centre de sa campagne pour la présidence du Medef. Ce Parisien pur jus qui a visité plus de 80 territoires français au cours des dernières semaines n'a cessé de pointer les énormes mutations technologiques en cours, notamment la révolution de l'intelligence artificielle, amenée à provoquer la disparition de nombreux métiers. Il est d'ailleurs soutenu par cent patrons de la French Tech dont Frédéric Mazzella (Blablacar), Marc Simoncini (Sensee), Henri Seydoux (Parrot), Stéphane Treppoz (Sarenza). Il entend également porter le sujet de la fiscalité des Gafa en Europe. Roux de Bézieux cultive un style, à l'américaine.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
15/06/2022 09:58:20
1

Blablabla...


Parce que le programme du Hamster Jovial en chef, maître de la routoune qui tourne et maestro du bonneto fiscal serait mieux financé...


Vu ce qu'il a déjà laissé comme dettes,il a déjà bien montré qu'il savait parfaitement dilapider sans compter...


Pitoyable et affligeant.

  
Répondre
gars d'ain gars d'ain
15/06/2022 09:58:00
0
Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux à l'Elysée, le 7 mai 2022
Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux à l'Elysée, le 7 mai 2022 (AFP/Archives/Ludovic MARIN)

Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a jugé mercredi sur Europe 1 que le programme de l'alliance de gauche Nupes mène à une "énorme récession", voire une "faillite" de la France.

"Le programme de la Nupes c'est le programme de La France insoumise, ni plus ni moins, à quelques virgules près", selon le dirigeant de la première organisation patronale française, qui dit avoir regardé de près le programme du candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon.

Ce programme "va nous amener directement à une énorme récession, et s'il ne change pas de cap au milieu, à une faillite", a assuré Geoffroy Roux de Bézieux.

"Je ne suis pas partisan, je me place uniquement sur le plan économique", a-t-il précisé.

"Blocage des prix, augmentation massive du Smic: toutes les petites entreprises vont se retrouver dans un ciseau terrible puisqu'elles ne pourront plus augmenter leurs prix alors que leurs matières premières augmentent, que les factures de gaz augmentent et que de l'autre côté, leurs salaires vont augmenter", a expliqué le président du Medef.

"Là le premier réflexe, c'est j'arrête d'embaucher, je mets fin à tous mes CDD, tous mes intérims", a-t-il poursuivi.

Et "les Français ne vont pas consommer, contrairement à ce qui dit Jean-Luc Mélenchon, ils vont garder leurs économies tout simplement parce qu'ils vont avoir peur", a-t-il prédit en cas de victoire de la Nupes aux élections législatives.

Geoffroy Roux de Bézieux avance d'autre part que si le retour de la retraite à 60 ans "n'a pas d'impact direct sur les finances, ça a un coût absolument massif - 80 à 100 milliards - à terme" et qu'"immédiatement les taux d'intérêt de la France vont augmenter".

Selon lui, "la réalité, c'est que Jean-Luc Mélenchon sait que ce programme n'est pas applicable, il fait de la démagogie".

En cas de majorité Nupes à l'Assemblée nationale, le chef de file du patronat prévoit comme en 1981 "un programme à gauche, très à gauche, mais "au bout de 18 mois on change de Premier ministre et on revient à la réalité parce que malheureusement l'économie de marché a des fondamentaux".

© 2022 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

202206152029 936644

Investir en Bourse avec Internet