OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

Le russe Gazprom réduit encore un peu plus ses livraisons de gaz à la

Cours temps réel: 6 677,64  0,46%



Dubaisan Dubaisan
30/08/2022 18:49:17
2

Syjo,

Dans l'est de la Russie, Vladivostok , Khabarovsk… il y a déjà beaucoup de chinois; et en France environ 1.5 million….

Pas la peine de faire la guerre, c'est stupide, ils ont le temps…

  
Répondre
syjo syjo
30/08/2022 18:13:43
0

moi je pense que la russie est bien trop grande pour les russes, je ne serais pas surpris que les chinois y mettent un pied un jour ou l'autre. wait and see.

  
Répondre
philibertlesBB philibertlesBB
30/08/2022 17:45:46
0

C’est un fait l’Europe a mal anticipé, ce qui nous arrive.

Il fallait s’y attendre et pour cela être préparé. Maintenant c’est trop tard et on doit assumer. Il faudra sortir les doudounes cet hiver pour se tenir chaud. Ce qui perturbe nombre d’entre vous et c’est une réaction normale, on accepte les problèmes plus facilement lorsqu’ils nous affecte pas…



  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
30/08/2022 17:30:08
3

Anjou 49,

Je savais que j’allais déclencher une réaction, mais je ne la pensais pas si forte.

Alors je vais répondre simplement : eh bien oui « il voulait »;

Il voulait une Ukraine neutre, sans bases OTAN à sa porte (de Kiev à Moscou il n’y a que 850 km) car il sait que fondamentalement depuis 1945, les américains peu importe leur histoire ou leurs motivations sont des anti-communistes primaires ; Ils auraient plaisir à éradiquer tous les communistes de la planète s’ils en avaient la possibilité et ce qui les arrête, reste le fait que la Russie peut les atomiser autant que eux peuvent atomiser la Russie (idem au passage pour la Chine et d’autres…). Donc oui également, ça suffit comme raison.

Oui il le voulait, comme la Catalogne veut son indépendance de l’Espagne, ou la Corse de la France, comme les syndicats veulent des augmentations de salaire pour leurs adhérents, comme un acheteur veut le plus bas prix possible de son fournisseur, comme Israël ne veut pas d’un Iran atomique, comme les USA veulent un Taiwan à leur bottes… etc… Et ça, ça s’appelle une négociation et une négociation est toujours sauf exception, assortie de menaces (menaces de grèves, de boycott d’un fournisseur etc…), de sanctions etc.

Alors oui, il aurait fallu négocier avec lui, plutôt que de rejeter avec arrogance sa demande (née des évènements de Maidan en 2014) sans même l’avoir examinée, de le provoquer en armant l’Ukraine, en affirmant qu’au nom de la liberté, elle adhèrerait non seulement à l’UE mais aussi à l’OTAN, et de le laisser s’enferrer dans le piège de l’insécurité qui lui a été tendu.

Les chinois en comparaison, sont beaucoup plus lucides et patients (125 ans pour récupérer Hong Kong) : Tant qu’ils n’ont pas la certitude à 200% de gagner, ils fuient...plus les américains provoquent, plus ils évitent la confrontation directe ou même indirecte, et se recentrent sur un autre sujet qui inévitablement va mobiliser ailleurs l’énergie et les forces américaines ou celles de leurs alliés.

Mais nous sommes d’accord, l’humanité finira mal et l’aura bien cherché


  
Répondre
Anjou49 Anjou49
30/08/2022 15:12:27
2

@dubaisan

“Poutine voulait une Ukraine neutre“ ???

Il VOULAIT !!! alors ça suffit comme raison ?

Que pense majoritairement le peuple ukrainien ? Sans doute certains dans certaines régions souhaitaient un rattachement avec la Russie… mais alors là en partant de cela on fait éclater beaucoup de pays qui ont des indépendantistes actifs.

En France par exemple on perdrait quoi ou qui ? Les corses, les basques, les bretons sans oublier la République de Montmartre….Et puis si il suffisait de vouloir, moi je souhaiterais un monde apaisé sans conflits, sans épidémies, sans catastrophes.

Mais je crois que vouloir ne suffit pas ; pas plus pour le citoyen lambda que je suis que pour Vladimir.

Ce désir de Poutine c’est juste la preuve de sa peur des autres. En vérité que risque-t-il ? Il dispose de quoi faire tout péter si on l’agresse. Peut-être la crainte que son peuple, le plus modeste ne soit trop en contact avec nos modes de vies et puisse y prendre goût ? C’est sans doute pour ça qu’il nous qualifie de “décadent”, lui le grand judoka, le grand chasseur d’ours et autres c. du genre.

L’Humanité finira mal et l’aura bien cherché.


  
Répondre
JMPBW JMPBW
30/08/2022 14:35:37
3

Il ne faut pas trop claironner sur le niveau de nos réserves de gaz.

Imaginons un hiver un peu froid dans l'est de l'Europe, et par solidarité nous céderons une partie de ces réserves.

Il ne faudrait pas que des discours rassurants comme ceux d'Engie, nous fassent oublier que la meilleure solution, pour la planète, notre porte-monnaie, et l'autonomie du pays, est de traquer toutes les consommations inutiles.

Les entreprises ont été sollicitées en ce sens par E Borne, les particuliers contraints par les prix, mais on ne sent pas une véritable volonté d'agir au niveau des collectivités locales qui comptent plus sur les renforts financiers de l'état que sur elles-même.


  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
30/08/2022 13:21:06
2

Surtout que le but ultime américain, c'est d'affaiblir militairement et économiquement un maximum la Russie afin qu'elle ne soit plus "utile" pour la Chine et isoler celle-ci avant de lancer ses chiens de meute à ses trousses tout en supervisant et en restant "éloigné" des zones chaudes.

Le problème, c'est que ça ne semble pas se dérouler tout à fait de la manière prévue;

De plus, Poutine a déclaré fin Juin que la Russie mettrait le 1er lot de RS-28 Sarmat en service de combat d'ici la fin de l'année, ainsi que le déploiement de systèmes de défense S400 et S500; je ne crois pas que ce soit pour plaisanter. Il s'en servira si nécessaire.


Message complété le 30/08/2022 13:38:51 par son auteur.

Surtout que le but ultime américain, c'est d'affaiblir militairement et économiquement un maximum la Russie afin qu'elle ne soit plus "utile" pour la Chine et isoler celle-ci avant de lancer ses chiens de meute à ses trousses tout en supervisant et en restant "éloigné" des zones chaudes
Le problème, c'est que ça ne semble pas se dérouler tout à fait de la manière prévue.
De plus, Poutine a déclaré fin Juin que la Russie mettrait le 1er lot de RS-28 Sarmat en service de combat d'ici la fin de l'année, ainsi que le déploiement de systèmes de défense S400 et S500; je ne crois pas que ce soit pour plaisanter. Il s'en servira si nécessaire

En vertu de quoi ? La raison du plus fort est toujours la meilleure

Non Anjou49,
Poutine voulait une Ukraine neutre et sans bases Otan sur son territoire; Les USA lui ont refusé et ont poussé Zelenski en l'armant. Nous n'avions pas à cautionner le choix américain comme nous l'avons fait.
C'est la même chose avec Taiwan: On aide parti pro US à prendre le pouvoir sur l'île, on arme l'ile, on fait tout (Pelosi etc...) pour provoquer le clash qui mènera inévitablement à un conflit généralisé.

  
Répondre
Anjou49 Anjou49
30/08/2022 12:52:18
1

Mais les moyens il y a déjà bien longtemps qu’on ne les a plus.

Du coup c’est simple faudrait qu’on s’écrase en regardant la pointe de nos souliers et en se remémorant le soleil d’Austerlitz.

Mais c’est compliqué de sortir de la cour des grands… Alors on gesticule.


Message complété le 30/08/2022 13:05:13 par son auteur.

“En l'occurrence les raisons invoquées par Poutine étaient justifiées”
En vertu de quoi ? La raison du plus fort est toujours la meilleure ?

  
Répondre
SPhilippe SPhilippe
30/08/2022 12:43:23
1
En l'occurrence les raisons invoquées par Poutine étaient justifiées
  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
30/08/2022 12:12:36
2

Bonsoir Anjou 49,

Dites les gars, il fallait faire quoi ?

Ben …Fallait réfléchir avant de refiler le bébé aux américains…. Ils ont gardé le bébé, et nous on a l'eau du bain…

Quand on veut être maître de son destin, il faut en prendre les moyens. Maintenant c'est un peu tard, mais pas infaisable…

Reste que de nouveaux axes géopolitiques vont émerger puisque l'Allemagne comme le Japon ont le feu vert et l'appui des USA pour se réarmer avec pour buts de mettre l'Allemagne (et donc l'Europe) contre la Russie et le Japon contre la Chine (avec l'Aukus et l'Inde si possible)…

  
Répondre
Anjou49 Anjou49
30/08/2022 11:44:52
2

Dites les gars, il fallait faire quoi ?

Laisser l’Ukraine se faire avaler et inviter Poutine à la maison en espérant calmer son appétit ?

C’est notre petit confort que vous regrettez ?

Mais je suis (très) curieux de vous voir développer la stratégie que vous auriez appliquée. Vous en avez une j’en suis sûr.


  
Répondre
grand cru grand cru
30/08/2022 11:41:10
0
depuis 1 an augmentation de la facture de gaz de plus de 50 %
  
Répondre
toulra toulra
30/08/2022 11:13:31
1
Président aucune vision géopolitique tu as voulu faire le fanfaron mais tu n'as pas la carrure résultat nous allons payer les errements de nos dirigeants
  
Répondre
francleon francleon
30/08/2022 10:53:28
2
Que dire, si ce n'est que l' UE, avec von der leyen à la baguette, a voulu faire plier la RUSSIE (avec des sanctions économiques ) et cela se retourne contre nous ! le maire avait dit que la RUSSIE serait à genoux, hors c'est l' UE qui plie, avec des USA qui commence à la lâcher ! Nous sommes ridicules, comme d'habitude, avec des gouvernants "de petit niveau" obnubilés par "le pitre zelinsky" ...
  
Répondre
francleon francleon
30/08/2022 10:53:11
0
En juin dernier, Engie avait déjà constaté une réduction des livraisons de gaz russe
En juin dernier, Engie avait déjà constaté une réduction des livraisons de gaz russe (AFP/Archives/ERIC PIERMONT)

Un pas de plus vers le tarissement des flux de gaz russe vers la France a été franchi mardi avec l'annonce par le groupe Engie d'une nouvelle réduction des livraisons du géant Gazprom, entretenant les craintes sur l'approvisionnement pour l'hiver malgré des stocks bien remplis.

L'énergéticien français Engie a annoncé dans un bref communiqué que le géant russe Gazprom l'avait informé de réductions supplémentaires et immédiates de ses livraisons de gaz auprès de lui "en raison d'un désaccord entre les parties sur l'application de contrats".

Les livraisons de gaz russe à Engie avaient déjà considérablement diminué depuis le début du conflit en Ukraine, passant récemment à seulement 1,5 TWh (térawatt-heure) par mois, selon Engie.

Ce chiffre est à rapporter à des approvisionnements "totaux annuels en Europe supérieurs à 400 TWh" pour Engie, ajoute le principal fournisseur de gaz en France, dont l'État français détient près de 24%.

Fin juillet, Engie avait assuré avoir significativement réduit son "exposition financière et physique au gaz russe", qui ne représentait déjà plus qu'à peu près 4% de ses approvisionnements. "C'est complètement dans la marge de la flexibilité de nos portefeuilles, donc on n'est pas du tout inquiets", avait alors déclaré sa directrice générale Catherine MacGregor.

L'utilisation de gaz par secteur en France
L'utilisation de gaz par secteur en France (AFP/Archives/Sylvie HUSSON)

Le groupe rappelle mardi avoir déjà mis en place des mesures pour pouvoir fournir ses clients même en cas d'interruption des flux de Gazprom. "Engie avait d'ores et déjà sécurisé les volumes nécessaires pour assurer l'approvisionnement de ses clients et pour ses propres besoins", est-il indiqué dans son communiqué.

Jeudi dernier, les stocks de gaz de la France ont dépassé le seuil de 90% de remplissage pour l'hiver (91,47% mardi matin), selon la plateforme européenne Agregated Gas Storage Inventory (AGSI), et la France est en bonne route pour tenir son objectif de 100% d'ici novembre.

- Conseil de défense -

Le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a confirmé mardi sur la radio Franceinfo que l'objectif serait atteint "d'ici à la fin de l'été" mais a averti que cela ne signifiait pas que la France aurait "suffisamment de gaz pour passer l'hiver si les Russes le coupaient et si on en consommait beaucoup".

Un Conseil de défense consacré à l'approvisionnement en gaz et en électricité du pays aura lieu vendredi sous l'égide du président Emmanuel Macron.

"Entre les +maintenances de gazoduc+ et les "désaccords sur le contrat", un hiver avec zéro gaz russe est le scenario principal pour l'Europe", a commenté auprès de l'AFP Simone Tagliapietra, chercheur à l'institut bruxellois Bruegel.

Depuis que les pays occidentaux ont imposé des sanctions à Moscou après le lancement de son offensive contre l'Ukraine, la Russie a plusieurs fois réduit ses livraisons de gaz à l'Europe, qui en est fortement dépendante. La Russie représentait jusqu'à l'an dernier quelque 40% des importations gazières de l'UE.

En juin dernier, Engie avait déjà constaté une réduction des livraisons de gaz russe peu après une déclaration de Gazprom annonçant une baisse d'encore un tiers de ses livraisons via la gazoduc Nord Stream pour des raisons "techniques".

Les prix européens du gaz se sont envolés depuis le début de la début de la guerre en Ukraine
Les prix européens du gaz se sont envolés depuis le début de la début de la guerre en Ukraine (AFP/Archives/Daniel ROLAND)

C'est la même raison technique qui avait été invoquée précédemment par l'énergéticien russe pour justifier une première baisse de 40% de ses flux mais l'Allemagne avait alors dénoncé une "décision politique".

Les prix du gaz ont explosé sur le Vieux continent, frôlant ces dernières semaines ses records historiques (345 euros le MWh en séance) en raison de suspensions d'approvisionnement russe entre le 31 août et le 2 septembre via Nord Stream 1, en raison d'une maintenance du gazoduc, selon une annonce de Gazprom.

Le prix du contrat de gaz naturel européen de référence était de 276 euros le mégawattheure peu avant 07H00 GMT mardi, stable par rapport à la clôture de la veille. Avant l'invasion russe de l'Ukraine, ils évoluaient autour de 80 euros le MWh.

© 2022 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

202208301849 947478
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.
Ma liste