OK
Accueil > Marchés > Cotation Cac 40 > Actus Cac 40

Agriculture: un projet de loi pour calmer la colère, étrillé par la gauche et les ONG


Actualité publiée le 03/04/24 12:09
Le chantier de construction d'un nouveau réservoir à Priaires, le 1er septembre 2023 dans les Deux-Sèvres
Le chantier de construction d'un nouveau réservoir à Priaires, le 1er septembre 2023 dans les Deux-Sèvres (AFP/Archives/YOHAN BONNET)

Le gouvernement présente mercredi son projet de loi pour l'agriculture, critiqué par ONG et députés de gauche depuis qu'il a été étoffé, après les manifestations d'agriculteurs, de mesures pour accélérer la construction de réserves d'eau ou alléger les sanctions en cas d'atteinte à la nature.

La présentation en conseil des ministres de ce texte, en préparation depuis plus d'un an, a été repoussée à plusieurs reprises. Devant l'explosion de colère du monde agricole cet hiver, le gouvernement a augmenté son volume pour satisfaire une partie des revendications du syndicat majoritaire FNSEA.

Dans l'exposé des motifs, le gouvernement explique adresser "un message de confiance" au monde agricole, "dont l'activité sera libérée de normes et de contraintes devenues superflues, contradictoires ou excessivement lourdes".

Pour les ONG et l'opposition de gauche, il omet les enjeux de rémunération et manque d'ambition pour embarquer l'agriculture dans sa nécessaire transition face au dérèglement climatique: limiter son impact sur la nature, émettre moins de carbone, être plus économe en eau, moins consommatrice d'engrais et pesticides...

"Si le terme de transition agroécologique est récurrent dans le texte, les mesures concrètes pour la mettre en œuvre sont presque inexistantes et certaines d'entre elles entraînent même un retour en arrière", estime dans un communiqué Thomas Uthayakumar, directeur du plaidoyer de la Fondation pour la nature et l'homme (FNH).

L'association Agir pour l'environnement dénonce un texte qui "frappe par son absence totale d'ambition en matière d'installations ou de transition agro-écologique. Pire, il consacre une trajectoire d'industrialisation et de négation de l'urgence environnementale, cédant à toutes les exigences cyniques des syndicats productivistes".

"L'agrobusiness en a rêvé, la FNSEA l'a demandé, le gouvernement l'a fait", tacle encore Greenpeace.

Le syndicat minoritaire Confédération paysanne, classé à gauche, dénonce une "fuite en avant" du gouvernement, qui "utilise les vieilles recettes du passé (...) au profit de quelques-uns et au détriment du plus grand nombre".

Pour l'organisation, "le volet ajouté au lendemain de la colère paysanne multiplie les régressions : affaiblissement du droit pénal de l'environnement, accélération de la destruction des haies, facilitation des projets de mégabassines [réserves d'eau pour l'irrigation], d'élevages industriels et de fermes usines aquacoles".

Cette loi "entérine de graves régressions environnementales, plutôt que d'offrir aux agriculteurs les moyens de faire la bifurcation agro-écologique", déplore la députée LFI Aurélie Trouvé, dans une vidéo publiée sur X.

- "Intérêt général majeur" -

Le texte s'appelle désormais "projet de loi d'orientation pour la souveraineté en matière agricole et le renouvellement des générations en agriculture".

Le gouvernement, qui ne fixe pas d'objectif chiffré de nouvelles installations, espère enrayer la chute continue de la population agricole. La France a perdu 100.000 fermes en dix ans.

Le premier article de la loi, ainsi que l'exigeait la FNSEA, consacre l'agriculture, la pêche et l'aquaculture au rang d'"intérêt général majeur en tant qu'elles garantissent la souveraineté alimentaire de la Nation".

Cette disposition est destinée à "nourrir la réflexion du juge administratif" quand il aura à trancher un litige autour d'un projet agricole, selon le cabinet du ministre de l'Agriculture Marc Fesneau. Autrement dit, quand il faudra mettre dans la balance production de nourriture et impératif de protection de la nature.

Le texte vise aussi à réduire les procédures autour des constructions de réserves d'eau pour l'irrigation et de bâtiments d'élevage.

Le ministre de l'agriculture Marc Fesneau au 78e congrès de la FNSEA à Dunkerque (Nord) le 28 mars 2024
Le ministre de l'agriculture Marc Fesneau au 78e congrès de la FNSEA à Dunkerque (Nord) le 28 mars 2024 (AFP/Archives/DENIS CHARLET)

"La question, ce n'est pas d'en rabattre sur la question de l'environnement, (...) c'est de ne pas avoir des projets qui durent cinq, sept, huit, dix ans" avant de sortir de terre voire d'être abandonnés, a déclaré Marc Fesneau mercredi matin sur RTL.

En l'état, le texte autorise le gouvernement à revoir par ordonnance l'échelle des peines en cas de dommage sur l'environnement (destruction de haie par exemple).

"Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura plus de peines pour des destructions ou pour des atteintes à l'environnement qui sont graves. Cela veut dire qu'on va essayer d'adapter les sanctions et l'échelle des peines (...) à la réalité des situations", assure le cabinet de M. Fesneau.

Le projet de loi doit être examiné à partir du 13 mai en séance à l'Assemblée nationale, puis pendant la deuxième quinzaine du mois de juin au Sénat, pour une adoption espérée dans la foulée.

© 2024 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.

Twitter Facebook Linkedin email

4 commentaires sur cet article. Participez à la discussion.

jlccasa
03/04/24 13:37
Sauver l'agriculture car sans elle la France sera une immense friche !
moicmoi
03/04/24 16:51

jlccasa

« « Sauver l'agriculture car sans elle la France sera une immense friche ! » »


A condition qu’il reste des surfaces cultivables. Ce qui n’est pas évident à voir la bétonisation galopante.

1 ) Les éoliennes que l’on voit abondamment fleurir à travers le pays nécessitent environ 400 M3 de béton et ferraillage, pour une surface au sol de 250 M2. POUR UNE SEULE EOLIENNE ! Ce à quoi il faut ajouter la « voirie » d’accès.
(9500 éoliennes installées à fin 2022. Prévisions : X par 3 ou 4 , soit 40 000 éoliennes supplémentaires. Et rebelote dans 20 ans, durée de vie des éoliennes.)
2 ) Les zones commerciales et industrielles. Qui demandent des voies d’accès et des parkings confortables, pieds au sec, imperméabilisées, qui non seulement ne sont plus cultivables, mais qui ont l’avantage de concentrer et drainer rapidement les eaux pluviales , avec pour conséquence les inondations constatées dernièrement un peu partout dans le pays.
3 ) Y a-t-il vraiment une volonté de sauver l'agriculture ? On peut se poser sérieusement la question, au vu des contrats mondiaux, de la priorité donnée aux produits venant d’Ukraine, et d’une certaine liberté d’agir de mouvements écolos ?
4) sans parler des normes imposées en France, mais autorisées partout ailleurs .
5 ) etc….

waine70
03/04/24 17:46

Si on perd l'agriculture, après l'industrie, on aurait plus de fromage mais il resterait le chômage....


Amen !

Fibopivots
05/04/24 15:10

Depuis la réunification de l'All., ils produisent plus d'asperges que nous !

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

6mNhzv05RBtpU3tGSPSuFX9Px4RI9iNvuX9rISxJlcI-GsPxYssKb8Nf7y-ZJqCf
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.