OK
Accueil > Marchés > Cotation Air Liquide > Actus Air Liquide

Air Liquide : Résultats du 1er semestre 2022


Actualité publiée le 28/07/22 07:20

Regulatory News:

Air Liquide (Paris:AI):

Chiffres clés (en millions d'euros)

S1 2022

2022/2021
publié

2022/2021
comparable (a)

Chiffre d’affaires Groupe

14 207

+ 31,0 %

+ 7,7 %

dont Gaz & Services

13 600

+ 31,4 %

+ 7,2 %

Résultat opérationnel courant

2 286

+ 17,4 %

+ 9,2 %

Marge opérationnelle Groupe

16,1%

- 190 pbs

 

Variation hors énergie (b)

 

+ 50 pbs

 

Marge opérationnelle Gaz & Services

17,7%

- 230 pbs

 

Variation hors énergie (b)

 

+ 50 pbs

 

Résultat net (part du Groupe)

1 305

+ 5,3 %

 

Résultat net récurrent (part du Groupe) (c)

1 551

+ 25,1 %

 

Variation résultat net récurrent (part du Groupe) hors change (b)

 

+ 20,4 %

 

Bénéfice net par action (en euros)

2,50

+ 5,0 %

 

Capacité d'autofinancement

2 907

+ 17,1 %

 

Dette nette

12,0 Mds €

 

 

Rentabilité des capitaux employés après impôts - ROCE

9,0 %

- 50 pbs

 

ROCE récurrent (d)

9,7 %

+ 70 pbs

 

(a)

Variation hors effets de change, d’énergie (gaz naturel et électricité) et de périmètre significatif, voir réconciliation en annexe.

(b)

Voir réconciliation en annexe.

(c)

Hors opérations exceptionnelles et significatives qui n’impactent pas le résultat opérationnel courant, voir réconciliation en annexe.

(d)

Sur la base du résultat net récurrent, voir réconciliation en annexe.

Commentant l’activité du 1er semestre 2022, François Jackow, Directeur Général du groupe Air Liquide, a déclaré :

« Le Groupe a réalisé au premier semestre une performance très solide. Elle est d’autant plus remarquable qu’elle a été réalisée dans un environnement macroéconomique et géopolitique particulièrement complexe. Le chiffre d’affaires atteint 14,2 milliards d’euros, en hausse de + 7,7 % à données comparables. En données publiées, il ressort à + 31 %, reflétant en particulier la forte hausse des prix de l’énergie. Toutes nos activités sont en croissance : les Gaz & Services, qui représentent 96 % du chiffre d’affaires, l’Ingénierie & Construction et les Marchés Globaux & Technologies.

Au sein des Gaz & Services, toutes les géographies progressent, portées notamment par l’Industriel Marchand et l’Électronique, qui connaît une forte expansion notamment en Asie. En Industriel Marchand, création de valeur et gestion dynamique des prix ont permis de répercuter la hausse des coûts, sachant qu’en Grande Industrie la hausse des prix de l’énergie est contractuellement transmise aux clients.

Dans ce contexte, la marge opérationnelle du Groupe augmente à nouveau significativement de + 50 points de base, hors effet énergie. Le Groupe poursuit par ailleurs ses actions en matière d’efficacités notamment via des investissements industriels ciblés.

Le résultat net récurrent(1) atteint 1,6 milliard d’euros, en hausse de + 20,4 % hors effets de change. Le résultat net part du Groupe ressort à 1,3 milliard d’euros, en croissance publiée de + 5,3 % malgré une provision exceptionnelle sur nos actifs en Russie. La capacité d’autofinancement reste élevée à 23,5 %(2) des ventes. Le bilan est solide avec un ratio dette nette sur capitaux propres(3) à nouveau réduit à 46%. Le ROCE récurrent(4) poursuit sa progression et atteint désormais 9,7 % à fin juin, en ligne avec l’objectif de 10 % à l’horizon 2023.

Le Groupe a maintenu une forte dynamique d'investissements, gage de la croissance future et de son engagement au service du climat. Les opportunités d’investissement à 12 mois sont nombreuses, à 3,3 milliards d’euros ; plus de 40 % sont en lien avec la transition énergétique. Les décisions d’investissement sont significatives et atteignent 1,8 milliard d’euros ce semestre. Le portefeuille de projets en cours d’exécution, à 3 milliards d’euros, reste élevé.

Fort d’une performance solide au 1er semestre 2022, d’un modèle économique à la résilience renforcée et d’un plan stratégique clair, nous abordons, avec des équipes mobilisées dont je salue l’engagement, la suite de l’année.

En 2022, en l’absence de perturbation significative de l’économie, Air Liquide est confiant dans sa capacité à augmenter à nouveau sa marge opérationnelle et à réaliser une croissance du résultat net récurrent, à change constant(5). »

  1. Hors opérations exceptionnelles et significatives qui n’impactent pas le résultat opérationnel courant.
  2. Capacité d’autofinancement sur chiffre d’affaires hors effet énergie.
  3. Ajusté de la saisonnalité du dividende.
  4. ROCE récurrent calculé avec le résultat net récurrent.
  5. Marge opérationnelle hors effet énergie. Résultat net récurrent hors opérations exceptionnelles et significatives qui n’impactent pas le résultat opérationnel courant, et hors impact d’une potentielle réforme fiscale aux E-U en 2022.

Faits marquants du 1er semestre 2022

Corporate :

  • Mise en place d’une nouvelle gouvernance au sein d’Air Liquide conformément à ce qui avait été annoncé. Le 1er juin, François Jackow est devenu Directeur Général du Groupe tandis que Benoît Potier demeure Président du Conseil d’Administration. François Jackow a par ailleurs été nommé administrateur d'Air Liquide par les actionnaires du Groupe réunis en Assemblée Générale le 4 mai.
  • Lancement d’ADVANCE, le nouveau plan stratégique d’Air Liquide à horizon 2025, qui place le développement durable au cœur de la stratégie du Groupe et combine performance financière et extra-financière.
  • Mobilisation du Groupe en faveur des victimes de la guerre en Ukraine, notamment à travers l’action de la Fondation Air Liquide.
  • Cession des activités Industriel Marchand situées aux Emirats Arabes Unis et au Bahreïn.

Développement durable :

  • Validation par l’initiative Science Based Target (SBTi) de l’objectif de réduction des émissions de CO2 des scopes 1 & 2 d'Air Liquide à horizon 2035 comme étant conforme et en ligne avec les sciences du climat.
  • Publication du premier Rapport de Développement Durable d’Air Liquide présentant les ambitions du Groupe en matière de Développement Durable et ses résultats extra-financiers 2021.
  • Attribution par le CDP d’une note «A-» dans les deux catégories du changement climatique et de la gestion de l'eau. Cette note reconnaît au Groupe le niveau le plus élevé («Leadership Level») en matière d'engagement en faveur de l'environnement.
  • Signature avec Vattenfall aux Pays-Bas d’un contrat d’achat d’énergie renouvelable à long terme pour une capacité éolienne offshore en cours de construction d’environ 115 MW. Il s’agit du plus grand contrat d’approvisionnement de ce type signé par Air Liquide dans le monde à ce jour.
  • Signature d’un contrat sur dix ans avec Shell Energy Europe Limited (SEEL) pour l’achat d’énergie renouvelable destinée à alimenter la production de gaz industriels et médicaux dans le nord-est de l’Italie.
  • Aux États-Unis, construction par Air Liquide de sa plus grande unité de production de biométhane au monde.

Décarbonation de l’industrie :

  • Sélection par le Fonds européen d’innovation du projet d’Air Liquide et EQIOM ayant pour objectif de faire de l’usine EQIOM près de Dunkerque l’une des premières cimenteries neutres en carbone d’Europe.
  • Protocole d’accord avec Lhoist pour décarboner leur usine de production de chaux située à Réty, dans les Hauts-de-France, en ayant recours à la technologie de captage du CO2 CryocapTM développée par Air Liquide.
  • Sélection par le Fonds européen d'innovation du projet Kairos@C, développé conjointement par Air Liquide et BASF, ayant pour objectif de développer le plus grand projet mondial transfrontalier de chaîne de valeur de captage et de séquestration de carbone (CCS) autour du port d'Anvers.
  • Signature d’un protocole d’accord avec Eni pour décarboner les industries les plus émettrices de CO2 dans le bassin méditerranéen.
  • Signature d’un accord avec Sogestran pour développer des solutions de transport maritime pour la gestion du carbone dans le cadre de projets de captage et de stockage de carbone.

Hydrogène bas carbone :

  • Soutien de l’État français au projet Air Liquide Normand’Hy de production d’hydrogène renouvelable à grande échelle. Ce projet aura une capacité initiale de 200 MW et contribuera à la création d’une filière française et européenne d’hydrogène bas carbone et à la décarbonation du bassin industriel normand.
  • Création avec Siemens Energy d’une coentreprise dédiée à la production en série en Europe d’électrolyseurs hydrogène renouvelable de taille industrielle. L’un des premiers projets de cette coentreprise est celui de l’électrolyseur Air Liquide Normand’Hy.
  • Inauguration dans le Nevada, aux États-Unis, du plus grand liquéfacteur d’hydrogène du Groupe dans le monde, afin notamment d’alimenter le marché de la mobilité sur la côte Ouest, en particulier en Californie
  • Protocole d’accord avec CaetanoBus et Toyota Motor Europe pour proposer des offres intégrées pour la mobilité hydrogène (développement d’infrastructures et de flottes de véhicules légers et lourds).
  • Signature d’un protocole d’accord avec Airbus, l’aéroport d’Incheon et Korean Air pour étudier l’utilisation de l’hydrogène dans l’aéroport international d’Incheon.
  • Projet de création avec Groupe ADP de la première coentreprise d’ingénierie pour accompagner les aéroports dans leurs projets d’intégration de l’hydrogène dans leurs infrastructures.
  • Création avec Lotte Chemical, acteur majeur en Corée, d’une co-entreprise pour développer la chaîne logistique de l’hydrogène pour les marchés de la mobilité en Corée du Sud.

Électronique & Industrie :

  • Dans le cadre de contrats de long terme avec deux importants leaders mondiaux des semi-conducteurs pour la fourniture de gaz industriels de très haute pureté au Japon, Air Liquide a lancé un investissement échelonné de plus de 300 millions d’euros dans quatre unités de production de pointe.
  • Signature d’accords de long terme pour approvisionner un site de production de semi-conducteurs en Arizona, États-Unis. Dans le cadre de cet accord, Air Liquide investira près de 60 millions de dollars américains pour construire et exploiter des unités et systèmes de production.
  • Contrat de long terme avec EZZ Steel en Egypte, dans le cadre duquel Air Liquide Egypt va investir environ 80 millions de dollars américains dans la construction d'une unité de séparation des gaz de l'air renforçant sa position de leader dans le bassin industriel de Soukhna.
  • Renforcement en Inde avec un investissement d’environ 40 millions d’euros dans une nouvelle unité de séparation des gaz de l’air dédiée à l’Industriel Marchand, dans l’État d’Uttar Pradesh, dans l’Inde du Nord.

Le chiffre d’affaires du Groupe s’établit à 14 207 millions d’euros au 1er semestre 2022, en forte croissance comparable de + 7,7 %. Au 2ème trimestre 2022, les ventes progressent de + 7,5 % en données comparables par rapport au 2ème trimestre 2021. Le chiffre d’affaires publié du Groupe au 1er semestre est en très forte hausse de +31,0%, avec un effet énergie très élevé de + 16,8 % ainsi que des effets favorables de change (+ 5,8 %) et de périmètre significatif (+ 0,7 %).

Cette performance s’établit dans un environnement difficile de prix de l’énergie exceptionnellement élevés, de forte inflation, de tension dans les chaînes d’approvisionnement et de conflit en Ukraine. Le Groupe bénéficie d'un modèle d’affaires solide et d’une diversité de son portefeuille de géographies, d’activités, de marchés finaux et de clients qui assurent une résilience de la performance et qui permettent de saisir toutes les opportunités de croissance. Son positionnement au cœur des marchés du futur (notamment transition énergétique, Semi-conducteurs, Santé) renforce ces caractéristiques.

Le chiffre d’affaires Gaz & Services atteint 13 600 millions d’euros au 1er semestre, en hausse de + 7,2 % en données comparables. Les ventes publiées du 1er semestre 2022 sont en très forte croissance de +31,4%, avec un effet énergie très élevé de + 17,6 % ainsi que des effets positifs de change (+ 5,9 %) et de périmètre significatif (+ 0,7 %).

  • Le chiffre d’affaires Gaz & Services de la zone Amériques s’établit à 5 017 millions d’euros au 1er semestre 2022, en très forte croissance comparable de + 9,2 %. La Grande Industrie est en hausse de + 5,3 %, soutenue par une demande solide et par le démarrage de nouvelles unités. La forte augmentation des prix contribue significativement à la croissance élevée des ventes de l’Industriel Marchand (+ 11,6 %). Le chiffre d’affaires de l’activité Santé progresse de + 2,2 %, soutenu par la médecine de ville aux États-Unis et la Santé à domicile en Amérique Latine, malgré une baisse des ventes d’oxygène médical pour le traitement de la covid-19. Enfin, tous les segments d’activité participent à la croissance particulièrement dynamique de l’Électronique (+ 8,2 %).

  • Le chiffre d’affaires de la zone Europe progresse de + 6,4 % sur une base comparable au 1er semestre 2022 et atteint 5 424 millions d’euros. Cette croissance élevée est contrastée suivant les branches d’activité dans un contexte de prix de l’énergie exceptionnellement élevés et de conflit en Ukraine. Soutenue par des augmentations de prix record, la croissance s’accélère en Industriel Marchand pour atteindre un niveau particulièrement élevé de + 22,9 % au 1er semestre, compensant des ventes en recul de - 7,4 % dans la Grande Industrie. Malgré une base de comparaison élevée liée à l'épidémie de covid-19 en 2021, les ventes dans la Santé sont en croissance de + 3,3 %, soutenues par le dynamisme de la Santé à domicile.

  • Les ventes en Asie-Pacifique sont en hausse comparable de + 5,5 % au 1er semestre 2022 et s’élèvent à 2 746 millions d’euros, soutenues par une croissance particulièrement dynamique de l’activité Électronique (+ 15,8 %). Les confinements liés au covid-19 en Chine au 2ème trimestre ont affecté la demande dans les autres branches d’activité : les ventes de la Grande Industrie sont stables (- 0,2 %) au 1er semestre, tandis que celles de l’Industriel Marchand affichent une croissance de + 2,5 %, soutenues par l’accélération de l’augmentation des prix au cours du semestre.

  • Le chiffre d’affaires de la zone Moyen-Orient et Afrique atteint 413 millions d’euros, en légère hausse comparable (+ 0,9 %)par rapport au 1er semestre 2021. Les volumes progressent fortement en Afrique du Sud avec l’intégration des 16 unités de séparation des gaz de l’air de Sasol, dont les ventes sont reportées en périmètre significatif et donc exclues de la croissance comparable. Les ventes sont stables sur le semestre en Industriel Marchand, la croissance de l’activité étant compensée par la cession de deux activités de petite taille au Moyen-Orient.

Les ventes de la Grande Industrie, contrastées suivant les géographies, sont en léger retrait (- 1,4 %) en données comparables par rapport au 1er semestre 2021 : elles sont en effet en croissance soutenue en Amérique, stables en Asie et en retrait en Europe. L’activité Industriel Marchand présente un chiffre d’affaires en forte hausse de + 12,7 % au 1er semestre, soutenu par l’accélération des effets prix sur le semestre et par des volumes solides. La croissance des ventes de l’Électronique est particulièrement dynamique, à + 15,5 %, avec une forte contribution de tous les segments d’activité. Dans la Santé, malgré une baisse des volumes d’oxygène médical pour le traitement de la covid-19, le chiffre d’affaires est en hausse de + 2,3 %, soutenu par le fort développement de la Santé à domicile notamment en Europe et de la médecine de proximité aux États-Unis.

Le chiffre d’affaires consolidé de l’Ingénierie & Construction s'établit à 221 millions d’euros au 1er semestre 2022, en forte croissance comparable de + 29,0 %. Les prises de commandes s’élèvent à 526 millions d’euros et sont proches du niveau élevé enregistré au 1er semestre 2021.

Les ventes de l’activité Marchés Globaux & Technologies atteignent 386 millions d’euros au 1er semestre, en forte croissance comparable de + 13,8 %. L’activité biogaz, très dynamique, bénéficie de la montée en puissance de nouvelles unités de production en Europe et aux États-Unis, de la hausse des prix de vente en lien avec l’augmentation des prix de l’énergie, et de la vente d’équipements aux États-Unis.

Les efficacités(1) s’élèvent à 167 millions d’euros et représentent une économie de 2,1 % de la base de coûts. Dans un contexte de forte inflation défavorable aux efficacités liées aux achats, la priorité des équipes est de limiter la hausse des coûts et de la transférer dans les prix.

Le résultat opérationnel courant (ROC) du Groupe atteint 2 286 millions d’euros au 1er semestre 2022. Il augmente de + 17,4 % et de + 9,2 % à données comparables, ce qui est sensiblement supérieur à la croissance comparable des ventes de + 7,7 %.

La marge opérationnelle (ROC sur chiffre d’affaires) atteint 16,1 % en données publiées, en recul de - 190 points de base par rapport au 1er semestre 2021 du fait notamment de la forte hausse des coûts de l’énergie qui sont contractuellement refacturés aux clients de la Grande Industrie, créant ainsi un effet dilutif sur la marge publiée (sans effet sur la marge en valeur absolue). Hors effet énergie, la marge opérationnelle est en amélioration très significative de + 50 points de base par rapport au 1er semestre 2021. Cette performance intègre l’effet dilutif de la forte inflation sur les coûts autres que les coûts de l’énergie et qui est transférée dans les prix de vente.

Le résultat net (part du Groupe) s’établit à 1 305 millions d’euros au 1er semestre 2022, en hausse publiée de + 5,3 %. En excluant la provision exceptionnelle sur les actifs industriels du Groupe en Russie, qui est sans impact sur la trésorerie, la provision pour risques dans l’activité Ingénierie & Construction et le produit exceptionnel lié à la prise de contrôle d’une activité conjointe en Asie-Pacifique, le résultat net (part du Groupe) récurrent(2) atteint 1 551 millions d’euros. Il progresse de + 25,1 % et de + 20,4 % hors change, une hausse significativement supérieure à la croissance comparable des ventes de + 7,7 % sur le semestre. Le bénéfice net par action est en progression de + 5,0 % par rapport au 1er semestre 2021, en ligne avec la croissance du résultat net (part du Groupe). Il atteint 2,50 euros par action et se compare à 2,38 euros(3) par action au 1er semestre 2021.

La capacité d’autofinancement s’élève à 2 907 millions d’euros au 1er semestre 2022, en forte hausse de + 17,1 % et de + 11,5 % hors effet de change. Elle s’établit à un niveau élevé de 20,5 % des ventes et de 23,5 % hors effet énergie, en amélioration de + 60 points de base hors effet énergie par rapport au 1er semestre 2021.

Les paiements sur investissements industriels bruts s’élèvent à 1 574 millions d’euros, soit une hausse de + 9,4 % par rapport au 1er semestre 2021 et de + 4,7 % hors effet de change. Ils représentent 12,7 % des ventes hors effet énergie, ce qui reflète une activité de développement de projets dynamique. Les investissements financiers s’établissent à 54 millions d’euros et se comparent à 569 millions d’euros au 1er semestre 2021 dont environ 480 millions d’euros pour l’acquisition des 16 unités de séparation des gaz de l’air de Sasol en Afrique du Sud.

Le ratio de dette nette sur fonds propres, ajusté de la saisonnalité du dividende, s’établit à 46,0 %, en forte baisse par rapport à 56,1 % à fin juin 2021.

Le retour sur capitaux employés après impôts (ROCE) est de 9,0 % au 1er semestre 2022. Le ROCE récurrent(4)s’établit à 9,7 %, en hausse de + 70 points de base par rapport au 1er semestre 2021.

Au 1er semestre 2022, les décisions d’investissement industriel et financier s’établissent à 1 796 millions d’euros et se comparent à 1 429 millions d’euros au 1er semestre 2021 hors acquisition des unités de séparation des gaz de l’air (ASU) de Sasol en Afrique du Sud pour environ 480 millions d’euros.

Les investissements en cours d’exécution (“investment backlog”) se maintiennent à un niveau élevé de 3,0 milliards d’euros.

La contribution additionnelle aux ventes des montées en puissance et des démarrages d’unités s’établit à 213 millions d’euros au 1er semestre 2022. Sur l’année 2022, la contribution additionnelle aux ventes des montées en puissance et démarrages d’unités devrait être comprise entre 410 et 435 millions d’euros.

Le portefeuille d’opportunités d’investissement à 12 mois s’établit à 3,3 milliards d’euros à fin juin 2022. Les projets liés à la transition énergétique représentent plus de 40 % du portefeuille. Il s’agit notamment de projets de production d’hydrogène renouvelable par électrolyse de l’eau, d’installations de captage du CO2 émis par des unités du Groupe ou de clients, et de projets pour la mobilité hydrogène en Europe et en Asie. La part de l’activité Électronique dans le portefeuille d’opportunités augmente et représente environ 30 %.

***

L’objectif de réduction des émissions de CO2des scopes 1 & 2 d'Air Liquide à horizon 2035 a été validé par l’initiative Science Based Target (SBTi) comme étant conforme et en ligne avec les sciences du climat. Le Groupe est le premier de son industrie à obtenir cette validation du SBTi. Cela représente une étape importante pour Air Liquide dont l’ambition est d’atteindre la neutralité carbone à horizon 2050.

Une nouvelle gouvernance a été mise en place au sein d’Air Liquide conformément à ce qui avait été annoncé. A compter du 1er juin 2022, Benoît Potier demeure Président du Conseil d’Administration et François Jackow devient Directeur Général du Groupe.

Le Conseil d’Administration d’Air Liquide s’est réuni le 27 juillet 2022. Lors de cette réunion, le Conseil d’Administration a examiné les états financiers consolidés résumés au 30 juin 2022. Les procédures d’examen limité sur les comptes intermédiaires consolidés résumés ont été effectuées et un rapport sans réserve est en cours d’émission par les Commissaires aux comptes.

Sommaire du rapport d’activité

PERFORMANCE DU 1ER SEMESTRE 2022 8

Chiffres clés 8

Compte de résultat 9

Variation de la dette nette 19

CYCLE D’INVESTISSEMENT 20

PRINCIPAUX RISQUES ET INCERTITUDES 22

PERSPECTIVES 24

ANNEXES 25

Indicateurs de performance 25

Calcul des indicateurs de performance (Semestre) 26

Calcul des indicateurs de performance (Trimestre) 29

Chiffre d’affaires du 2ème trimestre 2022 29

Information géographique et sectorielle 30

Compte de résultat consolidé 30

Bilan consolidé 31

Tableau des flux de trésorerie consolidé 32

Synthèse des chiffres clés sur les ventes, le résultat opérationnel courant et les investissements 34

PERFORMANCE DU 1ER SEMESTRE 2022

Sauf mention contraire, les variations du chiffre d’affaires commentées ci-dessous sont toutes des variations à données comparables, hors effets de change, d’énergie (gaz naturel et électricité) et de périmètre significatif.

Chiffres clés

(en millions d'euros)

S1 2021

S1 2022

Variation
2022/2021
publiée

Variation
2022/2021
comparable (a)

Chiffre d’affaires total

10 846

14 207

+ 31,0 %

+ 7,7 %

dont Gaz & Services

10 350

13 600

+ 31,4 %

+ 7,2 %

Résultat opérationnel courant

1 948

2 286

+ 17,4 %

+ 9,2 %

Marge opérationnelle Groupe

18,0 %

16,1 %

- 190 pbs

 

Variation hors énergie (b)

 

 

+ 50 pbs

 

Autres produits et charges opérationnels non courants

(40)

(270)

 

 

Résultat net (part du Groupe)

1 239

1 305

+ 5,3 %

 

Résultat net récurrent (part du Groupe) (c)

1 239

1 551

+ 25,1 %

 

Variation résultat net récurrent (part du Groupe) hors change (b)

 

 

+ 20,4 %

 

Bénéfice net par action (en euros)

2,38 (d)

2,50

+ 5,0 %

 

Capacité d'autofinancement

2 483

2 907

+ 17,1 %

 

Paiements nets sur investissements (e)

1 913

1 547

 

 

Dette nette

12,0 Mds €

12,0 Mds €

 

 

Ratio de dette nette sur fonds propres (f)

56,1 %

46,0 %

 

 

Rentabilité des capitaux employés après impôts - ROCE

9,5 %

9,0 %

- 50 pbs

 

ROCE récurrent (g)

9,0 %

9,7 %

+ 70 pbs

 

(a)

Variation hors effets de change, d’énergie (gaz naturel et électricité) et de périmètre significatif, voir réconciliation en annexe.

(b)

Voir réconciliation en annexe.

(c)

Hors opérations exceptionnelles et significatives qui n’impactent pas le résultat opérationnel courant, voir réconciliation en annexe.

(d)

Ajusté suite à l’attribution d’actions gratuites en juin 2022.

(e)

Incluant les transactions avec les minoritaires.

(f)

Ajusté de l’étalement sur toute l’année du dividende payé au 1er semestre.

(g)

Sur la base du résultat net récurrent, voir réconciliation en annexe.

Compte de résultat

CHIFFRE D’AFFAIRES

Chiffre d'affaires

(en millions d'euros)

S1 2021

S1 2022

Variation
2022/2021
publiée

Variation
2022/2021
comparable

Gaz & Services

10 350

13 600

+ 31,4 %

+ 7,2 %

Ingénierie & Construction

169

221

+ 31,1 %

+ 29,0 %

Marchés Globaux & Technologies

327

386

+ 17,9 %

+ 13,8 %

CHIFFRE D'AFFAIRES TOTAL

10 846

14 207

+ 31,0 %

+ 7,7 %

Chiffre d'affaires trimestriel

(en millions d'euros)

T1 2022

T2 2022

Gaz & Services

6 590

7 010

Ingénierie & Construction

108

113

Marchés Globaux & Technologies

189

197

CHIFFRE D'AFFAIRES TOTAL

6 887

7 320

Variation 2022/2021 Groupe publiée

+ 29,1 %

+ 32,8 %

Variation 2022/2021 Groupe comparable

+ 7,9 %

+ 7,5 %

Variation 2022/2021 Gaz & Services comparable

+ 7,1 %

+ 7,3 %

Groupe

Le chiffre d’affaires du Groupe s’établit à 14 207 millions d’euros au 1er semestre 2022, en forte croissance de + 7,7 % en données comparables. Au 2ème trimestre 2022, les ventes progressent de + 7,5 % par rapport au 2ème trimestre 2021.

Cette performance s’établit dans un environnement difficile de prix de l’énergie exceptionnellement élevés, de forte inflation, de tension dans les chaînes d’approvisionnement et de conflit en Ukraine. Le Groupe bénéficie d'un modèle d’affaires solide et d’une diversité de son portefeuille de géographies, d’activités, de marchés finaux et de clients qui assurent une résilience de la performance et qui permettent de saisir toutes les opportunités de croissance. Son positionnement au cœur des marchés du futur (notamment transition énergétique, Semi-conducteurs, Santé) renforce ces caractéristiques.

Les ventes de l’activité Ingénierie & Construction présentent une forte progression de + 29,0 % par rapport au 1er semestre 2021, qui reflète l’augmentation des prises de commandes au cours des derniers trimestres. Le chiffre d’affaires de l’activité Marchés Globaux & Technologies est en hausse de + 13,8 %, soutenu notamment par une activité biogaz très dynamique.

Le chiffre d’affaires publié du Groupe au 1er semestre est en très forte hausse de +31,0%, avec un effet énergie très élevé de + 16,8 % ainsi que des effets favorables de change (+ 5,8 %) et de périmètre significatif (+ 0,7 %).

Gaz & Services

Le chiffre d’affaires Gaz & Services atteint 13 600 millions d’euros au 1er semestre, en hausse de + 7,2 % en données comparables. Les ventes de la Grande Industrie, contrastées suivant les géographies, sont en léger retrait (- 1,4 %) par rapport au 1er semestre 2021 : elles sont en effet en croissance soutenue en Amérique, stables en Asie et en retrait en Europe. L’activité Industriel Marchand présente un chiffre d’affaires en forte hausse de + 12,7 % au 1er semestre, soutenu par l’accélération des effets prix sur le semestre et par des volumes solides. La croissance des ventes de l’Électronique est particulièrement dynamique, à + 15,5 %, avec une forte contribution de tous les segments d’activité. Dans la Santé, malgré une baisse des volumes d’oxygène médical pour le traitement de la covid-19, le chiffre d’affaires est en hausse de + 2,3 %, soutenu par le fort développement de la Santé à domicile notamment en Europe et de la médecine de proximité aux États-Unis. Les ventes publiées du 1er semestre 2022 sont en très forte croissance de +31,4%, avec un effet énergie très élevé de + 17,6 % et des effets positifs de change (+ 5,9 %) et de périmètre significatif (+ 0,7 %).

Chiffre d'affaires par géographie et branche d'activité

(en millions d’euros)

S1 2021

S1 2022

Variation
2022/2021
publiée

Variation
2022/2021
comparable

Amériques

4 059

5 017

+ 23,6 %

+ 9,2 %

Europe

3 657

5 424

+ 48,3 %

+ 6,4 %

Asie-Pacifique

2 326

2 746

+ 18,1 %

+ 5,5 %

Moyen-Orient et Afrique

308

413

+ 34,0 %

+ 0,9 %

CHIFFRE D'AFFAIRES GAZ & SERVICES

10 350

13 600

+ 31,4 %

+ 7,2 %

Grande Industrie

2 916

4 940

+ 69,4 %

- 1,4 %

Industriel Marchand

4 595

5 510

+ 19,9 %

+ 12,7 %

Santé

1 835

1 925

+ 4,9 %

+ 2,3 %

Électronique

1 004

1 225

+ 21,9 %

+ 15,5 %

Amériques

Le chiffre d’affaires Gaz & Services de la zone Amériques s’établit à 5 017 millions d’euros au 1er semestre 2022, en très forte progression de + 9,2 %. La Grande Industrie est en hausse de + 5,3 %, soutenue par une demande solide et par le démarrage de nouvelles unités. La forte augmentation des prix contribue significativement à la croissance élevée des ventes de l’Industriel Marchand (+ 11,6 %). Le chiffre d’affaires de l’activité Santé progresse de + 2,2 %, soutenu par la médecine de ville aux États-Unis et la Santé à domicile en Amérique Latine, malgré une baisse des ventes d’oxygène médical pour le traitement de la covid-19. Enfin, tous les segments d’activité participent à la croissance particulièrement dynamique de l’Électronique (+ 8,2 %).

Chiffre d’affaires S1 2022 Gaz & Services - Amériques

  • Le chiffre d’affaires de la Grande Industrie progresse de + 5,3 % au 1er semestre. Les volumes de gaz de l’air sont en forte hausse dans le Golfe du Mexique aux États-Unis, soutenus par la demande solide des clients de la Chimie et de la Sidérurgie et par le démarrage de deux ASU au 2ème trimestre. Bénéficiant de la montée en puissance d’unités, les ventes d’hydrogène sont dynamiques en Amérique Latine et compensent l’impact de plusieurs arrêts pour maintenance en Amérique du Nord. Les ventes d’électricité des unités de cogénération sont en retrait aux États-Unis au 2ème trimestre, par rapport à des ventes très élevées en 2021.

  • En Industriel Marchand, la forte progression des ventes de + 11,6 % au 1er semestre est soutenue par l'accélération de l’augmentation des prix qui s’établit à + 11,4 %. Les volumes sont stables, la progression des volumes de gaz sous forme liquide, en bouteilles et d’équipements liés au gaz étant compensée par la baisse des volumes d’hélium. Les ventes sont en hausse dans tous les marchés, en particulier dans la Fabrication et les secteurs de l’Énergie et des Matériaux.

  • Le chiffre d’affaires de la Santé est en hausse de + 2,2 % au 1er semestre 2022, malgré des volumes d’oxygène médical pour le traitement de la covid-19 en fort retrait par rapport à 2021. Les ventes de gaz médicaux sont en forte progression aux États-Unis, soutenues par une activité dynamique dans la médecine de ville et une accélération de l’effet prix. En Amérique Latine, la croissance des ventes dans les Soins à domicile permet de compenser partiellement des volumes de gaz médicaux plus faibles qu’en 2021, au pic de la pandémie.

  • L’Électronique affiche une croissance des ventes de + 8,2 %, soutenue par le dynamisme de tous les segments d’activité. La montée en puissance de plusieurs unités de production contribue à la forte hausse des ventes de gaz vecteurs. Les ventes élevées d’Équipements et Installations participent également à la forte croissance de l’activité aux États-Unis.

Amériques

  • Air Liquide annonce un accord à long terme pour la fourniture d’hydrogène, d’hélium et de dioxyde de carbone d’ultra haute pureté à l’un des plus grands fabricants de semi-conducteurs au monde. Dans le cadre de cet accord, le Groupe prévoit d’investir environ 50 millions d’euros pour construire et exploiter des unités et systèmes de production sur un nouveau site de production à Phoenix, en Arizona. La mise en service est prévue au cours du second semestre 2022.

  • Air Liquide a officiellement ouvert son plus grand centre de production et de logistique d’hydrogène liquide au nord de Las Vegas dans le Nevada. Cette infrastructure vise à répondre aux besoins croissants en hydrogène dédié à la mobilité, et à assurer l’approvisionnement d’un grand nombre d’industries.

Europe

Le chiffre d’affaires de la zone Europe progresse de + 6,4 % au 1er semestre 2022 et atteint 5 424 millions d’euros. Cette croissance élevée est contrastée suivant les branches d’activité dans un contexte de prix de l’énergie exceptionnellement élevés et de conflit en Ukraine. Soutenue par des augmentations de prix record, la croissance s’accélère en Industriel Marchand pour atteindre un niveau particulièrement élevé de + 22,9 % au 1er semestre, compensant des ventes en recul de - 7,4 % dans la Grande Industrie. Malgré une base de comparaison élevée liée à l'épidémie de covid-19 en 2021, les ventes dans la Santé sont en croissance de + 3,3 %, soutenues par le dynamisme de la Santé à domicile.

Chiffre d’affaires S1 2022 Gaz & Services - Europe

  • Dans un contexte de conflit en Ukraine et de forte augmentation très rapide des prix de l’énergie, le chiffre d’affaires de la Grande Industrie est en retrait de - 7,4 % au 1er semestre. Le début de ralentissement observé à la fin du 1er trimestre notamment dans la Sidérurgie s’est confirmé au 2ème trimestre dans tous les secteurs. Les volumes sont impactés par une demande plus faible et de nombreux arrêts pour maintenance. Par ailleurs, certaines raffineries ont utilisé au 2ème trimestre des pétroles bruts plus légers nécessitant des quantités moindres d’hydrogène.

  • La branche d’activité Industriel Marchand présente une croissance des ventes exceptionnellement élevée de + 22,9 %, soutenue par un effet prix historiquement haut de + 20,9 %. Les campagnes proactives d’augmentation des prix démontrent pleinement leur efficacité dans un contexte inflationniste. Les volumes, solides au 1er trimestre, restent en légère croissance au 2ème trimestre malgré un fléchissement des volumes de gaz sous forme liquide. Les ventes progressent dans tous les marchés, particulièrement dans les secteurs de l’Alimentaire, de la Fabrication, des Matériaux et de l’Énergie.

  • Malgré une base de comparaison élevée en 2021, le chiffre d'affaires de la Santé augmente de + 3,3 % au 1er semestre. Les ventes d’oxygène et d’équipements médicaux sont en baisse par rapport à un niveau record pour le traitement de la covid-19 au 1er semestre 2021. Toutefois, la croissance est forte dans la Santé à domicile, notamment pour le traitement du diabète, l’activité bénéficiant également de la contribution d’une acquisition en Pologne réalisée au 4ème trimestre 2021. Enfin, les ventes d'ingrédients de spécialité participent activement à la croissance de l’activité.

Europe

  • Air Liquide et Lhoist ont signé un protocole d'accord dans le but de décarboner l'usine de production de chaux de Lhoist située dans la région des Hauts-de-France, en ayant recours à la technologie innovante et propriétaire de captage du CO2 CryocapTM d'Air Liquide. Dans ce cadre, Air Liquide et Lhoist ont obtenu un financement auprès du Fonds européen pour l'innovation pour les grands projets. Ce partenariat marque une nouvelle étape dans la création d'un écosystème industriel bas carbone dans la zone de Dunkerque.

  • Air Liquide a signé un contrat sur dix ans avec Shell Energy Europe Limited (SEEL) portant sur l’achat d’énergie renouvelable destinée à alimenter la production de gaz industriels et médicaux dans le nord-est de l’Italie. La capacité installée pour fournir cette énergie solaire est de 34 MW.

  • Air Liquide a signé avec Vattenfall aux Pays-Bas son plus grand contrat d’achat d’énergie renouvelable à long terme (PPA) dans le monde à ce jour, pour une capacité éolienne offshore en cours de construction d’environ 115 MW. S’ajoutant à un précédent contrat d’approvisionnement avec Vattenfall annoncé en mars 2021, ce nouveau PPA renforce le partenariat entre les deux groupes. Il permet également à Air Liquide de réaffirmer son engagement au service de la décarbonation de l’industrie en Europe tout en réduisant son empreinte carbone, en ligne avec ses Objectifs de Développement Durable.

  • Elygator, projet d’électrolyseur de taille similaire à Normand’Hy (200 MW), a été sélectionné pour obtenir des financements du Fonds européen pour l’innovation. Cette unité sera localisée à Terneuzen et produira de grandes quantités d’hydrogène renouvelable, contribuant ainsi à décarboner les marchés de l’industrie et de la mobilité aux Pays-Bas et en Belgique. Le projet Elygator marque une nouvelle étape vers l’objectif du Groupe d’investir dans 3 GW de capacité d’électrolyse en 2030.

Asie-Pacifique

Les ventes en Asie-Pacifique sont en hausse de + 5,5 % au 1er semestre 2022 et s’élèvent à 2 746 millions d’euros, soutenues par une croissance particulièrement dynamique de l’activité Électronique (+ 15,8 %). Les confinements liés au covid-19 en Chine au 2ème trimestre ont affecté la demande dans les autres branches d’activité : les ventes de la Grande Industrie sont stables (- 0,2 %) au 1er semestre, tandis que celles de l’Industriel Marchand affichent une croissance de + 2,5 %, soutenues par l’accélération de l’augmentation des prix au cours du semestre.

Chiffre d’affaires S1 2022 Gaz & Services - Asie-Pacifique

  • Les ventes de la Grande Industrie, en amélioration séquentielle, sont stables (- 0,2 %) au 1er semestre.La croissance est ralentieen Chine, notamment du fait des mesures résiduelles de contrôle de l’énergie au 1er trimestre, et par les confinements liés au covid-19 au 2ème trimestre. L’activité est faible dans le reste de l’Asie.

  • Le chiffre d’affaires de l'Industriel Marchand progresse de + 2,5 %. L’effet prix (+ 5,0 % au 1er semestre) se renforce dans toute la zone et atteint + 6,9 % au 2ème trimestre. En Chine, après une forte hausse des ventes au 1er trimestre (+ 9 %), soutenue notamment par le développement des gaz en bouteilles et la contribution des démarrages de petits générateurs de gaz sur site client, la croissance est fortement ralentie par les confinements liés au covid-19 au 2ème trimestre. La situation est contrastée dans le reste de l’Asie, avec des ventes en retrait au Japon mais en forte hausse à Singapour et en croissance solide en Australie. Les ventes progressent dans les grands secteurs d’activité, notamment les marchés de l’Alimentaire et des Technologies alors que les ventes aux artisans sont plus faibles.

  • Le chiffre d’affaires de l’Électronique progresse très fortement de + 15,8 %, tous les segments d’activité présentant une croissance à deux chiffres au 1er semestre. Les Gaz vecteurs bénéficient de la contribution de deux démarrages en Chine et de la montée en puissance de plusieurs unités de production en Corée, à Singapour et à Taïwan. Les ventes de matériaux avancés sont élevées notamment à Singapour et en Chine, celles de matériaux spéciaux bénéficient de l’augmentation des prix des gaz rares. Enfin, l’activité Équipements et Installations contribue également significativement à la croissance.

Asie-Pacifique

  • Deux leaders mondiaux des semi-conducteurs ont octroyé à Air Liquide des contrats à long terme pour la fourniture de gaz industriels de très haute pureté au Japon. Dans ce contexte, Air Liquide a initié un investissement échelonné de plus de 300 millions d’euros dans quatre unités de production situées dans des bassins industriels clés de l'Électronique, pour produire de l’azote et d’autres gaz de très haute pureté.

  • Air Liquide Korea et Lotte Chemical, acteur majeur en Corée, créent une co-entreprise pour développer la chaîne logistique de l’hydrogène pour les marchés de la mobilité en Corée du Sud. Les deux entreprises vont investir à travers la co-entreprise dans une nouvelle génération de centres de conditionnement d’hydrogène de grande taille à Daesan et à Ulsan. Elles anticipent des synergies importantes et des développements contribuant à l’émergence d’une économie hydrogène en Corée.

  • Shanghai Chemical Industry Park Industrial Gases (SCIPIG), une filiale d’Air Liquide, va investir plus de 200 millions d’euros dans la construction de deux unités de production d’hydrogène et des infrastructures associées dans le Parc industriel chimique de Shanghai (SCIP). La mise en route de ces unités de production apportera un bénéfice environnemental puisqu’elles ont été conçues pour remplacer l’approvisionnement provenant d’une unité de gazéification de charbon appartenant à un tiers. Les nouvelles unités seront également équipées d’une technologie de captage et de recyclage de CO2, et seront connectées au réseau local existant de SCIPIG, qui exploite déjà deux unités de production d’hydrogène et trois unités de séparation des gaz de l’air dans le parc industriel.

Moyen-Orient et Afrique

Le chiffre d’affaires de la zone Moyen-Orient et Afrique atteint 413 millions d’euros, en légère hausse (+ 0,9 %)par rapport au 1er semestre 2021. Les ventes de la Grande Industrie sont en croissance sur le semestre : en recul au 1er trimestre, elles sont en forte hausse au 2ème trimestre, soutenues par des volumes d’oxygène élevés pour la Sidérurgie en Égypte et une forte demande en hydrogène des clients du bassin de Yanbu en Arabie Saoudite. Les volumes progressent fortement en Afrique du Sud avec l’intégration des 16 unités de séparation des gaz de l’air de Sasol dont l’acquisition a été finalisée à la fin du 1er semestre 2021 ; les ventes, d’environ 72 millions d’euros au 1er semestre, sont reportées en périmètre significatif (et donc exclues de la croissance comparable). Les ventes sont stables sur le semestre en Industriel Marchand, la croissance de l’activité étant compensée par la cession de deux activités de petite taille au Moyen-Orient. Dans la Santé, le chiffre d’affaires est en baisse du fait de la diminution des volumes de gaz médicaux pour le traitement de la covid-19. Les ventes en Santé à domicile progressent en Arabie Saoudite, notamment les soins pour le diabète.

Moyen-Orient et Afrique

  • Air Liquide et EZZ Steel, l'un des principaux producteurs d'acier au Moyen-Orient et en Afrique, ont conclu un contrat à long terme pour la fourniture de gaz industriels à la nouvelle usine d'EZZ à Ain Sokhna, à l'est du Caire, en Égypte. Air Liquide Egypt va investir environ 80 millions de dollars américains dans la construction d'une unité de séparation des gaz de l'air (ASU) afin de répondre aux besoins d'EZZ sur la durée du contrat, ainsi qu’à ceux d’autres clients présents sur ce bassin industriel.

Ingénierie & Construction

Le chiffre d’affaires consolidé de l’Ingénierie & Construction s'établit à 221 millions d’euros au 1er semestre 2022, en forte croissance de + 29,0 %, reflétant l’augmentation des prises de commandes de clients tiers au cours des derniers trimestres.

Les prises de commandes s’élèvent à 526 millions d’euros et sont proches du niveau élevé enregistré au 1er semestre 2021. Les commandes pour le Groupe incluent principalement des projets en Asie, notamment des générateurs d'azote pour l'activité Électronique et des unités de production de gaz de l’air pour la Grande Industrie.

Ingénierie et Construction

  • Air Liquide et Siemens Energy annoncent la création d’une coentreprise dédiée à la production en série en Europe d’électrolyseurs de taille industrielle pour la production d’hydrogène renouvelable. Ce partenariat franco-allemand combinera l’expertise de deux leaders mondiaux dans leurs domaines respectifs. Il contribuera à l’émergence d’une économie hydrogène durable en Europe et favorisera le développement d’un écosystème européen de l’électrolyse et des technologies hydrogène. L’entrée en production est prévue au second semestre 2023, avec une montée en puissance vers une capacité annuelle de 3 GW d’ici 2025.

Marchés Globaux & Technologies

Les ventes de l’activité Marchés Globaux & Technologies atteignent 386 millions d’euros au 1er semestre, en forte croissance de + 13,8 %. L’activité biogaz, très dynamique, bénéficie de la montée en puissance de nouvelles unités de production en Europe et aux États-Unis, de la hausse des prix de vente en lien avec l’augmentation des prix de l’énergie, et de la vente d’équipements aux États-Unis.

Les prises de commandes pour les projets Groupe et pour les clients tiers s'élèvent à 403 millions d’euros, en hausse par rapport à 2021. Elles incluent notamment 30 reliquéfacteurs de GNL Turbo-Brayton, des équipements pour le traitement du biogaz, des stations de remplissage d’hydrogène et des équipements pour l’industrie électronique.

Marchés Globaux & Technologies

  • Air Liquide a investi et va exploiter sa première unité de production de biométhane en Chine d'ici à la fin de l’année 2022. Située à Huai'an City, dans la province du Jiangsu, l’unité aura une capacité de production de 75 GWh par an. Ce projet s’inscrit dans une logique d'économie circulaire et bas carbone, en ligne avec les Objectifs de Développement Durable et le plan stratégique ADVANCE du Groupe.

  • Air Liquide, CaetanoBus et Toyota Motor Europe ont signé un protocole d’accord afin de proposer des offres intégrées pour la mobilité hydrogène. Cela comprend le développement d’infrastructures et de flottes de véhicules visant à accélérer le déploiement de l’hydrogène, tant pour les véhicules légers que lourds. Ce partenariat reflète l’ambition commune des trois partenaires de contribuer à la décarbonation des transports et d’accélérer le développement d’écosystèmes hydrogène locaux pour de nombreux usages en matière de mobilité.

  • Air Liquide et le Groupe ADP renforcent leur collaboration et ont l’ambition de créer la première coentreprise d’ingénierie spécialisée dans l’accompagnement des aéroports pour leurs projets d’intégration de l’hydrogène au sein de leurs infrastructures. Cette annonce s’inscrit dans le prolongement d’un protocole d’accord signé en 2021 et portant sur des études de faisabilité pour accompagner l’arrivée des avions à hydrogène. Ce projet de partenariat traduit l’ambition commune des deux groupes de préparer dès aujourd’hui le déploiement d’une aviation mondiale décarbonée.

RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT

Le résultat opérationnel courant avant amortissements s’élève à 3 475 millions d’euros, en progression de + 16,0 % et de + 9,7 % hors effet de change par rapport au 1er semestre 2021.

Les achats sont en hausse significative de + 53,4 % hors effets de change, principalement du fait de l’augmentation exceptionnellement forte et rapide (de + 95 % hors effet de change) des coûts de l’énergie qui sont contractuellement refacturés aux clients de la Grande Industrie.Dans un contexte de forte inflation, les frais de personnel augmentent de + 6,5 % hors effet de change. Les autres charges d’exploitation progressent de + 9,4 % hors effet de change et incluent notamment une forte hausse des coûts de transport et des frais de maintenance. Les amortissements atteignent 1 189 millions d’euros, en hausse de + 7,1 % hors effet de change, reflétant l’impact du démarrage de nouvelles unités, l’intégration des 16 ASU de Sasol acquises en juin 2021 et la prise de contrôle d’une activité conjointe en Asie-Pacifique.

Le résultat opérationnel courant (ROC) du Groupe atteint 2 286 millions d’euros au 1er semestre 2022. Il augmente de + 17,4 % et de + 9,2 % à données comparables, ce qui est sensiblement supérieur à la croissance comparable des ventes de + 7,7 %. La marge opérationnelle (ROC sur chiffre d’affaires) atteint 16,1 % en données publiées, en recul de - 190 points de base par rapport au 1er semestre 2021 du fait notamment de la forte hausse des coûts de l’énergie qui sont contractuellement refacturés aux clients de la Grande Industrie, créant ainsi un effet dilutif sur la marge publiée (sans effet sur le ROC en valeur absolue). Hors effet énergie, la marge opérationnelle est en amélioration très significative de + 50 points de base par rapport au 1er semestre 2021. Cette performance intègre l’effet dilutif de la forte inflation sur les coûts autres que les coûts de l’énergie et qui est transférée dans les prix de vente. Ainsi, cette amélioration de + 50 points de base reflète tout particulièrement la capacité du Groupe à transférer rapidement dans les prix de vente l’augmentation exceptionnellement forte et brutale des coûts de l'énergie et de l’inflation en général.

Les efficacités(5) s’élèvent à 167 millions d’euros et représentent une économie de 2,1 % de la base de coûts. Dans un contexte de forte inflation défavorable aux efficacités liées aux achats, la priorité des équipes est de limiter la hausse des coûts et de la transférer dans les prix de vente. Les efficacités industrielles contribuent pour plus de 50 % du total et incluent des projets d’efficacité énergétique dans la Grande Industrie et d’optimisation de la chaîne logistique en Industriel Marchand. La transformation digitale du Groupe se poursuit : en Grande Industrie avec la connexion de nouvelles unités aux centres d’opération à distance (Smart Innovative Operations, SIO), en Industriel Marchand avec l’accélération de la mise en place d’outils d’optimisation des tournées de livraison (Integrated Bulk Operations, IBO) et dans la Santé avec le déploiement de plateformes de suivi à distance des patients. La poursuite de la mise en œuvre de centres de services partagés et du programme global d'amélioration continue contribue aux efficacités.

La gestion du portefeuille d’actifs et des prix participe également à l’amélioration des marges.

Gaz & Services

Résultat opérationnel courant S1 2022 Gaz & Services

Le résultat opérationnel courant de l’activité Gaz & Services s’élève à 2 404 millions d’euros, en hausse publiée de + 16,3 % par rapport au 1er semestre 2021, et de + 8,8 % sur une base comparable. La marge opérationnelle publiée est de 17,7 %, en amélioration très significative de + 50 points de base hors effet énergie par rapport à celle du 1er semestre 2021. En données publiées, la marge opérationnelle est en retrait par rapport au 1er semestre 2021 du fait de la très forte hausse des coûts de l’énergie, contractuellement refacturés aux clients de la Grande Industrie, créant ainsi un effet dilutif.

Les prix dans l'activité Industriel Marchand présentent une hausse de + 12,6 % au 1er semestre démontrant la capacité du Groupe à transférer la hausse des coûts. Les prix sont également en augmentation dans la Grande Industrie, l'Électronique et dans toutes les zones dans la Santé.

Marge opérationnelle Gaz et Services (a)

S1 2021

S1 2022

S1 2022, hors effet
énergie

Variation 2022/2021
hors effet énergie

Amériques

19,7 %

19,3 %

19,9 %

+ 20 pbs

Europe

18,9 %

14,2 %

19,8 %

+ 90 pbs

Asie-Pacifique

22,1 %

20,7 %

21,9 %

- 20 pbs

Moyen-Orient et Afrique

19,3 %

23,3 %

24,0 %

+ 470 pbs

TOTAL

20,0 %

17,7 %

20,5 %

+ 50 pbs

(a)

Résultat opérationnel courant/chiffre d’affaires.

Le résultat opérationnel courant de la zone Amériques atteint 969 millions d’euros au 1er semestre 2022, en forte hausse publiée de + 20,9 %. Hors effet énergie, la marge opérationnelle est de 19,9 %, soit une progression de + 20 points de base par rapport au 1er semestre 2021. Cette performance s’explique principalement par des efficacités élevées, particulièrement en Industriel Marchand, et par un effet mix favorable en Grande Industrie du fait d’une forte croissance des gaz de l’air. La contribution de l’activité Électronique est également positive.

Le résultat opérationnel courant de la zone Europe s’élève à 771 millions d’euros, en croissance publiée de + 11,4 % par rapport au 1er semestre 2021. Hors effet énergie, la marge opérationnelle s’établit à 19,8 %, en forte amélioration de + 90 points de base par rapport au 1er semestre 2021. Cette performance est soutenue par un effet mix positif en Grande Industrie, du fait d’une évolution favorable des ventes de gaz de l’air par rapport à celles d’hydrogène, et par une contribution solide des efficacités. La gestion active du portefeuille d’activités, qui comprend notamment la cession des activités en Grèce en 2021, participe à l’amélioration de la performance.

En Asie-Pacifique, le résultat opérationnel courant s’établit à 567 millions d’euros, en augmentation publiée de + 10,5 %. La marge opérationnelle s’établit à 21,9 % hors impact énergie, en retrait de - 20 points de base par rapport au 1er semestre 2021. Le ralentissement au 2ème trimestre de l’activité Industriel Marchand en Chine du fait des confinements a un impact défavorable sur la marge qui annule la contribution très légèrement positive des activités Grande Industrie et Électronique, soutenue notamment par les efficacités.

Le résultat opérationnel courant de la zone Moyen-Orient et Afrique s’élève à 96 millions d’euros, en très forte hausse publiée de + 61,7% par rapport au 1er semestre 2021. Hors effet énergie, la marge opérationnelle s’établit à 24,0 %, en très forte amélioration de + 470 points de base par rapport au 1er semestre 2021. Cette performance s’explique principalement par l’intégration des 16 unités de séparation des gaz de l’air de Sasol. L’amélioration provient également des efficacités générées dans toutes les branches d'activité.

Ingénierie & Construction

Le résultat opérationnel courant de l’Ingénierie & Construction atteint 22 millions d’euros au 1er semestre 2022, soit 10,1 % des ventes.

Marchés Globaux & Technologies

Le résultat opérationnel courant de l’activité Marchés Globaux & Technologies s’établit à 50 millions d’euros au 1er semestre 2022, soit une marge opérationnelle de 12,9 %, en hausse de + 70 points de base par rapport au 1er semestre 2021.

Recherche & Développement et Frais de holding

Les dépenses de Recherche & Développement et les Frais de holding s’élèvent à 190 millions d’euros.

RÉSULTAT NET

Les autres produits et charges opérationnels présentent un solde de - 270 millions d’euros. Les autres charges opérationnelles s’élèvent à 475 millions d’euros et comprennent une provision exceptionnelle de 404 millions d’euros sur les actifs du Groupe en Russie, sans incidence sur la trésorerie, ainsi que des coûts de débouclement de couvertures et d’arrêt de certains projets également en Russie à hauteur de 15 millions d’euros. Les autres charges opérationnelles incluent également pour environ 47 millions d’euros une provision pour risques dans l’activité Ingénierie & Construction, ainsi que des coûts de restructuration. Les autres produits opérationnels s'élèvent à 206 millions d’euros et correspondent à la prise de contrôle au 1er semestre d'une activité conjointe en Asie-Pacifique réévaluée à la juste valeur.

Le résultat financier s’établit à - 180 millions d’euros par rapport à - 188 millions d’euros au 1er semestre 2021 et inclut un coût de la dette nette de - 145 millions d’euros, une hausse de + 2,0 % hors effet de change. Le coût moyen de la dette nette à 3,0 % est très légèrement supérieur à celui du 1er semestre 2021 (2,9 %), principalement du fait de l’augmentation de la dette externe liée à l’acquisition des unités de séparation des gaz de l’air de Sasol en Afrique du Sud.

La charge d’impôt est de 459 millions d’euros soit un taux effectif d’impôt de 25,0 %, en très légère hausse par rapport à 24,7% au 1er semestre 2021.

La quote-part du résultat des sociétés mises en équivalence s’établit à 1 million d’euros. La part des intérêts minoritaires dans le résultat net atteint 73 millions d’euros, en hausse de + 35,3 % principalement du fait de la prise de contrôle en janvier 2022 d'une activité conjointe en Asie-Pacifique.

Le résultat net (part du Groupe) s’établit à 1 305 millions d’euros au 1er semestre 2022, en hausse publiée de + 5,3 %. En excluant la provision exceptionnelle sur les actifs industriels du Groupe en Russie, qui est sans impact sur la trésorerie, la provision pour risques dans l’activité Ingénierie & Construction et le produit exceptionnel lié à la prise de contrôle d’une activité conjointe en Asie-Pacifique, le résultat net (part du Groupe) récurrent(6) atteint 1 551 millions d’euros. Il progresse de + 25,1 % et de + 20,4 % hors change, une hausse significativement supérieure à la croissance comparable des ventes de + 7,7 % sur le semestre.

Le bénéfice net par action est en progression de + 5,0 % par rapport au 1er semestre 2021, en ligne avec la croissance du résultat net (part du Groupe). Il atteint 2,50 euros par action et se compare à 2,38 euros par action au 1er semestre 2021. A noter que les résultats nets par action des exercices antérieurs ont été retraités de l’attribution d’actions gratuites réalisée en juin 2022. Le nombre moyen d’actions en circulation retenu pour le calcul du bénéfice net par action au 30 juin 2022 est de 522 144 843.

Évolution du nombre d’actions

 

S1 2021

S1 2022

Nombre moyen d’actions en circulation

520 533 968(a)

522 144 843

Nombre d’actions au 31 décembre 2021

 

475 291 037

Options levées durant l’exercice avant l’attribution d’actions gratuites

 

179 795

Annulation d’actions propres

 

0

Actions gratuites émises

 

48 905 499

Options levées durant l’exercice après l’attribution d’actions gratuites

 

21 933

Nombre d’actions au 30 juin 2022

 

524 398 264

(a)

Ajusté suite à l’attribution d’actions gratuites en juin 2022.

Variation de la dette nette

La capacité d’autofinancement s’élève à 2 907 millions d’euros au 1er semestre 2022, en forte hausse de + 17,1 % et de + 11,5 % hors effet de change. Elle s’établit à un niveau élevé de 20,5 % des ventes et de 23,5 % hors effet énergie, en amélioration de + 60 points de base hors effet énergie par rapport au 1er semestre 2021.

Le besoin en fonds de roulement (BFR) augmente de 635 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2021. Cela s’explique principalement par la hausse des stocks qui reflète l’inflation et l’augmentation des créances clients, la forte hausse des coûts de l’énergie étant refacturée aux clients de la Grande Industrie. Le BFR hors impôts rapporté aux ventes s’établit à 2,6 % par rapport à 3,7 % au 30 juin 2021. Le flux net de trésorerie généré par les activités opérationnelles, après variation du besoin en fonds de roulement, atteint 2 241 millions d’euros, soit une hausse de + 2,3 % par rapport au 1er semestre 2021.

Les paiements bruts sur investissements s’établissent à 1 628 millions d’euros. Les paiements sur investissements industriels bruts s’élèvent à 1 574 millions d’euros, soit une hausse de + 9,4 % par rapport au 1er semestre 2021 et de + 4,7 % hors effet de change. Ils représentent 12,7 % des ventes hors effet énergie, ce qui reflète une activité de développement de projets dynamique. Les investissements financiers s’établissent à 54 millions d’euros et se comparent à 569 millions d’euros au 1er semestre 2021 dont environ 480 millions d’euros pour l’acquisition des 16 unités de séparation des gaz de l’air de Sasol en Afrique du Sud. Les produits de cession d’immobilisations et d’activités sont de 68 millions d’euros, incluant notamment la cession de deux activités de petite taille au Moyen-Orient. Ils illustrent la gestion active du portefeuille d’activités. Les paiements nets sur investissements(7) s’établissent à 1 547 millions d’euros.

La dette nette au 30 juin 2022 atteint 12 010 millions d’euros, stable par rapport à 12 013 millions d’euros au 30 juin 2021 et en hausse de 1 562 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2021 après le paiement de plus de 1,4 milliard d’euros de dividendes en mai et de plus de 1,5 milliard d’euros d’investissement au 1er semestre. Le ratio de dette nette sur fonds propres, ajusté de la saisonnalité du dividende, s’établit à 46,0 %, en forte baisse par rapport à 56,1 % à fin juin 2021.

Le retour sur capitaux employés après impôts (ROCE) est de 9,0 % au 1er semestre 2022. Le ROCE récurrent(8)s’établit à 9,7 %, en hausse de + 70 points de base par rapport au 1er semestre 2021.

CYCLE D’INVESTISSEMENT

DÉCISIONS D’INVESTISSEMENT ET INVESTISSEMENTS EN COURS

Au 1er semestre 2022, les décisions d’investissement industriel et financier s’établissent à 1 796 millions d’euros et se comparent à 1 429 millions d’euros au 1er semestre 2021 hors acquisition des unités de séparation des gaz de l’air (ASU) de Sasol en Afrique du Sud pour environ 480 millions d’euros.

Les décisions d’investissement industriel atteignent 1 738 millions d’euros au 1er semestre 2022, en forte hausse par rapport à 1 349 millions d’euros au 1er semestre 2021. De nouvelles signatures au 2ème trimestre dans l’Électronique en Chine et à Singapour s’ajoutent aux investissements décidés au 1er trimestre en Asie, en Amérique et en Europe. Suite à la signature d'un contrat à long terme avec un client de l'Électronique et à la mutualisation des besoins des clients dans l'Industriel Marchand et la Santé, une nouvelle ASU permettra de développer significativement les capacités de production de gaz sous forme liquide dans le Guangdong, deuxième marché Industriel Marchand de Chine. En Grande Industrie, un nouvel investissement en Allemagne va connecter au réseau hydrogène local l’aciérie d’un client pour la deuxième phase d’un projet pilote visant à injecter de l’hydrogène dans un haut-fourneau pour réduire les émissions de CO2. Les décisions du 2ème trimestre incluent également dans la Santé une nouvelle unité de production d’ingrédients de spécialité en France. Par ailleurs, au 1er semestre 2022, 10 % des décisions industrielles contribuent aux programmes d’efficacités.

Les décisions d’investissement financier s’établissent à 57 millions d’euros au 1er semestre 2022. Elles incluent plusieurs petites acquisitions dans l’Industriel Marchand aux États-Unis, en Chine et aux Pays-Bas qui permettent d’augmenter la densité de notre présence locale et ainsi renforcer l’efficacité des activités.

Les investissements en cours d’exécution (“investment backlog”) se maintiennent à un niveau élevé de 3,0 milliards d’euros. En effet, malgré un niveau important de signatures de nouveaux projets au 2ème trimestre, les investissements en cours d’exécution sont en baisse par rapport au 1er trimestre suite au démarrage de plusieurs projets majeurs aux États-Unis et à la sortie de projets en Russie décidés en 2020 et 2021 pour environ 160 millions d’euros. Les projets en Asie pour des clients dans les Semi-conducteurs, la Chimie et la Sidérurgie, représentent plus de la moitié des investissements en cours. La contribution future aux ventes annuelles des investissements en cours représente 1,1 milliard d’euros par an après montée en puissance complète des unités.

DÉMARRAGES

Plusieurs démarrages majeursont été réalisés au 1er semestre 2022. Il s’agit notamment d’unités de séparation des gaz de l’air de grande capacité pour fournir des clients de la Grande Industrie au Texas et d’une unité majeure de production et liquéfaction d’hydrogène pour le marché de la mobilité hydrogène en Californie. Plusieurs unités de production de gaz vecteurs et de matériaux avancés pour des clients de l’Électronique en Asie ont également démarré au 1er semestre 2022. Par ailleurs, dans l’activité GM&T, une unité de production de biogaz aux États-Unis et une station de remplissage en France pour développer la mobilité hydrogène dans la perspective des Jeux Olympiques de 2024 ont été mises en service.

La contribution additionnelle aux ventes des montées en puissance et des démarrages d’unités s’établit à 213 millions d’euros au 1er semestre 2022. Elle inclut 72 millions d’euros de contribution des ASU de Sasol en Afrique du Sud, acquises en 2021 et prises en compte dans l’effet de périmètre significatif dans les ventes.

Sur l’année 2022, la contribution additionnelle aux ventes des montées en puissance et démarrages d’unités devrait être comprise entre 410 et 435 millions d’euros. Elle inclut la contribution des unités de Sasol pour environ 135 millions d’euros reportée dans l’effet périmètre significatif, et la contribution de la montée en puissance d’unités en Russie pour près de 10 millions d’euros au second semestre (dans le cadre d’un scénario de continuité des opérations au second semestre).

OPPORTUNITÉS D’INVESTISSEMENT

Le portefeuille d’opportunités d’investissement à 12 mois s’établit à 3,3 milliards d’euros à fin juin 2022.

Les projets liés à la transition énergétique représentent plus de 40 % du portefeuille. Il s’agit notamment de projets de production d’hydrogène renouvelable par électrolyse de l’eau, d’installations de captage du CO2 émis par des unités du Groupe ou de clients, et de projets pour la mobilité hydrogène en Europe et en Asie. La part de l’activité Électronique dans le portefeuille d’opportunités augmente et représente environ 30 %.

L’Europe reste la première géographie dans le portefeuille d’opportunités du fait des nombreux projets liés à la transition énergétique, notamment en Grande Industrie. Elle est suivie par l’Asie où sont réalisés la plupart des projets pour les clients de l’’Électronique. Dans la zone Amériques, le portefeuille comprend également plusieurs projets pour l’activitéÉlectronique qui s’ajoutent aux opportunités d’investissement dans la Grande Industrie et également dans leBiogaz.

PRINCIPAUX RISQUES ET INCERTITUDES

Le conflit militaire actuel entre la Russie et l’Ukraine augmente certains des risques ou familles de risques spécifiques au Groupe décrits aux pages 75 à 89 du Document d’Enregistrement Universel 2021. Pour mémoire, avant le début du conflit, la présence d’Air Liquide en Ukraine se limitait à une représentation commerciale et de services d’ingénierie pour l’activité Ingénierie & Construction. Le chiffre d’affaires généré par le Groupe en Russie s’élevait en 2021 à moins de 1 % du chiffre d’affaires consolidé du Groupe, et la valeur nette des actifs du Groupe situés en Russie s’élevait à moins de 2 % du total de l’actif net du Groupe au 31 décembre 2021.

Le Groupe est en train d’examiner très activement toutes les options en fonction de l’évolution du contexte, dans le cadre d’une situation complexe notamment liée au fait qu’Air Liquide, au-delà de son activité industrielle, alimente les hôpitaux en oxygène médical.

Le Groupe a appliqué des mesures de gestion adaptées à chaque activité, incluant en particulier :

  • Les risques liés à la gestion des ressources humaines : En Ukraine, bien que l'activité soit à l'arrêt, le Groupe a réorganisé le travail de ses employés vers des projets en dehors du pays grâce à l'usage des outils numériques. En Ukraine et en Russie, des dispositifs externes d'écoute et d'accompagnement téléphonique ont été mis en place pour venir en soutien psychologique des salariés qui le souhaitent. Un certain nombre d’initiatives humanitaires ont été initiées et/ou supportées par le Groupe notamment grâce à l’engagement des salariés et de la Fondation Air Liquide.

  • Risques liés aux investissements industriels : Jusqu’à présent, les opérations mondiales du Groupe ont été peu affectées par le conflit entre l’Ukraine et la Russie. Air Liquide se conforme avec une grande rigueur aux sanctions internationales. Dans ce cadre, le Groupe a suspendu toute nouvelle décision d’investissement étranger en Russie. Les impacts financiers sont décrits dans la note 1 de l’annexe aux États Financiers Consolidés Résumés au 30 juin 2022 .

  • Risques liés aux approvisionnements : L’électricité et le gaz naturel sont les principales matières premières des unités de production. Ces deux énergies sont impactées par une hausse de leurs prix sans précédent et une forte volatilité. Les contrats avec les grands clients sont indexés sur le prix de l’énergie, ce qui limite considérablement l’impact sur le Groupe. Cependant, les conséquences du conflit en Ukraine exposent les entités européennes (principalement allemandes, néerlandaises et belges) à un risque de rationnement du gaz naturel. Les équipes d’Air Liquide suivent l’évolution de la situation en continu (niveaux des stockages, solidité financière de ses fournisseurs, impacts potentiels pour ses clients, alternatives de matières premières (naphta), etc.). A ce jour, Air Liquide a une connaissance limitée des plans de contingence que les États pourraient être amenés à mettre en place (secteurs prioritaires, réduction volontaire de consommation de certains utilisateurs, etc.). En anticipation d’éventuelles interruptions de fourniture de gaz, Air Liquide met en place des plans d’actions en collaboration avec ses fournisseurs et clients. Par ailleurs, certains clients pourraient être amenés à arrêter leurs activités par manque d’énergie au niveau de leurs usines et de leurs procédés.

    Le conflit actuel a également eu un impact sur la disponibilité de certaines molécules (comme les gaz rares). Le Groupe a réorganisé, dans la mesure du possible, ses flux logistiques pour pouvoir fournir ses clients à partir d’autres sources.
  • Les risques numériques : dans le contexte actuel du conflit en Ukraine, propice aux cyberattaques, le Groupe a intensifié les actions préventives telles que des tests d’intrusion sur les systèmes industriels et de gestion, des campagnes de sensibilisation des équipes au risque de phishing, etc.

  • Les risques clients : Les clients font systématiquement l’objet de vérifications relatives aux sanctions applicables et une analyse est menée au cas par cas. La fourniture des clients médicaux a été assurée dans 100 % des cas.

  • Les risques réglementaires et juridiques : En réponse au conflit survenu en Ukraine, des sanctions ont été mises en place par les États-Unis, l’Europe, le Royaume-Uni, le Canada, etc. à l’encontre de la Russie et de la Biélorussie, sanctions elles-mêmes suivies de contre-mesures. Les équipes spécialisées du Groupe suivent ces évolutions. Elles informent régulièrement les entités opérationnelles et les accompagnent dans la vérification du respect des lois applicables. Le Groupe s'appuie sur les avis de conseils externes et la validation des autorités françaises, lorsque nécessaire.

Par ailleurs, le Groupe s’est rapidement mobilisé en mettant en place une cellule de gestion de crise. Dans le cadre du dispositif de gestion de crise du Groupe, les plans de continuité d'activité opérationnels ont été activés.

Bien que cette crise augmente la probabilité et l’impact des facteurs de risques précités, elle n’est pas de nature à remettre en cause le périmètre et la classification de ces risques spécifiques au Groupe tels que présentés dans le Document d’Enregistrement Universel 2021.

Par ailleurs, il est à noter que la crise sanitaire de la covid-19, non spécifique au Groupe, reste active. Le Groupe a maintenu son plan d’actions de façon à protéger ses équipes et ses actifs tout en servant au mieux ses clients. Le Groupe a capitalisé sur les transferts d’expérience entre géographies. Ces derniers mois, les mesures de vigilance et de gestion de crise liées à la covid-19 ont été particulièrement appliquées en Asie.

D’autres risques, inconnus à la date du présent document, pourraient toutefois survenir et avoir un effet défavorable sur l’activité du Groupe.

PERSPECTIVES

Le Groupe a réalisé au 1er semestre une performance très solide. Elle est d’autant plus remarquable qu’elle a été réalisée dans un environnement macroéconomique et géopolitique particulièrement complexe. Le chiffre d’affaires atteint 14,2 milliards d’euros, en hausse de + 7,7 % à données comparables. En données publiées, il ressort à + 31 %, reflétant en particulier la forte hausse des prix de l’énergie. Toutes les activités sont en croissance : les Gaz & Services, qui représentent 96 % du chiffre d’affaires, l’Ingénierie & Construction et les Marchés Globaux & Technologies.

Au sein des Gaz & Services, toutes les géographies progressent, portées notamment par l’Industriel Marchand et l’Électronique, qui connaît une forte expansion notamment en Asie. En Industriel Marchand, création de valeur et gestion dynamique des prix ont permis de répercuter la hausse des coûts, sachant qu’en Grande Industrie la hausse des prix de l’énergie est contractuellement transmise aux clients.

Dans ce contexte, la marge opérationnelle du Groupe augmente à nouveau significativement de + 50 points de base, hors effet énergie. Le Groupe poursuit par ailleurs ses actions en matière d’efficacités notamment via des investissements industriels ciblés.

Le résultat net récurrent(9) atteint 1,6 milliard d’euros, en hausse de + 20,4 % hors effets de change. Le résultat net part du Groupe ressort à 1,3 milliard d’euros, en croissance publiée de + 5,3 % malgré une provision exceptionnelle sur les actifs en Russie. La capacité d’autofinancement reste élevée à 23,5 % des ventes hors effet énergie. Le bilan est solide avec un ratio dette nette sur capitaux propres(10) à nouveau réduit à 46 %. Le ROCE récurrent(11) poursuit sa progression et atteint désormais 9,7 % à fin juin, en ligne avec l’objectif de 10 % à l’horizon 2023.

Le Groupe a maintenu une forte dynamique d'investissements, gage de la croissance future et de son engagement au service du climat. Les opportunités d’investissement à 12 mois sont nombreuses, à 3,3 milliards d’euros ; plus de 40 % sont en lien avec la transition énergétique. Les décisions d’investissement sont significatives et atteignent 1,8 milliard d’euros ce semestre. Le portefeuille de projets en cours d’exécution, à 3 milliards d’euros, reste élevé.

Fort d’une performance solide au 1er semestre 2022, d’un modèle économique à la résilience renforcée et d’un plan stratégique clair, le Groupe aborde, avec des équipes mobilisées, la suite de l’année.

En 2022, en l’absence de perturbation significative de l’économie, Air Liquide est confiant dans sa capacité à augmenter à nouveau sa marge opérationnelle et à réaliser une croissance du résultat net récurrent, à change constant(12).

ANNEXES

Indicateurs de performance

Les indicateurs de performance utilisés par le Groupe qui ne sont pas définis directement dans les états financiers ont été préparés en conformité avec la position de l’AMF 2015-12 sur les indicateurs alternatifs de performance.

Ces indicateurs sont les suivants :

  • Impact du change, de l’énergie et du périmètre significatif
  • Variation comparable du chiffre d’affaires et du résultat opérationnel courant
  • Marge opérationnelle et marge opérationnelle hors énergie
  • Résultat net récurrent part du Groupe
  • Résultat net récurrent hors change
  • Résultat net Hors IFRS16
  • Résultat net Récurrent Hors IFRS16
  • Efficacités
  • Rentabilité des capitaux employés (ROCE)
  • ROCE récurrent

Définition des impacts du change, de l’énergie et du périmètre significatif

Les gaz pour l’industrie et la santé ne s’exportant que très peu, l’impact des variations monétaires sur les niveaux d’activité et de résultat est limité à la conversion des états financiers en euros pour les filiales situées en dehors de la zone euro. L’effet de change est calculé sur la base des agrégats de la période convertis au taux de change de la période précédente.

Par ailleurs, le Groupe répercute à ses clients la variation des coûts de l’énergie (gaz naturel et électricité) à travers une facturation indexée intégrée à leurs contrats moyen et long termes. Cela peut conduire à une variation significative des ventes (principalement dans la branche d'activité Grande Industrie) d'une période à l'autre selon la fluctuation des prix de marché de l'énergie.

Un effet énergie est calculé sur les ventes de chacune des principales filiales de l’activité Grande Industrie. Leur consolidation permet de déterminer l’impact énergie pour le Groupe. Le taux de change utilisé est le taux de change moyen annuel de l’année N-1. Ainsi, au niveau d’une filiale, la formule suivante donne l’impact énergie, calculé respectivement pour le gaz naturel et pour l'électricité :

Impact énergie =
Part des ventes indexée sur l'énergie année (N-1) x (Prix énergie moyen année (N) - Prix énergie moyen année (N-1))

Cet effet de l’indexation du gaz naturel et de l’électricité n’a pas d’impact sur le résultat opérationnel courant.

L’effet de périmètre significatif correspond à l’impact sur les ventes de toute acquisition ou cession de taille significative pour le Groupe. Ces variations de périmètre sont déterminées :

  • pour les acquisitions de la période, en déduisant des agrégats de la période la contribution de l'acquisition,
  • pour les acquisitions de la période antérieure, en déduisant des agrégats de la période la contribution de l'acquisition allant du 1er janvier de la période en cours jusqu'à la date anniversaire de l'acquisition,
  • pour les cessions de la période, en déduisant des agrégats de la période précédente la contribution de l'entité cédée à compter du jour anniversaire de la cession,
  • pour les cessions de la période antérieure, en déduisant des agrégats de la période précédente la contribution de l'entité cédée.

Calcul des indicateurs de performance (Semestre)

VARIATION COMPARABLE DU CHIFFRE D’AFFAIRES ET DU RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT

Il s’agit de la variation du chiffre d’affaires et du résultat opérationnel courant de la période, retraités des impacts du change, de l’énergie et du périmètre significatif décrits ci-dessus :

(en millions d’euros)

S1 2022

Variation
S1
2022/2021
publiée

Effet de
change

Effet du
gaz naturel

Effet de
l'électricité

Effet de
périmètre
significatif

Variation
S1
2022/2021
comparable

Chiffre d'affaires

 

 

 

 

 

 

 

Groupe

14 207

+ 31,0 %

623

1 297

534

72

+ 7,7 %

Effets en %

 

 

+ 5,8 %

+ 11,9 %

+ 4,9 %

+ 0,7 %

 

Gaz & Services

13 600

+ 31,4 %

606

1 297

534

72

+ 7,2 %

Effets en %

 

 

+ 5,9 %

+ 12,5 %

+ 5,1 %

+ 0,7 %

 

Résultat opérationnel courant

 

 

 

 

 

 

 

Groupe

2 286

+ 17,4 %

124

 

 

35

+ 9,2 %

Effets en %

 

 

+ 6,4 %

 

 

+ 1,8 %

 

Gaz & Services

2 404

+ 16,3 %

120

 

 

35

+ 8,8 %

Effets en %

 

 

+ 5,8 %

 

 

+ 1,7 %

 

MARGE OPÉRATIONNELLE ET MARGE OPÉRATIONNELLE HORS-ÉNERGIE

La marge opérationnelle correspond au ratio du résultat opérationnel courant divisé par le chiffre d’affaires. La marge opérationnelle hors énergie est le résultat opérationnel courant, non impacté par cet effet de l’indexation du gaz naturel et de l’électricité, divisé par le chiffre d’affaires retraité de l’effet énergie. Le calcul du ratio résultat opérationnel courant divisé par le chiffre d’affaires (retraité ou non de l’effet énergie) est réalisé avec un arrondi à un chiffre après la virgule. La variation entre deux périodes est calculée comme étant la différence entre ces ratios arrondis, ce qui peut aboutir à des écarts positifs ou négatifs par rapport à un calcul plus précis, du fait des arrondis.

 

 

S1 2022

Effet du gaz
naturel

Effet de
l'électricité

S1 2022, hors
effet énergie

Chiffre d'affaires

Groupe

14 207

1 314

533

12 361

 

Gaz & Services

13 600

1 314

533

11 753

Résultat opérationnel courant

Groupe

2 286

 

 

2 286

 

Gaz & Services

2 404

 

 

2 404

Marge opérationnelle

Groupe

16,1 %

 

 

18,5 %

 

Gaz & Services

17,7 %

 

 

20,5 %

RÉSULTAT NET RÉCURRENT PART DU GROUPE ET RÉSULTAT NET RÉCURRENT PART DU GROUPE HORS CHANGE

Le résultat net récurrent part du Groupe correspond au résultat net part du Groupe retraité des opérations exceptionnelles et significatives qui n’impactent pas le résultat opérationnel courant.

 

S1 2021

S1 2022

Variation S1
2022/2021

(A) Résultat net (part du Groupe) - Publié

1 239,0

1 304,8

+ 5,3 %

(B) Eléments significatifs et non-récurrents après impôts sans impact sur le ROC

 

 

 

- Provision exceptionnelle sur les actifs industriels du Groupe en Russie et autres coûts associés

 

(419,0)

 

- Produit exceptionnel lié à la prise de contrôle d’une activité conjointe en Asie-Pacifique

 

205,5

 

- Provision pour risques dans l’activité Ingénierie & Construction

 

(32,3)

 

(A) - (B) = Résultat net récurrent (part du Groupe)

1 239,0

1 550,6

+ 25,1 %

(C) Effet de change

 

58,9

 

(A) - (B) - (C) = Résultat net récurrent (part du Groupe) hors effet de change

 

1 491,7

+ 20,4 %

RÉSULTAT NET HORS IFRS16 ET RÉSULTAT NET RÉCURRENT HORS IFRS16

Résultat Net hors IFRS16:

 

S1 2021

2021

S1 2022

(A) Résultat Net Publié

1 293,1

2 691,9

1 377,6

(B) Impact IFRS16(1)

(6,0)

(13,3)

(7,2)

(A) - (B) = Résultat Net Hors IFRS16

1 299,1

2 705,2

1 384,8

(1)

L’impact IFRS16 comprend la réintégration des charges de loyers diminuée des amortissements et des autres charges financières comptabilisées au titre d’IFRS16.

Résultat Net récurrent hors IFRS16:

 

S1 2021

2021

S1 2022

(A) Résultat Net Publié

1 293,1

2 691,9

1 377,6

(B) Eléments significatifs et non-récurrents après impôts sans impact sur le ROC

0,0

0,0

(245,8)

(A) - (B) = Résultat Net récurrent

1 293,1

2 691,9

1 623,4

(C) Impact IFRS16(1)

(6,0)

(13,3)

(7,2)

(A) - (B) - (C) = Résultat Net récurrent hors IFRS16

1 299,1

2 705,2

1 630,6

(1)

L’impact IFRS16 comprend la réintégration des charges de loyers diminuée des amortissements et des autres charges financières comptabilisées au titre d’IFRS16.

EFFICACITÉS

Les efficacités représentent une réduction pérenne de la base de coûts, suite à un plan d’action sur un projet particulier. Les efficacités sont identifiées et gérées par projet d'efficacité. Chaque projet est suivi par une équipe dont la composition dépend de la nature du projet (Achats, Opérations, Ressources Humaines, etc.)

RENTABILITÉ DES CAPITAUX EMPLOYÉS - ROCE

La rentabilité des capitaux employés après impôts est calculée à partir des états financiers consolidés du Groupe, en effectuant le ratio suivant pour la période considérée.

Au numérateur : résultat net hors IFRS16 - coût de la dette nette après impôts pour la période considérée.

Au dénominateur : moyenne de (total des capitaux propres hors IFRS16 + dette nette) à la fin des 3 derniers semestres.

 

 

S1 2021

2021

S1 2022

Calcul ROCE

(en millions d’euros)

 

(a)

(b)

(c)

Numérateur

(b)-(a)+(c)

Résultat net hors IFRS16

1 299,1

2 705,2

1 384,8

2 790,9

Coût de la dette nette

(140,7)

(280,0)

(144,7)

(284,0)

Taux effectif d'impôt (1)

24,5 %

24,6 %

24,2 %

 

Coût de la dette nette après impôt

(106,2)

(211,2)

(109,7)

(214,7)

Résultat net - Coût de la dette nette après impôt

1 405,3

2 916,4

1 494,5

3 005,6

Dénominateur

((a)+(b)+(c))/3

Total des capitaux propres hors IFRS16

19 607,6

22 039,6

23 942,0

21 863,2

Dette nette

12 013,2

10 448,3

12 009,9

11 490,5

Moyenne de (total des capitaux propres + dette nette)

31 620,8

32 487,9

35 951,9

33 353,7

ROCE

 

 

 

 

9,0 %

(1)

Hors événement non récurrent d'impôt.

ROCE RÉCURRENT

Le ROCE récurrent est calculé de la même façon que le ROCE en utilisant le résultat net récurrent hors IFRS16 au numérateur.

 

 

S1 2021

2021

S1 2022

Calcul ROCE
Récurrent

(en millions d’euros)

 

(a)

(b)

(c)

Numérateur

(b)-(a)+(c)

Résultat net récurrent hors IFRS16

1 299,1

2 705,2

1 630,6

3 036,7

Coût de la dette nette

(140,7)

(280,0)

(144,7)

(284,0)

Taux effectif d'impôt(1)

24,5 %

24,6 %

24,2 %

 

Coût de la dette nette après impôt

(106,2)

(211,2)

(109,7)

(214,7)

Résultat net récurrent hors IFRS16

- Coût de la dette nette après impôt

1 405,3

2 916,4

1 740,3

3 251,4

Dénominateur

((a)+(b)+(c))/3

Total des capitaux propres hors IFRS16

19 607,6

22 039,6

23 942,0

21 863,2

Dette nette

12 013,2

10 448,3

12 009,9

11 490,5

Moyenne de (total des capitaux propres + dette nette)

31 620,8

32 487,9

35 951,9

33 353,7

ROCE récurrent

 

 

 

 

9,7 %

(1)

Hors événement non récurrent d'impôt.

Calcul des indicateurs de performance (Trimestre)

 

T2 2022

Variation T2
2022/2021
publiée

Effet de
change

Effet du
gaz
naturel

Effet de
l'électricité

Effet de
périmètre
significatif

Variation T2
2022/2021
comparable

Chiffre d'affaires

 

 

 

 

 

 

 

Groupe

7 320

+ 32,8 %

398

690

267

37

+ 7,5 %

Effets en %

 

 

+ 7,2 %

+ 12,5 %

+ 4,9 %

+ 0,7 %

 

Gaz & Services

7 010

+ 33,6 %

389

690

267

37

+ 7,3 %

Effets en %

 

 

+ 7,4 %

+ 13,1 %

+ 5,1 %

+ 0,7 %

 

Chiffre d’affaires du 2ème trimestre 2022

Par géographie

Chiffre d’affaires (en millions d’euros)

T2 2021

T2 2022

Variation publiée

Variation
comparable

Amériques

2 056

2 686

+ 30,6 %

+ 9,5 %

Europe

1 860

2 706

+ 45,5 %

+ 5,7 %

Asie-Pacifique

1 176

1 406

+ 19,7 %

+ 6,5 %

Moyen-Orient et Afrique

155

212

+ 36,7 %

+ 2,1 %

Gaz & Services

5 247

7 010

+ 33,6 %

+ 7,3 %

Ingénierie & Construction

93

113

+ 21,9 %

+ 19,8 %

Marchés Globaux & Technologies

172

197

+ 14,2 %

+ 9,8 %

CHIFFRE D'AFFAIRES TOTAL

5 512

7 320

+ 32,8 %

+ 7,5 %

Par branche mondiale d’activité

Chiffre d’affaires (en millions d’euros)

T2 2021

T2 2022

Variation publiée

Variation comparable

Grande Industrie

1 471

2 527

+ 71,8 %

- 2,9 %

Industriel Marchand

2 342

2 872

+ 22,6 %

+ 13,5 %

Santé

921

970

+ 5,4 %

+ 2,1 %

Électronique

513

641

+ 24,7 %

+ 17,2 %

CHIFFRE D'AFFAIRES GAZ & SERVICES

5 247

7 010

+ 33,6 %

+ 7,3 %

Information géographique et sectorielle

 

S1 2021

S1 2022

(en millions d’euros et %)

Chiffre
d'affaires

Résultat
opérationnel
courant

Marge
opérationnelle
courante

Chiffre
d'affaires

Résultat
opérationnel
courant

Marge
opérationnelle
courante

Amériques

4 059

802

19,7 %

5 017

969

19,3 %

Europe

3 657

692

18,9 %

5 424

771

14,2 %

Asie-Pacifique

2 326

513

22,1 %

2 746

567

20,7 %

Moyen-Orient et Afrique

308

60

19,3 %

413

97

23,3 %

Gaz & Services

10 350

2 066

20,0 %

13 600

2 404

17,7 %

Ingénierie & Construction

169

8

4,5 %

221

22

10,1 %

Marchés Globaux & Technologies

327

40

12,2 %

386

50

12,9 %

Réconciliation

-

(166)

-

-

(190)

-

TOTAL GROUPE

10 846

1 948

18,0 %

14 207

2 286

16,1 %

La marge opérationnelle (ROC sur chiffre d’affaires) atteint 16,1 % en données publiées, en recul de - 190 points de base par rapport au 1er semestre 2021 du fait notamment de la forte hausse des coûts de l’énergie qui sont contractuellement refacturés aux clients de la Grande Industrie, créant ainsi un effet dilutif sur la marge publiée (sans effet sur le ROC en valeur absolue). Hors effet énergie, la marge opérationnelle est en amélioration très significative de + 50 points de base par rapport au 1er semestre 2021.

Compte de résultat consolidé

(en millions d'euros)

1er semestre 2021

1er semestre 2022

Chiffre d'affaires

10 845,7

14 206,6

Autres produits d'exploitation

70,0

103,3

Achats

(4 078,6)

(6 515,7)

Charges de personnel

(2 129,2)

(2 380,0)

Autres charges d'exploitation

(1 711,3)

(1 939,6)

Résultat opérationnel courant avant amortissements

2 996,6

3 474,6

Dotations aux amortissements

(1 048,9)

(1 188,6)

Résultat opérationnel courant

1 947,7

2 286,0

Autres produits opérationnels

12,7

205,5

Autres charges opérationnelles

(52,9)

(475,3)

Résultat opérationnel

1 907,5

2 016,2

Coût de la dette nette

(140,7)

(144,7)

Autres produits financiers

4,1

29,0

Autres charges financières

(50,9)

(64,6)

Charge d'impôt

(425,3)

(459,3)

Quote-part du résultat net des sociétés mises en équivalence

(1,6)

1,0

RÉSULTAT NET

1 293,1

1 377,6

- Intérêts minoritaires

53,8

72,8

- Part du Groupe

1 239,3

1 304,8

Résultat net par action (en euros)

2,38 (a)

2,50

(a) Ajusté suite à l’attribution d’actions gratuites en juin 2022.

 

 

Bilan consolidé

ACTIF (en millions d'euros)

31 décembre 2021

30 juin 2022

Écarts d'acquisition

13 992,3

14 864,1

Autres immobilisations incorporelles

1 452,6

1 900,4

Immobilisations corporelles

22 531,5

23 915,9

Actifs non courants

37 976,4

40 680,4

Actifs financiers non courants

745,4

884,4

Titres mis en équivalence

158,0

157,9

Impôts différés actif

239,3

241,6

Instruments dérivés actif non courants

73,4

56,0

Autres actifs non courants

1 216,1

1 339,9

TOTAL DES ACTIFS NON COURANTS

39 192,5

42 020,3

Stocks et en-cours

1 585,1

1 828,6

Clients

2 694,1

3 242,9

Autres actifs courants

810,5

934,9

Impôt courant actif

106,5

183,5

Instruments dérivés actif courants

63,9

124,1

Trésorerie et équivalents de trésorerie

2 246,6

1 519,7

TOTAL DES ACTIFS COURANTS

7 506,7

7 833,7

ACTIFS DESTINÉS À ÊTRE CÉDÉS

83,9

88,3

TOTAL DES ACTIFS

46 783,1

49 942,3

PASSIF (en millions d'euros)

31 décembre 2021

30 juin 2022

Capital

2 614,1

2 884,2

Primes

2 749,2

2 494,0

Réserves

13 645,1

16 627,7

Actions propres

(118,3)

(310,2)

Résultat net - part du Groupe

2 572,2

1 304,8

Capitaux propres du Groupe

21 462,3

23 000,5

Intérêts minoritaires

536,5

893,4

TOTAL DES CAPITAUX PROPRES

21 998,8

23 893,9

Provisions et avantages au personnel

2 291,9

1 937,9

Impôts différés passif

2 126,8

2 451,0

Emprunts et dettes financières non courantes

10 506,3

10 690,0

Dettes de loyers non courantes

1 032,8

1 084,6

Autres passifs non courants

343,0

302,5

Instruments dérivés passif non courants

39,0

55,3

TOTAL DES PASSIFS NON COURANTS

16 339,8

16 521,3

Provisions et avantages au personnel

309,4

309,9

Fournisseurs

3 333,2

3 610,8

Autres passifs courants

2 002,9

2 046,9

Impôt à payer

277,8

270,4

Emprunts et dettes financières courantes

2 188,6

2 839,6

Dettes de loyers courantes

228,0

237,7

Instruments dérivés passif courants

67,5

167,6

TOTAL DES PASSIFS COURANTS

8 407,4

9 482,9

PASSIFS DESTINÉS A ÊTRE CÉDÉS

37,1

44,2

TOTAL DES PASSIFS ET DES CAPITAUX PROPRES

46 783,1

49 942,3

Tableau des flux de trésorerie consolidé

(en millions d'euros)

1er semestre 2021

1er semestre 2022

Activités opérationnelles

 

 

Résultat net - part du Groupe

1 239,3

1 304,8

Intérêts minoritaires

53,8

72,8

Ajustements :

 

 

• Dotations aux amortissements

1 048,9

1 188,6

• Variation des impôts différés

(14,6)

(24,2)

• Variation des provisions

(30,5)

357,1

• Quote-part des résultats nets des mises en équivalence

1,6

(1,0)

• Plus ou moins-values de cessions d'actifs

22,1

(170,0)

• Coût de la dette nette

101,3

108,5

• Autres éléments sans impact sur la trésorerie

61,5

70,7

Capacité d'autofinancement

2 483,4

2 907,3

Variation du besoin en fonds de roulement

(266,8)

(634,5)

Autres éléments avec impact sur la trésorerie

(26,2)

(31,9)

Flux net de trésorerie généré par les activités opérationnelles

2 190,4

2 240,9

Opérations d'investissements

 

 

Acquisitions d'immobilisations corporelles et incorporelles

(1 439,0)

(1 574,0)

Acquisitions d'immobilisations financières et incidences des variations de périmètre

(569,2)

(54,0)

Produits de cessions d'immobilisations corporelles et incorporelles

44,6

45,8

Produits de cessions d'activités, nets de la dette nette cédée, et de cessions d'immobilisations financières

84,2

22,5

Dividendes reçus des mises en équivalence

3,3

12,7

Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement

(1 876,1)

(1 547,0)

Opérations de financement

 

 

Distribution

 

 

• L'Air Liquide S.A.

(1 332,7)

(1 408,1)

• Minoritaires

(33,4)

(20,1)

Augmentations de capital en numéraire

22,6

16,8

Achats d'actions propres

(40,2)

(192,5)

Intérêts financiers décaissés nets

(146,8)

(145,1)

Variation des dettes financières

874,9

467,0

Remboursement des dettes de loyers

(118,4)

(125,3)

Intérêts sur dettes de loyers décaissés nets

(16,5)

(14,6)

Transactions avec les actionnaires minoritaires

(36,8)

(0,0)

Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement

(827,3)

(1 421,9)

Incidences des variations monétaires et du périmètre

60,7

(35,2)

Variation de la trésorerie nette

(452,3)

(763,2)

TRÉSORERIE NETTE AU DÉBUT DE L'EXERCICE

1 718,6

2 138,9

TRÉSORERIE NETTE À LA FIN DE LA PÉRIODE

1 266,4

1 375,7

La trésorerie nette à la clôture s'analyse comme suit :

(en millions d'euros)

30 Juin 2021

31 décembre 2021

30 Juin 2022

Trésorerie et équivalents de trésorerie

1 387,3

2 246,6

1 519,7

Découverts bancaires (inclus dans les dettes financières courantes)

(121,0)

(107,7)

(144,0)

TRÉSORERIE NETTE

1 266,3

2 138,9

1 375,7

Détermination de la dette nette

(en millions d'euros)

30 Juin 2021

31 décembre 2021

30 Juin 2022

Emprunts et dettes financières non courantes

(10 068,9)

(10 506,3)

(10 690,0)

Dettes financières courantes

(3 331,6)

(2 188,6)

(2 839,6)

TOTAL DETTE BRUTE

(13 400,5)

(12 694,9)

(13 529,6)

Trésorerie et équivalents de trésorerie

1 387,3

2 246,6

1 519,7

DETTE NETTE A LA FIN DE LA PÉRIODE

(12 013,2)

(10 448,3)

(12 009,9)

Tableau d’analyse de la variation de la dette nette

(en millions d'euros)

1er semestre
2021

Exercice 2021

1er semestre 2022

Dette nette au début de l'exercice

(10 609,3)

(10 609,3)

(10 448,3)

Flux net de trésorerie généré par les activités opérationnelles

2 190,4

5 570,7

2 240,9

Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement

(1 876,1)

(3 351,5)

(1 547,0)

Flux net de trésorerie généré par les opérations de financement,

avant variation des emprunts

(1 555,4)

(1 593,6)

(1 743,8)

Total flux net de trésorerie

(1241,1)

625,6

(1 049,9)

Incidence des variations monétaires et de la dette nette d'ouverture des sociétés nouvellement intégrées et autres

(64,8)

(269,3)

(407,1)

Retraitement du coût de la dette nette

(98,0)

(195,3)

(104,6)

Variation de la dette nette

(1 403,9)

161,0

(1 561,6)

DETTE NETTE A LA FIN DE LA PÉRIODE

(12 013,2)

(10 448,3)

(12 009,9)

Synthèse des chiffres clés sur les ventes, le résultat opérationnel courant et les investissements

Les tableaux suivants rassemblent des données déjà disponibles dans ce rapport. Ils complètent les chiffres clés indiqués dans le tableau en première page.

Ventes

(Part du chiffre d'affaires et croissance comparable S1 2022 en %)

Total

Grande Industrie

Industriel
Marchand

Électronique

Santé

Amériques

100 %

20 %

65 %

5 %

10 %

 

+ 9,2 %

+ 5,3 %

+ 11,6 %

+ 8,2 %

+ 2,2 %

Europe

100 %

48 %

26 %

2 %

24 %

 

+ 6,4 %

- 7,4 %

+ 22,9 %

N.C.

+ 3,3 %

Asie-Pacifique

100 %

38 %

27 %

32 %

3 %

 

+ 5,5 %

- 0,2 %

+ 2,5 %

+ 15,8 %

N.C.

Moyen-Orient et Afrique

100 %

N.C.

N.C.

N.C.

N.C.

 

+ 0,9 %

 

Gaz & Services

100 %

+ 7,2 %

36 %

- 1,4 %

41 %

+ 12,7 %

9 %

+ 15,5 %

14 %

+ 2,3 %

Ingénierie & Construction

+ 29,0 %

 

 

 

 

Marchés Globaux & Technologies

+ 13,8 %

 

 

 

 

TOTAL GROUPE

+ 7,7 %

 

 

 

 

 

N.C. : Non communiqué.

Résultat opérationnel courant

(Marge opérationnelle en %(a))

S1 2021

S1 2022

S1 2022, hors
effet énergie

Variation
2022/2021 hors
effet énergie

Résultat
opérationnel
courant
S1 2022 (M€)

Amériques

19,7 %

19,3 %

19,9 %

+ 20 pbs

969

Europe

18,9 %

14,2 %

19,8 %

+ 90 pbs

771

Asie-Pacifique

22,1 %

20,7 %

21,9 %

- 20 pbs

567

Moyen-Orient et Afrique

19,3 %

23,3 %

24,0 %

+ 470 pbs

97

Gaz & Services

20,0 %

17,7 %

20,5 %

+ 50 pbs

2 404

Ingénierie & Construction

4,5 %

10,1 %

10,1 %

+ 560 pbs

22

Marchés Globaux & Technologies

12,2 %

12,9 %

12,9 %

+ 70 pbs

50

(a)

Résultat opérationnel courant / chiffre d’affaires.

Investissements

(en milliards d'euros)

S1 2022

Opportunités d'investissement à 12 mois(a)

3,3

Décisions d'investissement(b)

1,8

Investissements en cours(a)

3,0

Contribution additionnelle aux ventes des montées en puissance et des démarrages d’unités(b)

1,1

(a)

À la fin de la période.

(b)

Valeur cumulée depuis le début de l’année calendaire jusqu’à la fin de la période.

La présentation de la publication est disponible à partir de 7h20 (heure de Paris) surwww.airliquide.com

Tout au long de l’année suivez l’actualité d’Air Liquide sur @AirLiquideGroup

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

Génération Hydrogène :
28 septembre 2022

Chiffre d’affaires du 3ème trimestre 2022 :
25 octobre 2022

Air Liquide est un leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé. Présent dans 75 pays avec 66 400 collaborateurs, le Groupe sert plus de 3,8 millions de clients et de patients. Oxygène, azote et hydrogène sont des petites molécules essentielles à la vie, la matière et l’énergie. Elles incarnent le territoire scientifique d’Air Liquide et sont au cœur du métier du Groupe depuis sa création en 1902.

Agir au présent tout en préparant l’avenir est au cœur de la stratégie d’Air Liquide. Avec son plan stratégique ADVANCE à horizon 2025, Air Liquide se place sur la trajectoire d’une performance globale, alliant dimensions financière et extra financière. Positionné sur des marchés d’avenir, le Groupe bénéficie d’atouts puissants tels que son modèle économique alliant résilience et solidité, sa capacité d’innovation ou encore son expertise technologique. Le Groupe développe des solutions en faveur de la transition climatique et énergétique - avec notamment l’hydrogène - et agit pour le progrès dans les domaines de la santé, du numérique ou encore des hautes technologies.

Le chiffre d’affaires d’Air Liquide s’est élevé à plus de 23 milliards d’euros en 2021. Air Liquide est coté à la Bourse Euronext Paris (compartiment A) et appartient aux indices CAC 40, CAC 40 ESG, EURO STOXX 50 et FTSE4Good.

1

Définition en annexe.

2

Voir définition et réconciliation en annexe.

3

Ajusté suite à l'attribution d’actions gratuites en juin 2022.

4

Voir définition et réconciliation en annexe.

5

Définition en annexe.

6

Voir définition et réconciliation en annexe.

7

Incluant les transactions avec les minoritaires.

8

Voir définition et réconciliation en annexe.

9

Hors opérations exceptionnelles et significatives qui n’impactent pas le résultat opérationnel courant, voir réconciliation en annexe.

10

Ajusté de la saisonnalité du dividende.

11

Surla base du résultat net récurrent, voir réconciliation en annexe.

12

Marge opérationnelle hors effet énergie. Résultat net récurrent hors opérations exceptionnelles et significatives qui n’impactent pas le résultat opérationnel courant, et hors impact d’une potentielle réforme fiscale aux États-Unis en 2022.

 



© Business Wire

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.

Twitter Facebook Linkedin email

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

AJeqUkxf3Ke9VK6xQiu5c70duDDJ_Ui5xVTM4VChDdLsV1lLBAYd9nLRZwEkqsk9

Investir en Bourse avec Internet