OK
Accueil > Marchés > Cotation Altran Techn. > Actus Altran Techn.

Altran: le pari d'Elliott en vaut-il encore la chandelle ?


Actualité publiée le 27/11/19 15:04

(CercleFinance.com) - La réputation de l'investisseur activiste américain Paul Singer (dont le second prénom est Elliott) et de son fonds Elliott Management, très axé sur les 'situation spéciales' et dont la fondation remonte à 1977, n'est plus à faire. Mais le dossier Altran va-t-il y contribuer ?

Elliott, c'est aujourd'hui près de 500 salariés et un encours sous gestion supérieur à 38 milliards de dollars, ce qui signale que M. Singer a su rallier bien du monde à ses thèses d'investissement.

'La culture de l'entreprise met l'accent sur la minutie, le travail acharné, la créativité et la ténacité', indique son site Internet. Il faut dire que le 'track record' d'Elliott, de la dette argentine (avec bien des procédures judiciaires à la clé, car Elliott ne laisse rien au hasard dans les dossiers dont il s'empare) en passant par Hyundai, Bayer, ThyssenKrupp, Telecom Italia, ou Pernod Ricard, est plutôt impressionnant. Son retour sur investissement dépasse les 10% l'an.


Schématiquement, et d'abord avec discrétion, le fonds repère une situation de valorisation qui lui semble anormale et prend position au capital de l'entreprise ou de l'entité concernée. Puis il va voir la direction, et/ou se fait connaître d'elle, pour lui exposer son point de vue et faire valoir ses intérêts de 'stakeholder'. En prenant alors soin de se faire entendre aussi du public. Et généralement, cela marche.

A chaque fois ? Pas si sûr. Prenons le cas du dossier Altran : en 2018, le groupe français de R&D externalisée a fait face à bien des difficultés qui n'ont pas rebuté le géant européen de ESN Capgemini. Alors qu'Altran venait à peine d'entamer son redressement, Capgemini a annoncé cette année une OPA à 14 euros.

Ce qui n'a pas plu à Elliott, qui pointe des questions de gouvernance et de modalités de l'offre, mais surtout de prix. 14 euros par action, affirme Elliott qui s'est construit sur Altran une position de l'ordre de 10% du capital, ce n'est pas assez. C'est ce qu'affirment et argumentent des documents dont les derniers ont été publiés ce matin sur www.fairvalueforaltran.com, le site dédié à l'affaire par Elliott. Ce qui fait suite aux propos tenus par la direction de Capgemini, qui a de nouveau exclu un relèvement.

Plusieurs autres fonds sont restés ou se sont placés sur Altran, signe qu'Elliott n'est pas le seul à partager ce point de vue. Et d'ailleurs, à la Bourse de Paris, l'action Altran cote obstinément au-dessus des 14 euros que propose Capgemini. Cela étant, le titre se rapproche de plus en plus de cette barre fatidique au point de revenir, ces deux dernières séances, jusqu'à... 14,03 euro, son plus bas niveau depuis le début des hostilités.

Dans ces conditions, le jeu en vaut-il la chandelle ? Les Boursiers ont l'air de commencer à douter.

EG

Copyright © 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.

Twitter Facebook Linkedin email

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.
Qp6fA-coZgkz2ldDaYZZJzOvNVzh7qYMHoLZqmeWevfD1yFyxpxVre3PCfAEMhPx0