OK
Accueil  > Marchés  > Cotation SBF 120  > Actus SBF 120

Conquête spatiale, et si la Chine venait contrecarrer les plans des géants américains ?


Actualité publiée le 16/07/20 11:31

L’espace est discrètement devenu un enjeu majeur pour les grandes puissances. Les activités spatiales sont en effet déterminantes pour les innovations technologiques de demain. La désintégration du bloc soviétique dans les années 1990 a permis aux Américains d’asseoir leur suprématie dans ce domaine depuis une vingtaine d’années. Mais cette période dorée pour le secteur spatial commercial américain est maintenant révolue. La Chine a en effet entamé une irrésistible ascension technologique, et elle entend se positionner comme un acteur incontournable sur ce marché.

 

Lorsque l’on évoque l’espace, on pense immédiatement aux missions lunaires, à l’exploration de Mars, ou à l’exploitation minière des astéroïdes, autrement dit, à la conquête de l’espace lointain. La Chine n’a jamais caché ses ambitions dans ce domaine.

L’année dernière, elle a réussi le tout premier atterrissage en douceur d’un rover de l'autre côté de la lune. Elle planche actuellement sur sa propre station spatiale, qui devrait entrer en service dans deux ans, quasiment au moment de la fin de mission de la Station spatiale internationale.

Le nouveau Graal : les satellites

Cependant, les activités spatiales portant sur le proche espace représentent des perspectives de rentabilité énormes.

Dans certaines régions du monde, les “constellations de satellites” (des ensembles formés de centaines ou de milliers de satellites placés en orbite pour créer un réseau de connexion internet à haut débit) apparaissent comme la solution la plus efficace pour fournir un accès internet abordable à la population.

Des satellites font aussi fonctionner les technologies assises sur les données de positionnement (GPS, notamment), ainsi que les technologies de communication.

D’autres types de satellites collectent des masses de données d’observation terrestre liées à l’activité économique, la climatologie ou l’agriculture, entre autres. Ces données alimentent des modélisations et génèrent des ”insights”, (des perspectives d’évolution de la situation).

Les satellites d’observation mesurent la vitesse des déforestations, surveillent le trafic routier ou aérien et la fréquentation des parkings pour en déduire un niveau d’activité et de consommation. Leurs exploitants vendent les informations brutes, mais aussi les analyses qu’ils en tirent.

On peut calculer la valorisation réelle des sociétés ainsi surveillées. Les grands investisseurs la comparent ensuite au cours des actions de ces firmes pour prendre leurs décisions de placement.

Des retombées énormes sur l’économie

Selon James Crawford, le fondateur d’Orbital Insight, l’une des pionnières du marché de l’observation spatiale, la transparence que ces données apportent améliorera l’efficacité des marchés à l’avenir, tout en donnant une meilleure compréhension de l’économie mondiale.

L’activité satellitaire a donc d’énormes retombées sur l’activité économique. Et avec la généralisation de l’internet et l’avènement des objets connectés, elle devrait même en avoir encore davantage à l’avenir.

En octobre 2018, une étude du cabinet Euroconsult avait évalué à 11,4 milliards de dollars le total du marché des observations terrestres et de leurs analyses d’ici 2027. L’exploitation de ses observations pourrait aussi permettre de spéculer, grâce au trading, sur l’activité des sociétés cotées et suivies par un panel d’investisseurs.

Dans ce contexte, se tailler une part de marché sur ce secteur est devenu crucial pour les grandes puissances économiques. La Chine n’a pas l’intention de rester les bras croisés.

L’espace, le nouvel espace de soft power

Les ambitions de l’Empire du Milieu vont bien au-delà des simples opportunités commerciales. “L'espace, comme les Chinois aiment le dire, contribue à tous les aspects de la puissance nationale globale. (...) Les activités spatiales à vocation uniquement commerciale réalisées par les Chinois présentent donc plusieurs avantages”, explique Dean Cheng, un analyste de l'espace qui se concentre sur la Chine à la Fondation Heritage.

La Chine utilisait déjà ses entreprises spatiales d'État pour étendre son influence planétaire dans le domaine de l’espace. Mais désormais, elle peut aussi compter sur la nouvelle toute-puissance de son secteur privé. Un éventail de start-up spatiales privées se prépare à l’aider à étendre son influence.

Pendant longtemps, l’espace est resté le domaine exclusif des grandes agences spatiales gouvernementales. Mais au cours des deux dernières décennies, un certain nombre d’entreprises technologiques américaines ont acquis une énorme trésorerie. Ce trésor de guerre leur donne les moyens d’entreprendre dans des domaines fortement capitalistiques, dont l’espace.

En conséquence, on a vu apparaître des sociétés spatiales américaines privées, telles que SpaceX, Blue Origin (créée par Jeff Bezos, le CEO d’Amazon). L’objectif de ces firmes du “new space” est de proposer un modèle “low-cost” et “data driven” afin de rendre les lancements abordables pour certaines nations et entreprises. Pour les rentabiliser, elles misent sur les économies d’échelle réalisées sur des opérations très vastes.

Récemment, SpaceX est devenue la première entreprise privée à lancer une fusée habitée dans l'espace. De son côté, Blue Origin ambitionne de faire décoller sa fusée New Glenn en 2021.

 

Donner accès à l’espace à une clientèle moins riche

Toutefois, ces initiatives demeurent réservées à des clients (États ou entreprises) qui ont réussi à construire une fortune et sont très riches. Pour ceux qui n’ont pas les moyens, l'espace demeure inabordable. Les Chinois y ont vu une opportunité à saisir.

Pour l'instant, l'industrie spatiale chinoise se concentre sur le niveau national. Mais en 2019, un rapport de l’Institute for Defence Analyses (IDA) avait déjà recensé 80 entreprises spatiales commerciales chinoises. Toutes ont émergé après la décision du gouvernement chinois d’ouvrir son secteur spatial aux investissements privés en 2014.

Comme c’est très souvent le cas avec les firmes chinoises, elles ont largement profité des enseignements tirés des succès (et des déboires) des firmes spatiales américaines pour accélérer leur développement. Ainsi, il aura fallu 6 ans à SpaceX effectuer son premier lancement orbital réussi, mais seulement 3 ans à la Chinoise iSpace pour réaliser le même exploit.

En décembre dernier, 6 groupes du secteur spatial chinois ont créé la China Commercial Space Alliance afin de promouvoir de nouvelles politiques, recherches et réglementations et de favoriser la coopération internationale.

Ce dernier aspect concerne plus particulièrement les nations participant à l'initiative “Belt and Road” (Un programme chinois de constructions d’infrastructures portuaires, ferroviaires, terrestres à travers toute l’Eurasie aussi appelé “Nouvelle route de la soie”. Il vise à favoriser la coopération entre les pays traversés et à renforcer la position de la Chine sur le plan mondial). Un grand nombre de nations qui participent à ce méga-réseau sont des pays en développement.

Une vingtaine de firmes chinoises parmi lesquelles iSpace, OneSpace, LandSpace et LinkSpace se préparent désormais à concurrencer les entreprises américaines pour proposer des lancements commerciaux d’engins spatiaux d’ici les toutes prochaines années.

On recense aussi de nombreux producteurs, opérateurs et fournisseurs de services satellitaires. 29 entreprises chinoises construisent actuellement des satellites ou des composants de satellites.

Le secteur spatial balbutiant chinois n'est certes pas encore aussi rentable que celui des marchés américain et européen, qui disposent encore d’une grande avance sur lui. Mais l’attrait que ses entreprises exercent ne cesse de croître. De plus, la motivation politique est très grande.

© www.abcbourse.com

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.

Twitter Facebook Linkedin email

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

 
xqiLuFWskaWso1tTSi-M4mO86jlQu8LCWoIUZLPQHiHvpd7YeFPZyi8UYZXzE22P

Investir en Bourse avec Internet