bourse investir
OK
Accueil  > Marchés  > Cotation Cac 40  > Actus Cac 40

En pleine crise avec Ankara, Trump s'attaque à l'acier et l'aluminium turcs


Actualité publiée le 10/08/18 15:41
Cac 40

5 308,17 

-1,76%

cours bourse Cac 40



Donald Trump lors d'une réunion ministérielle au Trump National Golf Club à Bedminster, New Jersey, le 9 août 2018 (AFP/Brendan Smialowski)

Le président américain Donald trump a accru vendredi la pression sur Ankara, dont l'économie est déjà fortement fragilisée, en annonçant une forte augmentation des taxes à l'importation sur l'acier et l'aluminium turcs.

"Je viens juste d'autoriser le doublement des taxes douanières sur l'acier et l'aluminium en provenance de Turquie puisque leur monnaie, la livre turque, descend rapidement contre notre dollar fort", explique M. Trump dans son message.

La Maison Blanche ayant déjà imposé en mars des tarifs douaniers supplémentaires à hauteur de 25% et 10% sur les importations d'acier et d'aluminium, cela signifie que ces produits seront désormais taxés à hauteur de respectivement 50% et 20%.

"Nos relations avec la Turquie ne sont pas bonnes en ce moment", conclut Donald Trump dans son tweet.

Cette annonce intervient en effet au moment où la Turquie est embourbée dans une grave crise diplomatique avec les Etats-Unis au sujet d'un pasteur américain détenu par Ankara. Ces deux alliés au sein de l'Otan se sont imposés, la semaine dernière, des sanctions réciproques contre des responsables gouvernementaux.

Une rencontre entre de hauts diplomates américains et turcs mercredi n'a débouché sur aucune avancée notable en vue d'apaiser les tensions.

Des observateurs s'attendaient dès lors à ce que Washington impose de nouvelles sanctions pour accroître la pression afin de faire libérer le pasteur.

Touchée de plein fouet par cette crise diplomatique et par les inquiétudes face à d'éventuelles répercussions sur des banques européennes, la livre turque a chuté vendredi à un plus bas historique, enregistrant une baisse de près de 10% sur la journée.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté dans la foulée ses concitoyens à changer leurs devises étrangères pour soutenir la livre turque à l'agonie, affirmant qu'il s'agissait d'une "lutte nationale" contre la "guerre économique" déclarée selon lui contre Ankara.

© 2018 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

23 commentaires sur cet article. Participez à la discussion.

papygaga


10/08/18 16:39
Etats Unis contre reste du Monde....

Il faudra bien un jour que le Monde boycotte les Etats-Unis.
joseph_P


10/08/18 16:58
Quand, l'UE va t-elle se réveiller ? La manœuvre de Trump est grossière, en déstabilisant la Turquie, il déstabilise l’Europe. Nous sommes en train de payer le prix fort pour tous nos renoncements.
L’alcoolique qui Préside à la Commission Européenne a t-il prévu de faire ou dire quelque chose, à part faire le VRP pour l'Allemagne ? Et Jupiter, il en pense quoi lui ? peut être trop occupé à boucler le budget 2018 et pire encore celui de 2019 ou bien pire encore, tout mettre en ouvre pour saborder le Brexit...
Pictou


10/08/18 17:01
La manœuvre de Trump est grossière ? Tiens, je le croyais en accord avec Trump
Ver5gétorix


10/08/18 17:21
Hélas cher Joseph vous avez raison, mais là on va payer le retard pris à véritablement construire l'UE avec d'autres objectifs que la "concurence libre et non faussée" (ex. Pechiney il y a des décennies) pour nous renforcer mutuellement (ce qu'on a essayé de faire à peu prés avec Airbus seulement). On n'a que trop ratiociné en affinant les mécanismes de rotation des postes de responsabilité pour finalement obtenir un rubix cube mal orienté.
Et l'histoire du Galileo c'est une affaire ridicule et sinistre, ça devrait être en service depuis 20 ans au moins si on n'avait pas confié certaines tâches à quelques sociétés complètement à la ramasse mais recommandées par leur pays.

Tous les commentaires Cac 40

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.