bourse investir
OK
Accueil  > Marchés  > Cotation Cac 40  > Actus Cac 40

Gênes: loi sur les infrastructures à la rentrée en France, rappelle Borne


Actualité publiée le 15/08/18 13:53
Cac 40

5 480,84 

0,54%

cours bourse Cac 40



La ministre française des Transports, Elisabeth Borne, lors d'une session parlemntaire à Paris, le 21 juillet 2018 (AFP/Archives/Bertrand GUAY)

Après l'accident de Gênes mardi, la ministre des Transports Elisabeth Borne a souligné mercredi "l'importance" d'un entretien régulier des routes, ponts et tunnels français, et rappelé qu'elle planchait pour la rentrée sur un projet de loi de programmation des infrastructures.

Tout en soulignant qu'il était "trop tôt pour connaître les causes de l'effondrement" du pont autoroutier de Gênes, qui a tué au moins 39 personnes mardi, la ministre a estimé sur France Info que l'accident, le plus meurtrier de ce type en Europe depuis 2001, montrait "toute l'importance de l'entretien des ouvrages".

En France, "tous les ponts font l'objet de visites annuelles et de visites plus détaillées tous les trois ans" a rappelé la ministre. Un grand viaduc comme celui de Millau, "de conception beaucoup plus récente" comporte "beaucoup de capteurs", a-t-elle précisé.

"Je présenterai une loi de programmation des infrastructures à la rentrée, car on veut avoir une visibilité dans la durée" a-t-elle rappelé.

Le 15 mai, la ministre avait annoncé au Sénat le lancement prochain d'un "plan de sauvegarde des routes nationales" visant à rénover d'urgence les chaussées et les ouvrages d'art (ponts, tunnels..), après la remise d'un rapport d'audit mettant en évidence "l'état critique du réseau".

"Notre sous-investissement a été manifeste" avait-elle déploré, tout en estimant que "50% des surfaces de chaussées sont à renouveler, alors que près d'un pont sur dix est en très mauvais état".

Le plan vise à dépenser un milliard d'euros par an pour l'entretien et la modernisation des routes, contre 800 millions en 2018. Il devrait "comporter des objectifs quantitatifs d'amélioration du réseau routier" fixés tous les cinq ans à partir de 2002, avait dit Mme Borne devant les sénateurs.

"L'entretien, c'est notre priorité, ça se traduit dès le budget 2018 et ça se traduira pendant plusieurs années" a-t-elle assuré mercredi sur France Info.

© 2018 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

6 commentaires sur cet article. Participez à la discussion.

BAWA50


15/08/18 14:37
"En France tout accident est impossible du fait de l'excellence des gouvernements et des politiques français..."
sergiobress


15/08/18 14:51
Ben oui on est plus fort que les autres nous , sauf qu'il y a des concessions d'autoroute qui n'appartiennent plus à la France et puis maintenant on regrette de les avoir vendues ………………….tiens on n'en entend plus parler ………… ben oui quand on fait des conneries, on ne dit plus rien………….. mais on se permet de critiquer les autres……….pauvre France.

Message complété le 15/08/2018 14:59:54 par son auteur.

Ce qui est malheureux dans tout ça c'est qu'il faut qu'il y ait un accident de ce genre pour que nos politiquent s'affolent.
Ne vous inquiétez pas il y a d'autres domaines ou les infrastructures ne sont pas entretenues, mais dormez tranquille.

joseph_P


15/08/18 15:14
Ce qui ne semble surprendre personne, c'est qu'une loi soit envisagée pour que les infrastructure françaises fassent l'objet de maintenance et entretien.
Moi, bêtement, je pensais que c'était déjà le cas, eu égard aux impôts directs, indirects, sur le coté, sur le devant, sur l'arrière, en haut, en bas, que l'on nous ponctionne.
Question : ils en font quoi du pognon ?
CRI74


15/08/18 15:44
En France, "tous les ponts font l'objet de visites annuelles et de visites plus détaillées tous les trois ans "
Phrase tirée de l'article ..... pour ceux qui lisent !
.
L'urgence est à faire payer ceux qui détériorent afin de trouver les fonds à long terme .


L'urgence consiste à palier immédiatement les insuffisances des infrastructures soulevées récemment , bien que déjà parfaitement connues , qu'elles soient du domaine public ou privé (autoroutes , etc ..) On peut y rajouter quelques barrages .


L'urgence se situe dans la réduction drastique des coûts , outrageusement gonflés par les compagnies de BTP qui réduisent ainsi l'ampleur de l'entretien réalisé annuellement . Il en va de même pour les ouvrages neufs (Grand Paris par ex , qui voit chaque année sa facture exploser ) .


Le gouffre financier des lobbys largement subventionnés par les gouvernants successifs provoque aujourd'hui des drames , bien d'autres viendront encore demain .

Tous les commentaires Cac 40

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.