OK
Accueil  > Marchés  > Cotation Cac 40  > Actus Cac 40

Hydroxychloroquine: Olivier Véran demande une révision des règles de prescription


Actualité publiée le 23/05/20 13:29

Le ministre de la Santé Olivier Véran, le 20 mai à Paris (POOL/AFP/Archives/Ian LANGSDON)

Le ministre de la Santé Olivier Véran a demandé samedi au Haut conseil de la santé publique (HCSP) de proposer "sous 48 heures une révision des régles dérogatoires de prescription" de divers traitements comme l'hydroxychloroquine, après la parution d'une étude pointant son inefficacité et ses risques pour les malades du Covid-19.

"Suite à la publication dans TheLancet d'une étude alertant sur l'inefficacité et les risques de certains traitements du Covid-19 dont l'hydroxychloroquine, j'ai saisi le HCSP pour qu'il l'analyse et me propose sous 48h une révision des règles dérogatoires de prescription" ,a indiqué le ministre dans un tweet.

En dehors des essais cliniques, la France a déjà restreint l'usage de l'hydroxychloroquine (HCQ) à l'hôpital uniquement et seulement pour les cas graves sur décision collégiale des médecins.

Cette molécule, dérivée de l'antipaludéen chloroquine, connaît depuis fin février une notoriété inédite depuis que le Pr Didier Raoult, de l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) à Marseille, a relayé une petite étude chinoise, peu détaillée, affirmant que le phosphate de chloroquine montrait des signes d'efficacité chez des patients atteints de SARS-CoV2.

Deux études, une chinoise et une française, publiées la semaine dernière, ont cependant constaté que l'HCQ ne réduisait pas significativement les risques d'admission en réanimation ni de décès chez les patients hospitalisés avec une pneumonie due au Covid-19.

Et une autre étude, avec des données portant sur 96.000 patients au total, parue vendredi dans The Lancet, à laquelle M. Véran fait allusion dans son tweet, a conclu que ni la chloroquine, ni l'HCQ, ne se montrent efficaces contre le Covid-19 chez les malades hospitalisés. Selon cette étude, ces molécules augmentent même le risque de décès et d'arythmie cardiaque.

© 2020 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.

Twitter Facebook Linkedin email

26 commentaires sur cet article. Participez à la discussion.

jclaudio50


23/05/20 14:57

l'acharnement du ministre de la santé ,pour interdire l'utilisation de l 'hydroxychloroquine,parait pour le moins suspecte....pourquoi cet acharnement ???? si ce n'est une histoire de gros sous !!!! de commissions peut-etre ??? pour éliminer un médicament concurrent ???? bizarre !!! bizarre...et surtout suspect.....un futur scandale ?????

zozio


23/05/20 18:17

@ jclaudio : est il si important pour vous d'entrainer d'autres dans votre parano ?

Message complété le 23/05/2020 18:34:18 par son auteur.

parce que tt de mm, Le Lancet, c'est pas le journal sans contrôle scientifique genre le Parisien ou la provence. Et 98 000 patients, c'est pas les 24 de Raoult. Et l'ensemble de la communauté scientifique posée hors illuminés et sauveurs de l'humanité ?

HYBRID3


23/05/20 18:55

Parano, propagande et complotisme sont les mamelles des frustrés.

illuss


23/05/20 19:38

Le ministre de la Santé Olivier Véran a demandé samedi au Haut conseil de la santé publique (HCSP) de proposer "sous 48 heures une révision des régles dérogatoires de prescription" de divers traitements comme l'hydroxychloroquine, après la parution d'une étude pointant son inefficacité et ses risques pour les malades du Covid-19.

Pourquoi, ils sont pas assez grands ?

Tous les commentaires Cac 40

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.