OK
Accueil > Marchés > Cotation Cac 40 > Actus Cac 40

Janet Yellen en Chine pour plaider contre les pratiques "déloyales"


Actualité publiée le 03/04/24 06:21
Janet Yellen à Norcross, en Géorgie (sud des Etats-Unis), le 27 mars 2024
Janet Yellen à Norcross, en Géorgie (sud des Etats-Unis), le 27 mars 2024 (AFP/CHRISTIAN MONTERROSA)

La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen se rendra à partir de jeudi en Chine, pour la deuxième fois en moins d'un an, a annoncé mardi son ministère, afin de discuter de pratiques commerciales par Pékin que Washington estime "déloyales".

Ce voyage, qui s'étendra du 3 au 9 avril, débutera à Guangzhou (sud) par une rencontre de la ministre des Finances de Joe Biden avec des chefs d'entreprises américains implantés sur place et des responsables locaux avant de rallier Pékin.

Dans la ville méridionale, elle rencontrera notamment le vice-Premier ministre He Lifeng, avant de retrouver à Pékin son homologue Lan Fo'an, ainsi que le Premier ministre Li Qiang et le gouverneur de la banque centrale Pan Gongsheng.

Cette visite intervient tout juste huit mois après son précédent voyage, qui avait permis de stabiliser une relation conflictuelle entre les deux premières économies mondiales, notamment grâce à la création de groupes de travail bilatéraux consacrés aux sujets économiques et financiers.

Cette fois, Janet Yellen espère discuter des "pratiques commerciales déloyales" et mettre en particulier en avant "les conséquences sur l'économie mondiale de la surproduction chinoise", selon le département du Trésor.

Washington s'inquiète tout particulièrement de la hausse des exportations chinoises à bas prix dans des secteurs tels que les véhicules électriques, les batteries lithium-ion ou encore les panneaux solaires, qui pourraient empêcher l'émergence d'une industrie américaine en la matière.

- Meilleure compréhension -

Une situation qu'a déjà connue les Etats-Unis, a rappelé à l'AFP le sous-secrétaire américain au Trésor pour les affaires internationales, Jay Shambaugh, et "ce n'est pas quelque chose que nous nous contenterons d'observer passivement".

"Nous souhaitons voir une évolution dans un certain nombre de domaines", notamment "la mise en place d'objectifs de production qui, de fait, dépasse ce que le marché mondial peut absorber", a-t-il ajouté.

Mais si des mesures commerciales doivent être prises, il est important que Pékin comprenne qu'il ne s'agit pas "d'une série de mesures anti-Chine", a insisté Jay Shambaugh.

Fin 2023, Janet Yellen avait assuré que Washington continuerait à demander plus de clarté dans la politique économique chinoise, prévenant que la deuxième économie mondiale était "trop importante pour bâtir sa croissance sur les exportations".

D'autant que les difficultés sur le marché immobilier ou l'endettement des collectivités locales font craindre que les chocs qui secouent le pays ne finissent par avoir un impact au niveau mondial.

Mais les relations économiques entre les deux pays sont "indubitablement plus solides désormais qu'il y a deux ans", a affirmé un responsable du Trésor, prenant l'example d'une simulation réalisée ensemble "sur les conséquences d'une faillite d'une banque systémique dans l'un ou l'autre des deux pays".

Selon brent Neiman, conseiller de Janet Yellen, les banques centrales des deux pays ont également comparé leurs modélisations en matière de risque climatique.

"Nous connaissons nos homologues, leurs systèmes et ils connaissent les nôtres. Et franchement, si quelque chose devait mal se passer, nous savons qui appeler", a-t-il expliqué à l'AFP.

- Semi-conducteurs -

"La dégradation" des relations sino-américaines a pris fin l'année dernière, estime Bill Bishop, qui publie la newsletter Sinocism, "mais rien ne vient pour autant indiquer un retournement de la tendance".

Pékin reste en particulier "sensible et énervé" par les efforts réalisés pour restreindre l'accès de la Chine aux semi-conducteurs de haute technologie, alors que le pays tente de faire monter son économie en gamme.

Mais avec l'approche des élections américaines, "aucune des deux parties ne compte lancer des négociations ou des initiatives bilatérales", estime Patricia Kim, chercheuse à la Brookings Institution.

"Pékin, comme beaucoup d'autres capitales, attend de voir qui sortira vainqueur" entre Joe Biden et Donald Trump, dont le mandat avait été marqué par une forte hausse des tensions commerciales, a-t-elle souligné.

La précédente visite de Janet Yellen à Pékin avait fait l'objet de beaucoup d'attention en Chine.

Dans un éditorial publié la semaine dernière, le quotidien d'Etat China Daily soulignait que Janet Yellen est connue pour "ses positions souvent pragmatiques et plutôt optimistes" concernant les relations sino-américaines.

Opposant la secrétaire au Trésor aux "faucons anti-Chine de Washington", le quotidien estimait qu'elle était la personne idoine pour jouer un "rôle d'intermédiaire" grâce à la confiance acquise auprès de ses homologues chinois.

© 2024 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.

Twitter Facebook Linkedin email

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

6mNhzv05RBtpU3tGSPSuFVg63noVFahUseUD2YGPPIH6H04Ji8jWAxLqXNfBMyyT
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.