OK
Accueil > Marchés > Cotation Cac 40 > Actus Cac 40

L'organisation de son temps au cœur de la vie au travail post-Covid


Actualité publiée le 13/06/21 15:01

Sortie des transports en commun dans le quartier des affaires La Défense le 16 octobre 2020 (AFP/Archives/Christophe ARCHAMBAULT)

L'organisation de son temps et de son rythme dans et hors de l'entreprise devrait être au cœur de la vie au travail après la crise du Covid-19 qui a vu les inégalités se creuser davantage entre salariés, de l'avis de plusieurs spécialistes.

Retour au bureau, reprise de l'activité, retrouvailles avec les collègues en réunion, à la cantine ou autour d'un pot: la Semaine pour la qualité de vie au travail, qui s'ouvre lundi, tombe à point nommé au moment où s'allègent les contraintes liées à la situation épidémique.

Depuis un Accord national interprofessionnel de 2013, la qualité de vie au travail est définie "comme un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement" et cela peut englober l'ambiance, les conditions de travail, l'autonomie, l'égalité, la reconnaissance...

Pendant la crise, Pascal Ughetto, spécialiste de l'organisation du travail et professeur à l'université Gustave-Eiffel, a mené des entretiens sur le rapport des salariés à leur travail avec "un point frappant: les aspirations à des rythmes de vie plus apaisés" incluant du télétravail, moins de transports et plus de temps pour soi.


Une femme travaille de son domicile lors du premier confinement, le 14 mai 2020, à Vertou, près de Nantes (AFP/Archives/Loic VENANCE)

"Les entreprises doivent s'attendre à ce que les individus cherchent à faire valoir leurs choix personnels en termes d'organisation de leur semaine de travail", estime ce chercheur.

Pour l'architecte et psychologue du travail Élisabeth Pélegrin-Genel, "le vrai bien-être va être de montrer qu'on peut travailler ailleurs qu'au bureau. Cela permet d'autres modes d'existence, d'habiter un peu plus loin pour une meilleure qualité de vie".

- L'entreprise chez soi -

"Il continuera d'y avoir un travail hybride: chez soi ou dans un tiers-lieu et dans l'entreprise car il est essentiel de revenir au bureau pour le lien social. Les relations avec les collègues sont le premier élément de la qualité de vie au travail", insiste Odile Duchenne, directrice générale d'Actineo, observatoire de la qualité de vie au bureau. "Les entreprises vont réallouer leur espace avec plus de lieux de réunion, de brainstorming, de moments festifs."

L'économiste Stéphane Carcillo, chef de la division Emploi et Revenu à l'OCDE, constate que "le temps de travail a été très utilisé pendant la crise pour s'ajuster", avec un recours massif en Europe au chômage partiel et au télétravail, et cela aura des conséquences pour le management. "Quand une partie du travail se fait à la maison, on juge les résultats plus que les moyens, c'est une question de confiance."

Or "les entreprises françaises pratiquaient assez peu le management de confiance. Cela va devenir problématique pour réguler les nouveaux équilibres", estime Pascal Ughetto, au moment où le télétravail a dilué un peu plus la frontière entre vie privée et professionnelle.


Un homme nettoie une esplanade à La Défense le 16 octobre 2020 (AFP/Archives/Christophe ARCHAMBAULT)

"Avant, les DRH voulaient qu'on se sente chez soi dans l'entreprise. Maintenant, l'entreprise est chez soi", remarque la sociologue du travail Danièle Linhart, directrice de recherches au CNRS. "Il est important que les travailleurs puissent eux mêmes décider quand ils peuvent télétravailler avec la possibilité de revenir en arrière. Il ne faut pas que cela soit imposé."

Selon une enquête de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), un quart des 96.500 accords d'entreprises signés en 2020 portaient sur le télétravail.

Pas concernés par le télétravail, surexposés, les métiers au contact et au service du public, dans le commerce, la logistique, le transport, la propreté, sont sortis de leur "invisibilité" lors de cette crise. Pour eux, Danièle Linhart espère "que cette héroïsation va permettre de négocier de meilleures conditions de travail".

Stéphane Carcillo insiste sur "l'hétérogénéité" et les inégalités générées par la crise du Covid-19 dans le monde du travail. "En 2020, parmi les moins qualifiés, un salarié sur cinq a télétravaillé, un sur deux chez les plus qualifiés". L'économiste s'attend à ce que "les évolutions du monde du travail soient plus favorables... pour ceux qui avaient déjà de bons jobs bien payés".

© 2021 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.

Twitter Facebook Linkedin email

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

 
SdFZmskhFYtQiE_mj5AyWHUS0enydjIbZhe6tv57DuQnFzlFoIfkmp9x-T3fzsMZ
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2021

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.