Robe de mariée: Pronuptia placé en liquidation judiciaire
OK
Accueil  > Marchés  > Cotation Cac 40  > Actus Cac 40

Robe de mariée: Pronuptia placé en liquidation judiciaire


Actualité publiée le 12/09/19 18:40

Un couple de jeunes mariés prend la pose devant la Tour Eiffel, le 25 février 2017 (AFP/Archives/Ludovic MARIN)

Le distributeur français de robes de mariées Pronuptia, qui emploie 234 personnes, a été placé en liquidation judiciaire par décision du tribunal de commerce de Laval, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

"Cette année, on n'a pas fait de résultat et on n'a pas pu honorer le paiement de la dette. La sanction, c'est la liquidation", a expliqué à l'AFP Philippe Macé, président du groupe Pronuptia.

Le groupe est en poursuite d'activité jusqu'au 4 décembre et un administrateur judiciaire a été nommé pour trouver des repreneurs.

Pronuptia, qui compte 41 boutiques, a été placé en redressement judiciaire en 2012 puis un plan de continuation adopté en 2013. Le paiement de sa dette avait été étalé sur 10 ans. Il lui reste toujours 9 millions d'euros à rembourser, selon son président.

"Depuis le début de l'année, on a perdu plus de 10% de notre chiffre d'affaires", a souligné M. Macé. "Le nombre de mariages n'a jamais été aussi bas et nos trois plus gros mois de l'année (janvier, février et mars) ont été marqués par le mouvement des gilets jaunes."

En 2017, 228.000 mariages ont été célébrés en France, contre près de 298.000 en 2000, selon l'Insee.

Les comptes du groupe sont aussi affectés depuis quelques années par le cours du dollar et la concurrence de la vente en ligne.

Revendiquant la place de leader du marché, Pronuptia espère attirer des repreneurs, selon son président: "C'est l'objectif, on travaille tous pour ça".

La première boutique Pronuptia a été ouverte en 1958 à Paris. La société a été rachetée en 2008 par Philippe Macé.

© 2019 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Linkedin email

1 commentaire sur cet article. Participez à la discussion.

gars d'ain


13/09/19 08:20
Triste reflet de la société...

• L'ère de la consommation et du jetable y compris dans la relation humaine à l'autre.
• La peur grandissante de s'engager : le mariage, c'est le CDI. les nouvelles générations en la trouille
• On est passé d'un schéma d'union famille et sacrée, à une banalisation du mariage au travers de dérives d'interprétations sociétales avec le mariage pour tous et le PACS. Au final, ça représente plus grand chose de cohérent. Ce qui invite ceux qui ont envie de fondé une famille avec de vrais parents à ignorer le modèle proposé...
• L'incapacité des nouvelles générations à aller à la rencontre de l'autre : accroissement des tentatives de rencontre amoureuse par logiciel et appli interposée.
• Conséquence sociétale de vie passé derrière les écrans : quand ils vont ont restaurant, maintenant, les pseudo amoureux consultent leur portable qui est sur la table...

Ajoutons encore que de se marier coûte de plus en cher... Mais les familles au sens large ont tendance à se réduire (moins d'enfants).

Part croissante encore d'enfants en familles recomposés qui ont vécu des des expériences douloureuses...

Bref, c'est pas la joie...

D'autant, qu'il y a une vraie crise sur le textile en génération qui frappe depuis 2 ans la plupart des groupes hors haut de gamme...
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.