Salariés et élus protestent contre la fermeture d'une sucrerie Saint-Louis
OK
Accueil  > Marchés  > Cotation Cac 40  > Actus Cac 40

Salariés et élus protestent contre la fermeture d'une sucrerie Saint-Louis


Actualité publiée le 20/03/19 15:52
Cac 40
5 591,69  0,20%



La sucrerie de Saint-Louis d'Eppeville dans la Somme, le 20 mars 2019 (AFP/Philippe HUGUEN)

Quelques centaines de personnes, salariés et élus, ont manifesté mercredi devant la sucrerie Saint-Louis d'Eppeville (Somme), filiale du groupe allemand Südzucker, contre sa fermeture prévue en 2020, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Südzucker fabrique des chômeurs", "Südzucker, vendez-nous", "SLS menteur", "battons-nous !", pouvait-on lire sur les banderoles accrochées sur les différents bâtiments de l'usine installée de part et d'autre d'une départementale qui traverse le village de 1.800 habitants.

"Tout le monde est en grève, l'usine en stand-by, pour la première fois depuis l'annonce de Südzucker," a affirmé à l'AFP Régis Grost, délégué CGT du site, craignant une "catastrophe sociale et économique" en cas de fermeture, qui aurait des "effets néfastes sur la vie de nos communes".

Saint-Louis Sucre, filiale depuis 2001 du groupe allemand Südzucker, a annoncé le 14 février la fermeture de deux de ses quatre sucreries en France en 2020 ainsi qu'une vaste réorganisation pour faire face à une baisse des cours du sucre, ce qui se traduirait par 130 suppressions d'emplois.

Les sites de Cagny (Calvados), Eppeville et Marseille sont visés. Selon les syndicats, en maintenant symboliquement une poignée d'employés sur ces sites, le groupe allemand empêche le déclenchement d'un processus de recherche de repreneurs.

A Eppeville, 122 des 132 salariés seront réaffectés dans les deux usines de Roye (Somme), située à une vingtaine de kilomètres. Les 10 autres effectueraient du stockage de sucre, sirop et mélasse et la déshydratation de pulpe.

Pour David, mainteneur support qui vit à Saint-Quentin, aller jusqu'à Roye lui rajouterait une demi-heure de trajet, via des départementales, et il ne se voit pas "quitter la ville pour la campagne".

"Je me lève déjà à 3h00, pour prendre mon poste à 5h00. Et puis, on n'a aucune garantie que dans trois ans ils ne fermeront pas Roye. Aujourd'hui, c'est soit on accepte d'y aller, soit on démissionne", déplore-t-il.


Des salariés manifestent à l'appel de la CGT contre la fermeture de la sucrerie Saint-Louis d'Eppeville dans la Somme, le 20 mars 2019 (AFP/Philippe HUGUEN)

"Il faut que l'on garde notre usine, les emplois, il faut défendre notre outil de production", a insisté le maire Christophe Vassent, aux côtés d'autres élus venus de communes voisines, qui aimeraient que l'Elysée "tape du poing sur la table". Selon lui, 50 salariés vivent dans le canton, les autres vivent plus loin, jusqu'à Laon (Aisne).

Des salariés du site marseillais de Saint-Louis et du concurrent Tereos étaient également présents au sein du cortège, qui a ensuite défilé jusqu'à Ham.

Mardi, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a déclaré devant les députés que le gouvernement cherchait à éviter de verser des crédits d'impôt au groupe allemand.

© 2019 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Linkedin email

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.