OK
Accueil > Analyses > Chroniques

L'étude du carnet d'ordres - Partie 1

Par Traders mag;

bourse

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

La lecture du carnet d’ordres est aussi ancienne que la Bourse elle-même et reste encore d’actualité.

Alors que par le passé la soi-disant "bande du téléscripteur" était disponible pour les légendes du trading comme Jesse Livermore, Richard Wyckoff ou Humphrey Neill, il y a désormais des outils modernes pour rechercher le rapport entre le prix et le volume en temps réel.

Ceci nécessite au moins un niveau 2 dans le carnet d’ordres indiquant la profondeur du marché et une liste d’historique des opérations. Néanmoins les deux outils sont disponibles dans la plupart des packages de logiciels standards utilisés par les courtiers d’actions ou de futures. Cet article sera publié en plusieurs parties.

Le carnet d’ordres Profondeur du marché/ Niveau 2

Une mauvaise compréhension s’est imposée selon laquelle l’analyse du carnet d’ordres, aussi appelé niveau 2 ou profondeur du marché, est une complète perte de temps à cause d’un certain degré de manipulation. Bien qu'il n'y ait pas de démenti officiel sur de nombreuses manipulations, les opportunités existent, elles découleront de la capacité du trader à reconnaître la manipulation des professionnels du marché.

Puisque le trading est un jeu à somme zéro, il doit y avoir un vendeur pour chaque acheteur et vice-versa. Le problème pour les participants institutionnels du marché, c’est qu’ils ont souvent un énorme volume. Le dilemme est que s’ils plaçaient simplement un ordre sur le marché pour des milliers de contrats, cela jouerait artificiellement sur le prix à la hausse ou à la baisse, dégradant considérablement le cours moyen d’achat ou de vente qu’ils ont.

S’ils placent un ordre avec beaucoup de volume sous la forme d’ordre limite dans le carnet d’ordres, ce dernier serait visible par tous et ne serait pas efficace pour l’optimisation du meilleur cours d’exécution.

Les professionnels du marché doivent trouver une opportunité (ou en créer une artificiellement) dans laquelle ils ont un volume suffisant pour satisfaire leurs besoins. Cet objectif peut être atteint par exemple quand il y a de bonnes nouvelles diffusées ("Vendre la nouvelle !"). Cela provoque la création de beaucoup d’informations qui sont publiées intentionnellement pour se débarrasser de grosses positions.

Après tout, c’est seulement s’il y a suffisamment de nouveaux acheteurs pour une action que les institutionnels du marché peuvent fermer leurs positions en conservant leur prix moyen. Les investisseurs privés se demanderont surement pourquoi le prix de l’action en question est tombé malgré les bonnes nouvelles et s’assoiront sur leurs pertes.

Nous allons examiner maintenant à quoi peut ressembler dans le carnet d’ordres une telle information.

Flipping : la manipulation dans le carnet d’ordres

Une méthode populaire pour les traders privés pris au dépourvu et les traders débutants est appelée le "flipping". Pour rendre cette approche plus facile à comprendre, nous avons simulé un carnet d’ordres fictif. Ce programme arrive souvent sur les supports significatifs ou sur les zones de résistance, comme le point haut ou le point bas du jour précédent, les points pivots ou les points d’oscillation significatifs.

Considérons le premier tableau 1, phase 1, l’EURO STOXX 50 futures s’échange à 2815 (offre)/ 2816 (demande). Le professionnel institutionnel du marché (abréviation PIM) place 700 contrats à l’achat à 2815. Pour faire croire que le marché est à la baisse, il place aussi un ordre de vente de 1000 contrats à 2816, pensant que l’ordre ne sera pas exécuté puisque le marché est à la baisse.

Le PIM annule maintenant son ordre d’achat et les traders qui interprètent le carnet d’ordres comme étant à la baisse, ou les traders débutants qui spéculent sur une baisse, offrent à la vente 300 contrats à 2815 que le PIM achète immédiatement via un ordre au marché.

Chaque fois que les ordres supplémentaires sont placés, ceux-ci sont achetés par le PIM. Le PIM place alors un autre ordre d’achat de 500 contrats à 2814. Si son ordre d’achat n’est pas exécuté, il répétera le processus, annulera son ordre d’achat et achètera le volume proposé à la vente.

Dans des programmes de logiciels professionnels de gestion des ordres comme X-Trader de Technologies Traders, les traders peuvent voir où ils se situent dans le carnet d'ordres et combien de contrats ont besoin d'être exécutés avant que ce soit le tour de leurs contrats. Il est important de supprimer assez tôt ces "faux ordres", les ordres que les traders ne veulent pas voir exécuter.

Maintenant le PIM offre un autre ordre de vente de 1000 contrats à 2815. Le marché semble extrêmement baissier (voir le Tableau 1, phase 2) parce que le PIM supprime ses ordres d'achat et met des ordres de vente sur le marché. Cela incitera les traders privés à entrer dans des positions à la vente.

Une fois que le PIM a acquis le nombre de contrats désiré, il fait le "flip". Il offre 1500 contrats à l‘achat à 2814 et 1000 contrats à 2813 et en même temps, il annule ses ordres de vente à 2815 et 2816. Dans le Tableau 2, phase 3, vous pouvez voir comment le carnet d’ordres paraît soudainement.

Non seulement le PIM annule ses ordres de vente, mais il achète aussi tout le volume à 2815 et offre alors 1000 contrats en plus à l’achat à 2815 dans le but de soutenir sa position (Tableau 2, phase 4). Le PIM sait que cette fausse baisse a été observée par les autres participants du marché qui entrent maintenant dans le marché et commencent à acheter. Ces traders qui se sont déjà positionnés à la vente, fermeront leurs positions plus vite ou plus tard en étant forcé de passer à l’achat, ce qui conduit le marché à la hausse.

Donc si vous voyez – dans le carnet d’ordres – les principaux ordres de ventes qui sont annulés et qu’en même temps, tout le volume est acheté par des ordres au marché (ou vice-versa), cela peut se transformer pour vous en une opération lucrative.

L’entrée à l’achat optimale dans le scénario qui vient d’être décrit serait à 2815 ou 2816, juste après que vous réalisiez que les grands ordres de vente ("faux ordres") ont été annulés. Vous pouvez placer votre stop juste quelques ticks avant votre point d’entrée à 2812 ou légèrement avant. Si le marché se négocie à 2814 ou 2813 ou que le PIM annule ses ordres d’achats, vous devez annuler votre position aussi rapidement que possible puisque apparemment il n’y a pas assez d’offre sur le marché.

Ce programme fonctionne mieux les jours où il n‘y a pas de tendance claire. Les marchés appropriés sont le Bund Future, l‘EURO STOXX 50 et le E-mini S&P 500.

Dans la partie 2, publiée prochainement, nous parlerons des ordres cachés, du trading haute fréquence ou encore du graphique "footprint" pour analyser le carnet d'ordres.


Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur

Investir en Bourse avec Internet