OK
Accueil > Analyses > Chroniques

Les légendes de Wall Street et leurs stratégies - Larry Williams

Par Traders mag, le 27/12/2012

bourse

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

Nous allons aujourd'hui aborder une légende vivante : Larry Williams. Beaucoup de ses fans le considèrent comme le meilleur trader au monde. Avec son trading sur les futures et la publication de ses livres, Williams a accompli beaucoup plus que bon nombre d‘autres traders.

Néanmoins, beaucoup de voix s‘élèvent contre ses succès en tant que trader et en tant que champion de nombreuses compétitions de trading. Mais peut-être est-ce simplement sa polarisation qui explique son large degré de popularité et qui justifie du coup une analyse de son travail.

Larry Williams et la nouvelle ère

Williams est né à Miles City aux États-Unis dans l'État du Montana en octobre 1942. En tant qu'adolescent il développa un intérêt particulier pour la nature et l'écriture, il étudia plus tard le journalisme à l'université d’Oregon, où il vécut ses premières expériences sur les marchés d'actions.

Après la crise du Spoutnik en 1957, Wall Street revint rapidement au business comme avant. Le 4 janvier 1960, le Dow Jones cotait à 679 points. Alors que la guerre froide prenait de l'ampleur, une nouvelle industrie se développa aux États- Unis : le secteur de la défense. Dans le même temps, le nombre de petits porteurs crûs rapidement entrainant le prix des actions à des sommets jamais atteints.

En plus des valeurs traditionnelles de premier ordre, favorites des investisseurs, comme IBM et AT&T, d'autres sociétés commencèrent à se faire une place à Wall Street : Texas instruments et Polaroïd par exemple. Malgré le tourment politique des années 60, l'économie continua à se développer et la richesse de la population à croître.

En 1962, lorsque Williams commença à s'intéresser aux marchés boursiers, le Dow Jones chuta de 30 % après l'assassinat de Kennedy. Ce fut l’une des plus belles opportunités pour acheter puisque dans les quatre ans qui suivirent l'indice doubla. À la fin de 1966, le Dow Jones affichait 1000 points pour la première fois.

En 1964 Williams quitta l'université et avait perdu la moitié de son capital. Il étudia ensuite les cycles de long terme des économies de développement et leur relation avec le prix des actions. De ce fait, il découvrit que les meilleures opportunités d'achat se produisaient dans les années se terminant en 2, 3 et 7. Les techniques et méthodes de trading des traders à Wall Street n'avaient pas beaucoup changé sur les 50 dernières années. Il estima que c'était le don d'observation et une bonne mémoire qui représentaient le mieux les bons traders.

Il commença à utiliser les moyennes mobiles, les lignes de tendance et la théorie de Charles Dow. Après ses premières pertes, Larry se focalisa sur la lecture de ce qui était disponible à cette époque. Finalement il se forma lui-même et développa son propre indicateur : le Williams %R, qui à cette époque était l'unique outil pour déterminer les conditions de sur-achat et de sur-vente sur les marchés.

Déjà à cette époque il montra un intérêt spécifique pour les matières premières. « Qui a besoin d'une action ? », demandera- t-il plus tard durant ses séminaires. Les industries ont besoin des matières premières, ainsi elles ont une valeur calculable. On les calcula d'abord avec un papier et un crayon puis les premiers ordinateurs arrivèrent avec IBM.

En dehors des analyses techniques, Williams regardait également la situation de ces sociétés. En 1970 il publia son premier livre : « Le secret de la sélection des actions ». Son approche de l'analyse fondamentale à l'analyse technique caractérisait son futur travail.

La percée

En 1979, la Bourse des Futures de New York était considérée comme une filiale du NYSE. Larry Williams se fascina pour le trading automatique ainsi que pour les futures, essentiellement les futures sur matières premières. Avec les connaissances qu'il acquit durant ses études, il devint le trader le plus rentable sur les futures à New York, et donc du monde.

La clé de son succès consistait en deux composantes : la tendance cyclique des prix des matières premières et la précision du timing d'entrée combiné à l'analyse technique.

Il atteint un sommet temporaire en 1987 en remportant les « Championnats du monde de trading de Robbins ». Ces championnats du monde pour les traders de futures ont lieu chaque année depuis 1984. Les participants commencent au début de l'année avec un montant de 10 000 dollars. Williams réussit à accroître son capital à plus de 1 million de dollars en 12 mois.

Dix ans plus tard sa fille Michèle (actrice reconnue), qui reçu un enseignement par son père, connu également des succès en trading. Elle remporta la Coupe du Monde avec environ 100 000 dollars dans son capital. Depuis lors, l'histoire de Larry Williams est devenue une légende. Ses livres sont devenus des best-sellers et Williams commença à proposer des séminaires intitulés « Challenge Million Dollars ». Il traversa le monde entier et remplit des auditoriums d'étudiants en trading qui voulaient apprendre sa stratégie.

Dans ses séminaires, Larry faisait du trading en direct avec 1 million de dollars en capital et 20 % de ses gains étaient redistribués aux participants à la fin du séminaire. Après 20 séminaires, il retourna quasi un million de dollars à ses participants.

Trader comme Larry Williams

1. L’entrée

Dans ses livres et ses lettres sur les marchés des futures, Williams montra beaucoup de possibilités pour le point d'entrée. En voici quelques-unes.

A) La stratégie « Darlings of the Dow » est un investissement sur plusieurs mois. Les cinq actions du Dow Jones avec les prix les plus bas et les plus importants rendements sont achetées au mois d'octobre. Elles sont ensuite vendues en mai de l'année suivante. Durant les années de 1980 à 2000, une performance annuelle de 18,61 % a été accomplie avec cette stratégie.

B)La stratégie « Mock Turtle » recommande d'entrer sur le plus haut point haut ou le plus bas point bas sur les derniers 48 jours. Le stop est respectivement au point haut ou au point bas des derniers 24 jours. Cette stratégie est utilisée avec un graphique journalier et est particulièrement intéressante sur les futures de matières premières.

C) Le modèle « Ooops » : un point d'entrée pour chaque calendrier. Le marché ouvre sur un gap haussier, c'est-à dire que l'ouverture est plus haute que le point haut du jour précédent. Si le prix tombe en dessous du plus haut du précédent jour, c'est une entrée short (vente à découvert). Il en va de même pour l'achat dans le cas inverse.

2. Critères de filtre

Les critères de filtre sont des exigences supplémentaires qui doivent être remplies de façon à obtenir un signal d'entrée valide. Les filtres jouent un rôle majeur dans la stratégie de Williams. Le plus important ce sont les positions des commerciaux (les acteurs de marché industriels). Tous les vendredis le rapport COT sur les positions acheteuses ou vendeuses des commerciaux est publié sur le site du CFTC. Williams recommande de ne jamais trader contre le courant des positions des commerciaux.

3. La sortie.

En cas de perte, la sortie va dépendre du montant en dollars en jeu. Williams recommande 5 % d'un fonds de trading. En cas de gain, un stop suiveur est mis en place. Au début d'un trade il doit y avoir respectivement soit 12 jours de plus haut, soit 12 jours de plus bas. Durant le trade, ce principe est minimisé, jusqu'à ce qu'une limite plus basse de trois jours soit établie.

Exemple de trading

Dans cet exemple, nous aimerions vous présenter le « système trois barres hautes ou basses ». Avec ce système, Larry Williams a réussi à gagner 30 trades d'affilée. Cela marche sur tous les horizons de temps entre cinq et 60 minutes.

En tant que sousjacent, les futures sur indices ou les actions sont recommandées. En tant qu’indicateur, une moyenne mobile à trois barres de hauts et bas est utilisée (figure2).

Une position à l'achat est initiée si les prix baissent sous les trois barres de la ligne basse et si la tendance est haussière. Une tendance haussière est définie lorsque que la tendance baissière est cassée avec un point haut plus haut ou qu'un point bas plus haut se construit (théorie Dow).

On sort d'une position acheteuse lorsque les prix vont au-dessus de la ligne haute des trois barres. Il en va de même en tendance baissière, mais inversement.

larry williams

Sur la figure2, on peut voir l'action Allianz SE sur un graphique 15 minutes entre le 24 et le 28 février 2011. La tendance haussière démarre au point 1, ce qui est confirmé par le dépassement du point 2. Ce n'est que maintenant que la stratégie à l'achat est valide.

L'ouverture au 28 février signale la chute en dessous de la ligne basse des trois barres et ainsi une position à l'achat est établie à l'ouverture du prochain chandelier au prix de 102,15 euros. Le stop est placé au point 4, le dernier mouvement baissier.

Le dernier chandelier seul dépasse la ligne haute des trois barres et sort de la position à l'ouverture au chandelier à 10:15. De la même façon, le trade suivant aurait été un succès. Sur des horizons de temps plus long la fréquence du signal diminue en conséquence.

Larry Williams aujourd'hui

Larry Williams est resté en dehors de la lumière ces dernières années. Dans une de ses rares interviews, il dit : « j'ai réduit mes rendez-vous ». La série de ses séminaires « challenge million dollars » s'est arrêtée une fois qu'il a atteint 1 million de dollars. Il a créé une université pour en apprendre plus sur les marchés et pour transmettre sa connaissance aux étudiants.

Beaucoup de ses étudiants sont d'ailleurs de très bons traders, des dirigeants de hedge funds ou des gérants de portefeuille. Indépendamment des critiques, une chose est indiscutable sur lui : il a contribué à l'histoire du trading de façon durable et remarquable.


Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2021

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.