OK
Accueil  > Communauté   > Forum General

l'heure de la grande accélération keynésienne



moisankarl
01/05/2012 15:14:30
0
Oui c'est sur, il est certain qu'avec une dette aussi lourde la BCE à tout intérêt de s'assoir sur l'objet de sa misson principale (contenir l'inflation à 2%).
  
Répondre
jollyjoker
01/05/2012 10:37:19
0
l'Etat est en train de devorer l economie, le MES est un deni de souverainete des Etats europeens, et les propos de Monti sur le fait de retirer les investissdements du calcul du deficit autorise, ca ouvre tout simplement la porte a une relance keynesienne illimitee.

Tout cela se paiera par l inflation, qui est une sorte d'impot indirect qui touche principalement les pauvres et les epargnants...
  
Répondre
moisankarl
30/04/2012 17:38:43
0
Plan Rome-Berlin pour approuver ensemble le traité budgétaire et le MES
L'Italie et l'Allemagne veulent faire approuver simultanément par leurs Parlements le traité budgétaire européen et le Fonds d'aide aux Etats (MES, mécanisme européen de stabilité), a indiqué lundi un parlementaire italien, confirmant des informations du journal Repubblica.

"Tout cela est vrai. C'est un projet de notre président du conseil (Mario Monti) et de la chancelière (allemande Angela) Merkel", a déclaré sur Radio Radicale le président de la Commission des Affaires étrangères du Sénat italien, Lamberto Dini (droite).

Le gouvernement allemand a en revanche refusé de commenter les informations de La Repubblica tandis que le gouvernement italien n'était pas en mesure de commenter dans l'immédiat.

Selon M. Dini, "la présence d'un petit nombre de nos parlementaires est prévue au Bundestag (la chambre basse du Parlement allemand, ndlr) durant l'approbation" tout comme "la présence de parlementaires allemands dans notre parlement durant la seconde lecture".

La Repubblica, qui parle d'un "plan secret" entre M. Monti et Mme Merkel, indiquait en outre que le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, devrait être auditionné par la commission des Affaires étrangères du Sénat italien.

Le ministre italien des Affaires européennes Enzo Moavero et le vice-ministre de l'Economie et des Finances Vittorio Grilli devraient être de leur côté auditionnés au parlement allemand.

Toujours selon le quotidien italien de gauche, l'objectif est une ratification simultanée par les deux Parlements avant l'été. Mario Monti et Angela Merkel devraient assister ensemble aux ratifications et une "déclaration solennelle" devrait être publiée en commun sur l'avenir de l'Europe.

Selon la Repubblica, cette alliance peut être interprétée comme l'ambition de Rome de substituer Paris comme partenaire privilégié de Berlin en cas de victoire du socialiste François Hollande au deuxième tour des élections présidentielles dimanche prochain.

Très attachée à la rigueur, Mme Merkel est inquiète de la volonté proclamée par M. Hollande, s'il est élu, de demander une renégociation du pacte budgétaire, adopté à l'issue de mois de négociations entre les partenaires européens.

Mais l'idée d'accompagner la rigueur par des mesures visant à stimuler la croissance a de plus en plus de partisans en Europe.

Dans ce contexte, l'autre objectif de M. Monti serait de pousser l'Allemagne à accepter certaines mesures en faveur de la croissance sur le Vieux continent. M. Monti serait notamment favorable à un traitement de faveur pour les investissements, qui pourraient être retirés du calcul du déficit autorisé.

La semaine dernière à Bruxelles, M. Monti avait évoqué "un traitement adéquat des investissements dans les comptes publics externes" et indiqué qu'une discussion était en cours avec Berlin mais n'avait pas encore débouché sur "des solutions spécifiques".
  
Répondre
moisankarl
30/04/2012 17:12:04
0

UE: pas de Plan Marshall à 200 milliards d'euros pour la zone euro

Les efforts déployés pour relancer la croissance de l'Union européenne ne sont pas là pour remplacer les programmes d'assainissement budgétaire, a indiqué lundi une porte-parole de la Commission européenne, qui commentait des informations de presse parues ce week-end au sujet de nouveaux projets d'investissements massifs de l'Union européenne.

La porte-parole, Pia Ahrenkilde-Hansen, a expliqué que la presse s'était fait l'écho de "chiffres très spéculatifs" qui "n'ont aucune réalité en ce qui nous concerne".

Le quotidien espagnol El Pais rapportait ce week-end que des représentants européens avaient commencé à débattre d'une sorte de Plan Marshall de 200 milliards d'euros, destiné à des investissements à grande échelle pour relancer l'économie de la région.

La porte-parole a pour sa part confirmé lundi que la Commission continuait à travailler à un plan visant à augmenter de 10 milliards d'euros le capital de la Banque européenne d'investissement (BEI).

-Laurence Norman, Dow Jones Newswires
  
Répondre
jollyjoker
29/04/2012 22:56:53
0
Le montage sera probablement le suivant d'après ce que j'ai lu pour l'instant: un produit structuré fonctionnant par tranche, comme les subprimes, avec une tranche dite "equity" qui supporte en premier les risques de pertes, financées par le FESF et la BEI (donc par les Etats européens qui les financent) sous forme de garanties, puis une ou plusieurs tranches obligataires qui apporteront le "vrai argent", celui qui sera investit dans les projets choisis par la BEI, et qui recevront un taux fixe garanti par la tranche equity (tant que celle ci n'a pas 100% de pertes aucune perte n'est supportée par les investisseurs obligataires).

Donc cela revient à subventionner des investissements privés pour qu'ils se dirigent vers des cibles identifiées comme prioritaires par la BEI, mais moins intrinséquement rentables que les projets vers lesquels se seraient dirigés naturellement l'argent des investisseurs privés (qui cherchent toujours le meilleur rapport rendement-risque possible), donc l'économie créera moins de richesse que ce qu'elle aurait pu potentiellement, sans compter le risque que le FESF et la BEI subissent des pertes qui devront être financer par nos impôts ou par l'inflation...
  
Répondre
moisankarl
29/04/2012 21:32:44
0
Et encore la meilleur reste à venir.

Car cette foi-ci où vont t-il prendre l'argent ??

"garantie pour lancer des projets d'infrastructures publics-privés" par "montage financier" destinés "à des fonds de pensions et autres investisseurs"

C'est beau non ? ...
  
Répondre
jollyjoker
29/04/2012 18:32:45
0
l'Etat providence est une maladie qu'il est très difficile de faire reculer: l'Europe s'apprête à lancer un grand plan Marshall de 200 milliards, car le constat de nos élites, c'est que l'austérité ne marche pas face à la crise. Pour cela, ils se basent sur les exemples grecs, ou même anglais. Pourtant, ces pays n'ont pas bouclé un seul budget en équilibre depuis le début de la crise, je ne comprends donc pas comment on peut oser parler d'austérité dans ce cas! On parle d'austérité mais la dépense publique et la dette publique ne reculent jamais en montant... on brouille l'esprit des gens pour justifier l'accélération de l'augmentation de l'emprise des Etats sur l'économie, alors même que c'est la racine du mal qui ronge les pays européens. Le keynésianisme ambiant détruit nos économies depuis plus de 4 ans maintenant, et il n'y a pas la moindre remise en question de nos dirigeants sur l'efficacité de leurs politiques de relance (et donc de manipulation de l'économie), nous sommes dans la surenchère permanente.

La vision de Keynes, c'était que l'Etat peut envoyer un électrochoc à l'économie pour la réanimer, lorsqu'elle est à l'agonie. A force de lui esséner des électrochocs au moindre rhume, nous sommes en train de tuer notre économie.
  
Répondre

Forum de discussion General

201205011514 279943
Ma liste