OK
Accueil > Communauté > Forum Général

La crise du coronavirus va-t-elle changer durablement le monde ?



Doremy
05/04/2020 21:50:49
0

Exactement Mr waine vous avez bien résumé la situation, le "petit" souci si on doit en trouver un, c'est que par le passé on a fait la guerre quand elle était finie et j'ai grand peur que ça va se reproduire, un seul petit exemple :no sommes en 2020 et on nous explique que le combat actuel se fait avec des blouses en sacs à poubelles et des masques en tissus bref un peu comme si il y a quelques que années dans les commandos on vous aurait fourni un famas ou ffr1 sans les munissions et peut être même pas la gâchette, bon d'accord aujourd'hui on a internet alors on peut pas tout avoir reste à savoir si on peut gagner une guerre avec ça...

Message complété le 05/04/2020 21:55:26 par son auteur.

Po les connaisseurs vous aurez rectifier frf1 fusil de tireur d'élite.

  
Répondre
waine70
05/04/2020 21:33:00
2

Toutes les conséquences ....



... ne sont pas encore mesurables.


Comment vont en sortir les USA ( faillites boites...?... faillites fonds de pension ....?.... Faillites pétrole de schiste ...?... forte mortalité ...?...) ?

Renversement des équilibres mondiaux ( Chine number one ? Avec du Yuan convertible or ...?...)

Chute de l'euro ou de la zone euro ...?...

Guerre économique exacerbée ou guerre tout court ou guerre civile dans certains pays ...?...


....?....



Ceux qui pensent à une reprise en U sont de doux rêveurs. Il n'y aura pas de retour au passé c'est la seule certitude ....

  
Répondre
fipuaa
05/04/2020 14:23:55
2

bref ça va être pire qu'avant!

le système va mettre les bouchées doubles pour "rattraper le retard" et tout le monde fermera les yeux sur les conséquences environnementales, replongeant la planète dans une nouvelles folie productrice et donc mortifère.

En même temps penser que l'homme allait en sortir moins con était juste un rêve!

  
Répondre
MMManson
05/04/2020 13:22:14
2

A ce jour, l'épidémie de coronavirus a fait 61 000 morts dans le monde et 1,14 millions de malades. Elle a eu un impact drastique, au niveau mondial, sur toutes les dimensions de la vie humaine (politique, économique, sociale, environnementale...) : confinement de plus de la moitié de la population mondiale, ralentissement de l'activité économique et des échanges commerciaux, fermeture des frontières internationales report d'élection nationale, mise au chômage partiel de millions de salariés, recours accru au télétravail, enseignement à distance, chute des émissions de carbone, amélioration de l'air, trève de certains conflits.... Les sociétés doivent s'adapter en développant de nouvelles manières de produire, de consommer, de distribuer, d'échanger, d'apprendre, de se divertir ; les individus ont changé leur mode de vie et limité leurs déplacements. Le coronavirus marque-t-il le début d'un bouleversement civilisationnel ?

Pour certains, plus rien ne sera jamais comme avant, et ce dans de nombreux domaines. Les Etats ont réalisé la nécessité de réduire leur dépendance aux produits et technologies de l'étranger, et se concentreront sur la relocalisation d'une partie de leur économie, en particulier dans les secteurs stratégiques : alimentation, santé, biens de première nécessité. Les gouvernements ont aussi pris conscience que le démantelement des services publics, soumis à la loi du marché, faisaient courir des risques importants aux sociétés en cas de crise. Dans l'ensemble, c'est tout le paradigme du capitalisme mondialisé qui serait remis en cause. La société aurait ainsi réalisé que les métiers les moins valorisés socialement et financièrement (livreurs, caissiers, infirmiers, éboueurs, routiers, agriculteurs, ouvriers...) étaient en fait indispensables. Le monde post-coronavirus se réorienterait alors vers la valorisation des circuits courts, vers des mesures économiques protectionnistes, vers le renforcement des systèmes de santé et d'éducation, vers des solidarités nationales et locales. Enfin, l'environnement serait le grand gagnant, le monde ayant réalisé qu'il était possible de lutter contre le réchauffement climatique et la pollution en changeant notre mode de vie.

Pour d'autres, cette épidémie est une crise passagère, avant un retour à la normale, au business as usual. Comme en 1929 ou en 2008, le système capitaliste survivra à cette crise et la mondialisation économique se poursuivra. Economiquement, les Etats et les entreprises se seront beaucoup endettés pour faire face à l'épidémie, et le retour à la croissance globale sera la priorité mondiale, indispensable pour éviter une grave récession. Elle nécessitera une action coordonnée de la communauté internationale et des organisations internationales, renforçant l'interdépendance des pays entre eux. La relance de l'économie (consommation, investissements, commerce international) sera plus urgente que la réduction des émissions, afin d'empêcher que des millions de personnes perdent leur emploi. La société voudra oublier cette période anxiogène et s'empressera de reprendre sa vie avant : mobilité professionnelle pendulaire et recours exceptionnel au télétravail, mobilité de loisirs liée à la société de divertissements, reprise de l'industrie touristique et des voyages à l'étranger...

  
Répondre

Forum de discussion Général

202004052150 764543
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2020

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.
Ma liste