OK
Accueil > Communauté > Forum Forum général

Corruption !



sergiobress
09/07/2020 22:50:15
0

@moicmoi

Ils ont remplacé le choléra par la peste, style bien français que l’on supporte depuis des décennies et il faut faire avec .......

Le changement c’est pas maintenant ........

Bonne nuit à toutes et tous 🛌

Message complété le 09/07/2020 22:55:09 par son auteur.

Il faut une guerre pour liquider toute cette caste sinon on tourne en boucle.

  
Répondre
moicmoi
09/07/2020 20:12:50
3

ALEZE

« « chapeau @ Brigitte Bardot . il y a des hommes qui en on pas Elle a le crans de dire ! » »

Elle ne mâche pas ses mots, la Madame, et elle a raison. Elle ne fait que de dire la vérité, sachant ce faisant qu’elle met sa vie en danger . Les accidents, arrêts cardiaques, etc…ne sont pas des légendes. Dans le milieu politique c’est même banal.

Il faudrait des millions de Français pour dénoncer le manque de couilles de nos dirigeants, pour dénoncer le fait qu’ils mettent sciemment en danger de mort les citoyens Français, de par leur laxisme .

J’ai écouté sur RTL le nouveau ministre de l’intérieur. Du blaba, mais j’en suis sorti persuadé qu’il n’aura pas plus de couilles que les autres, et qu’il ne changera rien.

Pr ex : il dit que la gendarmette n’a pas été assassinée, mais victime d’un accident.

Le ton est donné.

  
Répondre
ALEZE
09/07/2020 19:56:06
2

moi j aime bien les gents vrai meme si la vérité fait mal , c est mieux que des mensonges qui font du bien a l ego de certains (es).

  
Répondre
ALEZE
09/07/2020 19:35:39
0

Bernard Tapie avertit Emmanuel Macron: « Les gens ont envie de vous tuer ! »

Le 09 Juil 2020 à 18:30:55 / 1 commentaire / 127 vues

00

Noter

Il y a quelques mois, Emmanuel Macron s’est entretenu avec Bernard Tapie. L’ancien ministre et homme d’affaires a mis en garde le président de la République contre les intentions des Français et lui a prodigué quelques conseils.

https://www.businessbourse.com/2020/07/09/bernard-tapie-avertit-emmanuel-macron-les-gens-ont-envie-de-vous-tuer/


  
Répondre
ALEZE
09/07/2020 19:26:10
0

Si Internet présente des risques pour les enfants et les adolescents, ceux-ci en sont pour la plupart conscients :

94 % des jeunes âgés de 11 à 20 ans affirment que protéger leur vie privée en ligne est pour eux un sujet important (88 % chez les adultes) ;

74 % d’entre eux affirment qu’ils se sont souvent ou parfois rendu compte qu’ils avaient consulté des informations s’étant révélées fausses ;

la circulation de contenus choquants est considérée comme "grave" pour 89 % des 11-20 ans ;

il en va de même pour la divulgation d’informations personnelles, qualifiée de "graves" par 93 % des jeunes interrogés.

Par ailleurs, les enfants et les adolescents connaissent les moyens pour se protéger en ligne : 63 % des 11-20 ans déclarent connaître les moyens de protéger leur vie privée sur Internet (74 % des 18-20 ans), 54 % d’entre eux ayant déjà utilisé des outils pour limiter leurs traces sur le web.

https://www.institutmontaigne.org/publications/internet-le-peril-jeune

  
Répondre
ALEZE
09/07/2020 19:00:21
2

chapeau @ Brigitte Bardot

il y a des hommes qui en on pas Elle a le crans de dire !

  
Répondre
ALEZE
09/07/2020 18:36:18
1

Brigitte Bardot: "Nous sommes gouvernés par des lâches, des soumis, des sans-couilles […] on se laisse envahir. J'ai envie de quitter la France, tellement c'est devenu dégueulasse !"

François Asselineau: “Mr Macron, c’est l’horreur ! Mr Macron est INCOMPÉTENT et n’a pas la carrure !” François Asselineau: On peut faire élire une brêle complète si on arrive à le propulser dans les médias constamment

https://www.businessbourse.com/2020/07/09/brigitte-bardot-nous-sommes-gouvernes-par-des-laches-des-soumis-des-sans-couilles-on-se-laisse-envahir-jai-envie-de-quitter-la-france-tellement-cest-devenu-degueulasse/

  
Répondre
ALEZE
09/07/2020 18:29:51
0

Deux employés d'une entreprise de pièces automobiles, près de Rennes, viennent de saisir les prud'hommes. Ils accusent leur patron de les avoir laissés sans ressources pendant le confinement.

Une situation "inhumaine". C'est avec ces mots que David Houget et Marignouma Camara ont qualifié le calvaire que leur a fait vivre leur ex-patron. Les deux salariés d’une entreprise de vente de pièces automobiles, située à Thorigné-Fouillard, près de Rennes, ont été licenciés pendant le confinement. Sauf que leur patron aurait continué à empocher leur chômage partiel, raconte le site Actu Rennes. "L’entreprise tournait bien et comme beaucoup, on a bénéficié de la mesure du gouvernement quand le confinement a commencé. Le 4 mai, notre patron nous a dit que les comptes étaient dans le rouge et qu’il allait devoir se séparer de nous", relate David Houget, 49 ans.

Leur patron leur demande alors de choisir entre un licenciement économique ou une rupture conventionnelle, mais avec "le minimum". Tous deux choisissent la première option et signent un contrat de sécurisation professionnelle (CSP). Le début du calvaire. Au bout de 21 jours, soit le délai légal de réflexion, le dirigeant leur annonce que l'entreprise est placée en redressement judiciaire, dans l'attente d'un repreneur. "C’est là qu’il a commencé à nous balader. On s’est tous les deux retrouvés sans statut, sans indemnités et sans possibilité de s’inscrire à Pôle emploi puisqu’il n’avait pas envoyé les papiers", raconte Marignouma Camara auprès d'Actu Rennes.

https://www.capital.fr/votre-carriere/un-patron-licencie-deux-salaries-et-empoche-leur-chomage-partiel-1374978

  
Répondre
ALEZE
06/07/2020 21:36:23
0

Deux infirmiers licenciés pour avoir réclamé des masques ?

Deux infirmiers d’un Ehpad toulousain auraient été mis à pied du jour au lendemain fin mars parce qu’ils réclamaient des masques. Si leur licenciement est officiel, la raison n’est pas encore confirmée.

Ils avaient été mis à pied fin mars, ils seraient finalement virés. La Dépêche du Midi révèle que deux infirmiers d’un Ehpad de La Cépière, à Toulouse, ont finalement été officiellement licenciés, pour avoir réclamé des masques, en pleine pandémie de coronavirus. Leur dossier est encore en cours d’instruction. Le quotidien régional avait parlé de l’affaire le 21 avril : les avocats avaient alors expliqué que les deux infirmiers, un homme et une femme, avaient payé leurs demandes récurrentes d’avoir accès au stock de masques de l’établissement pour personnes âgées où ils travaillaient. Et ils auraient particulièrement insisté le week-end du 21 mars, alors qu’ils étaient de permanence, lorsqu’ils ont constaté que cinq résidents présentaient des symptômes du Covid-19, soit des diarrhées. Les deux ont été priés de quitter leur poste la semaine d’après.

https://www.capital.fr/economie-politique/deux-infirmiers-licencies-pour-avoir-reclame-des-masques-1374666?r=0.16758297078976292&utm_content=buffer75b6f&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=Twitter_Capital

  
Répondre
ALEZE
03/07/2020 19:14:15
0

Coronavirus-Information judiciaire demandée contre Philippe, Buzyn et Véran

share with twitter share with LinkedIn share with facebook

0

03/07/2020 | 18:57

PARIS, 3 juillet - La commission des requêtes de la Cour de justice de la République a annoncé vendredi avoir transmis au procureur général près la Cour de cassation neuf plaintes contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran en vue de l'ouverture d'une information judiciaire pour leur gestion de l'épidémie provoquée par le nouveau coronavirus en France.

Edouard Philippe, Premier ministre jusque ce vendredi, Agnès Buzyn et Olivier Véran, qui se sont succédé au ministère de la Santé, sont visés par des plaintes pour "abstention de combattre un sinistre".

"Il appartient désormais au procureur général – lié par les termes de cette décision - d’ouvrir une information judiciaire à l'encontre de M. Edouard Philippe, de Mme Agnès Buzyn et de M. Olivier Véran", écrit la Cour de justice de la République dans un communiqué.

La Cour de justice de la République précise que le délit cité est passible de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

  
Répondre
ALEZE
02/07/2020 17:47:03
0

02/07/2020 | 17:41

Quatre fonctionnaires de police de la Compagnie de sécurisation et d'intervention de Seine-Saint-Denis (CSI 93) ont été mis en examen jeudi pour faux et usage de faux en écriture publique et atteinte arbitraire à la liberté individuelle par personne dépositaire de l’autorité publique, annonce le parquet de Bobigny dans un communiqué.

Ils ont été placés sous contrôle judiciaire avec interdiction notamment de se rendre dans des locaux de police du département de Seine-Saint-Denis, sauf en tant que plaignant ou mis en cause ou témoin dans une procédure d’enquête.

Ils ont également interdiction d'entrer en contact les uns avec les autres.

L'un d'entre eux a également été mis en examen pour violences volontaires en réunion par personne dépositaire de l’autorité publique suivie d’une incapacité totale de travail supérieure à 8 jours, précise le parquet.

Un autre va devoir répondre des chefs de violences volontaires en réunion suivie d’une incapacité totale de travail inférieure ou égale à 8 jours, violences volontaires en réunion par personne dépositaire de l’autorité publique suivie d’une incapacité totale de travail supérieure à 8 jours et transport et détention non autorisés de stupéfiants, en l'occurrence du cannabis.

Un troisième enfin est également poursuivi pour vol par personne dépositaire de l’autorité publique à l’occasion de l’exercice de ses fonctions (téléphone portable) et violences volontaires en réunion par personne dépositaire de l’autorité publique suivie d’une incapacité totale de travail inférieure ou égale à 8 jours.

Les quatre policiers de cette unité de police urbaine avaient été déférés dans la journée devant un juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire ouverte contre X le 13 septembre dernier pour des faits commis à Saint-Ouen le 30 mai 2019.

  
Répondre
moicmoi
29/06/2020 22:19:16
0

TAUREAU23

« « bonjour les fautes d'orthographes » »

Oui. Cela m’écorche aussi horriblement les oreilles. Et pas qu’un peu, mon neveu !

Mais, avant de condamner, j’essaye de comprendre pourquoi tant de fautes.

Perso, j’ai sans doute eu la chance de pouvoir maîtriser assez bien l’orthographe . Mais j’ai sûrement des lacunes dans d’autres disciplines. Mais, nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne.

Certains aussi, ont appris « sur le tas », arrivés en France, ou voisins Français de coeur, trop âgés pour avoir pu bénéficier des services de l’Education Nationale.

Ceux-là, je leur tire mon chapeau, et je les respecte.

Simple avis, et non…critique ou attaque de ta personne.

  
Répondre
ALEZE
29/06/2020 20:50:32
0

Le bonsoir TORrO 23

je cause mieux la France que je l écris .

Message complété le 29/06/2020 20:52:03 par son auteur.

excuse my TAUREAU23 zero faute rien que pour toi !

  
Répondre
TAUREAU23
29/06/2020 20:46:46
0

bonjour les fautes d'orthographes

  
Répondre
ALEZE
29/06/2020 20:11:19
0

attention je ne jette la pierre a personne c est de l infos.

c est bien de dire aussi q en France il y a des gents honnêtes qui font leurs travails.

  
Répondre
ALEZE
29/06/2020 18:50:30
0


Six policiers de la compagnie de sécurisation et d'intervention de Seine-Saint-Denis (CSI 93) ont été placés lundi 29 juin en garde à vue à l'IGPN (Inspection générale de la police nationale), notamment pour détention et transport de stupéfiants et vol, a appris franceinfo de sources concordantes.

Ces fonctionnaires sont soupçonnés d'avoir racketté des délinquants et notamment des trafiquants de drogue.

Une compagnie dans la tourmente

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a "décidé d'engager une réflexion sur la réorganisation des unités de police de la CSI 93 à laquelle appartiennent les fonctionnaires mis en cause", a indiqué la préfecture de police à franceinfo. "Si des comportements fautifs étaient susceptibles d'être confirmés, ils appelleraient des sanctions.”

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/violences-policieres/six-policiers-de-seine-saint-denis-en-garde-a-vue-a-l-igpn-dans-une-affaire-de-stupefiants_4027649.html

  
Répondre
ALEZE
29/06/2020 18:21:06
0

François Fillon a été condamné lundi à cinq ans de prison, dont deux ferme, et à 375.000 euros d'amende dans l'affaire d'emplois fictifs au bénéfice de son épouse Penelope, un scandale qui avait coulé sa campagne pour l'élection présidentielle de 2017. Le parquet national financier (PNF) avait requis deux ans de prison ferme contre l'ancien candidat Les Républicains (LR) au terme de son procès en mars dernier, la peine maximale pour détournement de fonds publics s'élevant à dix ans.

Son épouse et son ancien suppléant Marc Joulaud ont aussi été reconnus coupables des charges qui pesaient contre eux et condamnés à des peines plus légères. Les avocats de François et Penelope Fillon ont annoncé leur intention de faire appel du jugement.

  
Répondre

Forum de discussion Forum général

202007092250 791145
Ma liste