OK
Accueil > Communauté > Forum Détente

la manière forte en Chine



syjo
26/10/2020 15:21:21
1
fipuaa
26/10/2020 15:12:35
0

@moicmoi

""Quand nous aurons faim, nous nous tournerons vers la Chine pour avoir des pommes de terre, et autres légumes. ""

c'est comme les musulmans, ils ne viennent pas en amis faut rester lucide. Quand on aura faim ils nous regarderont crever de faim et auront bien raison


  
Répondre
moicmoi
26/10/2020 09:27:46
0

fipuaa
« « la Chine va finir par manquer d'espace vital c'est là qu'il va se passer des choses!! » »


C’est bien pour ça que, par anticipation, des chinois achètent , au prix fort des dizaines d’hectares terres cultivables, de vignes, de forêt, en France, depuis plusieurs années déjà.

En France, et peut-être aussi ailleurs?.... je ne sais pas

Quand nous aurons faim, nous nous tournerons vers la Chine pour avoir des pommes de terre, et autres légumes.

  
Répondre
fipuaa
26/10/2020 08:32:04
0

une méthode qui serait géniale à appliquer chez nous sur toutes les banlieues pour les regrouper.. euh.. disons...chez eux là bas

l'idée de ne pas perdre de terrain cultivable reste très louable! Quand on voit les 150000 hectares en friches industrielles chez nous c'est dément mais quand on voit nos cadors on comprend mieux pourquoi on en est là

la Chine va finir par manquer d'espace vital c'est là qu'il va se passer des choses!!

  
Répondre
Luncyan
25/10/2020 22:56:37
0

La vie sous la mer, c'est bien mieux que la vie qu'ils ont sur la terre !

  
Répondre
doudouneuf
25/10/2020 22:47:56
1

eux, ils ont compris que la démocratie , c'est la pagaille !!!!!

  
Répondre
doudouneuf
25/10/2020 22:47:06
0

Pressées par Pékin, les préfectures déplacent les paysans en périphérie des petites villes pour agrandir les surfaces agricoles. Souvent de manière brutale.

Dans la province du Shandong, sur une petite route de la préfecture de Binzhou, le panneau menant à Zhaibo se dresse toujours. Mais le village, lui, n'existe plus. Il a été rasé au printemps. Jusqu'à la fin mai, il abritait environ 70 familles qui cultivaient leurs champs de maïs et de coton et entretenaient leurs vergers. Désormais, elles vivent dans des logements neufs en périphérie de la ville de Weiji, à une petite dizaine de kilomètres de là.

Dans les régions rurales de la Chine, ce phénomène se multiplie : des villages sont détruits, leurs résidents déplacés dans des pavillons ou appartements. Pour justifier le "hecun bingju", ou "fusion de villages", les autorités invoquent un usage plus efficace des terres.

Depuis trois décennies, l'exode rural a vidé de nombreux villages de leurs adultes, n'y laissant que les vieillards et les enfants de ceux qui sont partis en ville. Les autorités locales veulent convertir l'espace occupé par les maisons vides en terres agricoles de façon à créer des espaces verts à la périphérie des villes sans diminuer la surface des terres réservées à l'agriculture. Obnubilé par la nécessité de nourrir 1,4 milliard d'habitants, le gouvernement central exige en effet des provinces qu'elles consacrent une certaine surface aux terres agricoles.

Les nouveaux villages créés par le "hecun bingju" peuvent parfois offrir des avantages aux déplacés. L'exode rural, par exemple, a vidé les écoles de village : entre 2000 et 2015, les autorités locales ont fermé plus de 300 000 établissements du primaire, les enfants se retrouvant alors parfois très éloignés de leur école. Les nouvelles communautés sont donc en partie destinées à permettre aux villageois d'avoir un accès plus facile à l'éducation.

Mais souvent, ces derniers n'ont pas d'autre choix que d'obtempérer. Les autorités n'hésitent pas à employer des méthodes brutales, allant jusqu'à envoyer des gros bras passer à tabac les récalcitrants. La province de Shandong a lancé cette année une campagne particulièrement agressive pour fusionner un cinquième de ses 70 000 villages avant la fin de 2020. Le zèle des responsables locaux a causé d'innombrables souffrances. De nombreuses maisons ont été démolies avant que les nouvelles soient prêtes à accueillir les expulsés. Lu Dewen, spécialiste des affaires rurales à l'université de Wuhan, a qualifié la campagne de fusion de "désastre" entraînant de redoutables dégâts psychologiques


  
Répondre

Forum de discussion Détente

202010261521 811305
Ma liste