OK
Accueil > Communauté > Forum Général

CHRISTINE LAGARDE : "LE BITCOIN, CE N'EST PAS UNE MONNAIE"



michel1993 michel1993
01/04/2021 07:48:30
0

Le BTC a beaucoup de problèmes structurels qui feront que cette monnaie va avoir des problèmes.


La nécessité de calculs exponentiels, va créer des problèmes à terme.

Le fait que la puissance de calcul est trop concentrée dans les mains d'un petit nombre, expose le BTC à une attaque 51%

Le fait que cette monnaie est trop traçable va la rendre inutilisable pour des applications concrétes.


Pour moi le BTC est mort ( à horizon 20 ans ) mais il ne le sait pas encore.



Par contre il y a d'autres crypto, nettement mieux conçues, plus utiles, qui elles vont survivre sans problèmes.

  
Répondre
St@rix St@rix
01/04/2021 02:42:25
0

Je sais pas quel est la profession de Mme Lagarde mais une chose est sur c est q elle sait imprimer les billets et remplir son portefeuille.

c est pas grave ceux qui travaille dure paieront pour payer des fenians a Bruxelles et enrichir quelque centaines de politique de tout bord

la preuve même le FN veut sa place a Bruxelles étonnant pour un parti politique qui n'aime pas les étrangers.

  
Répondre
St@rix St@rix
01/04/2021 02:22:10
0

Pourquoi les médias mainstream n’évoquent-ils pas la folle politique monétaire de la BCE qui risque d’être bien plus dévastatrice que le Covid lui-même ?

Hervé: « Es-tu au courant du bond spectaculaire de la BCE ? Sans déconner, c’est du jamais vu je crois, non ? »

Fabrice: « Eh bien écoute, oui, je suis vraiment surpris par cette envolée de la taille du bilan de la BCE la semaine dernière… Franchement autant le dire, c’est pharaonique ! Juste pour info, afin que le système financier qui disons-le est pourri jusqu’à la moelle, la BCE a dû faire grossir son bilan de plus de 343 milliards d’euros en seulement 1 semaine. Moi, je me dis au point où on en est, autant imprimer le Pib de la zone euro et on sera peinard pour 10 ans d’autant qu’on s’en fout puisque ce sont nos enfants, petits-enfants voire arrière petits-enfants qui devront gérer ce petit souci. »

Hervé: « je te connais, tu fais preuve d’ironie. Mais sincèrement, pourquoi personne n’en parle aujourd’hui ?

Fabrice: « Tu as raison. Bon, ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il est tabou d’en parler. Pourquoi ? Parce que le problème est bien plus grave que cette histoire de Covid qu’on nous agite tel un chiffon chaque heure, chaque jour, chaque semaine et ce, depuis plus d’un an maintenant devant nos écrans. Je crois n’avoir jamais vu la taille du bilan de la BCE s’envoler autant en si peu de temps. »

Hervé: « Tu sais Fabrice, Christine Lagarde était une ancienne directrice d’un cabinet d’avocats… N’est-ce pas un peu léger comme parcours pour gérer une telle crise économique ? Je suis très inquiet ! »

Fabrice: « Ecoute, on peut se poser la question. C’est vrai qu’elle n’est absolument pas économiste de formation.. on peut s’interroger: est-elle à la hauteur, est-elle conseillée ? Ca mériterait quelques réponses. A ce propos, le célèbre financier Charles Gave en avait parlé une fois mais pas de manière très positive. Voici ses propos: « Madame Lagarde ne comprend rien mais ce n’est pas grave… Comme elle a déjà échoué piteusement quand elle a été ministre du budget ou des finances, puis ensuite elle a planté le FMI pour 80 milliards en Argentine en l’espace de 6 mois, donc maintenant elle devrait passer à 800 milliards dans sa courbe de progression de carrière. ». Si l’on doit ce fier à Charles Gave, ça fait peur, effectivement.

Hervé: « Mais pourquoi le Bilan de la BCE augmente autant ? »

Fabrice: « En fait, c’est assez simple… Le système est au bord de l’effondrement même si les médias de vérifications diront de toutes les manières le contraire. Ce qu’il faudrait, ce sont des vérificateurs de vérificateurs… Au delà de ça, si la BCE ne rachète pas tout, à savoir par exemple les obligations d’état en faillite, eh bien là, faut être clair, c’est tout le système qui s’effondre ! Et bonne chance avec vos assurance-vies. En ne rachetant pas les obligations comme elle le fait actuellement, les taux se mettraient automatiquement à s’envoler et nous assisterions à un Krach obligataire. »

Hervé: « oui, je suis d’accord… »

Fabrice: « Bon, sans rentrer dans le détail, la BCE(apprenti sorcier) est dans un corner, coincée à son propre piège. C’est terminé ! »

Hervé: « Ah oui c’est sûr, je comprends mieux pourquoi c’est un sujet à éviter ! »

https://www.businessbourse.com/2021/03/31/pourquoi-les-medias-mainstream-nevoquent-ils-pas-la-folle-politique-monetaire-de-la-bce-qui-risque-detre-bien-plus-devastatrice-que-le-covid-lui-meme/


  
Répondre
St@rix St@rix
24/03/2021 19:01:39
0

Acheter une Tesla en Bitcoin, c’est possible, annonce Elon Musk, la cryptomonnaie décolle

Aux Etats-Unis, les clients de Tesla pourront payer en Bitcoin. Ces Bitcoins seront conservés, pas convertis en monnaie fiduciaire ! Et ce, alors que le géant de la voiture électrique avait dernièrement indiqué investir à hauteur de 1,5 milliard de dollars en Bitcoin.

Tesla accepte le Bitcoin comme moyen de paiement ! C’est du moins désormais possible aux Etats-Unis. "Vous pouvez maintenant acheter une Tesla avec des Bitcoins", a tweeté Elon Musk. "Les Bitcoins payés à Tesla seront conservés en tant que Bitcoins, et pas convertis en monnaie fiduciaire", a ajouté le directeur général du constructeur de véhicules électriques. "La possibilité de payer en bitcoin sera disponible en dehors des Etats-Unis plus tard dans l'année", a-t-il par ailleurs indiqué. Début février, Tesla avait fait sensation en indiquant avoir investi pour 1,5 milliard de dollars dans le Bitcoin.

Le constructeur avait alors ajouté qu'il prévoyait d'accepter cette cryptodevise comme moyen de paiement dans un futur proche, " sous réserve des lois applicables ". Alors qu'Elon Musk avait modifié temporairement sa mini-description sur Twitter pour inscrire simplement #bitcoin, début février, la reine des cryptomonnaie avait inscrit un record historique à 43.000 dollars quelques jours plus tard, peu après le gros investissement de Tesla. Aujourd'hui, l'annonce d'Elon Musk fait grimper le cours du Bitcoin, de 4% actuellement.


  
Répondre
ALEZ2 ALEZ2
18/03/2021 00:36:54
1

Le premier lot de 0,11 bitcoin s'est vendu cinq fois plus cher que le prix du marché.

C'était une grande première, comme Capital l'évoquait le 5 mars dernier : l'Etat annonçait la vente aux enchères de lots de bitcoins. Cette vente avait lieu mercredi 17 mars, détaille BFMTV, et a réservé son lot de surprises lorsque le premier lot de 0,11 bitcoins a été mis en jeu. Car si le cours du la cryptomonnaie dépasse aujourd'hui les 50.000 dollars, ce premier lot a suscité toutes les convoitises, à en croire nos confrères, des acheteurs prêts à mettre un petit pactole dessus.

Alors que la co-fondatrice de la maison Kapandji Morhange avait précisé début mars que "le prix de départ sera inférieur à la valeur estimée du Bitcoin", la commissaire-priseur ne s'attendait pas à ce que des sommes de 10.000 à 20.000 euros ne fusent dès le départ pour un si petit lot. Selon BFMTV, elle a même remis les compteurs à zéro un instant avant de relancer l'enchère… qui est repartie de plus belle. Ainsi ce premier lot de 0,11 bitcoin a été adjugé à 26.800 euros soit cinq fois le prix du marché, apprend-on. Un pactole pour l'Etat qui met en vente 611 bitcoins, avec une valeur estimée au cours du marché, à plus de 30 millions de dollars. Reste à imaginer le gain potentiel si tous les lots sont vendus de la même façon.

Un coup financier ?

La question se pose donc d'un tel engouement autour de la cryptomonnaie. BFMTV avance plusieurs scenarii. D'une part, une société aurait pu vouloir faire "un coup de comm" en s'adjugeant le premier lot de bitcoins vendu aux enchères par l'Etat en France. Autres explications plausibles, une société aurait tenté "un coup de poker", grâce notamment aux certificats numériques (NFT) qui authentifient les bitcoins. L'acheteur peut espérer que ce premier lot se revendra encore plus cher dans le futur. Enfin, le fait qu'ils soient vendus par l'Etat leur certifient une certaine authenticité, ce qui aurait pu rassurer les acheteurs.

Mercredi matin, 1.600 personnes étaient inscrites pour ce début de vente aux enchères : des Français globalement mais également des Belges et Britanniques. Les enchères ont été divisées en deux parties : 437 lots de 0,11 à 2 bitcoins mercredi matin, puis 42 lots de 5 à 20 bitcoins dans l'après-midi. En cas de confiscation définitive des bitcoins au terme de l'affaire de justice en cours, le fruit de la vente, hors commissions à la maison d'enchères, doit aller au budget de l'Etat français, aux victimes potentielles ou à des organisations de bienfaisance.

  
Répondre
jipes jipes
25/02/2021 08:39:35
1

Si Christine Lagarde a raison à propos du bitcoin, elle va se casser les dents avec les banques de la City. Comparées à Londres, Francfort et Paris sont nettement à la traîne.

  
Répondre
ALEZ2 ALEZ2
24/02/2021 22:29:10
0

Compensation : Bruxelles met la pression sur les banques européennes

La Commission européenne va interroger les grandes banques ce vendredi. Ces dernières devront expliquer pourquoi elles n'ont pas basculé plus largement la compensation de leurs transactions de Londres vers le continent. Le sursis accordé à la City prendra fin en juin 2022.

Publié le 24 févr. 2021 à 18:16Mis à jour le 24 févr. 2021 à 18:34

Les grandes banques européennes vont devoir s'expliquer. La Commission européenne réunit pour la première fois ce vendredi le comité en charge du pilotage du rapatriement de la compensation sur le territoire européen. Et ce dernier aimerait bien comprendre pourquoi le gros des transactions en euros continue d'être traité par les « clearings houses » londoniennes plutôt que par les chambres de compensation du Vieux Continent. Une façon de remettre un peu de pression sur le sujet.

La question est d'importance. Les chambres de compensation sont un rouage essentiel des marchés financiers. Elles s'intercalent entre l'acheteur et le vendeur pour garantir la sécurité d'une transaction. Si l'une des parties ne remplit pas ses obligations, la chambre la remplace, en payant par exemple le vendeur. L'objectif est d'éviter des défauts en chaîne qui mettraient à mal plusieurs acteurs, voire l'ensemble du système financier.

Prédominance historique

Historiquement, c'est à Londres qu'est effectuée la compensation d'une très large part des transactions en euros. C'est particulièrement le cas des opérations portant sur des produits dérivés, un marché de 735.000 milliards de dollars qui sont traités par LCH, filiale du London Stock Exchange. Depuis le résultat du référendum sur le Brexit, en 2016, les régulateurs ont clairement fait part de leur volonté de voir la compensation effectuée sur le territoire européen.

Mais face à l'importance du rôle joué par Londres sur ce marché, il a fallu accorder une équivalence temporaire permettant aux banques européennes de continuer à utiliser les infrastructures de la City, jusqu'à mi 2022 . L'objectif était d'éviter un blocage des opérations de marché européennes au premier jour du Brexit. Et également de laisser le temps aux acteurs de marché de migrer.

Alternative européenne

Or ces derniers ne semblent pas pressés. Ce qui pousse Bruxelles, très préoccupé par la forte exposition de l'Union européenne aux « clearings houses » britanniques à hausser le ton. D'après Reuters, la Commission souhaite notamment savoir quelles seraient les transactions les plus faciles à rapatrier rapidement. Et, pour celles qui seraient plus malaisées à déplacer, quels en sont les obstacles.

Pour les dérivés de taux, il existe une alternative européenne : Eurex Clearing, filiale de la Bourse de Francfort , mais qui n'a vu sa part de marché passer que de 12 % à 15 % entre janvier 2020 et janvier 2021. Du côté des banques, on explique redouter une fragmentation du marché qui rendrait plus cher les opérations de compensation. Traiter toutes les opérations au même endroit leur permet des économies d'échelles notamment pour le cash qu'elles apportent en garantie à la chambre de compensation.

Danger américain

Mais de fait, cette fragmentation a commencé. Une partie du trading sur les dérivés en euros a déjà quitté la City pour New York . Les Etats-Unis bénéficient en effet d'une équivalence accordée par l'Union européenne, contrairement au Royaume Uni. Et ces transactions sont, logiquement, compensées aux Etats-Unis. Une raison de plus pour Bruxelles de pousser rapidement ses feux. A Londres, l'initiative passe mal : le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Andrew Bailey, l'a qualifiée mercredi de «dangereuse escalade » et a annoncé son intention de «résister très fermement » à tout rapatriement forcé de la compensation.


  
Répondre
ALEZ2 ALEZ2
22/02/2021 11:26:10
0


PARIS (Agefi-Dow Jones)--Les investisseurs suivront de près les propos des banquiers centraux cette semaine, notamment au regard des récentes craintes sur une résurgence de l'inflation. L'attention du marché restera centrée par ailleurs sur les nombreuses publications de résultats d'entreprises encore attendues, tandis que plusieurs indicateurs permettront de compléter l'examen de la conjoncture.

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, tiendra ce lundi un discours à l'occasion d'une conférence interparlementaire sur la stabilité, la coordination économique et la gouvernance dans l'Union européenne.

Mardi, le président de la Réserve fédérale américain (Fed), Jerome Powell s'exprimera devant la commission bancaire du Sénat dans le cadre du bilan semi-annuel de la banque centrale.

Des allocutions du président de la Fed d'Atlanta, Raphael Bostic, de celui de la Fed de New York, John Williams, sont également programmées jeudi, tandis qu'en Europe, Isabel Schnabel, membre du directoire de la BCE, s'exprimera vendredi à la conférence annuelle du Conseil Fiscal Européen.

Leurs déclarations seront en particulier analysées à l'aune de la récente hausse des rendements obligataires de part et d'autre de l'Atlantique. "Derrière celle-ci, il a essentiellement les anticipations d'inflation", observe Sébastien Paris Horvitz, directeur de la recherche de La Banque Postale Asset Management (LBPAM). Le taux des bons du trésor américain à 10 ans est notamment l'un des plus surveillé par les marchés et le [...] dépassement des 1,5% pourrait conduire à une correction sur le marché des actions, avertit Vincent Boy, analyste marché chez IG France.

"Tant que le déploiement des vaccins se poursuit, que la croissance continue de s'améliorer et que les banques centrales maintiennent un ton prudent, [...] les actions devraient pouvoir résister à des taux plus élevés", estime cependant Barclays.

Ainsi, "le plus probable" est que Jerome Powell "insiste sur le besoin de conserver une politique accommodante pour encore longtemps" à l'occasion de sa première intervention de l'année devant le Congrès, selon Sébastien Paris Horvitz, directeur de la recherche de LBPAM.

Au calendrier des statistiques des jours à venir aux Etats-Unis, les enquêtes de confiance des ménages du Conference Board (mardi) et de l'Université du Michigan (vendredi) seront accompagnées jeudi de la deuxième estimation du produit intérieur brut (PIB) du quatrième trimestre 2020. Celle-ci devrait confirmer une croissance "au voisinage de 4% en rythme annualisé", estime Bruno Cavalier, le chef économiste d'Oddo BHF.

"Ces derniers mois, les prévisionnistes ont un peu revu à la hausse leurs prévisions de croissance du PIB pour 2021 et 2022, à rebours de l'Europe", ajoute-t-il.

Par ailleurs, la Chambre des représentants devrait se prononcer sur le plan d'aide proposé par le président Joe Biden d'ici à la fin de la semaine. Ce plan comprend des chèques de 1.400 dollars destinés à la plupart des Américains et des milliards de dollars d'aide aux Etats et aux collectivités locales, ainsi qu'un soutien supplémentaire pour les entreprises touchées par la pandémie.

"Le calendrier est crucial", commente Stephen Innes, responsable de la stratégie pour les marchés mondiaux chez Axi. "Le nouveau stimulus doit être validé avant le 14 mars, correspondant à l'expiration des dernières aides supplémentaires au chômage", rappelle de son côté Vincent Boy, de chez IG France.

En Europe, les investisseurs ont pris connaissance lundi matin de l'indice IFO du climat des affaires en Allemagne, qui s'est établi à 92,4 en février, contre 90,3 en janvier, en données révisées, témoignant d'une nette amélioration de la confiance des entreprises allemandes, supérieure aux anticipation. Les économistes interrogés par le Wall Street Journal tablaient sur un indice à 90,1. Les indices équivalents du climat des affaires dans la zone Euro seront publiés jeudi.

La saison des résultats annuels se poursuivra cette semaine avec de nombreuses publications dont celles des banques britanniques HSBC (lundi), Lloyds et Standard Chartered (mercredi). La journée de jeudi sera particulièrement dense avec les publications prévues de Bayer, BAE Systems, Suez, Casino, Safran, Axa, Veolia ou encore Saint-Gobain.


  
Répondre
ALEZ2 ALEZ2
22/02/2021 08:19:11
0

22 février 2021 - Zurich - 21Shares AG, le gestionnaire d’actifs Suisse pionnier de trackers crypto, a officiellement franchi le cap du milliard de dollars américain d'actifs sous gestion. En un peu plus de deux ans, 21Shares AG a vu ses actifs multipliés par 200 et fait maintenant partie de l'élite des sociétés de gestion dans le monde avec plus d'un milliard de dollars d'actifs.

Le succès de la start-up Suisse peut être largement attribué à deux phénomènes :

Une appréciation et une acceptation rapides de la part des investisseurs institutionnels dans le secteur des crypto-actifs. Depuis son plus bas niveau de 5.000 dollars en mars 2020, Bitcoin a atteint plus de 55 000 dollars en février 2021. En outre, l'utilisation du réseau Ethereum est passée de 950 millions de dollars à plus de 43 milliards de dollars sur la même période. La croissance exorbitante des prix des crypto-actifs a suscité une demande mondiale de la part des investisseurs institutionnels dans cette classe d'actifs.

Grâce à son expérience éprouvée en matière de cotation des produits négociés en bourse (en anglais, Exchange Traded Product ou ETP) physiquement garantis, les ETPs de 21Shares offrent aux investisseurs particuliers et institutionnels un accès sûr, pratique et facile aux crypto-actifs via une structure familière. Les institutions en Europe et ailleurs préfèrent la structure de qualité institutionnelle de l'ETP suisse aux certificats afin de s'exposer de la manière la plus efficace et la plus sûre au Bitcoin et à d'autres crypto-actifs. La structure suisse de l'ETP - utilisée pour la première fois par 21Shares AG via l'ETP HODL le tout premier ETP au monde adossé à un panier crypto — partage de nombreuses caractéristiques des structures traditionnelles des fonds indiciels (ETF), telles qu'un prospectus européen approuvé, une cotation sur les bourses européennes réglementées, une structure ouverte utilisant des créations et rachats pour éviter les primes et les décotes, une ségrégation et une collatéralisation complètes des actifs sous-jacents et le recours à de nombreux teneurs de marché d'ETF pour la liquidité intrajournalière. Comme la structure suisse des ETP n'est pas limitée par les exigences de diversification des OPCVM, elle est idéalement adaptée pour donner aux investisseurs un accès sûr à des catégories d'actifs plus naissantes et plus recherchées comme les crypto-actifs.

"Nous sommes extrêmement heureux d'avoir atteint une étape critique en si peu de temps. La croissance de l'activité de nos ETP est largement due aux efforts incroyables de notre équipe et à la fidélité et la confiance de nos clients", a déclaré Ophelia Snyder, co-fondatrice et présidente de 21Shares.

Depuis sa création, 21Shares a lancé un total de 12 trackers sur toutes les bourses réglementées de la région D-A-CH. La société est le seul émetteur qui dispose actuellement d'un ETP Ethereum (AETH) sur deux bourses réglementées et trois segments de bourses réglementées offrant l'ETP bitcoin. Aucun autre émetteur de crypto ne dispose d'une offre aussi complète sur les marchés réglementés. Il détient plus de 90 % des parts de marché des ETP adossé à un panier crypto et son dernier produit, l'ETP polkadot, a recueilli plus de 25 millions de dollars en 15 jours, ce qui démontre l'immense popularité de la gamme de produits négociés en bourse provenant de 21Shares. Il a également été le premier émetteur à lister en bourse le XRP ETP (AXRP) qui, sous son contrôle réglementaire actuel, est toujours coté et négocié dans des conditions de marché normales. La société a été immédiatement reconnue pour la cotation du premier ETP inverse au cours du bitcoin au monde (SBTC), qui est également centralisé à la bourse de Francfort pour une meilleure conformité. Et enfin, 21Shares est le seul émetteur à avoir 9 ETP crypto admis à la négociation sur la bourse de Stuttgart.

"Avec une telle demande institutionnelle souhaitant obtenir une exposition aux crypto-actifs via un ISIN, il nous a fallu moins de deux semaines pour passer de l'annonce de 500 millions de dollars d'actifs sous gestion à plus d'un milliard de dollars aujourd'hui. Il devient rapidement judicieux pour de nombreux gestionnaires de fortune, banques privées, family offices et particuliers d'allouer des fonds dans les crypto-actifs. Nous prévoyons d'atteindre des sommets encore plus élevés en 2021, tant pour nos actifs sous gestion chez 21Shares que pour l'écosystème des crypto-actifs", a félicité Hany Rashwan, PDG de 21Shares.


  
Répondre
ALEZ2 ALEZ2
15/02/2021 08:22:05
0

Bitcoin : le premier ETF Bitcoin est canadien

15/02/2021 | 08:17

Le Canada a autorisé la commercialisation d'un fonds indiciel coté en bourse (FNB, ou ETF) en bitcoins, proposé par Purpose Investments. Il devrait sera lancé la semaine prochaine à la Bourse de Toronto. Il s'agit du premier fonds de ce type à recevoir un feu vert réglementaire. Le Bitcoin, qui a flirté avec les 50 000 USD au cours du weekend, s'est "assagi" autour de 47 000 USD lundi matin.

Cet ETF baptisée FNB Bitcoin Purpose, sera coté sous le sigle BTCC dès la semaine prochaine à Toronto. Il s'agira du "premier FNB de bitcoins de garde directe au monde", explique la société de gestion, qui ajoute "à l’instar des produits d’or ou d’argent adossés à des stocks physiques, le FNB sera toujours adossé à des avoirs en bitcoins réglés physiquement".

Techniquement, les avoirs en bitcoins seront conservés "à froid", car c'est la méthode de garde "la plus sécuritaire sur le marché", selon Purpose Investments, qui s'est adjoint les services de Gemini Trust comme sous-dépositaire et pour assurer l’achat, le règlement, la garde des bitcoins et l’administration du fonds. CIBC Mellon sera l’administrateur du FNB. La valeur liquidative quotidienne sera établie en fonction du prix au comptant quotidien de l’indice TradeBlock XBX.

Tous les détails du FNB Bitcoin Purpose sont disponibles dans le prospectus simplifié du fonds ou dans le prospectus complet (en français). Les frais sont de 1%. Purpose Investments a été fondée en 2011 et proposait jusque-là d'autres produits financiers. A ce stade, cet ETF est proposé uniquement au Canada

  
Répondre
ALEZ2 ALEZ2
12/02/2021 01:11:47
1

Un hacker écolo lance un appel à la destruction du réseau Bitcoin :

« Nous pouvons éclater cette bulle financière irrationnelle et destructrice via des attaques informatiques ciblées et répétées »

Une entreprise de Bill Gates, fondateur de Microsoft, s’apprête à pulvériser de la poussière dans l’atmosphère pour bloquer le soleil. La raison : compenser le réchauffement climatique. Le bitcoin peut-il mener l’humanité au chaos dû au changement climatique ? C’est possible, si son adoption se fait à des taux similaires à ceux de technologies comme les cartes de crédit. Faut-il alors détruire le réseau Bitcoin pour empêcher que cela ne se produise ? Le faire ne serait pas priver l’humanité d’une révolution monétaire qui semble amorcée ?

Le cours du bitcoin a dépassé les 40 000 dollars au début de l’année en cours, ce, trois semaines après avoir atteint les 20 000 dollars. C’est dire l’extrême volatilité de la célèbre monnaie cryptographique. Le principal apport du protocole Bitcoin est de permettre à des tiers d’échanger de la valeur de façon sécurisée sans devoir passer par une entité extérieure (banque) qui garantit la validité du transfert. Ses détracteurs sont néanmoins d’avis que « le bitcoin ne rend pas de réel service à l’humanité. » « C’est juste un énorme et inutile casino. Le bitcoin est exclusivement utilisé pour la spéculation et de façon marginale pour l’économie réelle », lance Frank Leroy – défenseur de l’environnement. Ce dernier appelle donc à la destruction de cet « inutile réseau » dangereux pour la facture environnementale.

« Cette immense consommation n'est pas un défaut, au sens d'une anomalie qui pourrait être améliorée dans les versions futures. Il s'agit plutôt d'une conception structurelle, au cœur du réseau Bitcoin, qui garantit la sécurité du système », indique Leroy à propos du système de preuve de travail sur lequel s’appuie le bitcoin. Celui-ci fait donc observer qu’il est possible de faire tomber le réseau Bitcoin si l’on note que :

les mineurs sont organisés en pools centralisés et sont donc vulnérables aux attaques informatiques ;

les interfaces et les marchés, qui stockent les portefeuilles de bitcoin, sont également vulnérables ;

le réseau Bitcoin ne traite que 400 000 transactions par jour et est dimensionné en conséquence. Il est possible de générer 10 à 100 fois plus de fausses transactions, syntaxiquement correctes, mais provenant de portefeuilles vides, ou présentant plusieurs dépenses du même bitcoin, ou encore des allers-retours entre les portefeuilles financés, mais sans payer de frais. Ces transactions ne seront jamais validées par le réseau, mais pourraient facilement le saturer et le rendre inopérant.

suite https://reseau.developpez.com/actu/312387/Un-hacker-ecolo-lance-un-appel-a-la-destruction-du-reseau-Bitcoin-Nous-pouvons-eclater-cette-bulle-financiere-irrationnelle-et-destructrice-via-des-attaques-informatiques-ciblees-et-repetees/

  
Répondre
ALEZ2 ALEZ2
09/02/2021 20:00:12
0

EXCLU Patrick#Balkany mis en examen pour abus de biens sociaux, détournement de fonds publics et prise illégale d'intérêts.

  
Répondre
ALEZ2 ALEZ2
08/02/2021 16:27:29
0

moi j aime voir comme Mme lagarde est crédible mdr


Tesla a révélé dans son document trimestriel avoir investi un montant important en bitcoins, ce qui propulse la cryptomonnaie à 42 550 USD au milieu de la journée du 8 février. Elon Musk n'a jamais caché son intérêt pour les cryptomonnaies, notamment pour le Bitcoin.

"En janvier 2021, nous avons mis à jour notre politique d'investissement afin de nous donner plus de souplesse pour diversifier davantage et maximiser les rendements de nos liquidités qui ne sont pas nécessaires pour maintenir une liquidité d'exploitation adéquate", peut-on lire dans le document. Le constructeur peut ainsi investir dans des "actifs de réserve alternatifs", du lingot d'or au bitcoin. "Par la suite, nous avons investi un total de 1,5 milliard de dollars en bitcoin dans le cadre de cette politique et nous pouvons acquérir et détenir des actifs numériques de temps à autre ou à long terme", est-il indiqué dans le document. Mieux, Tesla prévoit de "commencer à accepter le bitcoin comme forme de paiement" pour ses produits "dans un avenir proche".

Tesla n'a pas précisé le mode de détention de ses bitcoins, mais signale que ses avoirs "sont très liquides".

Un investissement qui fait évidemment écho aux commentaires positifs d'Elon Musk sur les cryptomonnaies depuis plusieurs mois.

  
Répondre
fipuaa fipuaa
08/02/2021 10:03:08
2

"""""des actifs virtuels stockés sur un support électronique permettant à une communauté d'utilisateurs les acceptant en paiement de réaliser des transactions sans avoir à recourir à la monnaie légale"""""


c'est vrai que ça peut énerver "" la porte parole"" de la BCE

  
Répondre
jipes jipes
07/02/2021 21:37:37
1

Pour une fois que Christine Lagarde remonte dans mon estime.

  
Répondre
ALEZ2 ALEZ2
07/02/2021 21:24:48
0

Moi j appellerai ça le moyen de payement des hors la la loi comme robins des hlm lol

  
Répondre
ALEZ2 ALEZ2
07/02/2021 21:17:02
0

le gouvernement na aucun contrôle sur les monnaies virtuel donc pas d impots pas de TVA MDR

Sur BFM Business et BFMTV, la présidente de la Banque centrale européenne explique qu'une "réflexion" est en cours pour une meilleure régulation des cryptoactifs, dès lors qu'ils s'apparentent à de la "monnaie".

Excellent investissement pour certains ou roulette de casino pour d'autres, le Bitcoin divise. Y compris du côté de la Banque centrale européenne où la comparaison avec les monnaies clasiques agace.

"Ce n'est pas une monnaie. Les cryptoactifs, ce n'est pas une monnaie. C'est un actif hautement spéculatif" tranche ainsi sa présidente Christine Lagarde, invitée sur BFMTV et BFM Business, ce dimanche.

En effet, le cours du Bitcoin joue régulièrement au yoyo, sans qu'aucune réelle stabilité ne puisse être assurée, comme c'est le cas de l'euro ou du dollar.

"Là, on peut plus parler de monnaie, c'est Diem, que l'on appelait autrefois Libra, qui était la tentative par Facebook de mettre en place un élément d'échange qui s'échangerait pour un dollar poursuit Christine Lagarde. Contre un dollar, mais pas contre un euro, "parce que nous, on n'est pas d'accord" précise-t-elle.

Reflexion de la BCE sur la question

Une position qui affiche clairement la méfiance de la BCE sur la question. "Rien ne me pose problème" assure Christine Lagarde. "Ce qu'il faut simplement, c'est que les consommateurs ne soient jamais spoliés et soit parfaitement informés de la nature du risque qu'ils prennent. S'ils achètent un bitcoin, c'est un actif spéculatif" martèle-t-elle, rappelant que les cryptoactifs participent souvent "au financement d'un certain nombre de commerces qui se passent sur le dark web".

Elle évoque d'ailleurs une "réflexion qu'on engage auprès de la Banque centrale européenne" sur la question.

"Il faut impérativement que, si une activité est conduite par un acteur privé, cette activité, si elle s'apparente à de la 'monnaie', soit soumise exactement aux même règles, exactement aux même rations, exactement aux meme mécanismes de supervision" explique-t-elle.

  
Répondre

Forum de discussion Général

202104010748 838208
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.