OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

France: Macron annonce la suppression de l'"exit tax" et suscite la po

Cours temps réel: 6 161,68  -0,13%



CRI74 CRI74
02/05/2018 23:28:07
0
Combien pouvait - on investir dans les hôpitaux avec cette taxe plutôt que dérouler le tapis rouge aux expatriations ?
Mieux que Panama bientôt : sortez donc , Macron vous donne sa bénédiction !
  
Répondre
michel1993 michel1993
02/05/2018 21:16:42
3
Attendez ...; Il y en a qui sont pour cet impôts ? Vous déconnez ou quoi ?


Déjà l'entreprise de base , paie des taxes . Normal


Mais alors , si par exemple vous rencontreriez votre femme en Russie / Thaillande / USA ou autre ? Ou que vous vouliez rejoindre votre famille en Belgique ou en Allemagne ? Ou tout simplement que l'activité n'est plus rentable en France mais pourrait l'être dans un autre pays de l'UE , exemple typique , les calls center ?


Pour fermer et réouvrir VOTRE entreprise ( pas celle de l'état ! ) vous devriez paier une taxe exit ? C'est n'importe quoi ! Du bon gauchisme bien débile , bien dégoulinant.
Hormis les cas rares ou l'état co-aide cette entreprise , à la rigueur ça peut se justifier ...





Les autres pays n'ont pas cette taxe ? Très simplement car ils ne font pas fuir leurs entreprises









Message complété le 02/05/2018 21:33:07 par son auteur.


""C'est une grave erreur pour nos start-up parce que nombre d'entre elles, considérant la France moins attractive, ont décidé de lancer leurs projets en partant de zéro à l'étranger afin d'éviter cet impôt", ajoute-t-il."


Ben ça , ça changera pas: Ireland/Bulgarie/Pologne/USA/Luxembourg/Panama etc ( je pourrais je pense aisement citer plus de 100 pays moins taxé ) des pays avec des taux d'impôts entre 10 et 25% , c'est à dire deux fois moindre , avec des syndicats deux fois moindres , et deux fois moins de cons gauchistes (même si il y en a partout).

C'est pas les autres pays qui sont des paradis fiscaux , c'est la France qui est un enfer fiscal.
Le taux le plus bas c'est la SA et il est à 33% ( sans compter les 60000 euros à mettre sur la table + les contraintes). Expliquer moi une demi-seconde comment le gouvernement crois qu'en supprimant juste cette exit taxe ils peuvent croire qu'un jeune ira ouvrir sa start up en France plutôt qu'en Irlande , 10 % d'impôts environ ?
Je sais que les français ont un problème avec l'anglais , mais quand même ! MDR


"qui pourront désormais s'exiler fiscalement en toute impunité"

Ben oui , désolé j'ai pas choisis de naitre dans ce pays de cons gauchistes ni d'être citoyen de l'UE ,
donc oui , j'aimerais le quitter assez vite pour rejoindre un pays à ma convenance , je ne suis pas un esclave qui compte payer vos RSA ni le RSA des étrangers.

Ce serait aussi super d'arrêter de faire du zèle pour empêcher les gens de se débarasser de la nationalité française

  
Répondre
fipuaa fipuaa
02/05/2018 20:51:57
2

Pas faux jipes ils sont dans cette strate



à jcleb70


aies confiance...
  
Répondre
jipes jipes
02/05/2018 16:56:09
1

Salut mon ami fipuaa,


**la mondialisation est entre la royauté et le fascisme, une strate subtile mais insidieuse !**


Tu devrais dire plus précisément **entre la royauté et les souverainistes**
Le terme "fasciste", laisse-le à tous les manipulés qui ne font que répéter les sempiternelles rengaines de ceux (du centre mou de l'échiquier politique) qui veulent se faire élire.
  
Répondre
jcleb70 jcleb70
02/05/2018 16:13:38
1
c'est son métier, laissez le faire son métier, je ne suis pas économiste mais sur ce point je lui fais plus confiance qu'à tous ceux qui critiquent sans connaissances aucune...
  
Répondre
fipuaa fipuaa
02/05/2018 15:51:24
3
il a réussi à être élu avec 1 votant sur 5 à peine et c'est pour une partie (l'autre partie s'est faite abuser) de cette fine couche qu'il gouverne
il légifère pour 1 personne sur 10 disons parmi lesquels ceux qui ont financer sa campagne, faut bien renvoyer la balle non?
  
Répondre
wifi wifi
02/05/2018 15:50:22
1
Le président français Emmanuel Macron....il est peut être inutile de préciser français
  
Répondre
mika57 mika57
02/05/2018 15:45:28
3

C'est pas parce qu'un pays n'a pas la même taxe qu'il faut s'aligner sur eux, surtout si les impôts sur les entreprises ont déjà baissé
C'est un très mauvais signal


Pareil pour la suppression de l'ISF
  
Répondre
auropavi auropavi
02/05/2018 15:38:41
1
Oui il a raison. Quel autre pays a une taxe aussi absurde ?
  
Répondre
fipuaa fipuaa
02/05/2018 15:30:31
2
oui il a raison d'en profiter car le contre-pouvoir en France a totalement disparu
il ne doit rester que deux classes sociale avec l'UE dont macron est la marionnette : les riches / les pauvres
la mondialisation est entre la royauté et le fascisme, une strate subtile mais insidieuse !
  
Répondre
zekat55 zekat55
02/05/2018 15:15:06
0

Emmanuel Macron donne un discours lors de la visite de la Art gallery of New South Wales, à Sydney, le 2 mai 2018 (POOL/AFP/LUDOVIC MARIN)

Le président français Emmanuel Macron a annoncé vouloir supprimer l'"exit tax" payée par les contribuables partant à l'étranger, suscitant une nouvelle salve de critiques sur la politique fiscale du gouvernement, déjà accusé de favoriser les "très riches".

Un symbole "négatif" pour l'attractivité de l'économie française: voilà comment le chef de l'Etat a justifié, dans un entretien au magazine américain Forbes, la fin de cet impôt mis en place sous Nicolas Sarkozy pour dissuader les patrons d'aller s'installer à l'étranger.

Cette taxe "envoie un message négatif aux entrepreneurs en France, plus qu'aux investisseurs. Pourquoi? Parce qu'elle implique qu'au-delà d'un certain seuil, vous allez être pénalisé si vous quittez le pays", assure M. Macron dans cette interview, accordée en anglais.

"C'est une grave erreur pour nos start-up parce que nombre d'entre elles, considérant la France moins attractive, ont décidé de lancer leurs projets en partant de zéro à l'étranger afin d'éviter cet impôt", ajoute-t-il.

Le chef de l'Etat, qui fait la une du magazine américain sous le titre de "Chef du libre échange", précise vouloir supprimer cet impôt dès l'"an prochain", ajoutant qu'"il n'a pas de sens".

"Si vous voulez vous marier, vous ne devriez pas avoir à expliquer à votre partenaire: +si tu te maries avec moi, tu ne seras pas libre de divorcer+", argumente M. Macron, se disant "favorable à l'idée de pouvoir se marier librement et de divorcer librement".

- "pas intéressant" -

L'"exit tax", instaurée en 2011, impose les plus-values sur des participations détenues par les contribuables qui quittent la France, afin de dissuader le transfert de domicile fiscal à l'étranger.

Cette mesure, qui s'applique aux contribuables ayant passé au moins six ans en France, concerne les personnes détenant un patrimoine en actions et obligations supérieur à 800.000 euros ou au moins 50% du capital d'une entreprise.

"Le message que je veux envoyer aux investisseurs étrangers est que nous baissons l'impôt sur les sociétés", que "nous simplifions tout", assure dans son entretien Emmanuel Macron, qui justifie également son choix par le faible rendement de l'"exit tax".

Cet impôt n'est "pas particulièrement intéressant pour les finances publiques, il est très petit", estime le président.

Selon les données transmises par Bercy à l'Assemblée nationale, ce prélèvement a rapporté quelque 70 millions d'euros en 2017 à l'Etat. Un chiffre un légère hausse par rapport aux années précédentes, mais inférieur aux 200 millions d'euros attendus lors de sa création.

L'annonce d'Emmanuel Macron n'a toutefois pas manqué d'alimenter la polémique, dans un contexte compliqué pour le gouvernement, accusé depuis la suppression de l'impôt sur la fortune (ISF) de favoriser "les riches" et les "très riches".

- un choix "affligeant" -

"En décembre la fin de l'ISF et la +flat tax+ devaient servir l'investissement en France. Qui croira encore à cette fable? Même l'évasion fiscale n'est plus découragée", a dénoncé sur Twitter le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure.

"Avec Emmanuel Macron, c'est encore et toujours +exit la taxe+ pour les plus fortunés (...) qui pourront désormais s'exiler fiscalement en toute impunité", a abondé le député PS Boris Vallaud, Alexis Corbière (LFI) dénonçant de son côté un choix "affligeant... et ô combien significatif".

Même son de cloche à droite, notamment chez les souverainistes. "Macron a définitivement choisi son camp: celui des plus privilégiés", a jugé dans un communiqué Florian Philippot, président du mouvement Les Patriotes.

"Encore une taxe en moins pour les exilés fiscaux, les travailleurs peuvent toujours attendre qu'on défiscalise leurs heures supplémentaires", a ajouté le président de Debout La France, Nicolas Dupont-Aignan.

Contacté par l'AFP, l'ex-secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert s'est dit pour sa part "choqué" par le choix d'Emmanuel Macron, s'interrogeant également sur le calendrier de cette annonce, "effectuée le 1er mai", "soit le jour de la fête du Travail".

"L'argument selon lequel cette taxe rapporterait peu d'argent ne tient pas", assure l'ancien député socialiste, qui attribue le faible rendement de l'"exit tax" à son effet "dissuasif". "Au moment où tout le monde parle de lutter contre l'évasion fiscale, il semble incompréhensible de la supprimer", ajoute M. Eckert, pour qui le dispositif bénéficiait d'un "relatif consensus politique".

© 2018 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

201805022328 630729
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2021

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.