Le marché automobile français démarre l'année en baisse
OK
Accueil  > Communauté   > Forum CAC 40

Le marché automobile français démarre l'année en baisse

Cours temps réel: 5 610,17  -0,07%

PX1


sergiobress
01/02/2019 18:09:23
0

Moi j'aime bien l' âne mais pas les autres.

Bon W.E. à tous

Message complété le 01/02/2019 18:10:32 par son auteur.

Au moins il sert à quelque chose, lui.

  
Répondre
whatelse
01/02/2019 17:11:42
1

La France, 1% de la population mondiale veut sauver le monde du réchauffement climatique. Tous ces gros c.ns qui nous gouvernent n'ont pas encore compris que l'économie Française n'est tirée que par la consommation intérieure, que tous les pourcentage de taxe viennent diminuer la consommation, car le portefeuille des sans dents n'est pas extensible comme celui de nos gouvernants ou des patrons, donc, si on diminue la consommation on augmente le chômage, mais c'est vrai que Macron ayant fait l'Ecole Nationale des Ânes ne doit pas comprendre cela.

Message complété le 01/02/2019 18:00:37 par son auteur.

Je parle des malus sur les grosses cylindrées

  
Répondre
whatelse
01/02/2019 17:06:21
1

c'est pour pas être méchant.

  
Répondre
moicmoi
01/02/2019 16:56:25
0

whatelse

« « ver5gétprix, vos propos sont nuls. » »

Nuls ? Est-ce le bon terme ?

  
Répondre
colet
01/02/2019 15:48:00
0

il faut pas oublier l'énorme hausse d'avant le changement de législation sur la polution qui avait conduit les constructeurs à immatriculer les stocks AVANT

donc faut regarder les ventes de voitures récentes et attendre la "régulation" du marché.

  
Répondre
whatelse
01/02/2019 10:25:45
1

ver5gétprix,

vos propos sont nuls.

Message complété le 01/02/2019 10:29:42 par son auteur.

Je parle de vos propos à l'encontre des GJ

  
Répondre
Ver5gétorix
01/02/2019 10:11:39
0
Avant que les GJ ne lancent leurs actions c'était déjà une situation confuse. "Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel" comme on dit dans de nombreux groupes socioprofessionnels. Les Français n'avaient peut-être pas envie d'offrir un super-glaçage de taxes, malus etc... en application et développement de processus lancés sous le culbuto culbuté de la précédente présidence. Même chez les Français moins coincés que le GJ de base, chez les Français qui savent réfléchir, mais pas comme les meneurs de ronds-points, on préfère garder un peu plus longtemps sa voiture et soutenir ses enfants dans leurs études supérieures, celles que honnissent les gueulards qui poussaient les foules à cogner les forces de l'ordre.
  
Répondre
Ver5gétorix
01/02/2019 10:11:39
0

Une chaîne de montage à l'usine Renault de Maubeuge, le 8 novembre 2018 dans le Nord (AFP/Archives/Ludovic MARIN)

Le marché automobile français a démarré l'année 2019 par une baisse de 1,1% en janvier, sur un an, les immatriculations de voitures neuves poursuivant un recul ininterrompu depuis le mois de septembre, sur fond de dégradation de la conjoncture économique.

Les constructeurs français ont fait globalement moins bien que le marché. PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel) a vu ses livraisons baisser de 1,6% en janvier, tandis que celle du groupe Renault (avec Dacia, Alpine) ont reculé de 3%, selon des données du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) publiées vendredi.

En janvier, 155.087 véhicules ont été mis sur les routes.

"C'est le premier mois, il faut être prudent" dans l'interprétation des chiffres, a expliqué à l'AFP François Roudier, le directeur de la communication du CCFA, qui table sur un marché "stable" à un haut niveau pour cette année.

Il évoque un effet négatif du mouvement de contestation des "gilets jaunes".

"Il y a encore des soucis liés aux gilets jaunes. Cela bloque l'activité des concessions et le transport des véhicules... C'est non négligeable", a-t-il souligné. Mais, selon M. Roudier, "on n'est pas sur un gros décrochage de l'activité économique".

Il souligne également l'impact du renouvellement attendu cette année des deux modèles les plus vendus du marché français, les citadines Renault Clio et Peugeot 208, qui peuvent créer "un effet d'attente chez les clients".

Le marché automobile français a progressé de 3% sur 2018, avec 2,17 millions de véhicules immatriculés.

Cependant, il est en baisse continue depuis le mois de septembre et avait fini l'année par un recul à deux chiffres (-14,5%) au mois de décembre.

Cette baisse constatée depuis cinq mois était d'abord liée à l'entrée en vigueur en Europe d'une nouvelle norme d'homologation des véhicules WLTP en septembre. Elle a contraint des constructeurs à ne plus vendre certaines références de motorisations diesel ne respectant pas les nouvelles exigences en matière de rejets polluants.

L'effet "gilets jaunes" s'est fait ensuite fortement sentir en décembre.

Le groupe PSA est resté numéro Un du marché français en janvier, avec une part de marché de 35,4%. Citroën, porté par ses modèles C3 et C3 Aircross, a vu ses immatriculations progresser de 1,6%, tandis que les livraisons de Peugeot se sont essoufflées (-5,9%). La filiale allemande Opel a brillé (+7,6%) mais pas autant que la jeune marque DS (+21%) qui continue de profiter du succès de son nouveau SUV DS7 Crossback, dans des volumes toutefois plus restreints.

Le groupe Renault s'est maintenu en deuxième position (23,2% de part de marché), avec des immatriculations qui ont reculé davantage chez Dacia (-5,4%) que pour la marque au losange (-3,3%).

Parmi les constructeurs étrangers, Volkswagen est resté de loin le premier importateur sur le marché français, avec 11,4% du marché. Les livraisons du groupe ont progressé de 6,7% sur le premier mois de l'année. Le géant allemand a été tiré par la marque Volkswagen (17,2%) et dans une moindre mesure par Skoda (+1,5%). Porsche (23,3%), Audi (-6,9%) et Seat (-5,3%) ont au contraire freiné la performance globale.

© 2019 AFP

  
Répondre

Forum de discussion CAC 40

201902011809 674302
Ma liste