OK
Accueil > Communauté > Forum Eramet

Eramet : " Faut il acheter ou se renforcer ? "

Cours temps réel: 66,10  0,69%



TicTac-TicTac TicTac-TicTac
13/04/2021 18:18:00
1

Hello à tous.

Nous remonterons utilement au post du Jeunehibou, le 1er avril. Le graphique est dit 'simple' mais la prévision de décrue lente est respectée pour le moment !

  
Répondre
stef4671 stef4671
10/04/2021 13:34:02
1

Bien le bonjour clermontois, j'aime bien l'ASM mais mon coeur va au ST alors pour demain 16h

que le meilleur gagne ..........

Un toulousain passionné

Message complété le 10/04/2021 13:38:09 par son auteur.

J'ai aussi bien apprécié cette société avec qui j'ai eu de belles PV je suis aujourd'hui passé a autre chose ...... mais un peu trop tot certes mais !!
Pas simple d'arbitrer toujours juste !!

  
Répondre
cosmo2 cosmo2
10/04/2021 11:28:28
0

J'adore cette saga auvergnate. Surtout le passage '' La famille joue finement : elle parvient à gonfler la valeur de l’entreprise, récoltant 37 % du capital d’Eramet ''.

J'adore l'Auvergne et les Auvergnats. ALLEZ l'ASM !!!

  
Répondre
JD1976 JD1976
10/04/2021 10:22:10
2

Pour la petite histoire...

Les Duval, une famille en acier

RÉCIT. Christel Bories, PDG du géant de la mine Eramet, a sauvé sa tête, que réclamait la famille Duval, son principal actionnaire. Une famille discrète, mais puissante.


À Saint-Georges-de-Mons et aux Ancizes, deux villages situés à moins de 20 kilomètres de Clermont-Ferrand, on trouve ces temps-ci beaucoup de biens à vendre : des dizaines et des dizaines de maisons d’ouvriers, des centaines d’hectares de terrain, des champs… Il y a quelques années, le cinéma La Viouze, une charmante salle faite de colonnades en stuc, était déjà tombé dans le giron de la communauté de communes, tout comme la piscine et le dojo. La société Eramet et plus particulièrement sa filiale Aubert & Duval bradent. C’est la famille Duval qui, s’installant dès les années 1930 dans ce bout d’Auvergne un peu désert qu’on appelle les Combrailles, a presque tout édifié : les deux cents maisons qu’elle louait aux ouvriers de son usine de sidérurgie, les terrains de foot et de tennis, la piscine, sans compter les associations qu’elle finançait et finance toujours, comme l’Union musicale locale.

« C’est la fin du paternalisme », regrette sans arrière-pensée Daniel Deshayes, chargé de vendre les derniers biens des Duval, qui appartiennent à leur société, Aubert & Duval. La famille ne vient plus ici, dans la grande maison posée à une vingtaine de mètres de l’usine, où 1 500 ouvriers travaillent toujours. Les descendants de Jean Duval, le patriarche mort en 1997, préfèrent se réunir dans l’une de leurs maisons normandes et à Paris, où siège le groupe, Aubert & Duval. À 74 ans, Georges Duval, le fils qui a repris le flambeau, émarge toujours avec sa famille à une très honorable 249e place dans le classement des fortunes de France de Challenges, à la tête d'un pactole de 350 millions d'euros. Presque personne ne les connaît, et ils s'en portent très bien. « C'est une petite famille Michelin », dit Julien Perrin, le maire de Saint-Georges-de-Mons. Comme s'il avait voulu pousser le mimétisme avec la célèbre fratrie auvergnate, Georges Duval a d'ailleurs épousé une fille Michelin…

Sauf que, ces jours-ci, la discrétion légendaire de la famille Duval en a pris un coup. Les journalistes n'en sont pas revenus : ils ont reçu un communiqué de presse signé par un Duval ! L'heure est grave, sans nul doute. Depuis quelques semaines, la famille est au cœur d'une affaire qui est remontée jusqu'à Bercy. Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, a reçu mercredi 24 mars Georges Duval et son cousin Cyrille. Il fallait amadouer les représentants de la famille, très remontés contre Christel Bories, la patronne d'Eramet. Depuis un peu plus de dix ans, la famille Duval est en effet l'actionnaire majoritaire du géant de la mine, avec 37 % du capital. Mais, depuis quelques mois, ils ferraillent contre la patronne du groupe, dont ils dénoncent les résultats (la dette a été multipliée par quatre en quatre ans, notamment). Bruno Le Maire les a en partie entendus. Il a donné son accord pour la nomination d'un administrateur référent placé auprès de Christel Bories ; la PDG, de son côté, devrait voir son mandat renouvelé en mai, lors de l'assemblée générale.

La fratrie est chanceuse

La mini-tempête s’explique par l’influence prise par la famille Duval dans Eramet. Au départ, il y a une petite quincaillerie située à Paris, qui grossit au fil des ans. Le père et l’oncle de Jean Duval, associés à Pierre Aubert, rachètent à la fin des années 1920 une usine aux Ancizes, et se lancent dans la fabrication d’aciers spéciaux. L’affaire tourne bien. Dans les années 1970, Jean, devenu patron, rachète en URSS avec Creusot-Loire, Pechiney et Snecma la plus grosse presse d’Europe, qu’il installe à Issoire, pas très loin de son fief. Bien qu’autoritaire, Jean Duval est apprécié des ouvriers. C’est lui qui offre aux deux villages des installations à faire pâlir le voisinage. Aujourd’hui encore, la fondation Aubert & Duval finance des projets associatifs dans la région. Jean Duval est aussi un homme discret. Il n’étale pas sa fortune, ne roule pas en bolide, et ne fait pas partie des cercles huppés du patronat local. Il préfère la messe et sa famille.

L'entreprise s'impose dans les aciers spéciaux. Deux de ses fils, Georges et Édouard, y travaillent, mais c'est Georges, le cadet (72 ans aujourd'hui, contre 74 pour Édouard), qui reprend vraiment les rênes de l'entreprise. Les deux frères, grands fans de moto, poussent dans l'ombre d'un père envahissant et exigeant. Plusieurs de leurs cousins, Cyrille et Patrick, s'occupent aussi de l'affaire familiale, mais d'un peu plus loin. Entre eux, une solidarité presque sans failles. Les frères et cousins gardent en (mauvais) souvenir les querelles et les tensions entre leurs pères respectifs.

Les deux frères n’ont visiblement pas la vista de leur père. Après la mort de ce dernier, en 1997, ils tentent d’avaler une société d’Amérique du Nord, un peu trop grosse pour eux et qui connaît, assez vite, des difficultés financières. Mais la famille trouve une solution pour se sortir de ce mauvais pas. À cette époque, Eramet cherche à se libérer de l’emprise de l’État. Le groupe minier est à la quête d’un partenaire privé. Ce sera Aubert & Duval. La famille joue finement : elle parvient à gonfler la valeur de l’entreprise, récoltant 37 % du capital d’Eramet. Aubert & Duval intègre en échange Eramet, mais la fratrie, là encore, obtient gros : Cyrille entre au conseil d’administration (trois membres de la famille figurent aujourd’hui au board d’Eramet), et Édouard devient le patron d’une branche de la société. Chez les Duval, on est donc à la fois actionnaire majoritaire du groupe, mais aussi, par certains de ses membres, salarié et subordonné du PDG. En 2012, les Duval obtiendront même le droit de choisir le patron d’Eramet en concertation, tout de même, avec l’État, qui possède toujours 26 % du capital. Depuis 2016, toutefois, plus aucun membre de la famille n’occupe de fonction opérationnelle dans le groupe.

Linge sale

« La famille Duval a toujours soutenu les grandes orientations et les projets d'acquisitions stratégiques menés à bien ces dernières années », explique-t-on dans leur entourage. Pourtant, tout ne fonctionne pas toujours très bien entre ces actionnaires-salariés et le PDG. Taiseux, les membres de la famille Duval évitent de déballer le linge sale en public. Lorsque les affaires ne marchent pas bien, ils font le dos rond. Lorsqu'Eramet veut grandir en ouvrant son capital, ils freinent, de peur de perdre leur influence. Faute de moyens suffisants, Eramet a dû se résoudre à vendre quelques actifs d'importance, comme des parts dans une mine de nickel en Indonésie.

Mais, cette fois, c'en est trop, sans doute. La famille Duval n'a pu s'empêcher de monter au créneau pour critiquer la stratégie de Christel Bories. Soutenue par l'État, la PDG d'Eramet veut orienter la société vers les mines, certaine que les métaux rares, notamment, sont promis à un bel avenir (ils sont notamment utilisés dans les batteries des véhicules électriques ou les éoliennes). Les Duval, eux, entendent avant tout préserver leur pépite. L'entreprise familiale, devenue un leader mondial des métaux spéciaux, est en effet affectée par la crise (le secteur aéronautique est leur débouché principal), et par des malfaçons qui ont affecté sa réputation. Christel Bories veut d'ailleurs s'en défaire, ce qu'a approuvé la famille Duval. Un consortium réunissant, entre autres, Airbus et Safran concocte une offre de rachat. En attendant, Eramet et sa filiale cherchent à vendre les derniers vestiges de la famille Duval dans les Combrailles. La société a confié à Daniel Deshayes le soin de vendre les maisons d'ouvriers et les terrains que la famille Duval possède encore dans ce coin d'Auvergne, là où, il y a près d'un siècle, tout a commencé.

A suivre... 👀


  
Répondre
TicTac-TicTac TicTac-TicTac
06/04/2021 17:57:22
1

😄. Exact Cosmo2, un verre de bière ne fera pas de mal en attendant la baisse (20% serait très beaucoup effectivement!).

Message complété le 07/04/2021 16:08:47 par son auteur.

🤑 !!! +4% ???
Effectivement, faut arrêter la bière ... et laisser parler Tirelire19 sur cette file d'analyse techique.

  
Répondre
cosmo2 cosmo2
06/04/2021 16:17:17
1

Tic-tac, j'espère que tu auras pensé à te faire livrer les chips et la bière... si tu l'attends toujours à 52

🍺🍺🍺

  
Répondre
cosmo2 cosmo2
01/04/2021 19:53:59
1

Tu ne m'auras pas bien compris, sans doute me suis je bien exprimé 🤣🤣🤣

En réalité je ne trouve aucune raison qui motive un touch des 52, mis à part un retournement de la macro

Bon we

  
Répondre
TicTac-TicTac TicTac-TicTac
01/04/2021 18:14:17
1

😄. Les 60€ n'ayant pas résisté en cloture avant quatre jours de pause, j'ai bien envie d'en conclure que ces 60 constituent plutôt le haut de l'analyse par les gestionnaires, que le bas.

Je vais garder les liquidités en attendant que l'avenir donne raison à ton bon sens inquiet : mais pourquoi donc peut-elle baisser !


Bonne coupure à tous.

  
Répondre
cosmo2 cosmo2
01/04/2021 16:10:52
0

La seule chose qui pourrait la faire descendre sur 52 serait un retournement de la macro.

Les cours des MP ( Ni + Mn ) se maintiennent et elle a déjà consolidé et retracé entre 23 % et 38 % de la dernière hausse.

Pourquoi devrait elle aller à 52, si le numéro de claquettes continue sur les marchés ?

Message complété le 01/04/2021 17:12:43 par son auteur.


Mis à part pour me narguer ??? Aucune raison !

Message complété le 02/04/2021 13:02:37 par son auteur.


😂😂😂

  
Répondre
TicTac-TicTac TicTac-TicTac
01/04/2021 15:13:11
0

Encore un cas où la décision doit (devra) être personnelle et assumée : Le plus bas de la dernière baisse est à 52€. J'aurais tendance à dire que si elle revient sur 52, inutile pour moi d'attendre qu'elle aille plus bas : je rachête les 50% dont je parlais ci-dessous, je suis à nouveau complet pour la hausse à suivre et, par inadvertance, j'empoche qqes % de PV.

Mais voilà que Tirelire19 me dit : "Que neni ! A 52€ c'est un déclencheur de vente qu'il faut positionner". Bou diou (je sais, c'est la période) !

  
Répondre
jeunehibou jeunehibou
01/04/2021 10:57:30
1

J'apprécie l'ambiance cordiale de ce forum, aussi je vous fais part de ce graphique simple d'un type simple.

Je pense que le contexte n'y est pas et qu'il faut attendre un peu.

  
Répondre
tirelire19 tirelire19
01/04/2021 10:31:55
0

Cours enregistré à 60.45 euros
Constat très simple :
hier, reprise des volumes
Du côté des indicateurs techniques :
RSI 21 à 59.40 en zone rose celle de la hausse
SMI à 24.54 au dessus de sa ligne de signal en reprise haussière
MACD à 0.5895 en territoire positif au dessus de sa ligne de signal rouge : reprise de tendance haussière
Conclusion : sans présence du graphique qui va revenir lors de la prochaine analyse , en vue hebdo , le fibo des 23.6 % aux environs des 55 euros est support , a permis au cours de reprendre de l' élan haussier .
Si ce fibo des 23.6 % , tant qu 'il restera support à 55 euros ouvre la voie à un retour sur les plus hauts voire à grimper davantage ce qui conforterait une tendance haussière bien installée.
Opinion positive sur le titre : stop de protection à 52 euros

  
Répondre
cosmo2 cosmo2
01/04/2021 10:23:26
1

Et oui on en est tous là. Parfois on vend trop tôt, parfois on achète trop tard... Si c'était facile ça serait pas drôle

Il te reste 50 % de ta ligne, ça pourrait être pire

  
Répondre
TicTac-TicTac TicTac-TicTac
01/04/2021 10:09:58
0

Pour être clair et franc : j'ai vendu 50% de la ligne Eramet à 54€, et remis à l'achat à 49€. Mais ce n'est descendu qu'à 52, et maintenant ...

  
Répondre
cosmo2 cosmo2
01/04/2021 09:52:38
0

TicTac, pour moi les yoyos étaient corrélés au psychodrame en cours. Celui ci ayant pris fin, je ne vois plus de yoyos.

Sauf ceux dépendant de la macro. Mais comme celle ci semble vouloir continuer son numéro de claquettes...


Si j'ai bien compris tu avais des épuisettes à 54 qui n'ont pas trouvé preneur ?

  
Répondre
TicTac-TicTac TicTac-TicTac
01/04/2021 09:46:56
0

Cosmo2, dans l'image du yoyo, il y a plusieurs aller-retours j'espère. Car là, j'ai la moitié de mes wagons qui sont restés à 54€.

Je suis souvent à contre-temps du Grand Maestro, mais j'apprends (j'espère) de chaque loupé ...

  
Répondre
cosmo2 cosmo2
26/03/2021 22:00:17
0

D'après la photo, le 19 ça doit être l'année de naissance.


Sinon je vois bien un yoyo entre quaranteneuf et six six six avec un pivot sur 55 / 56, jusqu'à la fin du psychodrame Christel / famille Duval.


Ensuite la macro décidera

  
Répondre
heloval heloval
26/03/2021 20:07:57
0

merci de vos graphique , tirelire de la correze si le 19 correspond , moi je suis demandeur .

  
Répondre
TicTac-TicTac TicTac-TicTac
26/03/2021 19:32:24
0

Et la fin de semaine signe un marubozu de +5% !

Les volumes sont relativement faibles, ce qui tempère la lecture d'un signal de retournement de tendance.

Attendons lundi pour confirmation ...

  
Répondre
tirelire19 tirelire19
25/03/2021 14:30:09
1

C' set embêtant d' avoir tirelire sur cette file et pour cause : sa TARTUFFERIE GRAPHIQUE qui empoisonne les acheteurs imprudents , ayant acheté à l' aveuglette .
Ceux là ne savent ce que représentent , les fibos , l' ichimoku , les MMP , les indicateurs techniques, fourchettes d' andrews et autres bidules ....
Pour ceux là , circulez , cette TARTUFFERIE ne vous concernent pas .
Quelle grimpette entre 20.25 et 66.68 euros , impressionnante , fallait appâter les acheteurs ignorants qui se sont empressés de mordre à la super bonne affaire avec un cours X par plus de 3 en 5 mois .
Fallait bien que le robot entre en action , c' est ce qu'il a fait et pour cela , toujours fidèle à sa méthode , utilise les Léonardo ou tarif syndical , amical de correction mis en pratique à partir des 66.68 euros .
Le Léonardo des 23.6 % à 55.88 euros fut rejoint et enfoncé , la météorite Eramet se dirige doucement mais sûrement en direction de la comète suivante : Lénardo 38.2 à 49 euros .
Il reste encore du chemin pour y parvenir mais avec quelques séances à la vitesse de la lumière entrecoupées de phases de décélération , le but sera atteint prochainement d' autant que les indicateurs ne sont pas en grande forme . Le nuage est fort peu épais au cours actuel de 52.32 euros avec un SMI à - 73.92 et la MACD à - 0.2427 négative et sous sa ligne de signal rouge et que dire de la SAR rouge .
On pense toujours au report H à partir de la médiane .
En conclusion : surtout pas acheter ni renforcer la météorite Eramet au cours actuel des 52.32 euros , laissez la poursuivre sa trajectoire corrective en direction de la planète 49 .
Ceci est de la TARTUFFERIE GRAPHIQUE , ne croyez que ce que vous voyez !

  
Répondre

Forum de discussion Eramet

202104131818 706743
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2021

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.