Trump fait chuter Wall Street en ravivant la guerre commerciale avec l
OK
Accueil  > Communauté   > Forum Dow Jones

Trump fait chuter Wall Street en ravivant la guerre commerciale avec l

Cours temps réel: 26 783,42  -0,12%

DJIA


0PHENIX0
26/08/2019 07:52:25
0

Le titre que j'ai posté du papier de Reuters était complet et ne souffrait aucune interprétation. Google traduit aussi la seconde phrase :


"Les expéditions vers les États-Unis ont totalisé 447 tonnes le mois dernier, selon les données de l'Administration générale des douanes, le total mensuel le plus élevé de la base de données des douanes remontant à janvier 2017."


L'article complet :

https://www.reuters.com/article/us-china-economy-trade-rareearths/china-july-rare-earth-magnets-exports-to-u-s-rise-26-year-on-year-idUSKCN1VF0B5?feedType=RSS&feedName=innovationAMD&virtualBrandChannel=10339


  
Répondre
CRI74
25/08/2019 23:18:33
0

Ah oui ?

Il faudrait mettre la phrase entière et en Français pour éviter toute interprétation

China's exports of rare earth magnets to the United States rebounded in July from the previous month, customs data showed on Sunday, as concerns linger that Beijing could restrict supply of rare earth products in the Sino-U.S. trade war.Il

==> Les exportations chinoises d'aimants de terres rares vers les États-Unis ont rebondi en juillet par rapport au mois précédent, ont indiqué des données douanières dimanche, craignant que Pékin ne puisse restreindre l'approvisionnement en produits de terres rares dans la guerre commerciale sino-américaine.

  
Répondre
0PHENIX0
25/08/2019 20:51:35
0

A ceci près :


China July rare earth magnets exports to U.S. rise 26% year-on-year

Reuters

  
Répondre
CRI74
25/08/2019 18:59:25
1

Alternatives à la Chine ?

Exemple des terres rares

Pourquoi sont-elles stratégiques ?

L' absence de sites de traitement en dehors de la Chine, ainsi que la capacité de production que possède le pays, font de Pékin le principal acteur du marché des terres rares.

L'importance de la Chine dans la chaîne d'approvisionnement de ces métaux a de quoi donner des sueurs froides aux Etats-Unis, dont les entreprises de hautes technologies, qu'elles soient civiles et militaires, dépendent énormément des terres rares. D'autant plus que le conflit commercial entre les deux pays ne donne aucun signe d'apaisement.

Ces craintes se sont cristallisées fin mai, quand le président chinois Xi Jinping a effectué une visite dans une usine de traitement de terres rares en pleine guerre commerciale avec Washington, laissant ainsi planer la menace d'un blocage par la Chine des exportations de terres rares raffinées.

C'est une tactique que la Chine a déjà mise en pratique par le passé, notamment en 2010, quand Pékin avait brutalement interrompu ses exportations de terres rares vers le Japon en représailles à un différend territorial.


Extrait La Tribune

  
Répondre
bauts58
24/08/2019 13:52:24
0
Le monde des super riches est un univers de manipulation et de magouilles.s'attaquer à la Chine aujourd'hui,il faudra produire tellement moins cher,pas seulement acheter le produit et le revendre 5 fois plus !
  
Répondre
Fibopivots
24/08/2019 09:53:31
0
Qui a de la sorte favorisé l'essor chinois, les aborigènes ?
  
Répondre
Ver5gétorix
24/08/2019 08:59:10
0
Des "alternatives à la Chine" a-t-il ordonné. Mais c'est bien sûr il y en a plein, à commencer par les Bermudes pas trop loin en Atlantique, c'est comme qui dirait on traverse le boulevard et crac (ou krach) on se retrouve à Nassau. Il y a aussi le Libéria qui fut un fructueux port d'attache de flottes commerciales avant ses guerres. Mais les guerres ont une fin, le PR de ce pays où il pleut des dizaines de m d'eau par an est maintenant un ancien footballeur de valeur, bien connu en France. Pourquoi ne pas y loger les fabriques de smartphones, PC, processeurs de l'IoT et un centre de gestion pour les Gafas...TRP a raison il faut être inventif...
  
Répondre
Ver5gétorix
24/08/2019 08:59:10
0

La façade du New York Stock Exchange (NYSE), le 15 août 2019 (AFP/Archives/Johannes EISELE)

Wall Street a fini la semaine par un plongeon dans le rouge vendredi, à l'issue d'une séance dominée par les menaces de Donald Trump d'une réponse musclée aux nouveaux tarifs douaniers imposés par la Chine.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a chuté de 2,37% à 25.628,90 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a dégringolé de 3,00% à 7.751,77 points et l'indice élargi S&P 500 a cédé 3,00% à 2.847,11 points.

C'est la quatrième semaine de suite de baisse pour les principaux indices de la cotation new-yorkaise.

La Bourse de New York avait entamé la séance en repli, Pékin ayant annoncé avant l'ouverture son intention d'imposer de nouveaux droits de douane sur 75 milliards de dollars d'importations en provenance des Etats-Unis, en représailles aux taxes douanières supplémentaires que prévoit d'instaurer prochainement Washington.

Mais les indices ont creusé leurs pertes après une série de tweets au ton menaçant de Donald Trump, qui a promis une réponse musclée, évoquant d'"énormes sommes d'argent volées par la Chine aux Etats-Unis" et martelant sa détermination à y mettre fin.

"Après les mesures de représailles annoncées par Pékin, Donald Trump a ordonné aux entreprises américaines de trouver des alternatives à la Chine, ce qui a affecté des grandes entreprises sensibles aux relations commerciales comme Apple ou Caterpillar", a relevé Lillian Currens de Schaeffer.

L'action de la firme à la pomme, qui fabrique une partie de ses iPhones en Chine et y écoule des millions d'appareils, a perdu 4,6%. Celle du fabricant d'engins de chantier et de construction est tombée de 3,3%.

Les attaques de Trump ont presque éclipsé le discours du patron de la Réserve fédérale américaine (Fed) plus tôt dans la journée.

Jerome Powell a souligné que si les perspectives économiques américaines restaient favorables, les tensions commerciales semblaient en revanche "jouer un rôle dans le ralentissement mondial et la faiblesse du secteur manufacturier et des investissements des entreprises aux Etats-Unis".

Dans ce contexte, le président de la Fed a cependant prévenu que la politique monétaire n'avait "pas de mode d'emploi" tout prêt.

Les acteurs du marché s'attendent toutefois à une baisse des taux directeurs lors de la prochaine réunion de politique monétaire de la Fed le 18 septembre, après la diminution du 31 juillet.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt à 2 ans (1,5229%) sur la dette américaine était presque au même niveau que le taux à 10 ans (1,5266%) aux alentours de 20h20 GMT et l'avait même dépassé brièvement durant la séance.

Une inversion de la courbe des taux est généralement considérée par les analystes comme un signe avancé de récession.

  1. https://www.nasdaq.com/" ignorabletext="true">Nasdaq

© 2019 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Dow Jones

201908260752 709679
Ma liste