OK
Accueil > Communauté > Forum Renault

Si Ghosn a des preuves, qu'il les présente à la justice, réagit le Jap

Cours temps réel: 24,77€  -0,48%

RNO


syjo
13/01/2020 16:03:49
0

Il ressemble à un hybride entre suricate et diable de tasmanie.Il en a vraisemblablement le caractère, inquiet et vorace!

  
Répondre
gars d'ain
09/01/2020 13:41:59
0

Interdiction de sortir du territoire libanais prononcé ce jour concernant Carlos Ghosn..


Comme ça, il est tranquille : le mandat international ne sert plus à rien... Et on ne peut plus exiger son extradition...

Tatatin....


Encore un set de gagné contre le Japon !

; )

  
Répondre
DonQuich
09/01/2020 13:20:38
1

Et si on attendait que le procès ait eu lieu avant de dire quoi que ce soit ...

En évitant le Liban, autant que possible !

Et j' espère qu' il aura lieu !!!

  
Répondre
whatelse
09/01/2020 12:32:34
0

Dubaisan, c'est la réalité de Carlos et la vôtre, qui êtes aussi un grand patron.

  
Répondre
ZeuspanCrace13
09/01/2020 11:31:36
0

RNO n'a peut-être plus rien à perdre en vendant ses actions Nissan avant qu'elles ne baissent encore, et l'affaire sera passée aux "pertes et profits". Les journalistes japonais parlent vraiement une autre langue même lorsqu'ils s'expriment en Anglais, et surtout quand il leur faut, trés probablement, montrer un respect conventionnel pour leur justice qui s'est cru toute puissante. Aprés tout qu'ils continuent à vendre leurs VL ou VI ou PL là où ils le peuvent, mais ce n'est pas avec des batteries qui dispersent beaucoup de polluants trés dangereux lors d'incendies comme en Australie qu'ils vont regagner le marché.

  
Répondre
Dubaisan
09/01/2020 11:21:19
2

Whatelse,

Rien ne prouve qu'il ait vole quoi que ce soit. Les detournement de biens, l'abus de droit social etc... sont traites tres differemment d'un pays a l'autre.

En France, on se complait dans la jalousie et la mortification a outrance.

Le resultat.... comme le dit CG, c'est une perte de valorisation de 10 milliards d'euros....pour Renault et autant pour Nissan.

Ca c'est la realite

  
Répondre
ZeuspanCrace13
09/01/2020 11:19:09
2

C'est cocasse en effet de voir sur ce site des adversaires effrénés de CG, copiant les classiques de l'anticapitalisme primaire.

  
Répondre
lanester
09/01/2020 11:17:57
0

ne connaissant pas le dossier, j'étais neutre, mais il a craché son venin sur ses successeurs qui ont tout raté, critiquer leur stratégie, non ! il ne devait pas parler de l'entreprise, seulement de son procès à mon sens; compte tenu de l'impact en bourse, il perd encore plus aujourd'hui, et les actionnaires encore plus, il est "petit " !!

  
Répondre
virgules44
09/01/2020 11:05:38
0

oui et le pire est à venir.......

  
Répondre
whatelse
09/01/2020 11:04:48
1

La seule chose qui me gène dans toutes vos explications, c'est que si CG, n'avait pas eu la nationalité française, ça 3ème nationalité, soit dit en passant, vous l'accuseriez d'être un voleur. Là, comme sa 3ème nationalité est Française, vous le trouvez extraordinaire. Un voleur est un voleur, quel que soit son rang dans la hiérarchie d'une entreprise, point final.

  
Répondre
Dubaisan
09/01/2020 10:59:13
3

Merci Coco 85,

Ce sont toujours les memes qui sont jaloux de n'avoir pas pas su devenir un vrai patron et ont le sentiment d'avoir rate leur vies.

Les societes (au sens entreprise) "sans direction, sans responsable, sans decideur", sont vouees a l'anarchie, aux confits, a la deliquescence, au declassement et au final, a la faillite.

Dans une entreprise, il y a un patron qui doit decider et donner ses ordres en consequence, et des salaries qui doivent executer au mieux de leur competences et dans l'interet de l'entreprise ou de leur employeur.

Toutes les structures sociales (pays, collectivite, association, entreprise, armee... etc...) fonctionnent quand ce cadre est respecte .

Hors de ce cadre, point de salut, c'est le chaos assure.


  
Répondre
guepe42
09/01/2020 10:54:07
0

merci m le juge

  
Répondre
guepe42
09/01/2020 10:53:27
1

En FRANCE quelqu'un qui reussit est forcement un voyou ,un escroc,un voleur ,si il échoue c' est un imbécile ,un bon a rien qui aurait du ne rien faire.

Là ou on est les plus fort c' est pour manifester , etre contre tout . critiquer tout et tout le monde de préférence quand on ne sait rien

EN UN MOT ON A QUE LA"GUEULE "

  
Répondre
whatelse
09/01/2020 10:42:21
1

Coco85 et sans voleur

  
Répondre
Coco85
09/01/2020 10:33:02
3

Il y a bien longtemps, il y a eu ANTIGONE de Sophocle.

Plus récemment, ANTIGONE de Anouilh

On voit apparaître maintenant une flopée d’ANTIGHOSN dont les auteurs se déchainent un peu partout, et particulièrement sur le forum d’ABC. Ces auteurs sont les mêmes que ceux qui se déclarent ANTIPATRON ou ANTIPDG etc..

Que deviendraient les sociétés sans direction, sans responsable, sans décideur ???


  
Répondre
Pa2panik
09/01/2020 10:29:04
2
Il n'y a pas de fumée sans feu.
L'inculpé Ghosn, doit préférer la justice Américaine... il suffit de payer pour être disculpé.

Et pourquoi la France n’enquête pas sur tous les grands patrons ?
  
Répondre
j.tavern
09/01/2020 09:58:30
1
Suivi en direct la 1ère conf de presse de Mr. Ghosn. Je le crois de bonne foi car à mon sens il garde aussi un esprit rigueur mathématique par exemple respect des lois en vigueur aux temps des faits évoqués pour en vérifier au préalable la légalité selon ses dires (comme on vérifie tous les axiomes et/ou principes dans une démonstration ou une théorie sinon tout est faux).
.
Donc recherche de la vérité dans des faits qui lui sont imputés in fine reconnaître humblement peut-être s’être trompé de bonne foi et assumer et/ou corriger des erreurs ou des faits ?
.
Alea jacta est … ?
.
  
Répondre
Andremis
09/01/2020 09:15:43
0
C.GHOSN est un voyou ni plus ni moins .Stop à présent .
  
Répondre
Andremis
09/01/2020 09:15:43
0

Carlos Ghosn, l'ancien patron de Renault et Nissan, lors de sa conférence de presse à Beyrouth, le 8 janvier 2020 (AFP/-)

Carlos Ghosn est convoqué jeudi par le parquet libanais, qui va l'entendre dans le cadre du mandat d'arrêt émis par Interpol à la demande du Japon, dont la justice réclame son retour pour le juger.

M. Ghosn a été convoqué pour un "interrogatoire qui se tiendra jeudi (...) afin d'écouter son témoignage au sujet de la notice rouge" communiquée à Interpol par le Japon, où l'homme d'affaires a été inculpé pour des malversations financières présumées, selon l'agence de presse officielle libanaise.

Après avoir tardé à condamner officiellement la fuite au Liban du patron déchu de Renault et Nissan, les autorités japonaises ont immédiatement réagi dès la fin de son "show" médiatique organisé mercredi à Beyrouth, qui plus est sans mâcher leurs mots, ce qui est rare.

"Je veux qu'il vienne affronter réellement la justice japonaise, mais il a fui, alors même qu'il n'était pas enfermé, qu'il pouvait voir librement ses avocats. Une telle attitude est inqualifiable", a fustigé la ministre de la Justice Masako Mori lors d'un point de presse à Tokyo jeudi matin. Elle avait déjà réagi dans la nuit.

"Dans tous les cas, son évasion n'est pas justifiable", a-t-elle poursuivi.

Alors qu'il attendait au Japon son procès, Carlos Ghosn s'est enfui fin décembre au Liban, violant l'interdiction formelle de quitter l'archipel nippon où il était libre sous caution depuis avril dernier.


Masako Mori, ministre japonaise de la Justice, lors d'une conférence de presse à Tokyo, le 9 janvier 2020 (AFP/Behrouz MEHRI)

"Si l'accusé Ghosn a quelque chose à dire sur son affaire pénale, qu'il présente ses arguments ouvertement devant un tribunal japonais et apporte des preuves concrètes. J'espère sincèrement que le prévenu Ghosn déploiera tous les efforts possibles pour faire valoir son point de vue dans le cadre d'une procédure pénale équitable au Japon", a répété la ministre.

"Mon impression est qu'il n'y avait rien de probant", a-t-elle encore ajouté, en faisant référence aux dernières déclarations du Franco-libano-brésilien.

- "Plein de ressentiment" -

Les procureurs nippons ont aussi fustigé les assertions de M. Ghosn dans un communiqué publié dès la fin de sa prestation survoltée de deux heures et demie devant des caméras du monde entier.

S'exprimant pour la première fois depuis plus d'un an devant des journalistes triés sur le volet (beaucoup de Japonais ont été exclus), il a dit tout le mal qu'il pense d'une justice où il se sentait condamné avant d'être jugé.


L'ancien PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn lors d'une conférence de presse le 8 janvier 2019 à Beyrouth, quelques jours après avoir fui le Japon (AFP/-)

Pour la énième fois, il a dénoncé une collusion entre les procureurs, Nissan et la presse "qui s'est contentée de publier des fuites des enquêteurs, sans une once de critique ou d'analyse".

Réponse du berger à la bergère, les commentateurs des télévisions japonaises n'ont exprimé jeudi matin aucune mansuétude à son égard.

"Il n'y a rien de nouveau dans ses propos, aucun élément concret convaincant, c'est plutôt un monologue émotionnel", a résumé un journaliste de la chaîne publique NHK.

"Ghosn était un homme d'affaires hors pair, ça ne fait pas de doute, mais dans ce genre de spectacle, il apparaît trop plein de ressentiment et cela manque d'arguments solides pour asseoir sa défense", a commenté Hisao Inoue, journaliste et essayiste qui a suivi l'affaire depuis le début.

- "Lacunes" du système -

Même tonalité du côté des responsables de Nissan nommément mis en cause par M. Ghosn.

"Je n'ai pas de temps à perdre avec quelqu'un qui joue un drame écrit par lui-même après avoir fui un pays en violant la loi", a lancé à la chaîne de télévision NTV Masakazu Toyoda, un administrateur extérieur du groupe automobile.

"Si le contenu de la conférence de presse se limite à ça, il aurait pu la faire au Japon", a ironisé l'ancien directeur général de Nissan Hiroto Saikawa, dénoncé par le capitaine d'industrie comme étant un de ses fossoyeurs.


Carlo Ghosn "veut laver son honneur" (AFP/)

Dans ce concert de critiques, beaucoup ont néanmoins été impressionnés par les talents de polyglotte du "citoyen du monde" Ghosn (hormis le japonais) et certains ont quand même donné un peu de crédit à ses propos.

"Si les médias japonais ont été écartés de cette conférence, on n'y peut rien, c'est une conséquence de la défiance à l'égard d'une presse qui écrit sans cesse +le suspect Ghosn+, +l'accusé Ghosn+ et déroule sans recul les fuites des procureurs", a écrit sur Twitter l'intellectuel Kenichiro Mogi.

"Ce n'est pas en niant les problèmes du système pénal japonais mais au contraire en reconnaissant ses lacunes et montrant la volonté d'y remédier que la justice japonaise peut recouvrer la confiance", a-t-il estimé.

© 2020 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Renault

202001131603 731796

Investir en Bourse avec Internet

Ma liste