OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

Le tsunami de la dette

Cours temps réel: 6 385,51  0,45%



fipuaa fipuaa
21/12/2020 09:58:00
1

la dette est la nouvelle énergie du 21ème siècle, elle a la particularité d'être inépuisable

  
Répondre
cool13 cool13
15/12/2020 08:56:24
1

Dans la nuit du 24 au 25 décembre le père noël livrera aussi les coffres fort à la demande générale.
Medias 24 le boursier

Les particuliers ont fait augmenter les ventes de coffres forts en début de crise
LE 12-10-2020

Différents commerçants et professionnels affirment que la crise a boosté la demande de coffres forts sur les mois de mars et avril 2020. Une tendance toutefois moins forte qu’en 2019, année marquée par la crainte des contrôles fiscaux, mais qui confirme toutefois la panique de la population lors de l'entrée en vigueur du confinement général.
-
Dans les moments d’incertitude, les ménages ont tendance à thésauriser pour faire face aux aléas de la conjoncture. C'était le cas cette année, avec la crise du Coronavirus. Différents commerçants et distributeurs de coffres forts contactés par Le Boursier, nous confient qu’une hausse des ventes a été constatée sur les mois de mars et avril en raison de la panique induite par la pandémie. Cette tendance va de pair avec l’explosion du cash en circulation depuis le début de la crise. Les dernières statistiques monétaires de Bank Al Maghrib du mois d'août montrent une circulation fiduciaire en hausse de 22% depuis le début de l’année, atteignant 305 milliards de dirhams. Une quantité de cash en hausse, poussée certes par les aides de subsistances versées en cash à quelques 4 millions de ménages, mais surtout par la peur et l’incertitude des citoyens envers l'avenir économique.
-
La demande boostée par la panique chez les particuliers
-
En 2019, un boom des ventes de coffres forts avait eu lieu suite aux craintes des contrôles de l’administration fiscale par certains acteurs économiques. Le trend en 2020 est très similaire. Selon des chiffres fournis par l'Office des Changes, 13,3 millions de dirhams de coffres forts et armoires fortes en tôle épaisse ont été importées au Maroc sur les six premiers mois de l'année 2019. Sur la même période en 2020, les importations sur ces produits s'élèvent à 13,2 millions de dirhams. Mais cette année, la clientèle et les raisons d'achat ont changé.
-
Les différentes mesures exceptionnelles prises par les autorités après la détection des premiers cas de Covid-19 au Maroc ont cassé la confiance des ménages envers l’avenir économique. La fermeture des frontières et le confinement ont créé un environnement anxiogène inédit sur le début de l’année. « Il y a eu un vent de panique qui a été observé sur le début du mois de mars jusqu’à mi-avril. Nous avons constaté une augmentation de la demande des clients particuliers sur cette période en ce qui concerne les coffres forts. Les gens cherchaient à sécuriser leur argent chez eux par peur de ne plus y avoir accès à cause des mesures de restrictions qui tombaient chaque jour », nous explique un professionnel des coffres forts sous le sceau de l’anonymat. Une dynamique qui cependant s’est essoufflée sur le reste de l’année. « Cette tendance n’a pas duré longtemps, simplement quelques jours ou semaines, le temps que les autorités remettent le calme nécessaire et la communication en route pour rassurer les gens » poursuit notre source.
-
Une opinion partagée par Samir Mdarhri, directeur général de Sanash Sécurité à Casablanca, spécialisé dans les solutions de sécurité. « L’idée d’un monde confiné a semé le trouble. Les gens ont commencé à paniquer. Ils ne savaient plus s’ils allaient avoir accès aux banques avec le confinement. Il y a eu une frayeur de manquer d'argent et ne plus pouvoir subvenir aux besoins de base » explique notre interlocuteur.
-
A cette panique s’est ajoutée la peur de rencontrer des difficultés de paiements avec les autres moyens de règlement classiques comme le chèque ou la carte bancaire. « Quand vous êtes en télétravail ou bloqués chez vous sur une longue durée, que vous craigniez d’avoir des problèmes avec votre carte bancaire lors de paiements pour aller faire vos courses, le cash reste le moyen le plus sur pour subsister à vos besoins » explique Samir Mdarhri.
-
Une demande captée principalement par l’informel
-
Mais cette hausse de la demande des particuliers, caractérisée par l’effet de panique induit par la crise sanitaire a principalement bénéficié au secteur informel, assure notre interlocuteur. « Sur cette année 2020, la clientèle est constituée de l’ensemble des catégories socio-professionnelles. Même les gens qui disposent d’un petit matelas de sécurité en terme de liquidité ont opté pour un coffre. Ils ont la volonté de payer le moins possible et se dirigent vers l’informel pour éviter de s’affranchir de la TVA. Ils préfèrent passer par des revendeurs sur Derb Ghallef par exemple qui ne disposent ni de patentes, ni de certifications de sécurité sur le matériel vendu » explique le directeur de Sanash Sécurité. Pour un coffre-fort à usage domestique acheté dans le secteur informel, notre interlocuteur nous apprend que « les prix ne dépassent pas les 5 000 dirhams au noir. Alors qu’un coffre du même usage acheté chez un professionnel, certifié grade 1, commence à 7 000 dirhams hors taxes ».
-
La demande en coffres forts des entreprises en chute avec la crise
-
Mais si la demande chez les particuliers a augmenté au début de la période de crise, celle des entreprises n’a pas suivi le même rythme. Pour les professionnels du milieu formel, principalement spécialisés dans la vente aux entreprises, l’activité concernant les coffres forts a connu un net recul.
-
Le ralentissement des appels d’offres des grandes sociétés, notamment des banques, a causé un vide dans l’activité. « Après la cloture des budgets au mois de mars, les appels d’offres pour les équipements en coffres forts dans les grandes sociétés commencent généralement à arriver. Pour une banque, l'appel d'offres concerne entre 50 et 100 coffres en général. Cette année, le processus a été retardé voire annulé pour beaucoup d’entre elles à cause des temporisations sur le développement des réseaux physiques » conclut Samir Mdarhri.

Message complété le 15/12/2020 09:00:33 par son auteur.

sa concerne aussi la France ont en parle pas

  
Répondre
cool13 cool13
15/12/2020 08:08:49
0


L'Etat français s'assure l'accès à la trésorerie d'organismes publics

Économie Reuters

14 décembre 2020 6:36 PM / Updated il y a 13 heures
L

'Etat français s'assure l'accès à la trésorerie d'organismes publics

By Leigh Thomas
4 Min Read
PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a demandé à une dizaine d’organismes publics ou privés de déposer leurs avoirs au Trésor, montrent des documents officiels que Reuters a pu consulter, l’Etat cherchant ainsi à s’assurer la meilleure situation de trésorerie possible dans le contexte de la crise sanitaire et des incertitudes liées au Brexit.

Une ordonnance gouvernementale datée du 2 décembre montre que cette instruction s’applique entre autres à Pôle Emploi et au Fonds de garantie des dépôts et de résolution.

“Dans un contexte marqué par la forte hausse de l’endettement résultant de la sollicitation sans précédent de la puissance publique pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire, la présente ordonnance vise à étendre l’obligation de dépôt de fonds au Trésor à certains organismes qui y dérogeaient jusqu’alors”, explique un document du ministère des Finances en annexe de cette ordonnance.

Cette disposition permet à l’Etat d’accéder s’il le souhaite à plusieurs milliards d’euros sans avoir à faire appel aux marchés pour financer ses engagements.

Le ministère des Finances s’est refusé à tout commentaire dans l’immédiat sur les raisons de cette décision.

La France n’a eu aucun mal à emprunter sur les marchés cette année en dépit de besoins de financement sans précédent puisqu’elle a bénéficié, comme les autres pays de la zone euro, des achats de titres sans précédent de la Banque centrale européenne (BCE). Les rendements des emprunts d’Etat français sont ainsi proches de leurs plus bas historiques.
Mais la décision prise par le gouvernement Castex permet à l’Etat d’assurer la disponibilité de réserves supplémentaires et de réduire ses besoins d’emprunt en cas de turbulences sur les marchés comparables à celles qu’a subies en mars le marché de la dette italienne.

UNE SÉCURITÉ EN CAS DE TURBULENCES

“La centralisation des trésoreries permet à l’État de réduire son endettement en substituant des ressources de trésorerie à des émissions de dette”, explique l’ordonnance.

“Ce moindre endettement permet à l’État de réduire son besoin de financement, et partant de minorer son coût pour les Français, contribuant ainsi à limiter le niveau et la charge de la dette.”
Le Fonds de garantie des dépôts et de résolution (FGDR), un organisme de droit privé destiné à protéger les déposants en cas de défaillance d’un établissement financier, est financé par les contributions des banques et dispose de cinq milliards d’euros de réserves.

Une porte-parole du FGDR a déclaré que la décision de déposer au Trésor la totalité ou une partie seulement de ces réserves n’était pas encore prise.

Chez Pôle Emploi, une porte-parole a déclaré que l’organisme d’indemnisation chômage bénéficiait d’une exemption de l’ordonnance, qui peut toutefois être annulée si l’Etat souhaite accéder à ses liquidités.

L’Etat oblige depuis des années déjà des entités publiques comme les communes ou les hôpitaux à déposer leurs fonds au Trésor plutôt que dans des banques.

Selon l’ordonnance et une étude d’impact, le montant total des comptes ouverts au Trésor atteignait plus de 150 milliards d’euros fin octobre, contre 128 milliards en 2019.

Près de la moitié de cette augmentation est à mettre au crédit de la Cades, la Caisse d’amortissement de la dette sociale, qui gère l’endettement de la Sécurité sociale: ses dépôts au Trésor sont passés de trois à dix milliards d’euros, selon une source au ministère des Finances, qui explique que ces liquidités constituent “une source de financement pour l’Etat”.

Version française Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot

Message complété le 15/12/2020 08:42:53 par son auteur.

Conseil des ministres du 2 décembre 2020. Centralisation des fonds de certains organismes au trésor.
Prononcé le 2 décembre 2020
Publié le 21 février 2020 à 14h43
Intervenant(s) :
• Bruno Le Maire - Ministre de l'économie, des finances et de la relance
• Secrétariat général du Gouvernement
Mots-clés :
Texte intégral
Le ministre de l'économie, des finances et de la relance a présenté une ordonnance relative à la centralisation des disponibilités de certains organismes au Trésor.
Dans un contexte marqué par la forte hausse de l'endettement public résultant du soutien massif de l'État aux ménages et aux entreprises pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire, l'ordonnance étend l'obligation de dépôt de fonds au Trésor prévue par le décret n° 2012-1246 du 7 novembre 2012 relatif à la gestion budgétaire et comptable publique à certains organismes qui y dérogeaient jusqu'alors en vertu de dispositions législatives spécifiques.
Prise sur le fondement de l'article 58 de la loi n° 2020-734 du 17 juin 2020 relative à diverses dispositions liées à la crise sanitaire, à d'autres mesures urgentes ainsi qu'au retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne, l'ordonnance prescrit la centralisation des trésoreries de douze organismes publics et privés chargés d'une mission de service public et dont les disponibilités sont majoritairement issues de ressources prévues par la loi.
La centralisation des trésoreries permet à l'État de réduire son endettement en substituant des ressources de trésorerie à des émissions de dette. Ce moindre endettement permet à l'État de réduire son besoin de financement, et partant de minorer son coût pour les Français, contribuant ainsi à limiter le niveau et la charge de la dette. La mesure correspond à une mutualisation de trésoreries. Les organismes concernés conservent la pleine propriété de ces fonds.
Fin octobre 2020, environ 60 000 comptes étaient ouverts auprès du Trésor pour un peu plus de 150 milliards d'euros.

Message complété le 15/12/2020 08:47:08 par son auteur.

Serions, nous, amenées à faire les fonds de tiroir.

  
Répondre
cosmo2 cosmo2
07/12/2020 16:33:56
1

Une petite dette ponzi, une petite dette ponza, let the music play...

  
Répondre
cool13 cool13
19/11/2020 16:28:46
1

Pourquoi voulez vous que çà change, quand tout va bien, dans le meilleur des mondes.


Aller pour la route, Qu'est ce que c'est que ce bins

La dette publique, ad vitam aeternam.

https://www.youtube.com/watch?v=H7pZG3zuRPk

https://www.youtube.com/watch?v=ZE8xBzcLYRs

Merci loi Pompidou 1973
La loi no 73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France est une loi française, qui modifie le statut de la Banque de France et précise notamment les conditions autorisant l'État à emprunter à la Banque de France. ... En réalité cette loi vient clarifier une situation qui existait déjà depuis près de 40 ans.

Enquête sur la loi du 3 janvier 1973 de Pierre-Yves Rougeyron avec P. Jovanovic

https://www.youtube.com/watch?v=bTq6XyP1n_g&feature=youtu.be

On prend les français pour moutons dociles, Ça, ont est bien d’accords.

https://www.facebook.com/lavraiedemocratie/videos/972342669920218/

  
Répondre
Luncyan Luncyan
19/11/2020 13:03:27
2

C'est pour ça que les Français ont 80% de leur portefeuille en obligataire ahahaha

  
Répondre
TRADMEN TRADMEN
19/11/2020 12:43:16
2

Rien de grave le compteur est illimité🤑Ce qu’il faut en déduire c’est que l’argent n’a plus de valeur....

La est le réel problème ...

  
Répondre
fipuaa fipuaa
19/11/2020 12:26:16
2

le 6ème continent !

  
Répondre
cosmo2 cosmo2
19/11/2020 12:12:34
2

Record en vue à 277.000 milliards de dollars pour les dettes mondiales, selon l'IIF

18/11/2020 | 16:40

NEW YORK (Reuters) - L'endettement mondial devrait atteindre un niveau sans précédent de 277.000 milliards de dollars (233.400 milliards d'euros) à la fin de l'année en raison des montants colossaux empruntés par les Etats et les entreprises pour faire face à la crise du coronavirus, conclut l'Institute of International Finance (IIF) dans une étude publiée mercredi.

L'IFF, qui regroupe plus de 400 banques et institutions financières du monde entier, estime que la dette globale avait déjà augmenté de 15.000 milliards de dollars fin septembre, à 272.000 milliards, une progression imputable pour près de la moitié aux Etats, principalement développés.

La dette globale des pays développés a ainsi bondi à 432% du produit intérieur brut (PIB) à la fin du troisième trimestre contre environ 380% fin 2019.

Pour les pays émergents, ce ratio était proche de 250% fin septembre, et de 335% pour la Chine.

"Il y a d'importantes incertitudes sur la manière dont l'économie mondiale pourra se désendetter à l'avenir sans conséquences négatives importantes pour l'activité économique", estime l'IIF.

Aux Etats-Unis, la dette totale (publique et privée) devrait atteindre 80.000 milliards de dollars en fin d'année, soit quelque 9.000 milliards de plus qu'à fin 2019.

Dans la zone euro, la dette a augmenté de 1.500 milliards de dollars sur les neuf premiers mois de l'année pour atteindre 53.000 milliards fin septembre.

Les plus fortes augmentations du ratio d'endettement du secteur non-financier ont été enregistrées au Liban, en Chine, en Malaisie et en Turquie, précise l'étude.

D'ici la fin de l'an prochain, ajoute l'IIF, quelque 7.000 milliards de dollars d'obligations et d'emprunts syndiqués de pays émergents arriveront à échéance, dont 15% sont libellés en dollars américains, or la baisse des recettes fiscales de ces pays rend le remboursement de ces dettes "beaucoup plus coûteux" malgré la faiblesse globale des taux d'intérêt.

  
Répondre
mika57 mika57
19/11/2020 11:22:55
3

"ses dettes devraient atteindre 80 milliards de dollars cette année, contre 71 milliards de dollars fin 2019. """

Ah, encore des génies dans la communication des chiffres sans se relire

A moins que ça soit la traduction française le problème...

Je pense qu'ils ont oublié 3 zéros si on cumule dette privée et publique (27 000 milliards)

  
Répondre
As du pif As du pif
19/11/2020 11:13:20
1

"" La dette des économies avancées a augmenté de plus de 50 points de pourcentage cette année pour atteindre 432% du PIB à la fin du mois de septembre. Les États-Unis représentaient près de la moitié de ce montant; ses dettes devraient atteindre 80 milliards de dollars cette année, contre 71 milliards de dollars fin 2019. ""

https://www.ft.com/content/18527e0c-6f02-4c70-93cb-c26c3680c8ad

  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

202012210958 817946
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2021

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.