OK
Accueil > Communauté > Forum Fermentalg

Forum Fermentalg

Cours temps réel: 2,99  -2,61%



Pictou Pictou
09/01/2021 11:56:44
0

suite à des recherches sur internet voici ce que j'ai découvert

- voir autre info plus bas ... et MEDINCELL

- et dans ce lien, une vidéo très instructive du Dr Pierre KORY qui témoigne devant le sénat américain

https://lesgiletsjaunesdeforcalquier.fr/index.php/2020/12/15/audition-du-dr-pierre-kory-par-la-commission-denquete-du-senat-americain/


un petit résumé de son intervention ci dessous
LE DR PIERRE KORY, PRÉSIDENT DE FLCCC, TÉMOIGNE DEVANT LE COMITÉ SÉNATORIAL
https://www.boursorama.com/bourse/forum/1rPMEDCL/detail/456692611/
08 déc. 2020
Le Dr Pierre Kory, président de l’Alliance FLCCC, témoigne devant le Comité sénatorial de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales sur le traitement précoce du COVID-19 ambulatoire
«Ce sera une mort inutile à partir de maintenant, étant donné qu’il existe une solution scientifique facilement disponible à la pandémie», dit Kory.
Alliance de soins intensifs COVID-19 de première ligne (Alliance FLCCC)
8-déc.-2020 14h30 HNE , par Front Line COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC Alliance)
favorite_border
dix
Newswise – WASHINGTON, DC – 8 DÉCEMBRE 2020 : comparaissant en tant que témoin mardi matin devant le Comité sénatorial de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales – qui a tenu une audition sur «Le traitement ambulatoire précoce: une partie essentielle d’une solution COVID-19» – Dr Pierre Kory, président de la Frontline COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC) , a appelé le gouvernement à examiner rapidement les preuves médicales déjà importantes et encore émergentes sur l’ivermectine.
Les données montrent la capacité du médicament Ivermectin à prévenir le COVID-19, à empêcher les personnes présentant des symptômes précoces de progresser vers la phase hyper-inflammatoire de la maladie et même à aider les patients gravement malades à se rétablir.
Le Dr Kory a témoigné que l’ivermectine est effectivement un «médicament miracle» contre le COVID-19 et a appelé les autorités médicales du gouvernement – le NIH, le CDC et la FDA – à examiner de toute urgence les dernières données, puis à publier des directives pour les médecins, les infirmières praticiennes, et les assistants médicaux pour prescrire l’ivermectine pour Covid-19.
«Les gens meurent à des taux inacceptables et incalculables», a déclaré le Dr Kory au comité sénatorial. «Je suis spécialiste des poumons et des soins intensifs, et tout ce que je fais actuellement, c’est m’occuper des patients atteints du COVID-19 qui meurent d’essoufflement dans les unités de soins intensifs. Au moment où ils arrivent à l’USI, il est presque impossible de sauver la plupart des patients. Ils ne peuvent tout simplement pas respirer.
Bien qu’encouragé par les succès apparents des vaccins, le Dr Kory a déclaré que les médecins qui tentent de sauver des vies en affluant dans les USI considèrent désormais le manque de conseils gouvernementaux et de recherche sur un traitement préventif précoce et efficace à domicile inopportun lorsque les hôpitaux regorgent de plus de 100000 patients admis. – et un nombre record de décès est signalé quotidiennement. «L’ivermectine et les composants du protocole I-Mask + pourraient sauver des centaines de milliers de personnes dans le monde qui n’ont pas à mourir en attendant la distribution généralisée des vaccins», a déclaré le Dr Kory au comité.
Kory a déclaré que la quantité de preuves que l’Alliance FLCCC a rassemblées et compilées dans un manuscrit dépasse de loin le niveau requis pour une autorisation d’utilisation compassionnelle telle que définie par le
FDA. «Cela s’est produit pour le Remdesivir, un médicament avec des preuves beaucoup moins étayées et un coût beaucoup, beaucoup plus élevé», a poursuivi le Dr Kory. «Pourquoi cela ne peut-il pas arriver pour l’ivermectine étant donné ce niveau de preuve? Combien d’essais supplémentaires doivent-ils être réalisés lorsque notre manuscrit détaille les résultats de plus de 20 études – dont plus de dix essais contrôlés randomisés? Nous sommes dans une pandémie, nous sommes en guerre, arrêtez de prétendre que nous sommes en temps de paix où nous menons nos affaires comme d’habitude. Le NIH doit examiner rapidement les données et faire une recommandation. »
L’Alliance FLCCC a été bloquée dans ses tentatives de diffusion d’informations scientifiques sur l’ivermectine sur Facebook et d’autres médias sociaux, les pages du FLCCC étant fermées à plusieurs reprises. De plus, après la conférence de presse du groupe le 4 décembre 2020 à Houston, aucun
Les médias américains ont rapporté les appels du FLCCC à l’aide du gouvernement fédéral pour qu’il agisse afin de mettre fin à cette pandémie. Aucun représentant du CDC, du NIH ou de l’organisation mondiale de la santé ne les a non plus contactés.
«Je ne sais pas combien de temps je peux encore faire ça», a déclaré Kory. «Surtout en sachant que ce sera une mort inutile à partir de maintenant, étant donné qu’il existe une solution facilement disponible. Une solution qui ne peut être ni rejetée ni ignorée. Il est essentiel d’informer les prestataires de soins de santé dans ce pays et dans le monde. La direction de nos agences gouvernementales de soins de santé a ici une grande responsabilité. Tout ce que nous demandons, c’est que le NIH, le CDC et la FDA procèdent à un examen rapide de la littérature examinée dans cette présentation et fournissent des conseils aux prestataires de soins de santé du pays.
«Si nous ne faisons rien, la tendance actuelle se poursuivra. L’histoire jugera. Le peuple américain réclamera des réponses ou louera le courage des élus pour représenter leurs intérêts.

_______________________________________________________________

AUTRE INFO

Essais randomisés contrôlés en traitement
Nous citerons les quatre études randomisées contrôlées les plus importantes à ce jour.
D’abord, en traitement précoce, l’étude de Mahmud [14] (Bangladesh) sur 400 patients non hospitalisés. 200 patients traités avec ivermectine et doxycycline et 200 patients constituant un ge contrôle. Au bout de 7 jours, il y a 61% de guérison dans le groupe traité, contre 44% dans le groupe placébo, la différence est significative (p<0.03). Au bout de 12 jours, il n’y a plus que 23% de malades avec ivermectine contre 37% dans le groupe contrôle, ici la différence est très significative (p<0.004). Le nombre de patients ayant vu leur état s’aggraver est double dans le groupe contrôle au bout d’un mois (8.7% contre 17.8%, p=0.01). Aucun patient sous ivermectine n’est décédé alors que 3 sont morts dans le groupe contrôle. Les effets secondaires sont rares et sont probablement plus liés à la doxycycline qu’à l’ivermectine. Dans cette étude, une seule dose d’ivermectine de 12mg a été donnée aux patients, le premier jour. Les résultats auraient pu être encore meilleurs avec plusieurs doses, comme le suggère l’étude randomisée sur la charge virale d’Ahmed [4].
Deuxièmement, l’étude randomisée d’Elgazzar [6] précédemment citée dans la partie prophylaxie, comporte aussi 400 patients hospitalisés, dont 200 dans un état modéré, et 200 gravement malades. Deux bras sont comparés à chaque fois : un bras ivermectine de 100 patients et 100 autres patients prenant de l’hydroxychloroquine. Ici encore, les résultats sont sans appel et sont significatifs :
Hydroxychloroquine, formes modérées: 74% amélioration, 4 décès
Ivermectine, formes modérées: 99% amélioration, 0 décès
Hydroxychloroquine, formes sévères: 50% amélioration, 20 décès
Ivermectine, formes sévères: 94% amélioration, 2 décès
La troisième étude d’ampleur est l’étude iranienne de Niaee [12]. Cette étude, ignorée par le site “Meta evidence” cité par 20 Minutes, est pourtant de qualité : randomisée en double aveugle sur un total de 180 patients hospitalisés, comparant différents marqueurs biologiques, et différents dosages d’ivermectine. Un bras contrôle avec 2 sous-bras: une sous-cohorte avec traitement standard (n=30), et une sous-cohorte avec hydroxychloroquine (n=30). Le bras ivermectine (n=120 au total) comporte 4 sous-groupes : 30 patients prenant une seule dose de 0.2mg/kg de poids de corps, 30 prenant 0.2mg/kg d’ivermectine le premier jour et le troisième, 30 autres prenant une seule dose de 0.4mg/kg et finalement 30 autres en prenant 0.4mg/kg à la fois à J1 et J3. Les nombres de patients par bras sont assez faibles mais on n’observe pas de différence notable sur la mortalité en fonction des différents dosages d’ivermectine, donc une seule dose semble suffisante, contrairement à ce que suggérait l’étude d’Ahmed [4] (d’autres études sont donc nécessaires pour déterminer la dose optimale d’ivermectine). En résumé, les résultats sont très en faveur du bras ivermectine : seulement 4 morts sur 120 dans le groupe ivermectine, contre 11 morts sur 60 dans le groupe contrôle (5 avec hydroxychloroquine et 6 en traitement standard). On a donc une réduction de 82% de la mortalité, très significative (p=0.001).
Citons enfin l’étude de Hashim [15] irakienne, randomisée contrôlée sur 140 patients, dont 70 traités avec ivermectine et doxycycline. Parmi les patients sévères, 0% de décès dans le groupe ivermectine, contre 27% dans le groupe contrôle (p=0.05). Dans le groupe modéré, le temps médian de guérison est de 6.3 jours avec ivermectine, contre 13.6 jours sans ivermectine, cette différence est très significative (p<0.001).
Il existe 7 autres études randomisées, de plus petite taille sur l’ivermectine (entre 24 et 100 patients inclus), ainsi que des dizaines d’études observationnelles incluant plusieurs milliers de patients.
Toutes ces études trouvent des effets bénéfiques dans le groupe ivermectine, très souvent significatifs et importants.
Il n’y a aucun doute depuis novembre: la balance bénéfice-risque est très largement en faveur de l’ivermectine désormais.
La désinformation anti-ivermectine des grands médias tels que 20 Minutes, Libération et Franceinfo est criminelle.

MEDINCELL (biotech)

Covid-19 : La biotech montpelliéraine MedinCell avance sur son évaluation de l’ivermectine en traitement préventif
https://www.industriepharma.fr/
Publié le 29/09/2020
© Pexels
MedinCell annonce avoir débuté un essai clinique pour évaluer l’innocuité d’un traitement d’ivermectine à longue durée d’action. Une première étape pour en faire un traitement préventif du Covid-19.
« Nous gardons le cap, développer la 3ème voie contre la Covid-19, celle de la prévention », se félicite Christophe Douat, le président du directoire de MedinCell. La biotech montpelliéraine annonce avoir lancé un essai clinique de phase I visant à évaluer l’innocuité de l’ivermectine. Trois cohortes de huit patients sains se verront ainsi administrer quotidiennement de l’ivermectine, par voie orale.
L’ivermectine est un médicament antiparasitaire déjà largement utilisé et qui présente peu d’effets indésirables.
“Dans les différentes pathologies pour laquelle elle est autorisée, l’ivermectine est utilisée en dose unique, il faut donc évaluer l’innocuité sur une prise prolongée de la molécule“, détaille Christophe Douat.
Dans la lutte contre le nouveau coronavirus, MedinCell a pour objectif de mettre au point un traitement préventif à base d’ivermectine, sous forme injectable et avec une durée d’action d’un mois. En parallèle de cet essai chez l’homme, la biotech évalue, in vivo, différentes formules d’ivermectine à action prolongée.
MedinCell espère avancer vers d’autres essais chez l’homme dès l’année prochaine avec pour objectif une demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour son produit en 2021.
Des résultats prometteurs à confirmer
Medincell mise sur l’ivermectine en s’appuyant sur différentes études qui montrent des signes d’efficacité de la molécule contre le nouveau coronavirus.
Au printemps dernier, une étude australienne avait montré que la molécule avait réduit d’environ 5 000 fois la concentration du nouveau coronavirus dans une culture cellulaire.
Plus récemment, une étude égyptienne, menée sur des cas contacts a montré que 7,4 % des 203 patients ayant reçu deux doses d’ivermectine à 72h d’intervalle ont présenté des symptômes d’infection dans les quinze jours contre 58,4 % parmi les 102 sujets du groupe témoin non traités.
“Nous espérons voir arriver d’autres résultats cliniques d’ici à la fin de l’année qui valideront les indices que l’on a aujourd’hui sur l’efficacité de l’ivermectine“, projette Christophe Douat.
Plusieurs dizaines d’essais cliniques sont ainsi en cours dans le monde entier, en traitement du Covid-19 ou en prévention. Des études dans lesquelles l’ivermectine est évaluée seule ou en combinaison avec d’autres molécules telles que l’hydroxychloroquine ou la doxycycline.
Le modèle à longue durée d’action de MedinCell
“Le scénario idéal pour notre développement serait que l’ivermectine soit autorisée contre le Covid-19, sous forme de comprimés“, souligne Christophe Douat.
Une version à longue durée d’action de l’ivermectine, qui nécessiterait une injection unique pour un mois plutôt qu’une prise quotidienne de comprimés, aurait alors pour avantage de faciliter l’observance du traitement, particulièrement en prévention.
MedinCell est spécialisée dans le développement, sous une forme injectable et à longue durée d’action, de molécules connues et commercialisées, une forme obtenue grâce à sa technologie propriétaire BEPO. La biotech travaille notamment sur un contraceptif ainsi que sur un traitement du paludisme.
Pour financer ces développements, la biotech a multiplié les partenariats avec des organismes comme Unitaid ou la Fondation Bill & Melinda Gates. Des accords gagnants-gagnants puisque MedinCell bénéficie de leurs financements et en échange, cède les droits des produits développés pour les pays a revenu faible et intermédiaire.
Sur ce projet contre le nouveau coronavirus, MedinCell souhaite avancer au maximum vers des phases cliniques mais reste en discussion pour d’éventuels partenariats. “Notre priorité est d’aller très vite sur ce projet, de trouver un financement intégral des différentes phases à venir, avant, par la suite, de trouver un partenaire industriel pour réaliser le scale-up et la distribution du produit“, nous explique Christophe Douat.


  
Répondre

Forum de discussion Fermentalg

202101091156 830441

Investir en Bourse avec Internet