OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

Macron aux Emirats, gros contrats en vue

Cours temps réel: 7 068,59  -1,75%



Anjou49 Anjou49
03/12/2021 11:44:12
0

@moicmoi

Merci précision d’importance concernant le Luxembourg…

Même si tu « l’envisageais » (d’acheter les USA) je ne te croirais pas 😉😉😉

  
Répondre
moicmoi moicmoi
03/12/2021 11:37:37
0

Anjou49
« « Tu te trompes le Luxembourg ne nous achètera rien »
»

Je n'ai pas écrit "le Luxembourg nous achètera"

J ’ai écrit : » le Luxembourg envisage d’acheter 50 Rafales et 2 sous-marin. »

Envisage !
Moi, j’envisage d’acheter tout le territoire des USA. Le ferais-je ?
C’est pas l’Inde qui envisageait d’acheter 126 Rafales , il y a qqs temps ?

  
Répondre
Anjou49 Anjou49
03/12/2021 10:59:00
0

Et MBZ pourra continuer à découper ses opposants en suivant les pointillés…

Cette leçon vaut bien un (beau) fromage, non ?

Au fait je me demande bien ce qu’ils font de tout ces armements qu’ils nous achètent ? Ils n’ont ni les pilotes confirmés, ni leur SAV national, alors ? C’est juste pour nous faire plaisir sans doute.

@moicmoi

Tu te trompes le Luxembourg ne nous achètera rien mais par contre il nous propose ses services pour le règlement des commissions et rétro commissions, dans le cas (improbable) bien sûr où elles existeraient.

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
03/12/2021 10:35:51
1

Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, déclare :

La vente de 80 Rafale à la Fédération des EAU est un succès français : j'en suis très fier et très heureux. Je veux remercier les autorités émiriennes du renouvellement de leur confiance dans nos avions. Après les Mirage 5 et les Mirage 2000, ce contrat Rafale vient consacrer la relation stratégique qui unit nos deux pays et la satisfaction de l'Armée de l'Air des Émirats Arabes Unis, partenaire historique et exigeant de notre société. Je souhaite souligner la qualité et l'efficacité des relations entre les autorités françaises et l'industrie, qui ont aussi permis ce succès de l'équipe France.
Ce contrat est une très bonne nouvelle pour la France et pour son industrie aéronautique, pour tout l'écosystème des 400 entreprises, grandes et petites, qui contribuent au Rafale : ce sont des milliers d'emplois qui sont assurés dans la prochaine décennie pour notre secteur. Ce contrat, le plus important jamais obtenu par l'aéronautique de combat française, vient conforter une base industrielle nationale, certainement unique en Europe, regroupant de grands groupes et des PME/PMI autour d'une entreprise qui a été maître d'œuvre de toutes les générations d'avions militaires et civils de ces 70 dernières années. La réussite du Rafale dans nos armées et sa vente à la fédération des EAU, comme aux cinq pays export déjà clients, témoignent que l'aviation de combat français est un pôle d'excellence de l'industrie nationale reconnu à l'international ».

  
Répondre
moicmoi moicmoi
03/12/2021 10:05:07
2


Eh . Un sacrément bon vendeur de Rafales, not' président.

Tout comme le joli mois de mai est le temps du lilas, le printemps le temps des cerises, le 1 janvier le temps des bonnes résolutions, les mous qui précèdent les présidentielles sont le temps des cadeaux à la pelle et des belles annonces de contrats à l’étranger.
Et puis, quoi ?…..les belles annonces de contrats, ça ne mange pas de pain. Mais c’est bon pour les sondages, tout comme les 5 fruits et légumes c’est bon pour la santé.
Et quand bien même : si les belles annonces de contrats ne tiennent pas leurs promesses, ce sera après les élections, et se sera : »c’est pas moi, c’est les autres ».
Alors pourquoi se gêner ? Annonçons que le Luxembourg envisage d’acheter 50 Rafales et 2 sous-marin.

https://www.youtube.com/watch?v=km6gUbW8s28

  
Répondre
BAWA50 BAWA50
03/12/2021 09:09:09
0
la France ne vend absolument plus rien du tout depuis 20 ans, que des armes de guerres qui se retournent dans 100% des cas contre nous avec la venue de centaines de milliers de migrants tous les ans, soit 100 fois plus en coùt économique d'aides sociales gratuute que la vente de quelques armes payées en pétrole, en chemises pour les indiens ou en dessous de table
  
Répondre
fpeucham fpeucham
03/12/2021 09:06:46
0
Réponse à mika : Les Emirats arabes unis sont probablement plus fiables que les anglais et leurs amis du Commonwealth...
  
Répondre
mika57 mika57
03/12/2021 08:52:31
3

Sérieusement, il y a des gens pour croire à ces annonces ?

On en reparlera au moment venu, mais pour moi, les étapes seront :


1) Gros contrats en vue et signatures. Fiesta. Youpi, médias tambours battants assurant que la France est attractive grâce à Macron et sa politique. Vive notre industrie. Vive Macron qui enrichit notre pays et qui permet l'export de nos produits, réélisez ce gars, c'est le meilleur

2) Élection présidentielle en avril 2022

3) Après les élections : Les contrats sont revus à la baisse. Mince, les méchants émiratis nous l'ont mise dans l'os. Trahison !

------------------------------------------------------------------------

La leçon devrait être apprise depuis les contrats Rafale moins importants que prévu et les sous-marins australiens...

  
Répondre
mika57 mika57
03/12/2021 08:52:30
0

L'entrée du pavillon des Emirats arabes unis à l'exposition universelle 2020, à Dubaï, le 2 décembre 2021 (AFP/Thomas SAMSON)

Le président Emmanuel Macron effectue vendredi une courte visite à Dubaï, première étape d'une tournée dans le Golfe, pour renforcer les relations solides entre la France et les Emirats arabes unis avec l'annonce attendue de plusieurs contrats, dont celui de plusieurs dizaines de Rafale.

L'homme fort des Emirats, le prince héritier d'Abou Dhabi Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, dit MBZ, accueillera le chef de l'Etat français sur le site de l'Exposition universelle qui se tient à Dubaï jusqu'à la fin mars.

Après un entretien en milieu de matinée, les deux dirigeants assisteront à la signature de plusieurs contrats et accords économiques.

"Je ne veux pas dévoiler le cadeau de Noël" avant la rencontre, a déclaré Anwar Gargash, conseiller du président émirati, à des journalistes cette semaine. Une discrétion partagée par l'Elysée et les groupes concernés.


Un avion de combat Rafale se pose sur le porte-avions français Charles-de-Gaulle au large de Toulon, le 5 juin 2021 (AFP/Archives/NICOLAS TUCAT)

Le contrat le plus attendu est celui portant sur une commande de plusieurs dizaines d'avions de combat Rafale par les Emirats, qui viserait à remplacer à terme les 60 Mirage 2000 acquis à la fin des années 1990.

Les Emirats sont actuellement le cinquième client le plus important de l'industrie de défense française sur la décennie 2011-2020, avec 4,7 milliards d'euros de prises de commandes, selon le rapport au Parlement sur les exportations d'armement de la France.

Ces dernières années, Paris a été critiqué parce que certaines de ces armes avaient été utilisées dans le conflit au Yémen, où l'Arabie saoudite et ses alliés sont soupçonnés de crimes de guerre par des ONG comme Amnesty International.

En se dotant d'avions Rafale, construits par Dassault Aviation, les Emirats emboîteraient notamment le pas au Qatar, qui a acheté 36 appareils, et à l'Egypte (24 appareils achetés en 2015 et 30 en 2021).


Le président Emmanuel Macron lors d'une visite à Zagreb le 25 novembre 2021 (POOL/AFP/Archives/Damir SENCAR)

A Dubaï, Emmanuel Macron est accompagné d'une large délégation de ministres, dont Jean-Yves Le Drian (Affaires étrangères), Bruno Le Maire (Economie) et Florence Parly (Armées), ainsi que de dirigeants d'entreprises, comme Airbus, Thalès, Air Liquide ou EDF.

Le puissant fonds souverain émirati Mubadala devrait annoncer qu'il accroît nettement son enveloppe d'investissements, qui serait portée à quatre milliards d'euros, dans des entreprises françaises.

- "Partenaire fiable" -

Arrivé au lendemain des célébrations du 50e anniversaire de la création des Emirats, le 2 décembre 1971, le chef de l'Etat visitera les pavillons émirati et français de l'Expo 2020, la première exposition universelle de l'histoire à être organisée au Moyen-Orient. Elle s'est ouverte en octobre avec un an de retard à cause de la crise du Covid.

Durant cette tournée qui le mène au Qatar en fin de journée puis en Arabie Saoudite samedi, Emmanuel Macron entend discuter de "la lutte contre le terrorisme, l'islamisme radical et leur financement" car "coopérer avec ces Etats, en particulier contre Daech, est essentiel pour garantir la sécurité des Français et Européens", selon l'Elysée.


Des visiteurs de l'exposition universelle passent près du pavillon de la France, à Dubaï le 2 décembre 2021 (AFP/Thomas SAMSON)

Sur les grands sujets régionaux - Liban, Libye, nucléaire iranien, Irak - le chef de l'Etat veut que la France joue le rôle d'une "puissance d'équilibre" et d'un "partenaire fiable et incontournable qui dialogue avec tous les acteurs pertinents".

Il devrait plaider la cause du Liban alors que la crise économique qu'il subit est aggravée par les sanctions prises par plusieurs Etats du Golfe, dont l'Arabie Saoudite, qui a stoppé ses importations en provenance de Beyrouth.

A Jeddah vendredi matin, Emmanuel Macron sera l'un des premiers dirigeants occidentaux à rencontrer le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) depuis l'assassinat en 2018 du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat de son pays à Istanbul, qui a fortement terni l'image du fils du roi.

"Comme il le fait partout dans ses voyages, il (le président) aborde avec ses interlocuteurs la question des droits de l'Homme lorsque c'est nécessaire", a indiqué la présidence en réponse aux critiques d'ONG sur la pertinence de ce rendez-vous.

Elle affirme que la rencontre ne vise pas à "remettre en selle" MBS, mais qu'"on ne peut pas imaginer avoir une politique ambitieuse" au Moyen-Orient "sans avoir un dialogue exigeant" avec son pays, membre du G20 et principale économie de la région.

© 2021 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

202112031144 892386

Investir en Bourse avec Internet