OK
Accueil > Marchés > Cotation SBF 120 > Actus SBF 120

Au Maroc, Mohammed VI fixe le cap du gouvernement lors de son discours d'ouverture du parlement


Actualité publiée le 11/10/21 10:17

gouvernement Maroc 2021

Au lendemain de la formation du nouveau gouvernement, Mohammed VI prononce un discours fondateur des 5 prochaines années à l'occasion de l'ouverture de la nouvelle année législative et définit trois priorités structurales.  

Après s’être félicité de la « bonne organisation » et du succès des élections du 8 septembre dernier, Mohammed VI a déclaré que « cette législature s’amorce à un moment où le Maroc entre dans une phase nouvelle qui requiert la mutualisation des efforts autour des priorités stratégiques ».

La feuille de route royale, étayée le vendredi 8 octobre par le roi du Maroc, s'articule désormais autour de trois principaux chantiers : la consolidation de la souveraineté nationale par le renforcement de la sécurité "des besoins et des approvisionnements stratégiques", la poursuite de la gestion de la crise pandémique et de la relance économique, et la mise en œuvre du nouveau modèle de développement (NMD) par le lancement de projets structurants.

Le retour en force du thème de la Souveraineté

Dans le cadre des trois axes proposés, le souverain chérifien met en premier lieu ce tropisme : « Nous soulignerons d’abord la nécessaire consolidation de la place occupée par le Maroc et la défense impérieuse de ses intérêts supérieurs, particulièrement dans la conjoncture présente qui charrie dans son sillage défis, risques et menaces », en faisant allusion à l’environnement régional au milieu duquel évolue le Maroc.

Mettant l’accent sur l’impératif de sauvegarde de la production nationale, industrielle, alimentaire, médicale, sanitaire, énergétique, le souverain chérifien s’est attelé en premier lieu à la question de la « souveraineté nationale ». Il s’est arrêté sur l’expérience marocaine en matière de défense de ses acquis et de son indépendance face à la menace pandémique. « Si de nombreux pays ont connu d’importants dysfonctionnements dans la fourniture et la distribution des produits de première nécessité, le Maroc a réussi, lui, à gérer ses besoins en la matière et à assurer un approvisionnement normal et suffisant de ses marchés », a rappelé le Chef d’État marocain.

A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Face à la menace pandémique dans un environnement international en perpétuelles turbulences, le roi du Maroc a annoncé la création d’« un dispositif national intégré ayant pour objet la réserve stratégique de produits de première nécessité, notamment alimentaires, sanitaires et énergétiques et à la mise à jour continue des besoins nationaux en la matière ». Ce sujet hautement stratégique devrait donc constituer un axe important du nouveau programme gouvernemental.

Une relance économique en marche

Dans un autre registre, Mohammed VI a mis le focus sur la gestion de la crise pandémique et la poursuite de la relance économique, en livrant une vision optimiste et rassurante. « L’économie nationale connaît une embellie significative », a-t-il dit, en affirmant que le Maroc va poursuivre son projet de développement, tout en en accélérant le rythme.

Loin de tout pessimisme et à l’écart d’une certaine rhétorique négativiste, le souverain chérifien porte un regard « optimiste et réaliste » sur la situation économique de son pays, qui prévoit d’enregistrer cette année une performance des plus élevées à l’échelle régionale et continentale, comme en atteste les prévisions relatives au taux de croissance qui devrait être supérieur à 5,5% en 2021.

Il est également prévu que le secteur primaire enregistre un taux remarquable de plus de 17%, « grâce aux efforts de modernisation de la filière et aux bons résultats de la campagne agricole », a-t-il indiqué. Et d’ajouter : « certains secteurs comme l’industrie automobile, le textile, les filières électronique et électrique ont connu une hausse notable de leurs exportations ». De ce fait, les moteurs de l’économie marocaine sont clairement en reprise.

Autre grand acquis dans une période de fluctuations qui agitent les marchés mondiaux : l’inflation demeure maitrisée à hauteur de 1%. « Un pourcentage situé en-deçà des taux élevés observés dans certaines économies de la région », a-t-il fait savoir. L’État, pour sa part, « poursuivra cet effort national », a réitéré le souverain, notamment à travers l’investissement public, l’appui apporté aux entreprises et l’adoption de mesures incitatives en leur faveur.


Déploiement du NMD pour préparer le futur

Le dernier volet du discours de Mohammed VI a trait à l’opérationnalisation du modèle de développement et au lancement d’une nouvelle génération de projets et de réformes intégrés. La 11ème sera de ce fait « le point de départ de cette dynamique volontariste ambitieuse incarnant l’intelligence collective des Marocains ». 




Plus qu’un plan de mesures, c’est un cadre général propice à l’action. Le nouveau modèle de développement propose des objectifs chiffrés, dont le doublement du produit intérieur brut par habitant à horizon 2035, une maitrise des apprentissages de base à la fin du cycle primaire par plus de 90% des élèves, l’augmentation du nombre de médecins par habitants pour atteindre les normes de l’OMS, la réduction à 20% de la part de l’emploi informel, l’élargissement du taux de participation des femmes à 45%, contre 22% en 2019, un taux de satisfaction des citoyens envers l’administration et les services publics de plus de 80%.

Pour atteindre ce cap escompté, la Commission spéciale sur le Modèle de développement a proposé un mécanisme de mise en œuvre : "le Pacte national pour le Développement". Pour le roi du Maroc, il s’agit d’un levier essentiel pour la mise en œuvre de ce modèle. 



Parallèlement, le discours royal a insisté sur la nécessité de davantage de cohérence, de complémentarité et synergie entre les politiques publiques et de suivi de leur mise en œuvre, en ordonnant une refonte substantielle du Haut-Commissariat au Plan (HCP).

 Outre la mise en œuvre du NMD, l’enjeu est de taille pour le nouvel Exécutif à qui « il incombe de parachever les grands projets déjà lancés », lance le souverain en référence au chantier de généralisation de la protection sociale, à la refonte et la mise à niveau du système de santé, à la réforme des entreprises et établissements publics, ainsi qu’à la réforme fiscale.

© www.abcbourse.com

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.

Twitter Facebook Linkedin email

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

JYlCT9uULoFxk6EZHOD0xh6cqgYPVYbCI_JMOgTROOM1orcQRKHYOhbvz3SQVeyu
ebook Téléchargez gratuitement le guide "3 actions de nos experts pour 2021"

Analyser les opportunités actuelles, repérer les entreprises à fort potentiel, etc.