CAC40: 'rallye' du siècle pour le CAC40
OK
Accueil  > Marchés  > Cotation Cac 40  > Actus Cac 40

CAC40: 'rallye' du siècle pour le CAC40


Actualité publiée le 15/03/19 18:38
degiro Découvrez combien vous pouvez économiser sur vos frais de courtage
Investissez avec des tarifs de courtage jamais vus auparavant sur plus de 50 places boursières internationales. Ouverture de compte en ligne. Aucun minimum de dépôt. Investir comporte des risques de perte.
Cac 40
5 438,23  -0,18%


(CercleFinance.com) - Plus qu'une semaine de hausse supplémentaire (la 13ème), et ce sera le 'rallye' du siècle pour le CAC40 ou le Nasdaq (+1,05% respectivement à 17H35)!

Il n'y a pas d'euphorie dans ce 'marché' livré aux algorithmes mais le profil des indices boursiers ressemble à des épisodes 'd'exubérance irrationnelle' du siècle dernier.

Ce rallye surnaturel de +19 à +25%, que pas un seul stratège même le plus optimiste, n'avait prévu, place beaucoup d'opérateurs en porte à faux par rapport à des anticipations conjoncturelles revues à la baisse par les banques centrales, l'OCDE, le FMI... et même l'IFO qui revoit la croissance allemande 2019 à +0,6% contre +1,7% 6 mois plus tôt.

Il n'y avait qu'un seul sens pour les actions ce vendredi (d'ailleurs c'est le même depuis le 3 janvier), celui de la hausse.

Et à défaut de poursuivre au rythme de la fin de matinée, le CAC40 est resté littéralement emprisonné au sein d'un corridor 5.380/5400 entre 12H15 et 17H15: le but étant d'empêcher tout repli indiciel sous 5.375.

En revanche, aucun obstacle en cas de velléité haussière au-delà des 5.400... comme on l'a constaté en fin de séance.

La Bourse de Paris affiche une hausse de 1,04% à 5.405... mais ce n'est pas le zénith du jour, les indices ayant connu une accélération haussière vers 11H50/12h00au moment du basculement sur l'échéance avril de l'Euro-Stoxx50, passé brusquement de 3.363 à 3.393 (et le CAC40 de 5.380 à 5.421Pts)!

Voilà une séance des '4 sorcières' qui concentre jusqu'à la caricature toutes les grosses ficelles techniques servant à maximiser les gains trimestriels (+14,3% en un trimestre, un record depuis l'hiver 2015).

Le CAC40 engrange +3,3% sur la semaine, battu par l'E-Stoxx50 (+1,3% et 3,1% hebdo, avec Madrid à +1,45% ce vendredi) mais cela reste inférieur aux +4% du Nasdaq (+1% à 7.710) et +14,2% depuis le 1er janvier.

Les indicateurs économiques américains ont été complètement ignorés face à la prédominance écrasante des 'facteurs techniques'.

La publication de l'indice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan constitue une bonne surprise : il s'établit à 97,8 points en estimation préliminaire au mois de mars, mieux que le consensus qui l'estimait à 95,3 points (il avait donné quelques signes de faiblesse en début d'année pour cause de 'shutdown').

L'indice 'Empire State' chute de 8,7 à +3,7 tandis que la production industrielle ressort à +0,1%, des chiffres un peu décevants, accueillis dans une totale indifférence... car'bad news is good news' dans le climat boursier actuel.

A moins d'un énorme dérapage aujourd'hui, les marchés d'actions américains se dirigent gaillardement vers une 10ème semaine de hausse sur une série de 12, pour des gains compris entre 20% et 25% depuis Noël dernier.

Le Dow Jones (+0,8%) -à mi-séance- semble filer tout droit vers les 26.000, le S&P500 vers 2.850Pts.

New York n'a guère réagi au vote par les parlementaires britanniques du report de la 'deadline' du 29 mars (extension de l'article 50) qui devrait permettre de poursuivre les négociations avec Bruxelles et peut-être d'aplanir certains différents en interne.

Du coté des valeurs, ST-Micro domine le classement avec +5%, devant Atos (+3,2%) et Valeo avec +3%.

Renault (+1,5%) indique ce matin qu'au mois de février, ses ventes unitaires de véhicules (de tourisme et utilitaires légers) avaient diminué de 7,2% à 269.227 unités, après - 9,9% en janvier. Sa part de marché revient de 4,34 à 4,14%.

En marge de la publication de ses comptes annuels, le groupe Bolloré a indiqué que Vincent Bolloré, son PDG, ne demanderait pas le renouvellement de son mandat d'administrateur qui se termine en mai. Le conseil d'administration a nommé l'un de ses fils, Cyrille Bolloré, en tant que PDG.

Selon les Echos, le futur patron de Michelin, Florent Menegaux, s'apprête à se doter d'une équipe de direction à sa main. En effet, celui qui prendra officiellement la suite de Jean-Dominique Senard à la tête du pneumaticien lors de l'AG du 17 mai devrait dévoiler, lors d'une réunion qui se tiendrait dès le 28 mars au Carrousel du Louvre, à Paris, 'des changements qui prendront effet à cette date'.

Il s'agira notamment, selon le quotidien des affaires, de réduire le nombre de membres du comité exécutif de 13 à 10, et de remplacer son second, Yves Chapot, par Scott Clark, en charge de l'Amérique du Nord.

Bouygues Telecom se félicite des résultats de l'offre publique d'achat, ouverte du 7 février au 13 mars 2019 inclus. A l'issue des opérations de règlement-livraison, Bouygues Telecom détiendra un total de 1.674.753 actions Keyyo représentant autant de droits de vote, soit 85,45 % du capital et au moins 82,59 % des droits de vote de Keyyo.

Enfin, Casino fut un peu l'exception dans un marché uniformément haussier avec -6,5% sur Casino dont les résultats continuent d'être sanctionnés.

Pour l'anecdote, et illustrer le rallye du Nasdaq: sur 45 analyses (adhérents de Factset) suivant le titre Amazon, 44 étaient à 'achat' jeudi soir, un seul était 'neutre' (Edward Yramu chez KeyBanc).

Ce dernier vient de relever sa recommandation à 'achat fort' avec un spectaculaire relèvement de son objectif de cours à 2.100$.


Copyright © 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Linkedin email

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.