OK
Accueil  > Marchés  > Cotation Cac 40  > Actus Cac 40

Gel dans le vignoble français: le Bordelais redoute un bilan "amer"


Actualité publiée le 07/04/21 21:36

Des températures négatives ayant atteint par endroits -5 degrés dans la nuit de mardi à mercredi faisaient craindre à plusieurs appellations du Bordelais un constat "amer" de l'impact du gel sur le vignoble (AFP/Archives/PHILIPPE DESMAZES)

Des températures négatives ayant atteint par endroits -5 degrés dans la nuit de mardi à mercredi faisaient craindre à plusieurs appellations du Bordelais, dans le sud-ouest de la France, un constat "amer" de l'impact du gel sur le vignoble.

Interprofession comme syndicats viticoles soulignaient qu'il était mercredi trop tôt pour faire le bilan de l'impact sur la récolte, d'autant que des températures négatives étaient encore attendues pour la nuit de mercredi à jeudi, et possiblement la semaine prochaine.

Les Graves, l'Entre-deux-Mers, le Sud-Gironde (Sauternais et Barsac), les Blaye Côtes de Bordeaux notamment ont été touchés, d'après les premiers retours, mais il est difficile de savoir encore dans quelles proportions, a précisé à l'AFP une porte-parole du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB).

"C'est un peu une catastrophe, il n'y a pas de zones épargnées", dans notre appellation, a déclaré Mayeul L'Huillier, directeur du Syndicat des vins de Graves, même si nombre de viticulteurs devaient encore inspecter les parcelles. "Il faut voir comment la nature va réagir, voir aussi l'impact d'autres épisodes de gel" à venir, a-t-il ajouté.

Dans l'appellation Barsac (liquoreux), "entre 50 et 90% des propriétés ont sans doute été touchées", a estimé Frédéric Nivelle, directeur technique de Château-Climens, premier grand cru classé où la station météo a enregistré -3,5 degrés en fin de nuit.

Dans la nuit pourtant de nombreux viticulteurs ont déployé des moyens rodés de lutte contre le gel -bougies entre les vignes, paille brûlée, souffleries d'air chaud- et devaient encore s'y employer dans la nuit suivante. "On peut gagner quelques dizièmes de degrés, mais quand cela atteint -5 -6, on ne peut pas grand chose", a concédé M. L'Huillier.

L'impact devrait toutefois n'être "pas aussi catastrophique qu'en 2017", lorsque l'épisode de gel avait été beaucoup plus tardif, toute fin avril, frappant des bourgeons sortis et plus mûrs de trois semaines supplémentaires, souligne le CIVB. Une humidité supérieure avait alors constitué un facteur aggravant.

Cette année-là, un vigneron sur cinq dans le Bordelais avait perdu plus de 70% de sa récolte, selon des chiffres de la Chambre d'Agriculture. En moyenne, les propriétés de l'appellation Sauternes-Barsac avaient perdu 50%.

© 2021 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.

Twitter Facebook Linkedin email

1 commentaire sur cet article. Participez à la discussion.

Bidouille
08/04/21 09:10
Je voudrais bien les plaindre mais j'y arrive péniblement quand je vois le prix des vins du Bordelais, Bourgogne ou autres grandes régions viticoles très cotées.

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

 
tpCzFfUgwOyPWP6H6wyxW-z5xNPIOOczJKzAz8HCqFY1QtFEds5NDXLMdmewfe58
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2021

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.