La SNCF veut participer au renouveau du train cubain
OK
Accueil  > Marchés  > Cotation Cac 40  > Actus Cac 40

La SNCF veut participer au renouveau du train cubain


Actualité publiée le 13/04/19 10:29
bd Vos ordres de bourse à partir de 0,99 €

Offre spéciale Evasion: 1000 € OFFERTS* sur vos frais de courtage, offre valable du 17 juin au 8 juillet 2019 !

Cac 40
5 509,73  2,20%



Le patron de la SNCF Guillaume Pepy (g) rencontre le ministre cubain du Commerce extérieur Rodrigo Malmierca (d) et l'ambassadeur de France à Cuba Patrice Paoli (c), le 12 avril 2019 à La Havane (AFP/ADALBERTO ROQUE)

La SNCF espère signer "dans quelques semaines" un accord pour rénover des ateliers et locomotives à Cuba, et relancer ainsi le train sur cette île, affirme dans un entretien à l'AFP son patron, Guillaume Pepy.

"Cela fait quatre ans qu'on travaille ici avec à la fois les chemins de fer cubains, l'AFD (Agence française de développement, ndlr) et les ministères concernés pour définir un programme d'appui français au développement, ou plutôt au re-développement du chemin de fer à Cuba", a-t-il déclaré vendredi lors d'un déplacement à La Havane.

La SNCF et l'UFC (Union de ferrocarriles de Cuba), ce sont "deux sociétés soeurs, on a le même passé - exploiter des chemins de fer depuis très longtemps -, on est des sociétés publiques, très attachées à notre identité", poursuit M. Pepy.

Le train à Cuba, c'est en effet une vieille histoire: le pays est un pionnier dans ce domaine, avec une première ligne inaugurée dès 1837... avant l'Espagne, dont il est alors une colonie.

Au fil des ans, son réseau ferroviaire s'étend et bientôt toutes les capitales de province, les ports et les principaux sites industriels sont desservis.

En 1958, Cuba affiche le meilleur ratio au monde de longueur du réseau rapporté à la surface du pays.

- Un réseau en piètre état -

Aujourd'hui, l'île de 110.000 kilomètres carrés compte encore presque 8.200 kilomètres de voies ferrées, mais faute d'investissements et d'entretien dans cette île socialiste sous embargo américain depuis 1962, le réseau et les locomotives sont en piètre état.

Un bon exemple: les wagons du fameux "tren francés" entre La Havane et Santiago (est), d'anciennes locomotives Mistral vendues il y a des années par la France, sont actuellement en panne.

Il s'agit donc de "disposer d'un chemin de fer aux standards internationaux, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui", explique Guillaume Pepy, dans ce pays où le train transportait 34 millions de voyageurs par an dans les années 1990, et seulement sept aujourd'hui.


Le patron de la SNCF Guillaume Pepy (c) salue le ministre cubain du Commerce extérieur Rodrigo Malmierca (g) en présence de l'ambassadeur français à Cuba Patrice Paoli à La Havane, le 12 avril 2019 (AFP/ADALBERTO ROQUE)

Le pari de la SNCF sur Cuba tient aussi au "contexte politique extrêmement favorable", notamment depuis la visite de François Hollande en 2015 qui avait donné l'impulsion à ce projet de "quelques dizaines de millions d'euros", financé par l'AFD.

"J'espère que dans quelques semaines on pourra signer cet accord et qu'on pourra donc dès cet été être dans l'action."

Au programme? "Rénover des ateliers ferroviaires, remettre en service des locomotives aujourd'hui hors d'état de circuler" et assurer la maintenance de 240 voitures chinoises qui seront livrées d'ici 2022.

Car la France n'est pas la seule à s'intéresser au secteur ferroviaire cubain: outre la Chine, la Russie a aussi posé ses pions et sera notamment chargée de rénover la voie reliant La Havane à Santiago.

Attirer les investissements étrangers est un objectif primordial pour l'Etat cubain, sous intense pression diplomatique des Etats-Unis pour son soutien au Venezuela de Nicolas Maduro.

- "Très bonne image" de la France -

Le pays vient d'ailleurs d'approuver une nouvelle Constitution explicitement ouverte au marché et aux investissements étrangers.

Et un décret entré en vigueur l'été dernier permet que "le chemin de fer puisse être exploité totalement ou en partie par un ou plusieurs opérateurs ferroviaires", qu'il s'agisse "d'une personne ou d'une entité juridique, nationale ou étrangère".

Face à la concurrence de la Chine ou de la Russie, alliés traditionnels de Cuba, "la France a une réputation dans le domaine ferroviaire qui est vraiment dans le top trois", assure M. Pepy.

"Nous avons une très bonne image et là, aujourd'hui, nous avons reçu un accueil vraiment chaleureux", indique le dirigeant, qui a notamment rencontré les ministres cubains des Transports et du Commerce extérieur.

La SNCF a déjà noué des accords similaires avec le Maroc et en Argentine, et cherche à faire de même en Egypte, dans la lignée de son virage toujours plus prononcé vers l'étranger: "l'international aujourd'hui c'est 32% (du chiffre d'affaires, ndlr), ça sera probablement d'ici une dizaine d'années 50%", affirme Guillaume Pepy.

Dans l'immédiat, la compagnie publique française espère se faire une place en Espagne, où le secteur ferroviaire sera libéralisé d'ici 2020: "Réponse probablement à la fin de l'été ou à l'automne, on est en train d'analyser."

© 2019 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Linkedin email

11 commentaires sur cet article. Participez à la discussion.

dematons


13/04/19 11:37
Alors les benets des droits de l'homme ; on ne vous entend pas vous scandaliser sur l'aide de la France à un régime dictatorial, totalitaire qui emprisonne les opposants, les torturent, les assassinent.
Et cette sncf qui coûte 4 MILLIARDS par an aux Français tellement elle est mal dirigée va aller engloutir des MILLIARDS à Cuba , évidemment payés par les contribuables français.
moicmoi


13/04/19 13:02

dematons

« « Alors les benets des droits de l'homme ; on ne vous entend pas vous scandaliser sur l'aide de la France à un régime dictatorial,.. // .. Et cette sncf qui coûte 4 MILLIARDS par an aux Français tellement elle est mal dirigée va aller engloutir des MILLIARDS à Cuba » »

Tout ça est parfaitement vrai, tu as raison sur toute la ligne, mais une oublies une chose : les échanges bi-gouvernementaux.
En échange, la France aura des prix sur les cigares.

Si cette initiative SNCF est avérée, c’est à pleurer.

Ce serait-y là, la façon de faire des économie de notre macron bien-aimé ?

La France a t'elle les moyens de balancer des millions ou milliards dans l'océan, tout comme les cendres du regretté Jean Gabin ?

Décidément, les entreprises d’état (on n’a plus trop le droit de parler de fonctionnaires) sont en-dessous de toute réalité. Les mots gestion-rentabilité- allons pressons – rendement, etc...sont des gros mots absents de leur dictionnaires.
Et c’est pareil pour la Poste, pour EDF, et d’autres.

Message complété le 13/04/2019 13:32:45 par son auteur.

Ceci dit, G. Peppy ambassadeur et négociateur de Alstom et consors, (et les consors sont nombreux -Génie Civil, signalisation, informatique, métallurgie, BTP, etc …) peut être une très bonne chose , si les cubains jouent la carte de la fidélité.
Et l’état Français pourra difficilement être accusé de subventionner certaines industries, bien que….

CRI74


13/04/19 21:07

MCM et Dematons , même combat !

On balance n'importe quelle ânerie sur les forums , les plus grosses possibles , avec une incapacité cruelle à démontrer le commencement de début de preuve des affirmations burlesques .

Bien malheureusement , beaucoup avalent les couleuvres sans se poser la moindre question .

Au fait , il n'y aurait pas eu quelques "légers" changement à Cuba ces 20 dernières années ???

Ah , confusion avec Vénézuela peut être ....

Message complété le 13/04/2019 22:30:38 par son auteur.

Quelle part de marché à l'international pour la SNCF au fait ???
Et quelle part de personnel privé à l'intérieur du groupe ??

Message complété le 13/04/2019 23:18:26 par son auteur.

RN 2017 de SNCF mobilité (exploitation des trains) = + 1.7 milliards !!!

ALEZE


13/04/19 23:21

ala SNCF tout est possible sauf baisser les tarifs honteux pour les usagers .....

Tous les commentaires Cac 40

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.