Lectra:'devenir un acteur incontournable de l'industrie 4.0'
OK
Accueil  > Marchés  > Cotation Lectra  > Actus Lectra

Lectra:'devenir un acteur incontournable de l'industrie 4.0'


Actualité publiée le 02/03/18 15:21
(CercleFinance.com) - Directeur général adjoint de Lectra, Jérôme Viala s'est confié à notre rédaction après la publication des comptes annuels.



Cercle Finance: Quels enseignements tirez-vous de cet exercice 2017, qui a été marqué par des résultats record ?


Jérôme Viala: Avec une progression de 8% du chiffre d'affaires à 277,1 millions d'euros et une hausse de 10% du résultat opérationnel à 39,3 millions, les résultats de l'année 2017 constituent en effet un nouveau record historique. Ils sont également en ligne avec les objectifs pour 2017 que nous avions communiqués le 9 février de l'année dernière.

Sur le plan des commandes de nouveaux systèmes, la dynamique a été bonne pour l'ensemble de nos lignes de produits, avec une croissance de 14% sur les logiciels et de 9% sur les équipements de CFAO. On soulignera en outre que le marché de la Mode et de l'Habillement a été particulièrement dynamique en 2017, avec une croissance dans toutes les régions et une augmentation globale de 15%.

Parallèlement, la première année de la feuille de route 2017/2019 a été exécutée avec succès. La société a notamment poursuivi en 2017 le développement et le test auprès de clients pilotes de ses nouveaux services cloud, qui seront inclus dans de nouvelles offres logicielles progressivement commercialisées à partir du deuxième trimestre.



C.F.: Le recul du bénéfice opérationnel au titre du dernier trimestre vous inquiète-t-il ou peut-on parler de baisse régime passagère ?


J.V.: Le résultat opérationnel du quatrième trimestre 2017, qui s'est élevé à 10,2 millions d'euros, a en effet diminué de 4% à données réelles, mais il a augmenté de 13% à cours de change constants. Cet écart provient de l'effet mécanique des parités de change, en raison de la forte appréciation de l'euro.

Au cours de change de 2016, la marge opérationnelle du quatrième trimestre 2017 aurait atteint 16,2%, en progression de 0,8 point par rapport à la même période l'année précédente. Nous réalisons donc une performance très solide au quatrième trimestre et le léger recul affiché est simplement lié à l'évolution des cours de change.



C.F.: Comme indiqué dans votre communiqué, la vigueur de l'euro est de nature à vous pénaliser. Envisagez-vous de nouvelles mesures pour tenter d'en limiter l'impact ?


J.V.: L'appréciation de l'euro a un effet mécanique négatif sur la rentabilité du groupe, le poids du chiffre d'affaires réalisé dans des devises comme le dollar ou le yuan étant beaucoup plus important que les charges dans ces devises. L'impact compétitif de cette vigueur de la monnaie unique est toutefois très limité, car nous continuerons d'une part à facturer dans ces devises dans les marchés concernés, et d'autre part nos parts de marché très importantes nous protègent en Europe.

Au-delà de décisions de couverture de notre risque de change par des produits dérivés, nous n'envisageons pas de mesures majeures pour limiter l'impact d'une appréciation de l'euro sur nos comptes. Nous n'envisageons notamment pas de délocaliser tout ou partie de notre production ou de notre R&D en zone dollar ou yuan, la décision prise en 2005 de maintenir notre fabrication et notre R&D en France ayant contribué de façon importante à la forte amélioration des résultats de Lectra ces dernières années.



C.F.: Vous venez d'acquérir la société Kubix Lab. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette entreprise et sur les raisons qui vous ont amenés à la racheter ?


J.V.: Kubix Lab est une start-up italienne créée en septembre 2015 et basée à Vicence, en Italie. Elle a développé une offre technologique particulièrement innovante, baptisée 'Link', qui en quelques mois a convaincu plus d'une dizaine de marques italiennes haut de gamme.

Link permet à l'ensemble des acteurs impliqués dans le développement, la fabrication et la vente des produits de collaborer simplement, efficacement et en temps réel autour des mêmes données. Via une application unique, les entreprises de mode et d'habillement peuvent gérer de bout en bout l'ensemble des informations produit.

Les utilisateurs peuvent quant à eux créer, modifier ou enrichir les données tout en sachant qu'elles resteront synchronisées sur l'ensemble des systèmes d'information (ERP, PDM, PLM etc.).

Nous avons été particulièrement impressionnés par la pertinence de Link. En capitalisant sur leur connaissance des meilleures pratiques, les fondateurs de Kubix Lab ont en effet su développer une offre parfaitement adaptée aux attentes des entreprises de la mode.

Nous sommes convaincus qu'en combinant notre offre et celle de Kubix Lab, nous serons en mesure de proposer à nos clients de la mode une plateforme révolutionnaire de gestion des informations produit.



C.F.: Cette opération de croissance externe en appelle-t-elle d'autres à brève échéance ?


J.V.: Nous avons l'intention de mener un ou plusieurs rachats ciblés d'ici 2019. Ces opérations nous aideront à atteindre notre ambition d'être un acteur incontournable de l'industrie 4.0.

Nous nous intéressons donc à la fois à des sociétés de taille moyenne qui pourraient venir compléter notre portefeuille produit aussi bien en amont et en aval, mais également à de petites sociétés similaires à Kubix Lab, ayant développé des logiciels innovants que nous pourrions intégrer ou commercialiser au travers de notre réseau de 32 filiales dans le monde.

Nous avons des moyens pour atteindre cette ambition: dépourvu de dettes, nous disposons en effet d'une trésorerie nette approchant la centaine de millions de d'euros et qui pourrait être abondé par un recours à l'endettement à hauteur de la moitié de nos fonds propres (au 31 décembre 2017, ceux-ci s'élevaient à 151 millions d'euros).



C.F.: Sur le plan boursier, votre début d'année est assez délicat. Cela vous inquiète-t-il ?


J.V.: Du 1er janvier au 31 décembre 2017, le cours de bourse a progressé de 40%. Sur cette même période, les indices CAC 40 et CAC Mid & Small ont augmenté de respectivement 9 et 22%. Cette hausse du cours de bourse de Lectra a récompensé la qualité des résultats 2016, publiés en février 2017, l'annonce de notre nouvelle stratégie et de la feuille de route 2017/2019 et la solidité des publications trimestrielles 2017.

Depuis le début de l'année, le cours a il est vrai baissé en même temps que l'euro continuait son appréciation contre le dollar américain et de nombreuses autres devises. Après la publication des résultats du quatrième trimestre et de l'exercice 2017, le 12 février dernier, le cours a légèrement diminué avant de s'apprécier à nouveau et de se stabiliser.

Au-delà d'une 'donne' monétaire moins favorable, avec la vigueur de l'euro, il me semble que les investisseurs conservent une grande confiance concernant la capacité de la société à atteindre les objectifs qu'elle s'est fixée à l'horizon 2019.


Copyright © 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Linkedin email
Lectra
18,00 € -1,21%


Actualités Lectra

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.