OK
Accueil  > Marchés  > Cotation Renault  > Actus Renault

Renault reste déterminé à chercher un acquéreur pour la Fonderie de Bretagne


Actualité publiée le 11/05/21 10:26

Lors de la manifestation des salariés de la Fonderie de Bretagne à Lorient, le 10 mai 2021 (AFP/Fred TANNEAU)

Le groupe Renault a confirmé mardi qu'il cherchait un acquéreur pour la Fonderie de Bretagne (FDB), mise en vente par le groupe automobile, et appelle à "mettre fin à la situation" sur le site de Caudan, bloqué par les grévistes depuis trois semaines.

"A la suite du processus d’information-consultation des salariés d’une période de deux mois qui s’est achevé ce jour (mardi), Renault group engage la recherche d’un acquéreur pour le site de Caudan", indique un communiqué du constructeur automobile.

"Renault group réaffirme sa détermination à chercher un acquéreur viable économiquement et en capacité de maintenir l’activité et les emplois de la Fonderie de Bretagne de façon pérenne et à accompagner les salariés dans cette transition", précise-t-il.

Tout en indiquant avoir "conscience des incertitudes partagées par les salariés du site", le groupe souligne cependant qu'il est "vital pour l'avenir du site de mettre fin à la situation de blocage et de permettre la reprise des activités dès lors que les conditions de sécurité seront réunies".

Selon Renault, "ce processus doit se poursuivre dans le dialogue avec l’ensemble des parties prenantes".

Lundi, environ 150 salariés de la Fonderie, en grève depuis le 27 avril, se sont rassemblés devant la sous-préfecture de Lorient pour empêcher la tenue d'un Conseil social et économique (CSE) qui a été annulé.

Ce CSE devait acter la vente de l'usine, selon la CGT.

Les salariés de la fonderie de Caudan continuent de réclamer leur maintien au sein du groupe Renault qui a annoncé le 11 mars la mise en vente de l'usine.

A l'été 2020, le constructeur automobile a demandé une revue stratégique qui a conclu que le site devait diversifier ses activités et poursuivre la réduction de ses coûts de production.

Installée près de Lorient depuis 1965, la Fonderie de Bretagne, qui compte à présent 350 salariés, fabrique des bras de suspension, des collecteurs et coudes d'échappement, ainsi que des différentiels de boîte de vitesse.

© 2021 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.

Twitter Facebook Linkedin email

2 commentaires sur cet article. Participez à la discussion.

gars d'ain
11/05/21 10:46
L'Etat actionnaire pitoyable dans toute sa splendeur... Après avoir totalement désorganisé Renault pour mettre des usines à la casse, il faudrait que des bon samaritains se présentent avec des valises de billets ... Et dire qu'on nous parle de relocaliser l'industrie : on est déjà même pas de conserver le peu qu'il reste... Pas étonnant qu'il y ait de moins en moins d'ingénieurs de profil industriels formés dans les grandes écoles au profit du tout financier...` Pitoyable et lamentable
era
11/05/21 11:04
Le summum en sottise syndicale : essayer de détruire une entreprise qui a des difficultés et montrer la médiocrité des salariés qui y exercent pour rendre difficile sa reprise !!!!

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

 
_1O3e_jigJ8XxO2HTge5mbjOiwWYm42B662nOIw0sW6KCytv5zSiTKP7OS23O8E5
ebook trading Téléchargez gratuitement le guide du trader 2021

Améliorez votre compréhension du climat économique avec le guide annuel d’Alvexo plébiscité par les traders afin de prendre des décisions de trading avisées.