OK
Accueil > Marchés > Cotation Wall Street 30 > Actus Wall Street 30

Wall Street termine en baisse, lestée par prises de bénéfices et Fed


Actualité publiée le 03/12/21 22:34

Le New York Stock Exchange (NYSE) à Manhattan (New York), le 16 novembre 2020 (AFP/Angela Weiss)

La Bourse de New York a terminé en forte baisse vendredi, entraînée par des prises de bénéfices liées au variant Omicron et une certaine nervosité quant à une prochaine hausse de taux de la Banque centrale américaine (Fed).

Le Dow Jones a lâché 0,17% à 34.590,08 points, le Nasdaq, 1,92% à 15.085,47 points, et l'indice élargi S&P 500, 0,84% à 4.538,43 points.

La séance s'était ouverte avec le rapport du département américain du Travail, qui a annoncé la création de 210.000 emplois aux États-Unis en novembre, alors que le marché en attendait quasiment le triple (525.000).

Échaudé par ce mauvais chiffre, le marché s'est retourné après avoir ouvert en hausse.

Mais ce sont rapidement d'autres facteurs qui ont pris le relais, pour pousser les indices loin dans le rouge, au point que la Nasdaq a frôlé les -3%.

"Cela a vraiment peu de rapport avec le rapport sur l'emploi, et beaucoup à voir avec Omicron", a ainsi affirmé Karl Haeling, de la banque LBBW.

Pour l'analyste, de nombreux opérateurs ont choisi de vendre avant le week-end.

Si aucune donnée concernant la dangerosité d'Omicron ou l'efficacité des vaccins existants contre ce nouveau variant n'est attendue ces deux prochains jours, "il est probable qu'on entende parler de nouveaux cas un peu partout dans le monde", prévient-il, ce qui serait de nature à affecter le moral du marché.

Ce mouvement est amplifié par la proximité de la fin de l'année, qui incite les investisseurs à vendre et prendre leurs bénéfices après une année qui reste de très haute tenue (+20,8% depuis le début de l'année pour le S&P 500), malgré les récents soubresauts.

De l'avis général, le rapport sur l'emploi, même moins bon qu'attendu, n'est pas de nature à changer la trajectoire de la Fed, qui devrait accélérer la normalisation de sa politique monétaire.

Cette perspective d'une possible hausse des taux l'an prochain fait pression sur les valeurs de forte croissance, en particulier dans le secteur technologique, a expliqué Patrick O'Hare, de Briefing.com.

Ces sociétés séduisent, en effet, les investisseurs par leurs futurs flux de trésorerie, dont la valeur diminue avec le relèvement des taux d'intérêt.

Parmi les entreprises visées vendredi, le fabriquant de microprocesseurs AMD (-4,43%), l'éditeur de logiciels Adobe (-8,24%) ou Uber (-5,95%). Le spécialiste des cartes graphiques Nvidia était aussi de la charrette (-4,46% à 306,93 dollars), plombé encore davantage par la nouvelle, tombée jeudi, que les autorités américaines allaient s'opposer à son acquisition du géant britannique des microprocesseurs Arm.

Au-delà des valeurs de croissance, "les marchés sont un peu inquiets que la Fed n'aille trop loin et ne resserre trop vite" sa politique monétaire, selon Karl Haeling.

Toujours en prévision du week-end, les investisseurs se sont reportés sur le marché obligataire, qui a vu le taux moyen des emprunts américains à dix ans se détendre violemment à 1,35%, contre 1,44% la veille.

Au tableau, Didi Chuxing, a dérapé (-22,18% à 6,07 dollars) après l'annonce du prochain retrait de la cote de l'"Uber chinois" à Wall Street, moins de six mois après son introduction sur le New York Stock Exchange, sous la pression des autorités chinoises.

Techniquement, après validation par un vote des actionnaires, les titres cotés à Wall Street, des ADS (American depository shares), vont être bientôt enregistrés à la Bourse de Hong Kong.

Dans le sillage de Didi, un autre groupe chinois, Alibaba continuait à s'enfoncer (-8,23% à 111,96 dollars), au plus bas depuis quatre ans et demi, plombé par la rumeur d'une sortie de la cote du géant du commerce en ligne. Même tarif pour d'autres mastodontes chinois de l'e-commerce, JD.com (-7,71%) et Pinduoduo (-8,16%), également cotés à Wall Street.

Le spécialiste des transactions numériques DocuSign s'est effondré de 42,22% après avoir annoncé des prévisions inférieures aux attentes pour son quatrième trimestre (de novembre à janvier). Le directeur général Dan Springer a reconnu, lors de la conférence téléphonique de présentation des résultats, que la croissance ralentissait plus rapidement que prévu après "le coup de pouce du Covid-19".

Le fabriquant d'armes Smith & Wesson a aussi été la cible des investisseurs (-28,72% à 16,33 dollars) après avoir publié un chiffre d'affaires et un bénéfice trimestriels inférieurs aux attentes.

© 2021 AFP

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.

Twitter Facebook Linkedin email

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

qOiVJ2WhgO3_DzsaKpAxKeHhDLq2gc0dOVfg9QJPyQPe-kmvB4mMV2sBfKvNz5fQ

Investir en Bourse avec Internet