bourse investir
OK
Accueil  > Analyses  > Chroniques

3 idées reçues sur la finance

Par Café de la Bourse, le 19/09/2016


Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

La finance n’a pas bonne presse et ce ne sont pas les déclarations de François Hollande de janvier 2012 (« Mon ennemi n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, [...] c’est le monde de la finance ») qui vont changer la donne. Cependant, pour la plupart, la finance souffre d’une mauvaise image car elle est surtout mal connue et mal comprise. Retour sur 3 clichés qui, sans raison, entourent le monde de la finance et lui sont dommageables en participant à freiner les investisseurs.

La finance, un hobby de vieux

On associe souvent l’actionnaire à un retraité déchiffrant avec peine les résultats de ses actifs dans les pages roses du Figaro. Quelle erreur ! La moitié des actionnaires individuels français sont des actifs. Et plus des deux tiers sont âgés de moins de 65 ans. De plus, on ne pourra que souligner que ces actionnaires ne le sont pas devenus sur leurs vieux jours. Au contraire ! La moitié d’entre eux a en effet commencé à investir en bourse avant leurs 40 ans.

Même si le cliché selon lequel un actionnaire est un homme se révèle être vrai (72% des actionnaires individuels sont des hommes), on ne peut réduire l’actionnaire à un vieux. D’ailleurs, qu’il soit âgé ou jeune, l’actionnaire individuel est bien ancré dans son temps. Plus équipés en tablettes et smartphones que le reste de la population, il se sert d’Internet et de multiples applications pour suivre l’actualité économique et financière et passer ses ordres de bourse.

La finance, c’est pour les riches

Les actionnaires ne sont pas tous riches. Loin s’en faut. En effet, environ un tiers des actionnaires déclarent moins de 150 000€ de patrimoine total. À titre de comparaison, un ménage français sur deux déclarait un patrimoine supérieur en 2012 selon l’INSEE. Seulement un actionnaire sur 10 déclare plus d’un million d’euros de patrimoine total. Les actionnaires individuels ne sont donc pas tous riches. Et si investir en direct dans des actions n’est effectivement pas à la portée de toutes les bourses, une solution existe qui permet de faire baisser le coût de diversification d’un portefeuille : les fonds d’investissement qui permettent en achetant seulement quelques parts de bénéficier d’un portefeuille diversifié tant sur le plan géographique qu’en terme de secteurs et de valeurs.

La finance, c’est incompréhensible

Il n’est pas si difficile aujourd'hui d’accéder à la formation et à l’information financières. Internet permet d’accéder facilement et gratuitement à de très nombreux vecteurs d’informations et de formations : presse spécialisée et généraliste mais aussi webinaires, formations en ligne, etc. On peut investir sans être un professionnel de la finance ou sans passer chaque jour des heures à étudier ses investissements. Ce qui compte avant tout, c’est d’adapter sa stratégie d’investissement à son profil, c’est-à-dire à ses objectifs, à son goût du risque, au capital dont on dispose, mais aussi à ses connaissances. Enfin, si vous préférez vous entourer pour franchir le cap, vous pouvez vous tourner vers votre conseiller bancaire ou pourquoi pas vers un conseiller en gestion de patrimoine. Il y aurait aussi beaucoup à dire sur les clichés associés à cette profession mais nous nous contenterons ici de vous signaler que non, ce n’est pas uniquement réservé aux riches !

Louis Yang
louis yang


Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur