OK
Accueil > Analyses > Chroniques

Comment anticiper une baisse du dividende ?

Par Sovanna Sek, le 16/01/2022

Sovanna Sek

Vous aimez écrire ? vous souhaitez que vos textes soient publiés dans cette rubrique ? contactez-nous

Les dividendes sont devenus un précieux sésame dans le monde de l'investissement. Leur importance dans la performance d'un portefeuille n'est plus à démontrer. Selon une étude de Hartford Funds, 84 % de la performance totale de l'indice S&P 500 sont attribuées au réinvestissement des dividendes depuis 1970. Dans une autre proportion, nous faisons le même constat entre le CAC 40 et le CAC 40 Gross Total Return depuis les points bas de mars 2009. Cet écart s'explique par les multiples changements de valeurs qui composaient l'indice parisien.

Dans un contexte d'un marché baissier, les dividendes vous permettent d'amortir une partie de vos moins-values potentielles. À plus long terme, ils sont moins volatiles que les bénéfices, car la majorité des entreprises cotées prennent soin de leur trésorerie afin de favoriser une politique d'allocation du capital pour les actionnaires.

Cependant, ne vous laissez pas berner naïvement par ces beaux discours. Vous n'êtes pas à l'abri que des entreprises (même de belle qualité) puissent réduire ou supprimer soudainement leur dividende. Le capital de votre portefeuille en prendrait un coup. D'ailleurs, la crise du Covid-19 a été une force de rappel qui a été dure encaisser pour les investisseurs, en particulier ceux qui détiennent des actions européennes.

Fort heureusement, il est possible d'anticiper une baisse du dividende. Pour cela, nous allons voir quels sont les signes annonciateurs à repérer pour ne pas commettre des erreurs préjudiciables à l'avenir.

 

Signe n°1 : L'attractivité d'un rendement alléchant

Si vous êtes intéressé par une action qui vous offre un rendement exceptionnellement élevé, vous avez intérêt à évaluer de près sa capacité à verser le dividende. Posez-vous les bonnes questions. Quelle est la rentabilité opérationnelle de l'entreprise ? Les bénéfices ou les cash-flows peuvent-ils couvrir le paiement du dividende ?

Les entreprises qui distribuent un dividende moyennant un rendement très élevé, évoluent dans un business en déclin, très concurrentiel, ou tributaire des décisions des pouvoirs publics. Elles sont souvent à la limite de leur capacité financière ou au-delà. L'attractivité de leur rendement a pour but de retenir désespérément leurs actionnaires par crainte de ne pas réinvestir. Mais il suffit d''un retournement du cycle économique ou un pépin industriel pour voir le château de cartes s'effondrer du jour au lendemain.

J'avoue que la tentation d'aller à la chasse au rendement est grande. Mais mon expérience personnelle sur les marchés financiers m'a fait comprendre qu'un rendement très élevé n'est pas forcément meilleur. Je vous encourage à ne pas opter pour cette voie au risque de ternir vos espoirs de gains.

Comme vous le voyez ci-dessous, les actions à haut rendement peuvent vous attirer des ennuis. Les mauvais exemples sont nombreux.

rendement covid

dividendes élevés

Aux États-Unis, Geo Group (GEO) et Tanger Factory Outlet Centers (SKT) ont causé une destruction de valeur pour les actionnaires depuis plusieurs années. La première a dû le supprimer suite à un décret du président américain Joe Biden qui interdit le renouvellement des contrats des prisons privées. De plus, les investisseurs la boudent en raison des critères ESG. La seconde paie son mauvais positionnement sur les centres commerciaux. La majorité d'entre eux sont occupés par des locataires de qualité inférieure et leur taux d'occupation moyen est inférieur à la moyenne du secteur.

En France, nous avons aussi notre lot de canard boiteux avec Eutelsat Communications (ETL) et Casino Guichard (CO). Les investisseurs qui détenaient des titres de ces entreprises, avaient pris l'habitude de percevoir un dividende généreux. Au bout du compte, cela s'est transformé en une mauvaise affaire, en particulier pour l'entreprise de grande distribution qui ne verse plus de dividende en 2020 et 2021. Leur erreur est de ne pas prêter attention sur leur niveau d'endettement, un autre signe annonciateur d'une baisse du dividende.

 

Signe n°2 : Un niveau d'endettement insoutenable

Lorsque la dette occupe une part importante dans le bilan d'une entreprise, les conséquences pourraient être graves si les choses ne se passent comme prévu. À force d'abuser de l'effet de levier, la valeur intrinsèque de l'entreprise devient volatile au point de décourager les investisseurs à mettre une partie de leurs capitaux.

Dans l'un de mes investissements passés, j'ai vécu cette situation avec Anheuser Bush Inbev (ABI), un des géants mondiaux de la bière. Contre toute attente au second semestre 2018, l'entreprise belge a réduit de moitié son dividende à 1,8 € contre 3,6 € à cause de son incapacité à générer des synergies suite à l'acquisition de SAB Miller d'un montant de plus de 100 milliards de dollars.

dette ebitda AB Inbev

Cette opération hautement capitalistique a gonflé son ratio Dette/Ebitda de 2,97 à 7,42 en 2016. Je pensais que cela allait rentrer dans l'ordre année après année. Malheureusement, les faits ne m'ont pas donné raison. Et force est de constater que la crise du Covid-19 n'a pas arrangé ses affaires.

La leçon que j'ai apprise de ce mauvais investissement est qu'il faut se fier aux chiffres financiers plutôt que de la renommée mondiale d'une entreprise. Ainsi, quand vous voyez un ratio dette/EBITDA supérieur à 5 (seuil limite fixé par les agences de notation S&P, Moody's, et Fitch), le danger d'une baisse du dividende n'est pas loin si la situation de l'entreprise ne s'améliore pas à court-moyen terme.

 

Signe n°3 : Un business en déclin

Le signe annonciateur le plus commun qui explique pourquoi une entreprise réduit ou supprime son dividende est lié à un business qui décline structurellement, soit à cause des disruptions technologiques ou de changements de comportements des clients. Lorsque les bénéfices se contractent au point de ne plus couvrir son versement, la baisse du dividende est tôt ou tard inévitable pour le management de l'entreprise. Ne soyez pas étonné que cela se traduit par une chute brutale de leur cours de Bourse.

solocal chute

Évolution du cours de l'action Solocal (Source ABC Bourse)

La disparition de Pages Jaunes (devenu Solocal) représente un excellent exemple d'une entreprise qui n'a pas su anticiper ce revirement sectoriel. Ayant un rendement nettement supérieur à la moyenne du marché parisien, le dividende du distributeur des annuaires n'a plus cours depuis 2010. Le graphique ci-dessus nous montre que la chasse au rendement peut se payer cash.

 

Quelques astuces pour éviter les baisses de dividende

Ces trois signes annonciateurs s'interconnectent entre eux, mais ne déterminent pas automatiquement que l'entreprise va réduire son dividende. Disons qu'ils doivent alerter les investisseurs d'une éventuelle perte de leur capital.

La raison pour laquelle j'évite ces mauvais dossiers est que je me base sur une méthode disciplinée et efficace à long terme. Et si j'ai quelques astuces à vous donner après plus d'une dizaine d'années d'expérience sur les marchés financiers, c'est de vous focaliser sur des entreprises qui ont augmenté régulièrement et sainement leur dividende depuis au moins une décennie. De quoi vous donner de bons repères pour construire un portefeuille solide comme un roc.

Une baisse du dividende est probablement la pire des choses qui puisse vous arriver en tant qu'investisseur de long terme. Ainsi, nous veillons à choisir des entreprises présentent des caractéristiques suivantes :

  • Un historique d'au moins 10 années consécutives du dividende
  • Une croissance régulière du chiffre d'affaires sur les 5 à 10 dernières années
  • Une croissance régulière des bénéfices sur les 5 à 10 dernières années
  • Un niveau d'endettement qui ne suscite pas l'inquiétude à court terme
  • Un payout ratio (bénéfices par action / dividende par action) raisonnable
  • Un free cash-flow suffisant pour couvrir le versement du dividende en cas où les bénéfices se contractent

Si vous les suivez à la lettre, vous augmentez vos probabilités de réaliser de bonnes affaires. Cela étant dit, elles ne vous prémunissent pas à 100 % d'un événement imprévisible à l'image de ce qui s'était passé avec la crise du Covid-19. D'où l'importance de diversifier votre portefeuille dans plusieurs secteurs afin de mieux répartir le risque.


Twitter Facebook Linkedin email
Les derniers articles de l'auteur
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.