OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

France: coup de froid sur la réindustrialisation en 2023

Cours temps réel: 8 021,62  -0,02%



Fibopivots Fibopivots
30/11/2023 15:24:50
0

Quand on voit le nombre de français à leur compte dans les pays proches, on comprend vite qu'ici, c'est le chemin de croix,...

Sans jeu de mot !

  
Répondre
Dubaisan Dubaisan
30/11/2023 15:09:38
1

"Et on appelle réindustrialisation le SOS d'appeler nos collègues orientaux, proches ou lointains, à ouvrir des usines à leurs technologies à eux, et à nous vassaliser...."

N'ayez aucune inquiétude, cela n'arrivera pas.

Les Orientaux n'ont aucune envie, mais vraiment aucune envie d'investir en France et les quelques expériences [désastreuses] qui ont eu lieu militent fortement dans ce sens...Quand aux entreprises françaises qui se sont délocalisées ou sont parties en "Orient" pour survivre ou conquérir des marchés en Asie, l'idée de revenir en France relève carrément du cauchemar...

  
Répondre
ZeuspanCrace13 ZeuspanCrace13
30/11/2023 14:25:13
0

Eh oui mais propulser des homo politici chanceux mais dont le plus haut diplôme est un bac, ou quelque fois présenter comme très savant un semblable bipède qui a une licence cela ne peut mener bien loin. Et ce bipède charmeur devint PM. Des énarques on en a foule et ils apparaissent dans leur vaste majorité des séducteurs ou des cireurs des pompes de leurs chefs, à quelques trop rares exceptions près, c'est très désiquilibré. Le jeunisme est devenu une maladie en Fr et l'abandon de plus en plus poussé des sciences dures, maths, physique, chimie, stat, ... est devenu navrant et pas seulement pour les Dir des grandes écoles... Bref les meilleurs gagneront de plus en plus à quitter le navire avant d'être au chômage ou pdg d'une affaire de "vision longue durée" ou dit plus crûment de cirage de pompes et de parquets. Et on appelle réindustrialisation le SOS d'appeler nos collègues orientaux, proches ou lointains, à ouvrir des usines à leurs technologies à eux, et à nous vassaliser. Qui a comparé cela aux années 1930, c'est bien pire et plus en douceur. Et la Fr se réveillera quand il sera trop tard probablement cette fois.

  
Répondre
moicmoi moicmoi
30/11/2023 11:04:00
1

Question :

la réindustrialisation est-elle réellement une priorité pour le Gvt Français ? Ou un simple slogan Stroumphe sans lendemain ? Un bel effet d’annonce ?
Une vraie réindustrialisation demanderait beaucoup trop de coupes franches sur le fonctionnement de l’état, donc, impossible.

A part quelques miettes par-ci, par-là, juste pour faire joli.

Le Gvt prèfère donner la priorité à la verdure plutôt qu’aux fumées des cheminées des usines.

La France est vouée à être vendue en pièces détachées.

  
Répondre
philabs philabs
30/11/2023 09:58:13
0
C'est sur la dette et les depenses qu'il faut jouer, cela aidera naturellement les industries à produire (baisse des charges obligatoires)
  
Répondre
philabs philabs
30/11/2023 09:57:50
0
Grève à l'usine d'engrais Yara de Montoir-de-Bretagne le 22 novembre 2023 pour protester contre la décision de supprimer 139 emplois
Grève à l'usine d'engrais Yara de Montoir-de-Bretagne le 22 novembre 2023 pour protester contre la décision de supprimer 139 emplois (AFP/Damien Meyer)

Le solde des annonces d'ouvertures et fermetures d'usines est resté positif en France sur les 11 premiers mois de l'année, mais se réduit par rapport à 2022, traduisant un coup de froid sur la réindustrialisation depuis les records de 2021, indiquent les données du cabinet Trendeo.

En pleine "semaine de l'industrie", et des quelque 5.500 événements organisés dans toute la France et à Bercy pour promouvoir l'industrie et encourager les jeunes à choisir cette voie, le recensement effectué par Trendeo montre un "fort freinage" sur les ouvertures de nouveaux sites industriels cette année, souligne David Cousquer, le gérant-fondateur de Trendeo.

Côté pile, de janvier à novembre, Trendeo a recensé 125 annonces d'ouvertures de nouvelles usines et 98 de fermetures de sites en France, soit un solde positif de seulement 27 nouvelles usines annoncées depuis début 2023.

Ce chiffre se compare à un solde net de 83 nouvelles usines sur les onze premiers mois de 2022, de 116 en 2021 (au plus haut du recensement), une seule en 2020 l'année du Covid, et cinq en 2019.

"Ce qui est mauvais, c'est que le freinage concerne beaucoup de secteurs à la fois, même s'il n'a pas du tout l'ampleur de ce qui s'est passé au début des années 2010" a indiqué M. Cousquer à l'AFP.

- France profonde -

Loin des unes de la presse nationale, ce refroidissement touche la France profonde, en particulier les industries alimentaires, la plasturgie et les équipementiers automobiles. Ces derniers sont pris en tenaille dans la transition énergétique et l'abandon des moteurs thermiques au profit des véhicules électriques.

Seize annonces de fermetures portent sur l'agroalimentaire, 9 sont dans le caoutchouc/plasturgie et 8 dans l'automobile, selon Trendeo.

Dans l'agroalimentaire, à Concarneau (Finistère), la compagnie de pêche au thon Via Océan, ex-Saupiquet, filiale du groupe italien Bolton (58 salariés) est en cessation d'activité. Le fabricant d'engrais Yara veut transformer son usine de Montoir-de-Bretagne (Loire Atlantique) en terminal d'importation, et supprimer 139 emplois sur 170.

Dans l'automobile, aux Andelys dans l'Eure, la liquidation judiciaire de la verrerie centenaire Holophane, qui produit des verres de phares de voiture avec 250 salariés vient d'être annoncée.

Trendeo confirme la poursuite des délocalisations: L'équipementier Magneti Marelli a annoncé en octobre la fermeture en janvier d'un site de 167 salariés à Argentan (Orne), la production devant être reprise par une usine en Slovaquie. Un site Marelli de phares de voitures à Saint-Julien-du-Saut (Yonne) doit aussi fermer.

Le président français Emmanuel Macron et le Pdg du groupe taiwanais Prologium lors de l'annonce de l'implantation d'une usine de batteries Prologium à Dunkerque, le 12 mai 2023
Le président français Emmanuel Macron et le Pdg du groupe taiwanais Prologium lors de l'annonce de l'implantation d'une usine de batteries Prologium à Dunkerque, le 12 mai 2023 (POOL/AFP/PASCAL ROSSIGNOL)

Tout comme l'usine de rétroviseurs de l'Indien SMR Automotive à Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne) qui va transférer sa production en Hongrie. A Amiens (Somme), Valeo va supprimer 89 emplois dans ses activités d'embrayage, transférées en Espagne ou en Turquie.

Côté face, des ouvertures d'usines sont annoncées dans le recyclage ou l'énergie, illustrant la transition climatique et industrielle en cours. Et des investissements pour remplacer des fours à gaz émetteurs de CO2 par des fours électriques, notamment dans les métaux ou la verrerie.

Ainsi, les annonces du chinois XTC associé à Orano à Dunkerque dans les batteries automobiles (1.700 emplois à terme), du taiwanais Prologium, à Dunkerque également, pour des batteries automobiles solides (1.500 emplois annoncés).

- "2024, grande année pour l'industrie" -

La start-up lyonnaise Mecaware a annoncé une usine pilote de recyclage de batteries à Béthune (Pas-de-Calais), prévoyant d'employer une centaine de salariés en 2027. Aloxe a inauguré en novembre la plus grande usine de plastique PET recyclé en France, à Messein (Meurthe-et-Moselle) près de Nancy (45 salariés).

Relocalisation emblématique, Framatome rapatrie d'ici 2026 au Creusot (Loire) une partie de la production des cuves nucléaires jusqu'ici fabriquées en Europe de l'est (100 emplois).

Le directeur-général de BPIFrance Nicolas Dufourcq, à Paris, le 30 août 2022.
Le directeur-général de BPIFrance Nicolas Dufourcq, à Paris, le 30 août 2022. (AFP/Archives/Alain JOCARD)

Entre le pile et le face, la pharmacie: à côté de l'investissement massif du danois Novo Nordisk à Chartres (Eure-et-Loir) pour la production de traitements contre le diabète et l'obésité, et de l'annonce de relocalisation de médicaments génériques en cancérologie à Saint-Genis Laval (Rhône) près de Lyon par le laboratoire Benta, Recipharm près de Tours se prépare à fermer son unité de remplissage de vaccin (225 salariés) et Sanofi supprime 265 postes à Marcy-l'Etoile près de Lyon dans une unité de lyophylisation de vaccin.

Pour le directeur général de la banque publique d'investissement BPIFrance, Nicolas Dufourcq, les signes de réindustrialisation devraient se concrétiser en 2024.

"2024 sera une grande année pour l'industrie", a-t-il écrit sur le réseau social X mercredi: "tout au long de l'année, les inaugurations d'usines partout en France... on va voir les premiers résultats de notre Plan France2030 en 2024", a-t-il promis.

© 2023 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

202311301524 1009376
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.
Ma liste