OK
Accueil > Communauté > Forum Esso

Esso: profit de 276 ME sur l'exercice.

Cours temps réel: 9,60€  0,00%

ES


fassa
15/04/2020 15:36:50
0

la faible valorisation lui permet de tenir le support des 15/16 euros pour le moment

  
Répondre
gars d'ain
17/03/2020 19:40:20
0

C'est malbarré pour la suite. le résultat net de 23 M€ tient compte d’un effet stocks positifs pour 147 M€ .


Donc en réalité, le résultat net est de -124 Md'e.


Sans compter que le stock va se déprécier si les cours ne remontent pas ...

Vu le niveau de la publication, c'est direction 10,00 euros



  
Répondre
CRI74
17/03/2020 19:14:37
1

Résultats 2019

https://ml-eu.globenewswire.com/Resource/Download/18b94ba5-33ae-4f00-921d-f12a3f8f4fff


On est rassuré de constater que les ventes d'essence se portent bien ....tu m'étonnes , avec la magouille sur chaque variation du brut , on emplit bien les poches .

  
Répondre
starox
12/09/2019 10:12:40
1

je viens de tout lire, ce n'est pas encourageant

à plus ou moins trois mois, ce pourrait il qu'elle chute drastiquement vers 16 voir 15€ d'autant que ses pertes vont aux termes ( un jour ou un autre, être prises en compte par les investisseurs ) en prime les pertes se cumulent depuis plusieurs années

si actu elle vaut 24€ un plouf profond sera envisageable à brève échéance

Message complété le 12/09/2019 10:13:54 par son auteur.

non actionnaire
mais peut être je risque d'y rentrer vers les 16€

à suivre

  
Répondre
gars d'ain
12/09/2019 08:27:24
0

ESSO : RÉSULTATS CONSOLIDÉS DU PREMIER SEMESTRE 2019

• Résultat opérationnel ajusté en perte de 138 M€, reflétant principalement les faibles marges de raffinage et l'impact de l'arrêt pour maintenance planifiée de la raffinerie de Gravenchon.

• Résultat net positif de 16 M€ tenant compte d'effets stocks positifs pour 143 M€



COMMUNIQUÉ DE PRESSE [PDF] | La Défense, le 12 septembre 2019

https://cdn.exxonmobil.com/~/media/france/files/investors/informations-reglementees/2019/esso-saf-resultats-premier-semestre-2019.pdf

------------------------------------------------------------------------------------------------


Environnement économique et performance opérationnelle

• Le prix du pétrole brut s'est élevé en moyenne à 66 $ (58 €) par baril de Brent au premier semestre 2019 contre 70 $ (58 €) au premier semestre 2018.

• En juin 2019, le prix moyen du baril de Brent a été de 64 $ (57 €) contre 57 $ (50 €) en décembre 2018.

• La parité euro-dollar s'est établie en moyenne au premier semestre 2019 à 1,13 $ /€ contre 1,21 $/€ au premier semestre 2018.

• L'indicateur de marge brute de raffinage carburants et combustibles publiée par la Direction Générale de l'Énergie et du Climat s'est établi en moyenne à 22 €/tonne (€/t) pour le premier semestre 2019, contre 24 €/t au premier semestre 2018.

• 7,6 millions de tonnes (Mt) de pétrole brut ont été traitées au cours du premier semestre 2019, en hausse de 13 % par rapport au premier semestre 2018.

• Le chiffre d'affaires du groupe s'élève à 7,2 milliards d'euros en hausse de 3,2 % essentiellement grace à la hausse des quantités vendues. Les ventes de produits raffinés s'élèvent à 12,8 millions de m3, en hausse de 6,1 % par rapport au premier semestre 2018.

• Dans un marché intérieur en baisse de 0,3 % selon les statistiques publiées par le Comité Professionnel du Pétrole, les ventes du groupe sont en hausse de 3,7 %.

Résultats financiers consolidés

• Le résultat opérationnel du groupe est un gain de 5 M€ et comprend des effets stocks positifs pour 143 M€. Au premier semestre 2018, le gain opérationnel de 41 M€ comprenait des effets stocks positifs pour 178 M€.

• Hors effets stocks et autres éléments d'ajustement, le résultat opérationnel ajusté de l'exercice est une perte de 138 M€ incluant des effets de change opérationnels positifs pour 2 M€. Au premier semestre 2018, le résultat opérationnel ajusté était une perte de 132 M€ et comprenait des effets de change négatifs pour 13 M€.

• Le résultat financier est positif de 12 M€ (8 M€ au premier semestre 2018) et comprend 14 M€ de dividendes de sociétés non consolidées.

• Après prise en compte des impôts courants et différés, le résultat net du groupe est un profit de 16 M€ contre un profit de 37 M€ au premier semestre 2018.

Au 30 juin 2019, les capitaux propres du groupe s'élèvent à 993 M€ et la position financière nette est négative de 88 M€. Le groupe n'a pas préfinancé ses engagements de retraite qui s'élèvent à 1 192 M€.

Le groupe Esso S.A.F. est exposé aux incertitudes concernant l'évolution du prix du pétrole brut et du taux de change du dollar, ainsi qu'à la volatilité des prix des produits pétroliers et des marges de raffinage dans un marché ouvert à une concurrence mondiale.


La transition énergétique va conduire à une baisse de la consommation d'énergies fossiles comme à une évolution de la structure des marchés fournis par le groupe, dont l'ampleur et le rythme de transition sont incertains. Dans ce contexte, Esso S.A.F. poursuivra ses efforts pour améliorer sa compétitivité et optimiser ses actifs industriels. Pour cela, des conditions économiques, fiscales et réglementaires favorables et prévisibles sont essentielles.


+++++++++++++++++++++++++++++++

• Les comptes consolidés au 30 juin 2019 ont fait l'objet de l'examen limité des Commissaires aux comptes dont le rapport sera annexé au rapport financier semestriel d'Esso S.A.F. mis en ligne le 19 septembre 2019 sur le site internet https://corporate.esso.frdans la rubrique informations réglementées conformément à l'article L 451-1-2 I du code monétaire et financier.

• Les comptes consolidés du groupe Esso S.A.F. au 30 juin 2019 sont établis suivant les normes IFRS. En particulier, la variation des stocks est valorisée dans le résultat consolidé suivant la méthode FIFO (premier entré/ premier sorti) étroitement liée à la variation des prix des produits pétroliers sur le marché international. La performance économique et financière du groupe s'apprécie mieux à partir du résultat opérationnel ajusté, après élimination des effets stocks et autres éléments d'ajustement exceptionnels ou inhabituels et non récurrents, et du résultat net hors effets stocks.


Esso S.A.F Tour Manhattan | 92095 Paris la Défense cedex

Contact

Catherine Brun - 01 49 67 94 57 - catherine.brun@exxonmobil.com

Cécile Dubourg - 01 49 67 93 48 - cecile.dubourg@exxonmobil.com

Retrouvez les informations du groupe Esso S.A.F. sur Twitter : https://twitter.com/ExxonMobil_FRAet sur le site https://www.esso.fr




  
Répondre
gars d'ain
03/09/2019 11:54:02
0

Transport maritime : des carburants moins polluants qui vont faire grimper les prix à la pompe

Actualité (AFP) publiée le 03/09/19 07:48

----------------------------------------------------------------------------------------------------


Dès janvier prochain, des dizaines de milliers de navires vont devoir se tourner vers de nouveaux carburants moins polluants, une révolution qui risque d'augmenter le coût du transport maritime mais aussi des prix à la pompe pour les automobilistes.

L'organisation maritime internationale (IMO) avait décidé en 2016 que la teneur en soufre du fioul devrait être ramenée à 0,5% à partir du 1er janvier 2020, contre 3,5% actuellement.

Objectif: limiter les émissions hautement toxiques de dioxyde de soufre produites par l'énorme flotte de près de 80.000 navires qui sillonnent les mers pour transporter marchandises ou matières premières.


Le transport maritime est en effet sur la sellette: il est responsable d'environ 400.000 décès prématurés et de 14 millions de cas d'asthme infantile par an, selon un article paru en 2018 dans la revue Nature.

Concrètement, les transporteurs maritimes auront plusieurs options. La première est de continuer à utiliser le fioul lourd actuel mais en s'équipant d'épurateurs de gaz d'échappement ("scubbers").

Ces équipements sont toutefois coûteux et certains d'entre eux rejettent en mer leurs eaux de lavage, ce qui pourrait conduire à leur interdiction à terme. "Il y a une incertitude sur l'avenir de la réglementation", remarque ainsi Nelly Grassin, chez Armateurs de France.

La seconde possibilité est de se tourner vers des carburants alternatifs, notamment le gaz naturel liquéfié (GNL). Mais ce choix reste marginal: il n'est pas adapté à toutes les lignes maritimes car il suppose notamment une infrastructure d'approvisionnement spécifique.


L'option la plus évidente est donc d'adopter des carburants conformes à la nouvelle réglementation: fioul marin à très basse teneur en soufre ou bien diesel marin.

Le transport maritime consomme aujourd'hui 3,6 millions de barils de pétrole par jour. Sur ce total, environ 600.000 devraient rester au fioul lourd actuel pour des navires équipés de scrubbers ou qui ne se plieront pas immédiatement à la réglementation.

"Cela laisse environ 3 millions de barils par jour qui vont devoir s'ajuster à la nouvelle norme de 0,5% de soufre", estime Chris Midley, analyste en chef de S&P Global Platts, interrogé par l'AFP.


- "Le grand public touché" -

C'est donc un chamboulement majeur pour le marché. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) y voit "facilement la plus grosse transformation jamais vue sur le marché des produits pétroliers".

La première conséquence sera une augmentation du coût pour les armateurs, qui pourraient être tentés de repércuter une partie du surcoût sur leurs clients - ce qui, en bout de chaîne, pourrait renchérir le prix des marchandises transportées.


Car les carburants conformes, plus sophistiqués et plus raffinés, sont "deux fois plus cher, mais on peut s'attendre à une augmentation supplémentaire avec la demande qui augmente", remarque Nelly Grassin.

Pour les entreprises pétrolières, c'est une manne, au moins dans l'immédiat, car leurs marges de raffinage vont progresser. Mais elles devront aussi se débarrasser de leur fioul lourd, dont le surplus pourra alimenter par exemple des centrales électriques.

La demande accrue pour des produits pétroliers plus sophistiqués va par ailleurs affecter par ricochet d'autres carburants, automobiles et aériens, dont les prix risquent d'augmenter.

En effet, les raffineries qui vont tourner à plein pour produire du diesel marin auront aussi soif de brut à faible teneur en soufre comme le Brent de la mer du Nord ou le WTI texan.

"Le Brent pourrait grimper et tutoyer les 70 dollars, peut-être passer les 70 dollars à la fin de l'année", contre moins de 60 dollars aujourd'hui, estime Chris Midley. Au final, "la réglementation IMO aura des répercussions sur tous les consommateurs qui achètent de l'essence ou du diesel".

Pour Alan Gelder, expert du cabinet Wood Mackenzie, "le grand public sera touché par la réglementation IMO principalement de deux façons: avec le coût du transport par avion et les prix de vente du diesel routier".

Toutefois, sachant que "de nombreuses compagnies aériennes couvrent leurs coûts en kérosène de nombreux mois à l'avance", "l'impact le plus grand sera sur le diesel routier", estime-t-il.

  
Répondre
gars d'ain
02/09/2019 19:08:18
0

Potentiel baissier non totalement épuisé...


Graphe en hebdo sur 5 ans...

Les 4 MM sont parfaitement orientés à la baisse et la MM 200 verte vient depuis quelques séances coiffer l'orientation baissière.

Sur le graphe, on voit nettement l'échec baissier (Tiple top) qui a généré la sortie de la Fourchette N°4.


On a alors depuis près d'un an traversé la méciane de la fourchette N°3 en marron. Le test de la médiane a échoué dans le triangle baissier d'obliques rouge : on est sorti à la baisse pour aller rester la dent inférieur en pointillé marron.

On temporise actuellement dans la baisse car le titre a perdu beaucoup de valeur et très loin maintenant de sa valeur d'actifs nets. mais semble encore un peu tôt pour rentrer compte tenu du test graphique qui s'annonce le triangle baissier pour vers 19,79 euros.


Le projet d'augmentation de capital réservé aux salariés fait aussi planer l'annonce d'un décote d'investissement dont les cours manquent en général rarement l'alignement.

Enfin, au deuxième trimestre, Graveline a redémarré progressivement à compter du 20 avril et le pétrole a repris le chemin de la baisse. Coté résultat à attendre, ce semestre à publier pourrait encore avoir du mal à marquer le redressement comptable qui selon moi, devrait commencer à se voir sur le T3 et second semestre.

Coté indicateur, le MACD est négatif, le Rsi patauge en zone limite de survente. La Dm rouge baissière diminie et impose sa vision la DM+ verte qui navigue à vue sans espoir pour l'instant...

On navigue encore encore très nettement sur et sous le voisnage de Keltner basse est baissière à 23,51...

Il parait donc assez certain que l'on devrait aller tester la dent intermédiaire en pointillés marron (fond jaune) vers et sur 19 euros...

.

  
Répondre
BOJOLAID
30/08/2019 17:33:09
1

Merci pour les infos, je la suis avec toi...

  
Répondre
gars d'ain
30/08/2019 14:01:37
0

Etat actuel des indicateurs graphiques : baissier et vendeur.

.

  
Répondre
gars d'ain
30/08/2019 13:59:21
0

Il est à préciser que l'augmentation de capital réservée aux salariés titulaires d'un PEE se fait avec décote.


Voir dernièrement le Cas "Société Générale".

On conserve alors un alignement sur la décote et suivi d'un éventuel Self-off et donc plus bas. Cela nous conduit à envisager une hypothèse de poursuite baissière en direction de 19 euros, et éventuellement très passagèrement sous 18 compte tenu des éléments graphiques actuels baissiers.

  
Répondre
gars d'ain
30/08/2019 13:42:58
0

Rapport des commisaires aux comptes concernant une augmentation de capital réservée aux salariés et point sur les éléments de celle-ci soumis à votation en AG.

https://cdn.exxonmobil.com/~/media/france/files/investors/informations-reglementees/2019/rapport-gouvernement-dentreprise.pdf


======================

NB : Les modalités de cette augmentation de capital réservée aux salariés titulaires d'un PEE ne sont pour l'instant pas connues...

  
Répondre
gars d'ain
30/08/2019 11:56:45
1

Quelques observations personnelles concernant Esso...

Esso a bien vécu de ses actifs en se reposant un peu trop sur ses lauriers, et il a fallu engager des frais de rénovation des unités de raffinage à un moment où le pétrole bas et le faiblesse des marches de raffinages mettent en danger les comptes annuels.


A fin 2017, le groupe dispose de près de 600 stations-service (enseignes Esso et Esso Express) et de 2 raffineries implantées en France.


Il avait été envisagé à un moment de vendre le réseau de station service pour face à la baisse de rentabilité lié à la chûte du pétrole, ce qui a diminué les capacités d'investissements, repoussant ainsi d'autant les couteux travaux d'entretiens des unités de raffinage. Le projet a finallement été abandonné.

Comme vous le noterez donc on tend à revenir progressivement vers une situation de capacité de production restaurée et un réseau de distribution toujours performant. Les chiffres en terme de rentabilité devraient donc normallement progressive se redresser après le point bas et noir de la publication annuelle 2018.


De plus pour palier à cela ( NB : "Une maintenance programmée de la partie Est de la raffinerie de Gravenchon a été engagée à partir du 25 février 2019. Le redémarrage progressif des unités est intervenu à compter du 20 avril 2019.", il a fallu constituer une hausse des stocks afin de maintenir l'activité distribution du réseau.


Ce gonflement des stocks a pénalisé encore les comptes 2018, qui ont plongé nettement en négatif (voir publication).

Au 12 septembre 2019, on devrait avoir une publication semestrielle qui devrait laisser entrevoir une possibilité de redressement, surtout qu'actuellement la baisse du pétrole ne se répercute pas à la pompe, car on en a profité pour remonter les marges de raffinages.

Le redémarrage complet de Gravenchon devrait nettement reboosté les comptes au second semestre 2019, c'est pourquoi il devient nettement intéressant de suivre cette valeur qui est en passe d'arriver sur ses plus bas et devrait finir par donner des signes de retournement.

Pour l'instant, le point bas graphique ne semble pas atteint : ce que je vous monterai dans mon graphique qui suivra qui entevoiut un passage de consolidation baissière sous 20,00 euros.


Il a été évoqué une augmentation de capital réservée aux salariés qui pourrait être annoncé prochainement sur le point bas : c'est général pour ce type d'entreprise ancienne, un signal important de retournement de valorisation à la hausse. Une entreprise quelle qu'elle soit a assez peu d'intérêt à faire perdre de l'argent à ses salariés et c'est une très bonne opportunité pour motiver les troupes sur une stratégie commune de management...


On pourra encore constater que du point de vue du bilan, la valeur d'actifs nets est importante : le bilan culmine à 2313,97 Md'e, on a encore plus 703 Md'e de réserve générale et 89 Md'e de report à nouveau et l'état de la dette est 1319 Md'e.

Et seulement 12 854 578 titres. Ce qui nous donne donc plus de 75 euros d'actifs nets.

On aboutit ainsi sur le niveau actuel de cotation à une décote d'actifs nets autour de -69%.


  
Répondre
gars d'ain
30/08/2019 11:19:22
0

Esso S.A.F. : Information trimestrielle au 31 mars 2019

Communiqué de Presse (PDF)

https://cdn.exxonmobil.com/~/media/france/files/investors/informations-reglementees/2019/information_trimestrielle_au_31_mars_2019.pdf

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Esso S.A.F., le 14 mai 2019 : Information trimestrielle au 31 mars 2019

1 - ENVIRONNEMENT DE L’INDUSTRIE DU RAFFINAGE-DISTRIBUTION

 Evolution du prix du pétrole brut Au premier trimestre 2019, le prix moyen du baril de Brent s’est élevé à 63 $ en baisse de 6 % par rapport au 1er trimestre 2018 (67 $) et de 7 % par rapport au quatrième trimestre 2018 (68 $). La parité euro-dollar s’est établie à 1,14 $/ € contre 1,23 $/ € au cours du premier trimestre 2018. Exprimé en euros, le prix moyen du baril de Brent a été de 55 € au premier trimestre 2019 en hausse de 2 % par rapport au premier trimestre 2018 (54 €) et en baisse de 7 % par rapport au quatrième trimestre 2018 (59 €).

 Marges de raffinage La marge indicative de raffinage Carburants et Combustibles publiée par la DGEC (Direction Générale de l’Energie et du Climat) s’est élevée à 25 €/ tonne en moyenne au premier trimestre 2019 contre une moyenne de 20 €/tonne au premier trimestre 2018. La marge moyenne de l’année 2018 avait été de 28 €/tonne.

L’indicateur de marge de raffinage de la DGEC est un indicateur de marge de raffinage sur coûts énergétiques dont les rendements sur Brent sont représentatifs d’une raffinerie auto-suffisante opérée pour maximiser la production de distillats moyens (http://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/prix-des- produits-petroliers) et a vocation à illustrer la tendance de l’environnement économique du raffinage de Carburants et Combustibles.

Cet indicateur de marge théorique diffère de la marge brute réalisée par le groupe Esso S.A.F. compte tenu de la configuration et des conditions d’opération et de production propres à chacune de ses raffineries, dans un environnement où les prix du pétrole brut et des produits finis peuvent varier très rapidement.

 Marché français des produits pétroliers A fin février 2019, d’après les dernières statistiques publiées par le Comité Professionnel du Pétrole (CPDP), la consommation de produits pétroliers sur le marché intérieur français était en hausse de 1,9 % par rapport à la même période de l’année 2018. Les volumes de supercarburants vendus sur le marché intérieur sont en hausse de 9,9 %, ceux du gazole routier en baisse de 1,9 %.

En glissement annuel, de mars 2018 à février 2019, les ventes de produits pétroliers sur le marché intérieur sont en baisse de 1%.


2 – ACTIVITE DU TRIMESTRE ET FAITS MARQUANTS

 Quantités de pétrole brut traité en raffinerie ( voir tableau sur le PDF joint)

Au premier trimestre 2019, 3,8 millions de tonnes de pétrole brut ont été traitées par les deux raffineries du groupe, quantités stables par rapport à la même période de l’année 2018 qui avait été marquée par l’arrêt d’une grande partie des unités de production de la raffinerie de Gravenchon dans le cadre d’un grand arrêt programmé.

Une maintenance programmée de la partie Est de la raffinerie de Gravenchon a été engagée à partir du 25 février 2019. Le redémarrage progressif des unités est intervenu à compter du 20 avril 2019. Ainsi au cours du premier trimestre 2019 les quantités de pétrole brut traitées par la raffinerie ont été de 2,3 millions de tonnes, identiques à celles du premier trimestre 2018.

 Volumes vendus et chiffres d’affaires ( voir tableau çi-dessous)

Pour les 3 premiers mois de l’année 2019, les volumes des produits raffinés vendus par Esso S.A.F. s’élèvent à 6,2 millions de m3 en hausse de 6 % par rapport au 1er trimestre 2018. Les volumes vendus sur le marché intérieur (ventes en France, hors ventes directes raffinage et ventes extraterritoriales) sont également en hausse de 3 %.

 Investissements

En 2019, le groupe prévoit d’investir 106 millions d’euros, dont 100 millions d’euros dans les raffineries du groupe. Ces investissements vont financer plusieurs projets qui doivent permettre au groupe de répondre aux besoins du marché et d’améliorer la performance des unités: augmentation des productions de gazole et optimisation des productions d’huiles de base et de bitumes.

En 2018 le groupe avait investi 124 millions d’euros dont 111 millions d’euros pour le site de Gravenchon (dont grand arrêt pour maintenance programmée : 70 millions d’euros).

 Risques et litiges

Au 31 mars 2019, des procédures sont en cours concernant le groupe Esso S.A.F., et en particulier le contrôle fiscal des exercices 2013-2014-2015 déjà évoqué dans le rapport financier annuel de l’exercice 2018. Aucun autre litige ou procédure matériellement significatif n’a été engagé à l’encontre du groupe au cours du premier trimestre 2019.

 Situation financière et perspectives

A fin mars 2019, la position financière nette du groupe est négative pour un montant de 18 millions d’euros contre une position financière nette positive de 190 millions d’euros au 31 décembre 2018. Cette évolution provient essentiellement de la variation du besoin en fonds de roulement sur la période (hausse du prix du pétrole brut en fin de période) et aux impacts de l’arrêt pour maintenance programmée de la raffinerie de Gravenchon.

Le groupe Esso S.A.F. est exposé aux incertitudes concernant l’évolution du prix du pétrole brut et du taux de change du dollar, à la volatilité des prix des produits pétroliers et des marges de raffinage dans un marché ouvert à une concurrence mondiale.

La transition énergétique telle qu’envisagée par la Stratégie Nationale Bas Carbone et le projet de Planification Pluriannuelle de l’Energie publié en janvier 2019, va conduire à une baisse de la consommation d’énergies fossiles et à une évolution de la structure des marchés fournis par le groupe, dont l’ampleur et le rythme de transition sont incertains. Dans ce contexte, Esso S.A.F. entend poursuivre ses efforts pour améliorer sa compétitivité et optimiser ses actifs industriels. Pour cela, des conditions économiques, fiscales et réglementaires favorables et prévisibles sont essentielles.

En tant qu’acteur majeur du marché des produits pétroliers en France, le groupe Esso S.A.F. agit déjà de façon responsable et intègre dans tout ce qu’il entreprend la sécurité, le respect de l’environnement, l’efficacité énergétique, le développement social et économique des territoires où il opère. Le groupe poursuivra en 2019 l’effort de maîtrise de ses opérations, de réduction de sa propre consommation énergétique et de baisse de ses émissions.

Quatre objectifs majeurs guident la stratégie du groupe :

 Opérer à un niveau d’excellence ;

 Renforcer sa compétitivité avec de nouveaux projets d’investissement pour être plus performant et répondre aux besoins du marché ;

 Développer ses ventes en accompagnant toujours mieux ses clients revendeurs et distributeurs et en poursuivant de nouvelles opportunités commerciales ;

 Transformer sa culture d’entreprise en poursuivant l’intégration de technologies numériques, d’initiatives de développement commercial et d’engagement de son personnel.

.

  
Répondre
starox
30/08/2019 11:17:50
0

il y a longtemps, très longtemps même , esso était une belle valeur de père de famille, plus encore que total


aujourd'hui, c'est la déconfiture, tout part à volo

sera t'elle bientôt une penny comme bourbon ?


restez à l'écart ,, prochain objectif de cours - de 20€

Message complété le 30/08/2019 11:19:50 par son auteur.

désolé de te contredire, mais ce n'est pas malin de faire de la pub sur des valeurs : en chute régulière et continue

  
Répondre
gars d'ain
30/08/2019 11:11:43
0
gars d'ain
30/08/2019 11:06:44
0

La Défense, jeudi 21 mars 2019

ESSO : RÉSULTAT CONSOLIDÉ 2018

Communiqué de Presse (PDF)

https://cdn.exxonmobil.com/~/media/france/files/investors/informations-reglementees/2019/communique-de-presse-resultats-esso-2018.pdf

Esso S.A.F - Tour Manhattan 92095 Paris la Défense cedex : Contact Catherine Brun : 01 49 67 94 57 Cécile Dubourg : 01 49 67 93 48

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++


• Résultat opérationnel ajusté en perte de 112 M€, reflétant principalement une détérioration des marges de raffinage en 2018 et l’impact de l’arrêt pour maintenance planifiée de la raffinerie de Gravenchon.

• Résultat net en perte de 127 M€ tenant compte d’effets stocks négatifs pour 40 M€


Environnement économique et performance opérationnelle

 Le prix du pétrole brut s’est élevé en moyenne à 71 $ (60 €) par baril de Brent en 2018 contre 54 $ (48 €) en 2017. En décembre 2018, le prix moyen du baril de Brent a été de 57$ (50 €) contre 64$ (54 €) en décembre 2017.

 La parité euro-dollar s’est établie en moyenne en 2018 à 1,18 $ /€ contre 1,13 $/€ en 2017.

 L’indicateur de marge brute de raffinage carburants et combustibles publié par la Direction Générale de l’Énergie et du Climat s’est établi en moyenne à 28 €/tonne (€/t) en 2018 (32 €/t au second semestre), contre 34 €/t en 2017 (36 €/t au second semestre).

 15,3 millions de tonnes (Mt) de pétrole brut ont été traitées contre 16,1 Mt en 2017. 8,6 Mt ont été traitées au second semestre (9,0 Mt au second semestre 2017).

 Le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 14 853 millions d’euros en hausse de 13% qui reflète essentiellement la hausse du prix des produits pétroliers. Les ventes de produits raffinés s’élèvent à 25,3 millions de m3, en baisse de 0,5 % par rapport à 2017. Les ventes sur le marché intérieur sont en hausse de 3,8 %, dans un contexte qui a vu le marché intérieur se contracter de 1,7 % par rapport à 2017 selon les statistiques publiées par le Comité Professionnel du Pétrole.

Résultats financiers consolidés

 Le résultat opérationnel du groupe est une perte de 169 M€ et comprend des effets stocks négatifs pour 40 M€. En 2017, le gain opérationnel de 211 M€ comprenait des effets stocks positifs pour 91 M€.

 Hors effets stocks et autres éléments d’ajustement, le résultat opérationnel ajusté de l’exercice est une perte de 112 M€, en amélioration de 20 M€ au second semestre par rapport à la perte opérationnelle ajustée de 132 M€ au 30 juin 2018 ; il inclut des effets de change opérationnels négatifs pour 17 M€. En 2017, le résultat opérationnel ajusté était un profit de 139 M€ et comprenait des effets de change opérationnels positifs pour 19 M€. La baisse de 251 M€ du résultat opérationnel ajusté par rapport à 2017 reflète principalement une détérioration moyenne des marges de raffinage, dans un contexte de volatilité des prix du pétrole brut et l’impact du grand arrêt pour maintenance programmée de la raffinerie de Gravenchon.

 Le résultat financier est positif de 12 M€ (13 M€ en 2017) et comprend 16 M€ de dividendes de sociétés non consolidées.

 Après prise en compte des impôts courants et différés, le résultat net du groupe est en perte de 127 M€ contre un profit de 159 M€ en 2017.

 Le résultat net hors effets stocks est une perte de 77 M€ contre un profit de 87 M€ en 2017.

 Le flux net de trésorerie généré par l’exploitation est négatif de 85 M€, en baisse de 397 M€ par rapport à 2017.

 Les capitaux propres du groupe s’élèvent à 1 044 M€ et la position financière nette est positive de 190 M€. Au 31 décembre 2017, les capitaux propres étaient de 1 166 M€ pour une position financière nette positive de 405 M€. Le groupe n’a pas préfinancé ses engagements de retraite qui s’élèvent à 1 109 M€ à fin 2018.

Le groupe Esso S.A.F. est exposé aux incertitudes concernant l’évolution du prix du pétrole brut et du taux de change du dollar, ainsi qu’à la volatilité des prix des produits pétroliers et des marges de raffinage dans un marché ouvert à une concurrence mondiale.

La transition énergétique va conduire à une baisse de la consommation d’énergies fossiles comme à une évolution de la structure des marchés fournis par le groupe, dont l’ampleur et le rythme de transition sont incertains. Dans ce contexte, Esso S.A.F. poursuivra ses efforts pour améliorer sa compétitivité et optimiser ses actifs industriels. Pour cela, des conditions économiques, fiscales et réglementaires favorables et prévisibles sont essentielles.

Comptes d’Esso S.A.F au 31/12/2018

Le Conseil d’Administration qui s’est réuni le 20 mars 2019 a arrêté les comptes sociaux d’Esso S.A.F. pour l’exercice 2018. Le résultat net est une perte de 108 M€ pour 2018 contre un gain de 160 M€ en 2017. Le Conseil a décidé de proposer à l’Assemblée Générale de ne pas verser de dividende pour l’exercice 2018.

.

  
Répondre
gars d'ain
29/08/2019 13:51:47
0

Calendrier prévisionnel 2019 | Communication financière de la société Esso S.A.F.


• 20 mars 2019 | Arrêté des comptes 2018 par le conseil d'administration

• 21 mars 2019 | Communiqué de presse sur les résultats financiers annuels 2018

• 19 avril 2019 | Rapport financier annuel 2018

• 14 mai 2019 | Information trimestrielle au 31 mars 2019

• 12 septembre 2019 | Communiqué de presse sur les résultats financiers du premier semestre 2019

• 19 septembre 2019 | Rapport financier du premier semestre 2019

• 14 novembre 2019 | Information trimestrielle au 30 septembre 2019

Message complété le 29/08/2019 13:57:52 par son auteur.

Lien agenda :
https://corporate.esso.fr/fr-fr/investisseurs/informations-à-l'intention-des-actionnaires/calendrier-financier/calendrier-financier-2019

  
Répondre
gars d'ain
24/01/2019 12:23:51
0

Repli sur rebonds technique et test des obliques comtraigantes en cours pour tenter sortir de la spirale baissière.

Après la descente en plus bas annuel sur 30,90 et teste de suport en pointillé rouge, on a orchestré un rebonds technique qui prend l'allure d'une défibrillation en forme de diamant.

La suite devrait provisoire s'inscrire latéralement dans le triangle obtu rouge contragiant à la hausse et à la baisse.

On devrait ensuite tentet d'amorcer une reprise des cours à la hausse dans le sillage du pétrole.

La MM 2O rouge à 33,48 euros a entamé son retournement et devrait venir croiser à la hausse la MM 60 orange baissière actuellement à 34,28 euros : ce qui devrait mettre le titre en situation favorable pour sortir latéralement du dernier cône baissier rouge contraignant à la baisse...

/

  
Répondre
JCTS
18/12/2018 19:46:05
0

rebond avec volumes en cours de séance du 18 décembre. On pourrait rebondir enfin.

  
Répondre
gars d'ain
14/12/2018 13:50:40
1

Enfoncement baissier la médiane de fourchette baissière d'Andrews


Les signaux négatifs s'accumulent :

• ETE baissier de départ de fourchette baissière d'Andrews (3 cercles rouges)

• La tête de fourchette conduit à un triple top baissier sur l'oblique baissière (3 cercles rouges)

• Enfoncement de la dent intermédiaire

• Enfoncement baissier la médiane de fourchette baissière d'Andrews


Manifestement, on file tout droit à la baisse sur la dernière dent d'une plus grande fourchette de long terme datant de 2014 et à ce niveau on devrait alors aller tester le plus bas de 2014 sur 29,50 euros.

.

  
Répondre

Forum de discussion Esso

202004151536 664758
Ma liste