OK
Accueil > Communauté > Forum Général

HRS ( Hydrogène) - Page 2



moicmoi moicmoi
07/02/2021 21:41:49
2

marko73
« « Perso j’attends de voir pour repasser acheteur sur le topic hydrogène. ..//..Si la filière se développe à vitesse grand V on risque de voir…
» »

Je crois que nos z’élites prennent enfin conscience que l’hydrogène, ça existe . Toujours un métro en retard.

Ces cons là ont tout misé sur l’électrique, avec force pub et primes. (ben oui, faut sauver le soldat EDF, dont le Gvt est actionnaire)

Du coup, les constructeurs auto ont mis le pied dans l'entrebaillement de la porte des primes et subventions, mais, à mon avis, ils risquent d’y laisser des plumes : le revers de la médaille électrique (autonomie réduite, pollution sous couvert de verdure, implantation de chargeurs en nombre ridicule, investissement trop élevé pour le particulier, besoin en électricité qui ne pourra répondre à la demande pour les recharges,…) n’est jamais envisagé.

Nono la Mairde a annoncé, Ajd à la télé, un plan plein de notre pognon pour la filière «hydrogène ». Idem pour Bruxelles.

Reste à savoir dans combien de temps ces aides seront réellement versées . Sans doute quand tous les autres pays dynamiques auront verrouillé le développement de cette filière.

Chez Air Liquide, l’hydrogène représente 10 % de leurs revenus, il me semble. J’ai lu ça ces jours-ci, je ne sais plus où.

On a les politicons que le monde entier nous envie.

Perso, je suis confiant pour ce secteur , en LT.
D’autant plus que Air Liquide pourrait avoir envie de croquer les petits du secteur.

  
Répondre
argilo argilo
07/02/2021 20:29:42
0

Pour info Perecydes

lntro de vendredi (aug à 6)...no comment

  
Répondre
marko73 marko73
07/02/2021 18:39:45
1

Perso j’attends de voir pour repasser acheteur sur le topic hydrogène. J’étais sur Mcphy à 5.5 j’ai vendu vers les 20 (je regrette déjà !) mais quand je vois la valorisation, je trouve ça délirant. D’autres (EngieEPS par exemple) n’ont pas autant décollé (elle comence tout juste). A voir aussi l’application vers laquelle s’oriente les entreprises (stockage stationnaire, transport)

Si la filière se développe à vitesse grand V on risque de voir le cout des composants des piles à combustibles (PAC) et électrolyseur exploser. (principalement le Platine)

Enfin un truc qui me chagrine c’est qu’on ne discute pas assez du temps de vie des PAC. Pour le PEMFC (techno privilégiée pour le transport) j’ai vu deux chiffres sur le « FUEL CELL INDUSTRY REVIEW 2019 » parlant de 25 000 heures et 35 000 heures (Ballard FCveloCity-HD6). (source https://www.afhypac.org/documents/publications/rapports/TheFuelCellIndustryReview2019.pdf )

Je vous conseil de regarder ce qui est publié sur le site de l’Afhypac (https://www.afhypac.org) et ce doc qui introduit bien les choses même si c’est un peu light (http://www.afhypac.org/documents/tout-savoir/Fiche%205.2.1%20-%20Les%20PAC%20-%20rev%20f%C3%A9vrier%202018%20ThA.pdf)

J'attends avec impatience de voir ce qui se passera sur HRS.


  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
07/02/2021 18:24:25
0

Ah bein biensur qu'à aujourd'hui, l'hydrogène est la prochaine étape.

on pense ce qu'on veut de nos gouvernements mais si les plans de relance vont dans ce sens, c'est pas pour rien ou au hasard.

Ceci étant dit, niveau boursier c'est pas des marchés murs non plus donc il serait peut être un peu tôt pour investir, en mode long terme, dans toutes ces sociétés.

Je le vois comme l'énergie renouvelable (solaire, éolien..)...

ça a boosté en phase démarrage ( le trend haussier jusqu'en 2007) puis stand bye jusqu'à la sortie confinement Covid (nouveau trend haussier).


Bref Mardi ça va être marrant pour la cotation Hrs.

trop de monde à courir après le papier.

d'ailleurs à se demander si il va y avoir des vendeurs déjà !

  
Répondre
fipuaa fipuaa
07/02/2021 17:57:40
0

merci miaou, joli tir, dans le mille purée !!

on voit qu'il se passe quelque chose dans ce domaine !

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
07/02/2021 17:35:25
2

@Fip : je l'ai justement lu cet aprem dans un article...


L’hydrogène, le carburant du futur ?

La mobilité à hydrogène a le vent en poupe. Partout dans le monde, des bus alimentés au gaz H commencent à circuler dans les villes. Leur atout : ils ne polluent pas, ne font pas de bruit, se rechargent rapidement et ont une plus grande autonomie qu’un véhicule à batteries. Et si l’hydrogène était l’avenir de la mobilité partagée ?


Le secteur des transports est l’un des plus importants émetteurs de CO2 mondiaux. Rien qu’en France, 120 millions de tonnes de CO2 (Source) sont rejetées chaque année dans l’atmosphère, du fait essentiellement des voitures et des poids lourds. En ville, le niveau des polluants a atteint un stade critique. Les véhicules thermiques émettent du dioxyde de carbone, des oxydes d’azote (NOx) et des particules fines. Heureusement, ils roulent, de plus en plus, au gaz ou à l’électrique. Toutes ces innovations sont intéressantes mais, bien entendu, aucune n’est la panacée. Le gaz naturel est une énergie fossile qui s’épuise et le biogaz, issu de la biomasse, n’est pas encore produit en grande quantité. Quant aux véhicules électriques, ils sont très consommateurs de métaux rares tel le lithium pour leurs batteries. Cependant, un nouveau vecteur énergétique prend peu à peu sa place sur le devant de la scène : l’hydrogène.

"L’HYDROGÈNE, QU’EST-CE QUE C’EST ?
C’est l’un des éléments les plus simples et les plus abondants de l’univers (75 % en masse et 92 % en nombre d’atomes). Pourtant, il n’existe quasiment pas à l’état pur sur Terre : dans la nature, c’est sous la forme de dihydrogène (H2) qu’il est le plus présent. Associé à l’oxygène, il forme alors une molécule d’eau (H20). Dans l’industrie, l’hydrogène sert essentiellement à la production d’ammoniac (nécessaire aux engrais) et au raffinage de produits pétroliers. Les secteurs de la métallurgie, de l’électronique, du verre et du textile en sont également très consommateurs. "


Une force applicable aux machines

Deux cents ans après l’intuition de l’ingénieur français Philippe Lebon, qui pensait que le “gaz hydrogène” serait un jour “une force applicable aux machines”, des voitures, des bus, des trains, des camions… et même des vélos roulent au gaz H !
Comment ça marche ? L’hydrogène est très présent dans l’univers, mais rarement à l’état pur. Pour obtenir ce précieux gaz, il existe plusieurs méthodes. Largement utilisé dans l’industrie, l’hydrogène peut être produit par vaporeformage du gaz naturel, que l’on transforme en H2 grâce à de la chaleur et de la vapeur d’eau. On peut aussi opter pour une solution plus écologique qui ne rejette pas de CO2 dans l’atmosphère : l’électrolyse de l’eau. En faisant passer du courant électrique dans de l’eau, on “casse” la molécule d’eau (H20) et on libère du dihydrogène (H2) et du dioxygène (O2). L’hydrogène ainsi obtenu est ensuite comprimé et stocké dans un réservoir à haute pression, au sein d’un véhicule. Quand on met le contact du moteur, l’hydrogène traverse alors une pile à combustible et y rencontre de l’oxygène : la réaction inverse à l’électrolyse de l’eau se produit ! De l’électricité est recréée, tout en libérant uniquement de la chaleur et de la vapeur d’eau. En somme, un véhicule alimenté à l’hydrogène roule à l’électrique… mais avec quelques différences notables. Ses réservoirs à hydrogène sont beaucoup moins lourds et volumineux que les batteries d’un véhicule 100 % électrique. Son temps de charge est de 10 à 30 minutes, contre plusieurs heures pour charger les batteries d’un bus électrique. Par ailleurs, son autonomie est plus importante : plus de 300 km, contre seulement 250 km en moyenne pour le bus électrique traditionnel. Bien entendu, il est tout aussi silencieux que son cousin (environ le niveau sonore d’une conversation normale). Plus bénéfique encore, quand l’électricité utilisée est d’origine renouvelable (éolienne ou solaire, par exemple), l’hydrogène est dit “vert”. Il permet alors de “stocker” de l’électricité d’origine intermittente pour une utilisation future – en tant que carburant dans un bus, par exemple.

Quand on arrive en ville

En France, dans les Yvelines, le premier bus à hydrogène relie Versailles à Jouy-en-Josas, depuis septembre 2019, sans émettre la moindre pollution. À Pau, Fébus (flotte de huit véhicules) traverse l’agglomération grâce à de l’hydrogène produit localement. Dans le Pas-de-Calais, ce sont six bus à hydrogène qui assurent la liaison entre Auchel et Bruay-la-Buissière. Ailleurs, comme au Mans, à Chaumont, à Dijon ou à Lyon, les projets se multiplient. Ces bus non polluants reviennent certes plus cher qu’un bus classique, mais beaucoup moins qu’un train. En Europe, c’est donc l’effervescence. Anvers, Oslo, Londres, Birmingham, Aberdeen, Hambourg, Cologne, Rome, Milan, Reykjavik, Riga… toutes ces villes déploient des bus à hydrogène grâce au soutien de programmes européens ou nationaux. En 2022, on prévoit que près de 600 bus à hydrogène seront en service sur le continent. Et il n’y a pas que le bus ! La flotte de taxis Hype propose déjà aux Parisiens de rouler à l’hydrogène. Les vélos à hydrogène sont entrés à Chambéry et à Laval, le train à hydrogène circule déjà en Allemagne, les États-Unis inventent le camion à hydrogène (voir aussi « La grande histoire de la mobilité hydrogène »), tandis qu’une navette fluviale est expérimentée à Nantes… De fait, ce nouveau vecteur énergétique est au cœur d’une intense mobilisation économique et politique. En Asie, notamment, on y est particulièrement sensible. La Chine fait rouler des trains à l’hydrogène. Par ailleurs, le gouvernement chinois a stoppé toutes ses subventions sur les batteries électriques pour les reporter sur l’hydrogène. En Corée du Sud, d’ici dix ans, tous les bus devront rouler à l’électrique – et cela se fera en partie avec de l’hydrogène. Quant au Japon, 100 bus H seront présents aux Jeux Olympiques de 2020. À terme, l’archipel vise 900 stations en 2030 et 80 000 véhicules en circulation.

Diminuer les coûts financiers et environnementaux

À l’heure actuelle, les électrolyseurs produisent de l’hydrogène au prix de 10 euros le kilo… ce qui revient quand même, pour un bus, à 80 euros les 100 kilomètres (contre seulement 20 euros dans le cas du bioGNV). À terme, avec l’industrialisation de la filière, les piles à combustible embarquées dans les véhicules devraient voir leur coût baisser : certaines sont d’ores et déjà produites en France par Symbio, entreprise rachetée récemment par Michelin. Du côté des constructeurs de bus (Solaris, Van Hool, Safra, Caetano…), on s’active aussi pour proposer des bus à hydrogène de 12 mètres de long à un coût attractif : ceux-ci valent environ 650 000 euros, mais des commandes groupées (à partir de 100 unités) pourraient faire baisser le prix à 450 000 euros, selon Keolis. À ce jour, si l’on additionne l’ensemble des coûts, le TCO d’un bus à hydrogène (total cost of ownership, ou coût total de possession), reste élevé : deux fois et demie supérieur à celui d’un véhicule diesel.

Créer un écosystème favorable

Seule la mobilisation de l’ensemble des acteurs permettra de faire baisser les coûts. En Europe, les projets de “vallées à hydrogène” impulsés par le FCH JU (Source) vont dans ce sens : quatre régions européennes, dont deux françaises (Auvergne-Rhône-Alpes, Normandie, Aragon et Pays-Bas du Nord) se sont unies en 2019 pour créer sur leur territoire un environnement propice à la mobilité hydrogène : électrolyseurs, installation de stockage de l’hydrogène, réseaux de stations, flottes de véhicules, etc. Au total, près de 250 initiatives sont répertoriées et soutenues par l’UE (Source). Aux Pays-Bas, il est prévu de réutiliser une partie des gazoducs pour transporter l’hydrogène fabriqué à partir de l’électricité issue des éoliennes offshore. En Allemagne, un programme de R&D de 1,4 milliard d’euros sur dix ans a été adopté : il doit déclencher 2 milliards d’euros d’investissements privés. Ailleurs, des pays se positionnent pour massifier la production d’hydrogène, tel le Chili qui dispose de ressources exceptionnelles en énergie solaire et pourrait un jour exporter de l’hydrogène par voie maritime. Car l’hydrogène a une qualité majeure : fabriqué à partir de l’électricité, il peut être stocké pour un usage futur. Et ainsi capter pour plus tard les énergies intermittentes et renouvelables issues du soleil et du vent…

  
Répondre
fipuaa fipuaa
07/02/2021 17:23:16
0

@marko73

ok avec toi

je précise ma pensée à savoir qu'en dehors de l'Amérique du sud c'est pas simple de trouver du lithium et son cours pourrait exploser

sans centrales nucléaires supplémentaires si tout le monde roule en électrique on aura des soucis pour pouvoir recharger

on connait bien les difficultés à rentabiliser le recyclage moi je ne demande qu'à y croire mais je suis sceptique même si la technologie existe!

j'avais entendu sur France inter il y a déjà un bon moment que la Chine se réorientait vers l'hydrogène et avait diminué les aides aux boites qui développaient l'électrique je ne sais pas si c'est le cas, Dubaisan une lumière?

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
06/02/2021 11:22:39
2

@Fip : Comme écrit dès le départ, non j'en ai pas et j'en veux pas.

effectivement, on commence à parler de l'hydrogène ici ou là..

il parait même que des gouvernements mettent (enfin distribuent car les sous viennent de + haut) un peu d'argent dans ce secteur.. genre subventions

mais avant qu'on en vienne à "l'hydrogination globale", quelques années vont s'écouler.


il serait quand même navrant de planter tout le secteur auto, en pleine transformation électrique ultra couteuse.

déjà que Renault et Peugeot sont sur la paille à chaque crise.. là ça serait les enterrer direct.

bref avant la voiture hydrogène, va falloir inciter Mr tout le monde à acheter des carrosses électriques.

en attendant, va falloir passer par la période test comme à chaque cycle...

je crois qu'il y a eut 1 voiture hydrogène sur le Paris-Dakar cette année et au niveau des 24H du Mans, ça arrive aussi en test en 2024.

enfin d'ici à ce que tout cela soit en place pour la conso de masse, il y aura bien une crise mondiale qui sera passer par là.


  
Répondre
marko73 marko73
05/02/2021 15:02:44
3

Fipuaa tu pourrais revoir ta copie STP ?

1) Les techno Lithium-ion n’utilisent pas de terre rare. Un petit listing (y’en pas qu’une) :

-Lithium Cobalt Oxide(LiCoO2)

-Lithium Manganese Oxide (LiMn2O4)

-Lithium Nickel Manganese Cobalt Oxide (LiNiMnCoO2)

-Lithium Iron Phosphate(LiFePO4)

-Lithium Nickel Cobalt Aluminum Oxide (LiNiCoAlO2)

-Lithium Titanate (Li2TiO3)

Si je ne dis pas de connerie la techno dominante dans les véhicules c’est la LiNiMnCoO2=Pas de terre rare…

2) Les terres rares ne sont pas rares, le problème c’est plutôt qu’il n’y a pas de véritable filon comme l’or. Elles se retrouvent de manière dispersée dans la roche. Voir le graphe.

3) pour l’aspect pollution : La France ne possède pas de gisement de lithium, graphite, Cobal ou autre. Les pays dans lesquels sont extraits les matériaux pourraient prendre des mesures pour encadrer l’exploitation des gisements afin de rendre ça le plus propre possible. (c’est donc un problème je suis d’accord).

4) pour l’aspect recyclage certaines entreprises arrivent déjà à recycler à plus de 90% des accus Li-ion.

je ne rentrerai pas sur le sujet du nucléaire, on sait tous ce qui se passe à Flamanville.


  
Répondre
fipuaa fipuaa
05/02/2021 14:16:10
1

bon alors ptichat, te voilà investi dans l'hydrogène? Les dividendes sont réglées en bouteille de 13 kg?

je reste totalement persuadé que c'est l'avenir et ça pourrait aller plus vite car l'électrique va s'essouffler par manque de terres rares manque de courant manque de stockage ....L'électrique? Rien de plus polluant à fabriquer et recycler, c' est à la mode des bobos qui se déplacent dans les mégapoles en vélo avec trois poireaux qui dépassent du panier pour faire bien, ils font le tour de la ville pour être vus mais ça n'aura qu'un temps! L'état va t-il reconstruire 10 ou 20 centrales nucléaires pour remplacer les défaillantes et en créer des supplémentaires??

Une fois qu''on aura réglé le problème de la fabrication de l'hydrogène, on ne parlera plus de l'électrique !

  
Répondre
Invectus Invectus
05/02/2021 14:02:58
1

La pénurie de titres à l'intro c'est super pour les débuts de la cotation, cela fera monter le titre, ceux qui n'ont pas été servis achèteront pour compléter leurs lignes...

Donc au début up, up, up


je dis ça, je dis rien

Non actionnaire pour l'instant

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
05/02/2021 13:41:32
0

ça fait limite arnaque pour le coup..

t'es content d'avoir une ligne de 12 titres. pfff


  
Répondre
terrien terrien
05/02/2021 13:37:23
0

Le problème c’est que les particuliers n’ont eut que des miettes

Demande de 115 actions et servi de 12 actions .le titre est d’avenir mais attention si les objectifs ne sont pas atteint ce sera 50 % en moins

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
05/02/2021 13:15:33
1

Publié le 05/02/2021 à 11h32

Hydrogen Refueling Solutions (HRS) a rencontré un franc succès, pour son introduction en Bourse (IPO). Le fabricant et installateur grenoblois de stations hydrogène a levé 84,6 millions d'euros sur le marché Euronext Growth Paris. Le montant global pourrait être porté à 97,3 millions d'euros, en cas d'exercice intégral de l'option de surallocation. Il s'agit de la "plus importante introduction en Bourse sur le marché Euronext Growth Paris depuis sa création", souligne HRS.

Le prix d'introduction a été fixé à 25,30 euros par action, soit le haut de la fourchette indicative. L'opération a été sur-souscrite 5,7 fois, signe du fort intérêt des investisseurs.

Et les investisseurs particuliers ont aussi massivement sursouscrit : 12 fois pour l'OPO ! Les ordres A1 (de 1 action jusqu'à 100 actions incluses) seront servis à 12,1% et les ordres A2 (au-delà de 100 actions) à 3,8%.

Le titre HRS devrait logiquement faire des débuts boursiers en fanfare.

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
01/02/2021 14:58:32
1

01/02/2021 | 07:35

HRS avance la clôture de son introduction en Bourse au 4 février, en raison du large succès rencontré auprès des investisseurs

Champ-sur-Drac, le 1er février 2021 - Hydrogen-Refueling-Solutions (HRS ou la « Société »), concepteur et fabricant européen de stations de ravitaillement en hydrogène, annonce la clôture par anticipation de son introduction en Bourse en vue de l'admission de ses actions aux négociations sur Euronext Growth® Paris, compte tenu du succès rencontré auprès des investisseurs (code ISIN : FR0014001PM5 - mnémonique : ALHRS).

Conformément à l'article 5.4.3.4 de la Note d'Opération[1], et compte-tenu de la très forte demande dans le cadre de son introduction en bourse, HRS a décidé de clôturer par anticipation l'opération au mercredi 3 février 2021 (17 heures pour les souscriptions aux guichets et 20 heures pour les souscriptions par Internet) pour l'offre à prix ouvert (OPO) et au jeudi 4 février 2021 (12 heures) pour le placement global (Placement Global).

Ainsi, le calendrier de l'introduction en bourse est modifié comme suit :

  
Répondre
Invectus Invectus
27/01/2021 18:34:38
0

Je verrais bien....

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
27/01/2021 18:33:11
0

"Oui, ça a l"air pas mal"


Tout dépend de ta vision des choses, ton activité en bourse, ton profil.


Si t'es une petite fourmi, oui (référence à une scène dans Kaamelott)

Si tu fais un pari de quelques semaines post introduction, peut être

Si c'est un investissement PEA long terme, j'en doute très fort

Perso, ça m'intéresse en rien

  
Répondre
marko73 marko73
27/01/2021 17:21:21
0

Un peu plus de détails :

Émission d'actions pour un montant d'environ 70 M€1

Montant de l'offre pouvant être porté à 92,6 M€ en cas d'exercice intégral de la clause d'extension et de l'option de surallocation par cession d'actions existantes

58,5 M€ déjà sécurisés sous la forme d'engagements de souscription

Fourchette indicative de prix : entre 22,85 € et 25,30 € par action

Période de souscription : du 27 janvier 2021 au 9 février 2021 inclus pour l'Offre à Prix Ouvert (OPO) et jusqu'au 10 février 2021 (12h) pour le Placement Global

source : https://www.actusnews.com/fr/HYDROGEN-REFUELING-SOLUTIONS/cp/2021/01/27/hrs-specialiste-des-stations-a-hydrogene-lance-son-introduction-en-bourse-sur-le-marche-euronext-growth-a-paris


  
Répondre
Invectus Invectus
27/01/2021 17:01:54
0

Oui, ça a l"air pas mal

@ suivre

  
Répondre
Ptitchat72 Ptitchat72
27/01/2021 16:59:25
0

Courrez les petites fourmis.. courrez


Toutes les informations sont par là :

https://www.hrs-bourse.com/modalites

  
Répondre

Forum de discussion Général

202102072141 835314
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.