OK
Accueil > Communauté > Forum Cac 40

Taux: l'heure de la pause n'a pas sonné pour la BCE

Cours temps réel: 8 002,97  -0,25%



philabs philabs
15/06/2023 08:56:37
2
2% d'inflation n'est pas un objectif pertinent , à mon avis un niveau d'inflation de 3-4% est nécéssaire pour assainir le marché du surinvestissement, de la spéculation boursière à crédit et permettre aux intervenants (achats immobiliers , amortissements de materiel) de retrouver un peu d'air tant dans le cout des acquisitions que dans la viabilité à terme des projets. La BCE ne sauvera pas l'euro en proposant des taux élevés, elle n'exporte pas de matieres premières et le stock de dette est deja inquiétant. M3 doit augmenter par l'inflation , et non plus par l'emission de dette et profiter du roulement (de la dette) pour augmenter les recettes et retrouver des ratios soutenables.
  
Répondre
philabs philabs
15/06/2023 08:56:36
0
Les bureaux de la BCE, le 4 mai 2023 à Francfort
Les bureaux de la BCE, le 4 mai 2023 à Francfort (AFP/Archives/ANDRE PAIN)

La Banque centrale européenne (BCE) devrait à nouveau relever ses taux d'intérêt jeudi et même signaler sa volonté de poursuivre le mouvement pour combattre l'inflation, même si la zone euro est entrée en récession.

Une hausse des taux directeurs d'un quart de point de pourcentage, comme en mai, paraît acquise pour la plupart des observateurs.

Cette décision porterait le taux de dépôt, qui fait référence, à 3,5%.

Après une décennie d'argent pas cher, la BCE s'est lancée dans un cycle sans précédent de resserrement monétaire pour contrer la flambée des prix à la consommation dans le sillage de l'offensive russe en Ukraine. Elle a relevé ses taux d'intérêt de 3,75 points de pourcentage depuis juillet dernier.

L'enjeu de la réunion de jeudi porte davantage sur les signaux qui seront envoyés par les gardiens de l'euro quant au cap monétaire des mois à venir.

La décision de la Fed, mercredi, de marquer un temps d'arrêt après dix hausses de taux d'affilée, a accru les attentes envers l'institution de Francfort.

Les responsables de la banque centrale américaine prévoient toutefois majoritairement de relever encore les taux d'ici à fin 2023.

Etant partie plus tard au combat que sa cousine américaine, la BCE a encore "du chemin à parcourir" pour combattre l'inflation, répète à l'envi sa présidente Christine Lagarde.

- Combien de temps ? -

La hausse des prix en zone euro est retombée à 6,1% en mai, loin du record à 10,6% atteint en octobre, mais loin également de l'objectif de 2% poursuivi par la banque centrale.

La BCE joue sa crédibilité dans la lutte pour ramener la stabilité des prix et elle n'a d'autre choix dans l'immédiat que de "resserrer davantage la politique monétaire", sans "compromis possible", juge Franck Dixmier, directeur mondial des gestions obligataires d'Allianz Global Investors.

Alors que le pic des taux semble se rapprocher en zone euro, "le débat va bientôt se réorienter de la question du niveau des taux à celle de leur maintien dans la durée", a observé début juin Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE.

Pour décider combien de temps la politique monétaire doit rester restrictive, l'institution se basera notamment sur ses projections économiques, qui seront actualisées jeudi. Celles de mars misaient sur une inflation à 5,3% cette année, retombant à 2,1% en 2025.

Les économistes n'attendent pas ici de changement majeur.

La présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde, le 2 février 2023 à Francfort
La présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde, le 2 février 2023 à Francfort (AFP/Archives/Daniel ROLAND)

L'inflation dite sous-jacente (qui exclut l'énergie et l'alimentaire), a poursuivi sa baisse en mai, à 5,3%, mais "rien ne prouve clairement" que cette dernière "ait atteint un pic", a récemment mis en garde Mme Lagarde.

Les pressions salariales se sont "encore renforcées", les salariés voulant récupérer une partie du pouvoir d'achat perdu en raison de la forte inflation, a-t-elle dit.

La BCE craint que ne s'engage une spirale salaires-prix qui pourrait ancrer l'inflation dans la durée.

- Equilibrisme -

La prévision de croissance pour 2023, actuellement d'1%, pourrait être revue en baisse alors que le PIB (Produit intérieur brut) des 20 pays partageant la monnaie unique a reculé de 0,1% entre janvier et mars, après une baisse de même ampleur lors du trimestre précédent, signifiant l'entrée en récession de la zone euro.

Cela doit essentiellement au poids économique de l'Allemagne, dont le PIB s'est contracté au cours des deux derniers trimestres, quand d'autres pays comme la France ont repris le chemin de la croissance en début d'année.

"Il nous faut juguler l'inflation sans peser trop négativement sur l'activité économique", a mis en garde M. Panetta, qui compte parmi les "colombes" du conseil des gouverneurs de la BCE, favorables à une politique monétaire souple soutenant l'économie.

Le Conseil des gouverneurs va en outre confirmer qu'il renonce à réinvestir à échéance les obligations acquises pendant les années de faible inflation.

En rajoutant des vagues de remboursements de prêts géants par les banques, cet arsenal va durcir encore les conditions de financement pour les entreprises et Etats, participant à la lutte contre l'inflation.

© 2023 AFP

  
Répondre

Forum de discussion Cac 40

202306150856 987180
logiciel chart 365 Suivez les marchés avec des outils de pros !

Chart365 par ABC Bourse, est une application pour suivre les marchés et vos valeurs favorites dans un environnement pensé pour vous.
Ma liste